Arthur Miller

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Arthur Miller

Message par Kenavo le Dim 26 Fév - 9:44



Arthur Asher Miller (New York, États-Unis, 17 octobre 1915 - Roxbury, États-Unis, 10 février 2005) est un dramaturge, écrivain et essayiste américain.

Miller est une figure importante de la littérature et du cinéma américain du XXe siècle.

Il a écrit un nombre important de pièces de théâtre dont les plus connues sont Les Sorcières de Salem (The Crucible) et Mort d'un commis voyageur (Death of a Salesman) qui sont toujours fréquemment jouées.


source et suite

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
Kenavo

Messages : 3922
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arthur Miller

Message par Kenavo le Dim 26 Fév - 9:45

/
The Price / Le Prix

Résumé
Des années après une rupture en colère, Victor et Walter Franz sont réunis après la mort de leur père.
En parcourant ses possessions dans un vieux grenier, les souvenirs évoqués par ces biens, suscitent de vieilles hostilités.


Jessica Hecht,  Mark Ruffalo, Tony Shalhoub et Danny DeVito

Je ne sais pas comment vous trouvez vos idées de lecture. En ce qui me concerne, cela peut provenir d’un petit reportage dans les nouvelles. J’ai lu ce matin que Barack Obama est allé voir cette pièce qui est pour l’instant montrée à Broadway. Et ben… oui… cela m’a suffi de vouloir découvrir le texte Wink

J’adore Arthur Miller et ses écrits, aussi bien pièces de théâtre que romans mais je ne connaissais pas Le Prix.
Et cela fut une très belle lecture.

Quand on lit un roman et on sait qu’il y a aussi une adaptation film, cela peut « déranger » de s’imaginer les acteurs parce que les personnages sont souvent décrits de façon différente mais en ce qui concerne pièce de théâtre cela peut être jouissif de s’imaginer tel ou tel acteur jouant le rôle.
C’était en tous cas pour moi un ajout de plaisir de voir Danny DeVito et Mark Ruffalo prendre forme dans ma tête lors de cette lecture.

Le texte montre une fois de plus qu’il n’y a pas plus grand « terrain de bataille » que la famille.
La cadence monte très calmement mais se termine en grande explosion. Et c’est réjouissant pour le lecteur qui suit toutes ces petites et grandes hostilités.

Très bon moment pour commencer un dimanche matin…

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
Kenavo

Messages : 3922
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arthur Miller

Message par eXPie le Mer 1 Mar - 22:40


Vu du Pont (A View fromthe Bridge, 1955). Adaptation de Marcel Aymé. Editions Robert Laffont. 107 pages (sur un total de 720 que fait ce volume intitulé Théâtre).
La version française, qui date de 1958, est donc une adaptation de Marcel Aymé. "Adapté", ça n'est pas la même chose que "traduit". Qu'a-t-il changé ? Je n'en sais rien.

"La pièce a été créée le 11 mars 1958, sur la scène du Théâtre Antoine à Paris, dans la mise en scène et les décors de Peter Brook." (page 613)

Nous sommes dans les années 50. 

"Première partie.
(Une rue à Brooklyn devant la maison d'Eddie Carbone. Par la suite, cette maison s'ouvrira, découvrant la pièce de séjour).

ALFIERI
Vous avez vu cet air gêné qu'ils prennent pour me saluer ? C'est parce que je suis avocat. Dans le quartier les avocats, c'est comme les curés, on n'aime pas beaucoup les rencontrer. Il paraît que c'est mauvais signe, que le malheur est en route. Moi qui suis d'origine sicilienne, comme presque tous les gens d'ici, c'est à peine si j'ose sourire de ces superstitions. Quand je suis arrivé en Amérique, j'avais déjà vingt-cinq ans et je croyais encore au mauvais oeil. [...]
Et maintenant nous sommes tout à fait civilisés, tout à fait américains. Au lieu de s'entretuer, on transige et je n'ai même plus besoin d'avoir un revolver dans le tiroir de mon bureau. [...]
(Eddie est apparu à gauche. Après avoir joué aux sous avec les hommes, il se tient maintenant debout parmi eux.) Celui-là s'appelait Eddie Carbone, un débardeur débardant sur les quais, du Pont de Brooklyn jusqu'à la jetée où commence la haute mer." (pages 615-616).

L'avocat a un peu le rôle du choeur, ou plutôt du Coryphée, dans une tragédie grecque. La mise en scène de Ivo Van Hove aux Ateliers Berthier (en 2015 ; reprise en 2016), très dépouillée, accentue ce côté :


Odéon, Ateliers Berthier, 18 janvier 2017. Mise en scène d'Ivo van Hove.
Avec notamment Charles Berling, Molière 2016 du meilleur comédien dans un spectacle de Théâtre public (voir 
http://www.theatre-odeon.eu/fr/spectacles/vu-du-pont )

La pièce, d'abord jouée à New York en 1955 avait été un échec. Une version remaniée a connu le succès à Londres.
"La conception de la nouvelle création répondait à la nouvelle perspective. Peter Brook, le metteur en scène à Londres, prépara une mise en scène plus réaliste et moins sobre que celle de New York, où le décor, s'il était beau, n'en était pas moins nu ; et il donna plus d'importance à l'ambiance du quartier. L'idée centrale était de porter les voisins au premier plan. [...] La meilleure situation financière du théâtre de Londres permit d'employer beaucoup plus de figurants que les trois ou quatre extras que l'on avait engagés à New York, et l'on assistait au passage continuel sur la scène, dans les escaliers et les couloirs, d'un certain nombre d'étrangers." (Introduction d'Arthur Miller, pages 61-62).
Du coup, on perçoit mieux comment certaines décisions prises dans la pièce s'inscrivent dans un contexte particulier (l'immigration italienne). Avec un décor sobre, l'histoire est nettement moins ancrée dans cette réalité.

Eddie Carbone est donc un docker qui vit avec sa femme Béatrice et sa nièce orpheline, Catherine.



Dernière édition par eXPie le Jeu 2 Mar - 7:44, édité 7 fois
avatar
eXPie

Messages : 280
Date d'inscription : 04/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arthur Miller

Message par eXPie le Mer 1 Mar - 22:40

"CATHERINE [...]
Béa ! Béa, tes cousins !...
(Venant de la cuisine, entre Béatrice qui essuie ses mains à un torchon.)

BEATRICE
Quoi ?

CATHERINE
Tes cousins sont arrivés.

BEATRICE, ébahie, à Eddie
Qu'est-ce qu'elle dit ? Arrivé où ?

EDDIE
Je quittais juste le chantier quand y a Tony Bereli qu'est venu me trouver. Il dit que le bateau est dans le North River.
[...]
BEATRICE, (brisée par la surprise)
Et on les laissera descendre sans histoire ? Le bureau de l'Immigration va pas les coincer ?
(Elle est allée s'asseoir sur un tabouret.)

EDDIE
Au départ, on leur a donné des papiers de marins et personne peut les empêcher de débarquer avec l'équipage. T'inquiète pas, Béa. Dans deux heures, tes cousins seront là. [...]

BEATRICE
Je... Je ne peux pas le croire ! Je n'ai même pas acheté une nouvelle nappe. C'est comme les murs, je voulais les laver..." (page 620)

Le caractère très protecteur d'Eddie vis-à-vis de sa nièce va être contrarié par l'un des deux cousins... Comment tout ce petit monde va-t-il réagir, alors qu'il y a des codes à respecter ?

C'est une assez bonne pièce ; il manquait sans doute, dans la mise en scène d'Ivo Van Hove, un peu de chair, de contexte, de décor permettant d'ancrer l'histoire dans le "réel" des immigrés italiens des années 50. Mais peut-être l'histoire est-elle finalement aussi un peu trop simple (on comprend rapidement ce qui se passe... et ce qui risque d'arriver), par rapport à la durée de la pièce ?
Ecoutons le metteur en scène, Ivo Van Hove, nous parler de la pièce :



Dernière édition par eXPie le Jeu 2 Mar - 7:45, édité 3 fois
avatar
eXPie

Messages : 280
Date d'inscription : 04/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arthur Miller

Message par Kenavo le Jeu 2 Mar - 6:33

Merci pour cette présentation, je ne connaissais pas du tout cette pièce et j'ai envie de la lire... noté Very Happy

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
Kenavo

Messages : 3922
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arthur Miller

Message par eXPie le Jeu 2 Mar - 7:46

Un film de Sidney Lumet, est sorti en 1962 avec Raf Vallone dans le rôle d'Eddie Carbone... Mais je ne l'ai pas vu, ça n'est apparemment pas le Lumet le plus connu...

D'Arthur Miller, j'ai Les Sorcières de Salem (en anglais) depuis des années, il serait temps que je m'y mette...
avatar
eXPie

Messages : 280
Date d'inscription : 04/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arthur Miller

Message par Kenavo le Jeu 2 Mar - 10:32

@eXPie a écrit:Un film de Sidney Lumet, est sorti en 1962 avec Raf Vallone dans le rôle d'Eddie Carbone... Mais je ne l'ai pas vu, ça n'est apparemment pas le Lumet le plus connu...
merci pour cette information, je l'ai trouvé sur YouTube... voilà ce qui me donne encore plus envie de lire la pièce et voir le film par après, thanks Very Happy

@eXPie a écrit:D'Arthur Miller, j'ai Les Sorcières de Salem (en anglais) depuis des années, il serait temps que je m'y mette...
je ne peux que t'encourager, c'est une vraie claque, même après toutes ces années cela reste un bon livre

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
Kenavo

Messages : 3922
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arthur Miller

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum