Jonas Gardell

Aller en bas

Jonas Gardell

Message par Queenie le Dim 2 Avr - 9:42


(02.11.63 -)

Jonas Gardell est très connu en Suède.
Homosexuel engagé, marié à un animateur télé (Mark Levengood), humouriste, romancier, scénariste et comédien.
En 2013, la princesse Victoria lui remet le prix de "l'homo, bi, trans de l'année".

Il a écrit une "petite" vingtaine de livres, et publié en Suède, Norvège, Danemark, Finlande, Islande et Pologne.
Aujourd'hui, en France.

En 1985, il écrit son premier livre, qui parle d'une histoire homosexuelle féminine. Il est alors fustigé par la presse suédoise.
En 2013, il publie N'essuie jamais de larmes sans gants, et connaît un succès retentissant. Plus de 500 000 livres vendus et une reconnaissance des critiques.


_________________
Et, du monde indistinct des rêves, là où se terrent les secrets mystiques, une réponse surgit.
avatar
Queenie

Messages : 3141
Date d'inscription : 29/11/2016
Localisation : *CabanCouette*

Revenir en haut Aller en bas

N'essuie jamais de larmes dans gants

Message par Queenie le Mer 5 Avr - 18:05


N'essuie jamais de larmes dans gants, 2016 (ed. Gaïa)
Prix Libr'à Nous.


J'aimerais pouvoir juste mettre BOULEVERSANT.
Vraiment. Mais je vais faire plus. Ce ne sera pas à la hauteur de ce qu'il me reste de ma lecture, tant pis.
Parce que ce livre m'a remuée, constamment, les émotions. Et c'est rare, rare que ce soit si juste, si vrai, si sensible, et que ça tienne sur la durée.
Il y a vraiment des fois où j'en aurais chouiné.

Alors, voilà.
Années 80, Suède, principalement Stockholm.
La communauté gay (masculine, obviously).
En Suède, fin 70, on vient de dépénaliser l'homosexualité. Mais... qu'on ne se méprenne pas. Ce n'est pas que l'homosexuel est considéré comme normal, non. Il est reconnu, mais reconnu malade, et relevant de la psychiatrie.
N'empêche c'est un pas en avant à l'époque.
Seulement, début des années 80 le fléau SIDA surgit.
Et là, tous ceux qui pensaient, qui essayaient, qui luttaient, pour l'égalité, la reconnaissance, et le droit à une vie normale, sont considérés comme de pestiférés.

Le livre de Jonas Gardell raconte tout ça.
A travers le portrait d'un groupe d'hommes de différents âges, personnalités, parcours, et engagements, il dresse un tableau impressionnant de détails, de documentations, de témoignages et de force de toute la communauté homosexuelle.

Et le lecteur va s'attacher à tous les personnages, va savoir, sentir, être mis face à l'ineluctable, l'horreur, l'horrible, l'inhumain, mais va toujours croire, espérer et soutenir ces hommes abandonnés et maltraités.
Jonas Gardell n'épargne rien, il n'essaye pas de faire dans le doux, le superficiel, il raconte la difficulté du coming out, le rejet par la famille, la maltraitance dans les hôpitaux pour ces malades que l'on ne voulait pas soigner, le rejet par toute la société.
Il cite des articles, et montre à quel point l'homosexuel était vu comme une menace, comme un être contre nature, à enfermer, à parquer, à éloigner de la société "normale".

Et en même temps, Jonas Gardell parle de ces hommes qui s'aiment, se soutiennent, continuent à y croire, à faire la fête, à se tenir la main, à affronter le regard des autres. Le regard de l'auteur est d'une tendresse infinie pour ses personnages.

N'essuie jamais de larmes sans gants est un livre qui devrait être lu par tous, pour se rappeler que l'on est toujours très proche de stigmatiser des gens par des étiquettes, que la haine est là. Un livre où les visages sont tellement humains, beaux, sympathiques, que personne ne pourrait vouloir les écraser.
Et c'est un livre d'une fluidité incroyable. L'écriture (et la traduction) se dévore. Le rythme de ce roman choral, avec des retours en arrière qui mettent en perspective, et donnent une dimension tragique aux scènes de la vie, happe le lecteur.
Une fois entrer dans ce livre, on n'en ressort plus.

Je les ai tous aimés, ces gars. Je ne les ai pas toujours compris, mais j'ai toujours eu envie de les secourir. L'horreur et le macabre étaient juste là, et j'avais envie de les retenir, de les empêcher d'y aller. Tout en sachant qu'il n'y a pas le choix.

C'est un Formidable roman d'amours. Des amours sous toutes leurs formes.
Un roman de lutte et de combats.
Un roman contre l'injustice et l'inhumanité.

(J'ai vu qu'une mini série en a été faite en Suède. Pas vue)

_________________
Et, du monde indistinct des rêves, là où se terrent les secrets mystiques, une réponse surgit.
avatar
Queenie

Messages : 3141
Date d'inscription : 29/11/2016
Localisation : *CabanCouette*

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jonas Gardell

Message par Aeriale le Mer 5 Avr - 18:52

Il a l'air de t'avoir sacrément remuée, ce livre! Et tu en parles bien, ça interpelle forcément.

@Queenie a écrit:N'essuie jamais de larmes sans gants est un livre qui devrait être lu par tous, pour se rappeler que l'on est toujours très proche de stigmatiser des gens par des étiquettes, que la haine est là. Un livre où les visages sont tellement humains, beaux, sympathiques, que personne ne pourrait vouloir les écraser.
En ces temps de haine et de rejets de tous bords, surtout politique, racial, sociétal, il résonne doublement.

Je retiens le titre en tout cas!
avatar
Aeriale

Messages : 3933
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jonas Gardell

Message par Queenie le Mer 5 Avr - 19:33

Il te plairait, c'est sur !

Et à beaucoup d'autres ici. Pour ne pas dire à tous!

_________________
Et, du monde indistinct des rêves, là où se terrent les secrets mystiques, une réponse surgit.
avatar
Queenie

Messages : 3141
Date d'inscription : 29/11/2016
Localisation : *CabanCouette*

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jonas Gardell

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum