Troy Blacklaws

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Troy Blacklaws

Message par Aeriale le Lun 20 Mar - 13:56






Troy Blacklaws est né en 1965 dans une ferme viticole d' Afrique du Sud, un pays qu'il a quitté en 1993 pour s'installer en Angleterre puis en Allemagne - Il a enseigné la littérature anglaise en Angleterre?à Vienne et aujourd'hui à l'Ecole internationale de Francfort.

En dépit de l'exil en 93, les écrits de Blacklaws révèlent l'amour de son pays marqué par le traumatisme du passé. Un homme qui écrit "à l'instinct", avec une sensibilité d'écorché qui se reflète dans son écriture à la fois sensuelle et frontale

Karoo boy - éditions flammarion -2006





 Avoir un jumeau , c'était l'impression d'être amarré à une autre âme

L'histoire débute au sein d'une famille de blancs libéraux et progressistes vivant au Cap. Une partie de cricket tourne mal: Douglas, le jeune héros, voit son jumeau tomber sous une balle qui le percute. C'est le drame. Tout s'écroule brutalement, la famille se disloque, l'insouciance du bonheur fait place à la douleur. L'adolescent devra suivre sa mère dans une région aride et hostile du bush. Il sera confronté au racisme et à la violence et devra apprendre à les combattre pour se construire, quitter son enfance pour une nouveau départ dans sa vie d'homme naissant.

C'est une très belle chronique où la perte de l'innocence et la déchirure sont d'autant mieux retranscrites qu'elles émanent du regard de ce jeune garçon. Le style est dense, les phrases courtes et poignantes. Le passé se mêle sans cesse au présent comme des flashs-back, des réminiscences vécues comme des brulures. Il y a beaucoup de force dans ce récit, beaucoup de pudeur aussi. Des moments douloureux et graves et d'autres où la vie est bien là, pleine de lumière de bruits, d'odeurs et de passion. Un récit très percutant!
avatar
Aeriale

Messages : 2256
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Troy Blacklaws

Message par kenavo le Mar 21 Mar - 5:58

je souligne tous ce que tu dis... que de bons souvenirs de cette lecture...

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 6200
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Troy Blacklaws

Message par Aeriale le Mar 21 Mar - 9:04

Kenavo a écrit:je souligne tous ce que tu dis... que de bons souvenirs de cette lecture...
Oui, et de Oranges sanguines que tu m'avais aussi conseillée



Il m'a fallu un petit temps d'adaptation pour cette forme d'écriture, un peu hachée, directe, mais très vite j'ai retrouvé dans ce roman le ton qui m'avait tant plu dans Karoo boy. Ici encore un hommage vibrant de Troy Blacklaws à son pays déchiré par l'Apartheid, et un témoignage très touchant sur ce passage délicat de l'adolescence porté par des mots simples, poétiques, qui rendent ce récit terriblement prenant.

  La vie, c'est comme une balle de cricket. Un côté est éraflé, écorché. L'autre, patiné, lisse. Quand la vie est dure, souviens-toi que la balle tourne

Ainsi parle le père, figure forte face à Gecko qui diffère des autres parce qu'il lutte déjà contre le racisme et ne comprend pas pourquoi la haine et la violence mènent les rapports dans ce monde en pleine évolution. Traité de roinek, de kaffirboetie (ami des "nègres" ) ou de moffie parce qu'il refuse de se battre, par ses compagnons d'école, il poursuit sa quête d'idéal jusqu'à ce que, rattrapé par la réalité en se retrouvant militaire, il déserte et quitte ainsi à jamais ses racines.

C'est âpre, violent. Il y a tout au long de ce récit des images fortes, des descriptions détaillées d'une Afrique qui flamboie et qui saigne comme le titre le suggère. Il y a des odeurs, des couleurs, des sensations très pures d'une jeunesse en plein émoi. Mais on ressent aussi toute la douleur et l'incompréhension de ce jeune homme qui découvre un univers sans pitié. Oranges sanguines est un roman sincère et généreux qui s'achève sur une métaphore porteuse d'espoir

Je lis le poème de Mongane Wally Serote au début du livre. Il commence ainsi. C'est une saison blanche et sèche. Je regarde les eucalyptus verts qui balaient le ciel bleu et je me demande comment le monde peut jamais être blanc. Dans le monde blanc de Sarote, un monde saigné de ses couleurs, les feuilles sèches tombent en piqué. Elles ne saignent pas, seuls les arbres ressentent la douleur. Ma mère hocherait la tête et soupirerait en entendant ces mots, mais moi je suis déconcerté. C'est la toute première fois que je lis les mots d'un Noir.

NB; Ce roman a été publié après Karoo boy, mais écrit avant, et je me demande si je ne l'ai pas finalement préféré. Plus autobiographique, on sent une profonde authenticité comme si ces années l'avaient marqué au fer rouge. Un auteur foncièrement attachant!
avatar
Aeriale

Messages : 2256
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Troy Blacklaws

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum