Thomas Corneille

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Thomas Corneille

Message par Arabella le Dim 2 Avr - 20:57

Thomas Corneille





Thomas Corneille est un juriste et auteur dramatique français, né à Rouen le 20 août 1625 et mort aux Andelys le 8 décembre 1709.

De dix-neuf ans le cadet de son frère Pierre, Thomas Corneille s’appliqua toute sa vie à suivre la voie de son aîné. Il fait ses études chez les Jésuites et, après de brillantes humanités, est, comme son frère, juriste. Il épouse la belle-sœur de Pierre et quitte Rouen pour Paris en même temps que lui, lorsque les triomphes de son frère l’entraînent vers le théâtre. Les deux frères semblent s'être très bien entendu tout le long de leur vie.

Comme Pierre, il fait d’abord des comédies, tirées pour la plupart des auteurs espagnols (il s’inspirera du Jodelet astrologue de d'Ouville pour écrire son Feint Astrologue en 1648 et sa Devineresse en 1679) et il réussit même à concurrencer victorieusement Scarron sur le terrain de la comédie burlesque.

En novembre 1656, il débute sur la scène tragique avec Timocrate, dont le sujet est tiré du roman Cléopâtre de La Calprenède, et qui connaît un immense succès avec une série ininterrompue de — selon la légende — quatre-vingts représentations, la plus longue de tout son siècle.

Il écrit, seul ou en collaboration, une quarantaine de pièces de théâtre. À la différence de son frère, il s’appliqua à tous les genres dramatiques dont la pièce à machines (sa pièce à machines Circé a été parmi les plus réussies du siècle), l’opéra et la comédie à intermèdes. Ses trois livrets d’opéra, Psyché (1678), Bellérophon (1679) et Médée (1693) font de lui, avec Philippe Quinault et Jean Galbert de Campistron, un des plus importants librettistes français du XVIIeme siècle.

En 1685, il succéda à l’Académie française au fauteuil de son frère mort l’année précédente, et produisit une nouvelle édition des Remarques de Vaugelas en 1687, avant de s’atteler, en 1694, à un Dictionnaire des termes des arts et des sciences en complément du dictionnaire de l’Académie puis à un Dictionnaire universel géographique et historique en 1708. Il avait également produit une traduction complète des Métamorphoses d’Ovide en 1697.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2170
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Thomas Corneille

Message par Arabella le Dim 2 Avr - 21:30

Timocrate


Il s'agit de la première tragédie écrite par Thomas Corneille, elle est donnée en 1656.C'est  une nouvelle étape importante dans l'histoire de la tragédie française. En effet, entre 1652 et 1656 aucune nouvelle tragédie n'est produite, sans doute un effet secondaire de la guerre civile qui eut lieu en France entre 1648 et 1653 (La Fronde). Timocrate marque une reprise du genre, et ses particularités en font un moment important de l'évolution de la tragédie.

Proche de la tragi-comédie par l'aspect romanesque, qui nécessite une grande concentration de la part de l'auteur pour faire tenir tous ces événements dans les 24 heures réglementaires, l'importance qu'elle donne à l'intrigue amoureuse, en font un exemple d'un courant de la tragédie française dénommé «la tragédie romanesque et galante».

Timocrate est fils de roi de Crète. Ce dernier a guerroyé contre le roi d'Argos, qui a laissé la vie. La veuve et la fille de ce dernier, en veulent au roi de Crète et à son fils, et veulent poursuivre la guerre pour venger le mort. Mais Timocrate, a pu approcher sous le nom de Cléomène, Eriphile, la princesse d'Argos dont il est amoureux, sentiment partagé par Eriphile. Le royaume d'Argos compte en fait terriblement sur les talents guerriers de notre héros pour le défendre des assauts des Crétois, qui arrivent. Timocrate est donc dans une situation impossible, entre sa fidélité à son pays, et son amour.

Cela semble tout à fait invraisemblable de nos jours, alors que dans les conventions de l'époque cette situation était considérée comme tout à fait possible. « Les amants ennemis », dont les familles étaient en guerre, est un thème récurrent, ainsi que l'idée de se dévouer à celle que l'on aime, au détriment de ses intérêts, y compris de puissants intérêts politiques. C'est évidemment daté, mais illustre parfaitement la façon dont ces thématiques pouvaient être traitées à l'époque.

Thomas Corneille est un habile faiseur, qui n'a pas l'originalité et l'inventivité de son frère, ni son art du vers, de la formule qui frappe et que l'on retient. Ici on a plus tendance à du connu, qui coule bien, mais sans forcément marquer les esprits. Mais habilement agencé, avec une cohérence interne ; il remplit son contrat en somme.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2170
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum