Philippe Fusaro

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Philippe Fusaro

Message par kenavo le Ven 24 Mar - 5:54



Philippe Fusaro est né en 1971 à Forbach, en Lorraine, à quelques kilomètres de la frontière avec l'Allemagne.
Il est d'origine italienne. Sa famille venait du Sud de l'Italie, des Pouilles, plus exactement.


Source : Babelio


Bibliographie

2006 Le colosse d'argile
2007 Palermo solo
2010 L'Italie si j'y suis
2014 Aimer fatigue
2017 La cucina d’Ines

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 6200
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Philippe Fusaro

Message par kenavo le Ven 24 Mar - 5:55


Palermo solo
Présentation de l'éditeur
Le baron est né à l'aube du XXe siècle. Le baron n'a rien vu, ni rien su de ce qu'était le XXe siècle dans sa seconde moitié. Le baron est originaire de C. Le baron a dû quitter sa ville natale parce que la Mafia l'a condamné à ne plus y retourner, sauf le 2 novembre, jour de la Fête des Morts. Le baron est un homme d'honneur, il paie sa dette de sang, il paie d'avoir battu à mort un garçon issu d'une famille d'un autre clan. Le baron vit depuis plus de cinquante ans dans une suite du Grand Hôtel et des Palmes à Palerme, via Roma, à deux pas du port, à deux pas de la mer. Le baron est une rumeur qui circule dans la ville blessée de Palerme.
J’ai découvert ce livre à sa sortie – grâce au choix de mon libraire, qui met de tels livres sur ses tables… et à cause de la couverture qui m’a attiré.

J’ai lu un livre tout bon et comme je les adore. Beaucoup d’atmosphère, un destin un peu à part et une jeune écriture qui fait du plaisir.

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 6200
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Philippe Fusaro

Message par kenavo le Ven 24 Mar - 5:55


L’Italie si j’y suis
Présentation de l'éditeur
On dit que les histoires d'amour finissent mal en général. Sandro l'apprend à ses dépens le jour où il retrouve, au pied de son immeuble, sa collection de vinyles éparpillée au milieu de ses effets personnels. Sandro entreprend alors un voyage en Italie en compagnie de son fils Marino affublé, en plein été, d'une panoplie de Youri Gagarine, casque compris.
Oui c’est comme ça, faut toujours que j’aille en pensée voir ailleurs si j’y suis, jamais là tout à fait, j’aime être à la fois dans les deux lieux, deux époques éloignées et je ne sais laquelle est la plus présente, elles se confondent, je mélange celui que j’étais hier et celui d’aujourd’hui.

Jean-Jacques Schuhl en exergue dans ce livre


Un livre tout doux et plein de soleil.

C’est touchant d’accompagner ce père et son fils dans une sorte de road-movie à travers l’Italie.

On pardonne même une sorte de happy-end, mais cela ne pouvait pas se terminer autrement, le paysage est trop beau et ce père a mérité bien un peu de bonheur.

Il y a des livres qui sont certainement plus ‘consistants’, mais j’aime bien ces petits ‘piccolezza’ qui font aussi du bien aux lecteurs

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 6200
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Philippe Fusaro

Message par kenavo le Ven 24 Mar - 5:56


Aimer fatigue
Présentation de l’éditeur
C'est l'été à Tanger. Dans l'hôtel Minzah qui leur sert de décor, trois personnages jouent une étrange partie. Il y a Lulù, ravissante actrice italienne qui s'est surtout illustrée dans des péplums où elle apparaît très déshabillée. La Spia, espion ordinaire («petite main», précise-t-il), beau comme un jeune premier légèrement empâté.
Memphis, écrivain américain, un double de Tennessee Williams, qui noie sa mélancolie dans l'alcool et le Seconal.
Lulù devient la maîtresse de la Spia, lequel noue avec Memphis une amitié aussi intense qu'inattendue.
Tout se terminera avec la fin de l'été.

Hommage aux mythes littéraires et cinématographiques du XXe siècle - la femme fatale, le grand écrivain en panne d'inspiration, l'espion, la vie de palace -, ce roman sensible et précis installe dès les premières lignes un climat mystérieux. Un autre récit se déploie, entre les mots, dans les silences qui ponctuent les conversations nocturnes. L'histoire d'un deuil irréparable, la chronique d'un exil. Mais aussi l'espoir d'une renaissance pour l'écrivain que la littérature semblait avoir abandonné.
J’aime bien l’écriture de Philippe Fusaro et j’adore sa façon de raconter une histoire. Mais je dois dire qu’au début de ce texte, j’ai dû jeter un œil à la 4e de couverture après quelques pages puisque je n’arrivais pas à percer son approche.

Ayant réalisé qu’il s’agissait de trois personnages auxquels il donne la parole, la lecture s’est fait dans une bouchée.

Probablement à cause du fait que j’apprécie énormément Tennessee Williams et Tanger, en tout cas aussi bien l’histoire que la toile de fond de cette histoire m’a enthousiasmée.

Encore une fois une belle réussite de cet écrivain que je suis depuis des années !



_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 6200
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Philippe Fusaro

Message par kenavo le Ven 24 Mar - 5:56

Dessins : Albertine


La cucina d’Ines
Présentation de l’éditeur
Suite à une déception sentimentale, l'auteur s'installe à Lecce dans les Pouilles pour une année afin d'y écrire son nouveau roman. Il fait la connaissance d'Ines, sa voisine âgée de 90 ans, qui lui fait découvrir la cuisine de cette région. Auprès d'elle, il se remémore son enfance en Lorraine et évoque son lien à l'Italie de ses grands-parents. Avec des recettes.
Combinaison d’un livre de souvenirs, recettes et images d’Albertine.

Depuis ma première lecture de Philippe Fusaro, je le suis avec plaisir dans chaque nouvelle aventure.

Celui-ci est son livre le plus personnel. Il se rappelle de sa grand-mère et l’amour pour cuisiner qu’elle et aussi son père, lui ont donné.

Mais il revient surtout à cette année qu’il a passé en 2005/2006 à Lecce et la rencontre avec Lucia.

C’est touchant et adorablement accompagné par les dessins d’Albertine.

Les recettes donnent envie de les essayer... toutes Wink






_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 6200
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Philippe Fusaro

Message par Epi le Ven 24 Mar - 8:32

Je crois que vais tenter L'Italie si j'y suis pour découvrir cet auteur.

_________________
Let It Be
avatar
Epi

Messages : 1343
Date d'inscription : 29/11/2016
Age : 57

Revenir en haut Aller en bas

Re: Philippe Fusaro

Message par kenavo le Sam 25 Mar - 5:13

bon choix Wink

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 6200
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Philippe Fusaro

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum