Kate O'Riordan

Aller en bas

Kate O'Riordan Empty Kate O'Riordan

Message par Epi le Sam 3 Déc - 22:12

Kate O'Riordan Kateor10


Londonienne d’adoption, Kate O'Riordan a grandi dans la petite ville de Bantry sur la côte ouest de l'Irlande. Son premier roman 'Intimes convictions', traduit aux Éditions Joëlle Losfeld en 2002, a été sélectionné sur la liste du prix Dillons First Fiction Prize puis adapté à la télévision. L’auteur y mêle avec succès le thriller psychologique et le roman d’amour. Avec ‘Le Garçon dans la lune’, publié en 2008 et ‘Pierres de mémoire’, paru en 2009, l’écrivain signe deux nouveaux opus remarqués dans lesquels elle interroge les relations familiales. Elle a également participé, avec ses amis Dermot Bolger, Joseph O'Connor, Roddy Doyle, à l'anthologie 'Finbar's Hotel', parue en 2001. Nouvelliste et romancière, Kate O'Riordan écrit aussi pour le cinéma et ne cesse de confirmer la légitimité de sa place parmi les auteurs irlandais qui comptent.

Source : Evène

Biographie

2002 Intimes convictions
2004 Une mystérieuse fiancée
2008 Le garçon dans la lune
2009 Pierres de mémoire
2010 Un autre amour
2016 La fin d’une imposture

_________________
Let It Be
Epi
Epi

Messages : 1947
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Kate O'Riordan Empty Re: Kate O'Riordan

Message par Epi le Sam 3 Déc - 22:14

Pierres de mémoire
 
Il commence tout doucement ce roman, un peu ennuyeux au début, Nell n’apparaît pas d’emblée comme un personnage très intéressant. Et puis, changement de ton avec son retour en Irlande après plus de trente ans d’exil. Elle y retrouve son pays, changé et familier à la fois, elle va retrouver aussi sa fille Ali et sa famille, Nick son compagnon malade, Grace sa petite fille de 7 ans, pouilleuse et décharnée. Tous trois dans un état pitoyable, comme le pub d’Agnès, la mère de Nell, qu'a repris Ali, aidée par un drôle de personnage, Adam, beau et ténébreux, qui semble avoir une emprise certaine sur toute la maisonnée.
 
Le climat est plutôt étouffant, il y a un vrai suspense tout le long du livre, on se demande à chaque page que l’on tourne quelle horreur on va y trouver car sous le calme apparent, les nerfs sont à vif. La mère et la fille se retiennent, ne veulent pas fouiller ce passé si sensible qui les gardent à distance l’une de l’autre. Elles doivent faire face à leurs peurs, à leurs fantômes, à trop de pudeur qui empêche les véritables élans d’amour, trop de non dits, trop de crainte de se faire du mal. Elles se protègent en essayant de se persuader que tout va bien. Et malgré le plaisir qu'elle a à évoquer avec Ali ses souvenirs d'enfant, ils ne sont pas toujours conformes à la réalité mais Nell n’a pas la force de les affronter. La mort accidentelle de sa sœur Bridget, la souffrance de sa mère qui pleure cette fille tant aimée, laissant Nell seule avec ses doutes et le sentiment d’être rejetée et mal aimée, tout cela est encore trop présent et douloureux.
 
Un roman doux-amer, tout en retenue. Les silences sont aussi importants que les mots. Souvent, Nell est sur le point de parler mais ne le fait pas parce qu’elle sait que dire les choses peut être plus destructeur que les taire, elle sait que l’équilibre fragile qu’elle a atteint dans sa relation avec sa fille peut être anéanti à cause d’un mot de trop ou mal choisi. Elles auront un long chemin à parcourir avant de pouvoir se comprendre.
 
On garde tout ce qui concerne l’Irlande et on met un peu de côté l’histoire parisienne de Nell qui n’a aucun intérêt sauf peut-être pour faire le parallèle entre cette vie bien rangée, toute proprette et celle de sa fille Ali, où règne le chaos, où les esprits aussi bien que la maison sont encombrés jusqu’à la confusion.
 
Les caractères sont bien étudiés, les rapports mère-fille sont analysés avec finesse, on sent toute la réserve dont les personnages font preuve, pour se protéger, pour protéger l’autre; Ces femmes souffrent de trop de retenue mais ne savent pas faire autrement. Elles essaient de ne garder du passé que ce qui est supportable. Pourtant, petit à petit, la carapace se fissure, les vérités doivent être dites, surtout, elles doivent faire face à leur réalité et tenter de la comprendre, de l'appréhender sous un angle différent. Ce qui en ressortira sera douloureux mais permettra de vivre le présent un peu plus sereinement et d'envisager un futur moins noir.
 
Un roman d’une justesse qui fait mal, très réaliste, grave, qui contient beaucoup de colère et d’incompréhension mais qui fait la part belle aux sentiments les plus forts, ceux qui sont enfouis tout au fond et que l'on va chercher avec toute l'ardeur du désespoir. O'Riordan ne fait pas dans le pathos mais c’est bouleversant. En même temps, ce n'est pas si noir que cela, elle nous rappelle qu'il y a en chacun, un bon côté même chez les personnages les plus sombres.

_________________
Let It Be
Epi
Epi

Messages : 1947
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Kate O'Riordan Empty Re: Kate O'Riordan

Message par Epi le Sam 3 Déc - 22:19

Loving him (Un autre amour)

Il y a des plaies qui ne se referment jamais tout à fait, de celles que l’on enfouit et oublie mais qui un jour se remettent à saigner et à faire mal. C’est l’histoire de Connie, qui pensait avoir réussi son mariage avec Matt, l’homme qu’elle a toujours aimé et en qui elle avait une parfaite confiance, qu’elle tenait un peu pour acquis à jamais.

« We’re going to Rome to work on our marriage, » she’d said for a laugh to Mary. She imagined two people locked in a room poring over some blueprint. Yes, well, I think we could do with some work here and possibly here. The foundations are still in reasonable condition but the brickwork pointing needs seeing to and the roof is ooh dodgy. Heating system needs an overhaul, there’s a leak in the downstairs loo and the outside guttering is shot to shit. Though on the whole she thought they’d pass the building survey because their increase in equity over so many years far outweighed what little work still needed to be done.
In truth, their building was in pretty good shape. Their lives were almost placid.

Après un week end idyllique, Connie rentre seule à Londres, laissant Matt à Rome auprès de Greta, son amour de jeunesse.
Comment Connie va-t-elle expliquer cette situation à ses trois fils, à son entourage ? Matt reviendra t-il un jour ? Et s’il revient, leur vie pourra t’elle reprendre comme avant ?

Kate O’Riordan nous livre dans ce roman la bataille de Connie pour sauver un mariage qu’elle imaginait solide et qui, progressivement va se révéler être le mensonge de sa vie. Elle décrit avec justesse et réalisme l’état de confusion dans lequel se retrouve Connie, ses retours sur un passé douloureux et les vérités qu’elle y (re)découvre. Avec elle, nous refaisons le chemin qui l’a menée jusqu’à ce jour funeste où sa vie va basculer irrémédiablement. Il y a beaucoup de colère dans cette histoire. Il y est aussi beaucoup question d’obsession. O’Riordan va droit au but mais avec sensibilité, elle nous offre des dialogues criants de vérité pour raconter les tourments et les obsessions de personnages de plus en plus en décalage avec ce qu’ils croyaient être.

Il ne faut pas oublier les personnages secondaires, les trois fils qui vont gérer chacun à leur façon l’absence de leur père et la douleur de leur mère ; Mary, l’amie intime du couple qui se sent abandonnée, qui a peur de se retrouver seule et qui va jusqu’à imaginer l’irréparable pour sauver « sa » famille, se sauver elle-même ; et Greta, la tragique, celle qui malgré tous les efforts de Connie, n’a jamais pu être effacée des mémoires, du cœur.

Comme dans Pierres de mémoire, le silence plutôt que la vérité qui fait mal. Le silence qui fait tout aussi mal parce qu’il cache ce qu’on ne veut pas voir. Entre les deux, ce sera encore une fois l’honnêteté qui gagnera, même si les conséquences sont dramatiques. 

Les sujets des livres de Kate O’Riordan ne sont pas franchement gais, pourtant on y trouve toujours de quoi sourire et personnellement, ce livre m’a rendue très nostalgique de mes années passées à Londres. J’étais vraiment là-bas le temps de ma lecture parce que tout est décrit si justement et avec tant de naturel qu’on n’a pas l’impression d’être dans une fiction. C’est à mon avis ce qui fait la force de cet auteur, cette capacité à créer des atmosphères plus vraies que nature. Le passage avec le chauffeur de taxi est à cet égard tout simplement génial, un grand moment dans ce roman.

_________________
Let It Be
Epi
Epi

Messages : 1947
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Kate O'Riordan Empty Re: Kate O'Riordan

Message par Epi le Sam 3 Déc - 22:22

The Angel in the House
(Une mystérieuse fiancée)


C’est une histoire toute simple en apparence. Robert, jeune peintre un peu solitaire rencontre Angela au V & A Museum où il est guide le mercredi soir. C’est le coup de foudre, il veut faire son portrait, elle accepte et peu à peu leur amour devient une évidence. Une évidence pour le lecteur mais pas pour les personnages qui ne sont pas très à l’aise avec les sentiments, parce que les mots ne sont pas leurs alliés et qu’ils ne savent pas, ou n’osent pas, dire qui ils sont réellement. Alors les malentendus s’accumulent, l’incompréhension et la confusion s’installent.

Plus qu’une histoire d’amour, c’est une histoire sur la difficulté à communiquer, et surtout le poids de la famille, des contraintes sociales et des préjugés. Et ils ne sont pas vernis nos personnages de ce côté-là. Angela est sous la domination de ses tantes un peu barrées auxquelles elle n’échappe que pour se trouver sous l’emprise de la mère supérieure qui, finement, repousse le moment où elle la laissera prononcer ses vœux. Car, promise à Jésus, surtout par ses vieilles tantes qui squattent sa tête un peu trop souvent, Angela est troublée et ses certitudes vacillent. Elle doit faire son chemin seule, ne pouvant se confier qu’à son oncle, un peu simple, qui vit reclus dans le grenier de sa vieille maison en ruines, là-bas, au pays. Robert n’est pas beaucoup mieux loti, entre une mère excentrique et étouffante, qui n’est pas tout à fait celle que l’on croit et un couple d’amis pour le moins envahissant dont il est un peu le faire-valoir.

On retrouve les thèmes de prédilection d’O’Riordan et j’ai aimé pratiquement tout dans ce livre, tout sauf ce qui est au cœur du roman, la relation Robert/Angela, plus exactement la façon dont elle est a été traitée. Je n’ai pas apprécié qu’elle en fasse une sorte de vaudeville, à certains moments les situations sont grand-guignolesques et cela m’a déçue de la part d’un auteur qui m’avait habituée à plus de finesse, de délicatesse, à moins de théâtralité pour sûr. Je comprends que l’humour est là pour que le lecteur ne sombre pas dans la déprime totale, car on est face à une galerie de personnages bien abîmés par la vie, tous vont mal, et O’Riordan excelle dans ces portraits intimes bouleversants. Mais voilà, pour moi, les trop nombreux quiproquos qui mettent en péril la relation de Robert et Angela sont trop gros, trop prévisibles, sans parler de certains de leurs dialogues que j’ai trouvés parfois très faibles et pas crédibles. C’est dommage, ce livre aurait pu être très beau sans ce parti pris du comique qu’elle a choisi et qui manque souvent de subtilité. 
Je reste malgré cette petite déception fan de cet auteur que je continuerai bien sûr à lire.

_________________
Let It Be
Epi
Epi

Messages : 1947
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Kate O'Riordan Empty Re: Kate O'Riordan

Message par domreader le Dim 4 Déc - 10:12

Oh ! comment suis-je passée à côté. Cela fait déjà un bon moment que je voudrais me faire une liste de lecture irlandaise. Je suis rarement déçue avec eux et il y en plein que je ne connais pas encore.

_________________
'La littérature est une maladie textuellement transmissible, que l'on contracte en général pendant l'enfance'. Jane Yolen.
domreader
domreader

Messages : 1344
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Kate O'Riordan Empty Re: Kate O'Riordan

Message par Epi le Dim 4 Déc - 10:29

Alors je te recommande Pierres de mémoire ou Loving him, ce sont mes deux préférés mais Le garçon dans la lune est beau aussi. Bonne découverte !

_________________
Let It Be
Epi
Epi

Messages : 1947
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Kate O'Riordan Empty Le garçon dans la lune

Message par Aeriale le Mar 6 Déc - 14:03

Kate O'Riordan Cvt_Le-garcon-dans-la-lune_5154

Histoires de famille, luttes intimes, secrets enfouis, non dits et retour sur le passé pour une possible rédemption, il y a tout cela ici aussi. Une histoire qui m'a amenée loin, en partant d'une étude de couple qui paraissait basique (quoique mordante) et d'un enfant que l'on supposait vaguement autiste, l'auteure nous entraîne ailleurs et fait rebondir son histoire sur quelque chose de très fort. Tout cela en nous tenant à distance et en livrant peu à peu, à la façon d'un thriller, les éléments du puzzle que l'on va reconstruire en même temps que Julia l'héroïne.

C'est un roman grave et violent, pétri de sentiments étouffés où l'amour peine à trouver son chemin. D'une finesse d'analyse rare qui s'accomode merveilleusement à la rugosité des personnages et du décor. Chacun souffre en silence, rêve en solitaire, trimballe derrière lui le fardeau d'une existence tronquée où des parcelles de bonheur fusent parfois pour vite se réfugier dans le souvenir. L'enfance est là tout près, tapie dans la mémoire et porteuse des mots -les deux- sans lesquels rien ne peut guérir, ou du moins continuer.

Kate O Riordan nous empoigne par le bras et nous force à regarder plus en avant, elle creuse, décortique les coeurs et sa prise ne lache qu'une fois exsangue. Il faut être bien accroché car son écriture peut avoir des résonances profondes, mais quelle beauté derrière cette souffrance.


Julia voulait parler du journal à Anne. Elle voulait lui dire que, finalement, les choses n'avaient pas toujours un sens, que la justice ne l'emportait pas forcément, que le remords et le pardon n'allaient pas obligatoirement de pair. Que l'amour ne conquérait pas tout, que le bon côté des choses comportait toujours une ombre et que le temps n'atteignait pas tous les salauds. Elle voulait lui dire que les étoiles dans le ciel nocturne pouvaient n'avoir d'autres raisons d'exister que d'être là.
Aeriale
Aeriale

Messages : 4943
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Kate O'Riordan Empty Re: Kate O'Riordan

Message par Aeriale le Mar 6 Déc - 14:11

-Un autre amour-

Kate O'Riordan Autre-10

-Méfiez vous des retours chez Kate O riordan. A l'instar du Garçon dans la lune, l'auteure part ici d'une intrigue d'apparence banale, un couple dans la tourmente, pour nous amener à quelque chose de beaucoup plus complexe, et qui touche à l'intime. Par petites touches discrètes elle distille ça et là les éléments qui vont nous aider à rentrer dans le psychisme des personnages, tous prisonniers de quelque chose: La jalousie, la perte d'un enfant, l'amour enfoui, toutes ces ombres refoulées qu'ils tiennent tapies au fond de leur conscience et qui un jour vont ressurgir brutalement.

Rien n'est tout à fait blanc ni noir semble nous dire Kate O Riordan, et les victimes ne sont jamais totalement innocentes. Autour d'eux un voile de culpabilité et de non -dits tisse lentement sa toile. Connie Greta et Matt forment un triangle où le passé retient en otage...
L'ambiguité des rapports humains, leur fragilité sont encore ici superbement analysés, et le noeud de l'histoire se révèlera à la toute fin, une fin qui personnellement m'a prise à contre pied, et j'ai aimé ça. Un autre amour est peut-être moins puissant que les deux premiers, mais sa subtilité est égale et j'ai encore été prise dans ses filets. Troublant et lumineux, à l'image de Benny l'enfant "d'ailleurs" dont la présence irradie le texte et qui m'a le plus touchée.

   
Dehors sur le balcon, un merle saluait le matin en chantant à tue-tête. Son chant laissait entrer le regret dans la pièce, le regret de ce qui a été perdu, du temps qui passe, de la souffrance subie et de la souffrance infligée, des vies qui ne se sont pas déroulées comme elles avaient autrefois été prévues avec une impatience fébrile, de l'occasion ratée quand tout aurait pu changer.
Aeriale
Aeriale

Messages : 4943
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Kate O'Riordan Empty Re: Kate O'Riordan

Message par Aeriale le Mar 6 Déc - 14:17

-Pierres de mémoire-


Kate O'Riordan Cvt_Pierres-de-memoire_1119




Il ressort encore de ce roman beaucoup de passion, de sentiments forts malmenés, comprimés, où la fierté, l'incompréhension, la rancoeur ou le désir se tapissent à l'intérieur, prêts à ressurgir à la moindre étincelle. On sent que l'équilibre fragile sur lequel tout cela repose est sur le point d'exploser et on attend ce moment. Un voile opaque masque leur passé, étouffe la culpabilité. Celle de se dire qu'on n'a pas aimé comme il fallait, qu'on n'a pas pu ou su, parce que sans doute on a soi-même son fardeau de non dits et de souffrance à trimballer.

Kate O' Riordan est une magicienne, sous sa plume ardente et à la fois subtile, elle distille tous ces doutes et la complexité des rapports filiaux où chacun se protège, évite les vérités qui font mal de peur de tout compromettre. Personne n'est dupe et tous camouflent des blessures. Parce qu'il n'est pas si facile d'aimer, que rien n'est évident ni acquis, que l'on doit d'abord se libérer de ses propres entraves avant de pouvoir donner à l'autre cet amour vers lequel on tend. Chez Kate O' Riordan on grandit dans la douleur, comme dans la vie, et ses histoires, si sombres soit-elles, révèlent aussi un peu la nôtre, simplement parce qu' elle a ce don de frapper juste, de respirer la vie.

Encore un gros coup de coeur, cette auteure m'est devenue indispensable! Merci à Epi qui me l'a fait découvrir I love you


   
Nell sourit jusqu'aux oreilles. Elle pourrait se pencher par-dessus le comptoir pour embrasser sa fille sur les lèvres. Elle n'a pas eu ce goût en bouche depuis une éternité. Elle prend une autre gorgée, et c'est comme si elle n'avait que du bon sur la langue, comme si les années de mésentente n'avaient jamais existé. Une vague de joie la submerge. C'est le cœur de sa fille qu'elle est en train de goûter
Aeriale
Aeriale

Messages : 4943
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Kate O'Riordan Empty Re: Kate O'Riordan

Message par Aeriale le Mar 6 Déc - 14:25

-La fin d'une imposture-

Kate O'Riordan La-fin10


-Rosalie et Luke Douglas forment un couple fragile depuis l'aventure de ce dernier avec une jeune assistante, mais le soir de noël tout s'écroule lorsque deux officiers de police leur annoncent sobrement la disparition de leur fils Rob en Thailande. Maddie, leur ado de 15ans, tombe aussitôt dans une forme de dépression violente en s'accusant d'être responsable de la mort de son frère, et Rosalie va devoir affronter tout ce marasme isolée de son mari, puisqu'elle préfère une séparation provisoire. S'inscrivant dans une thérapie de groupe, la mère et sa fille vont faire la connaissance de Jed, un jeune homme beau à se damner, qui très vite va redonner goût à la vie à Maddie, et peu à peu prendre de plus en plus de place au sein de la famille...Mais qui est il vraiment sous ses allures d'ange?


D'entrée de jeu, Kate O' Riordan nous immerge totalement dans le mental de cette famille ébranlée. L'atmosphère est lourde, les doutes pesants et on a aucun mal à entrer en empathie avec cette pauvre Rosalie à qui rien n'est épargné. C'est clair que cela fait beaucoup pour une seule entité, surtout quand on apprend que la jeune fille est liée à un gang des plus redoutables. Ceci dit, le fossé et l'incommunicabilité dûs à cet age de l'adolescence sont tout à fait compréhensibles, et l'auteure prend le temps de l'analyser. La montée du suspense et la tension qui en résulte, autour de cette figure très charismatique de Jed qui manipule tout ce monde et semble tirer les ficelles, est diaboliquement construite. Il y a une très belle démonstration du harcèlement moral dans la seconde partie, au point que j'avais du mal à lâcher le livre. Par contre, j'ai trouvé la fin un peu tirée par les cheveux. Un bon livre, bien huilé c'est vrai, mais peut être un peu trop. Différent de ses précédents, en tout cas.
Aeriale
Aeriale

Messages : 4943
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Kate O'Riordan Empty Re: Kate O'Riordan

Message par Epi le Mar 6 Déc - 19:09

@Aeriale a écrit:-La fin d'une imposture-

Kate O'Riordan La-fin10

Ah oui, c'est celui dont la VF est sortie avant la VO ! Et je ne l'ai toujours pas lu !

_________________
Let It Be
Epi
Epi

Messages : 1947
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Kate O'Riordan Empty Re: Kate O'Riordan

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum