Yoko Ogawa

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Yoko Ogawa

Message par Luciole le Dim 4 Déc - 18:48



Yoko Ogawa est née le 30 mars 1962 à Okayama, dans la préfecture d'Okayama, est une écrivaine japonaise, auteur de nombreux romans - courts jusqu'en 1994 - ainsi que de nouvelles et d'essais. Elle est diplômée de l'université Waseda et elle vit à Ashiya, Hyōgo, avec son mari et son fils.
Elle a remporté le prestigieux Prix Akutagawa pour La Grossesse en 1991, et également les prix Tanizaki, prix Izumi, prix Yomiuri, et le prix Kaien pour son premier court roman, La Désagrégation du papillon.
Son univers romanesque est caractérisé par une obsession du classement, de la volonté de garder la trace des souvenirs ou du passé (L'Annulaire, 1994 ; Le Musée du silence, 2000, Cristallisation secrète, 1994), cette volonté conjuguée à l'analyse minutieuse de la narratrice (ou, moins fréquemment, du narrateur) de ses propres sentiments et motivations (qui viennent souvent de très loin) débouchant fréquemment sur des déviations et des perversions hors du commun, le tout écrit avec des mots simples qui accentuent la force du récit.
Elle est influencée par les écrivains japonais classiques comme Jun'ichirō Tanizaki, mais également, grâce à son écrivain préféré Haruki Murakami, par des auteurs américains comme F. Scott Fitzgerald, Truman Capote et Raymond Carver. Pendant ses études en littératures anglaises/américaines à l'université de Tokyo, son professeur, Motoyuki Shibata (qui a fait la première traduction d'Ogawa en anglais) lui fait connaître Paul Auster, dont il est le traducteur en japonais, et dont le roman Moon Palace a eu une grande influence sur Ogawa.
Ses romans ont été traduits en français, allemand, italien, grec, espagnol, catalan, chinois, coréen et récemment en anglais (aux États-Unis). Le plus souvent traduit est son roman Hôtel Iris, moins implicite que ses autres œuvres et donc un peu différent, et qui traite de la relation sexuelle (de shibari, ou bondage japonais) entre une fille de 17 ans et un vieillard. Une adaptation cinématographique de sa nouvelle L'Annulaire est sortie en France en juin 2005, un film de Diane Bertrand avec Olga Kurylenko et Marc Barbé. Au Japon, La Formule préférée du professeur a été récompensé du Prix Yomiuri et y est également sorti en film (2005), en bande dessinée (2006) et en cd audio (2006).

(Sources : Wikipédia)


Yoko Ogawa a une écriture poétique, légère mais aussi souvent empreinte de nostalgie, de déception, voire de désespoir… c'est alors que le fantastique permet de transcender tout ceci.

Elle a obtenu pour La formule préférée du professeur, publié en 2004, au delà du prix littéraire du Yomiuri, le prix de la Société des mathématiques pour avoir révélé au lecteur la beauté de cette discipline.

Sa traductrice est Rose-Marie Makino-Fayolle qui est aussi celle de Akira Yoshimura.

Bibliographie

1991 Le Réfectoire un soir et une piscine sous la pluie (nouvelle),
1995 La Piscine (nouvelle), 
1995 Les Abeilles (nouvelle),
1997 La Grossesse (nouvelle), 
1998 Un Thé qui ne refroidit pas (nouvelle),
1998 La Grossesse - La Piscine - Les Abeilles (recueil avec les 3 récits),
1999 L'Annulaire (nouvelle), 
1999 Le réfectoire un soir et une piscine sous la pluie : Suivi de Un thé qui ne refroidit pas, 
2000 Hôtel Iris (roman), 
2002 Parfum de glace (roman), 
2003 Une Parfaite chambre de malade (Actes Sud, nouvelle), 2003 La Désagrégation du papillon (nouvelle),
2003 Le Musée du silence (roman), 
2004 Tristes revanches (11 nouvelles avec correspondances), 
2004 La Petite pièce hexagonale (nouvelle),
2005 Amours en marge, 
2005 La Formule préférée du professeur (roman), 
2007 La Bénédiction inattendue (7 nouvelles), 
2007 Les Paupières (8 nouvelles),  
2008 La Marche de Mina (roman),
2009 La Mer (nouvelles), 
2009 Cristallisation secrète (roman), 
2010 Les Tendres plaintes (roman),
2011 Manuscrit zéro (journal), 
2012 La Lecture des otages(roman),
2013 Le petit joueur d'échecs (roman),  

Il reste des oeuvres encore non traduites en français.
avatar
Luciole

Messages : 406
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 42
Localisation : France - Pays de la Loire

Revenir en haut Aller en bas

Re: Yoko Ogawa

Message par Luciole le Dim 4 Déc - 18:51



Les tendres plaintes

J'ai découvert  Yôkô Ogawa avec Les tendres plaintes, en septembre 2014. J'ai beaucoup apprécié l'ambiance de ce livre toute en poésie, musique suggérée, délicatesse... Durant une première partie du roman, Ruriko, partie brusquement de Tokyo s'installe dans un chalet familial. Au fil des pages, une tension amoureuse se fait ressentir, laquelle conduira à une nuit de tendresse entre Ruriko et Nitta, facteur de clavecins, habitant d'un chalet voisin. Quand Ruriko découvre, petit à petit, dans une deuxième partie, qu'elle n'est pas l'élue de Nitta, mais que c'est Kaoru, l'assistante de Nitta pour la réalisation des clavecins, elle se déstabilise et revient à Tokyo. 
Finalement, Ruriko se rend compte qu'elle doit réagir que ce soit à Tokyo où son divorce doit aboutir ou alors dans le chalet familiale où elle ne fait que souffrir de ne pas avoir séduit cet homme, de ne pas avoir réussi à partager son monde, si ce n'est par la gravure calligraphiée au nom de Nitta sur la gorge d'un des clavecins.
Ruriko, se sentant seule, s'élance dans une carrière plus étoffée dans son domaine, la calligraphie mais gardera toujours en tête la mélodie des tendres plaintes...

Les clavecins étant à l'honneur dans ce livre, en voici un :


Et, Les tendres plaintes, est effectivement une pièce de Rameau pour clavecin : à venir quand j'aurai le droit !!!!
avatar
Luciole

Messages : 406
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 42
Localisation : France - Pays de la Loire

Revenir en haut Aller en bas

Re: Yoko Ogawa

Message par Luciole le Dim 4 Déc - 18:52

Lecture de juillet 2015 :

L'annulaire


Encore un joli livre de Yoko Ogawa, poétique.
Par contre, à chaud, je suis restée sur ma faim car je n'ai pas compris, sur le coup, le sens (caché ?) du livre...

Finalement, voici comment j'interprète les événements. La jeune assistante ne cesse de nourrir le désir que M. Deshimaru l'aime. Mais, jour après jour, lui l'utilise... C'est lui qui décide quand ils se retrouvent de façon intime dans la salle de bains, c'est lui qui l'enferme dans l'absolue nécessité de garder les chaussures qu'il lui a offertes, c'est lui qui semble profiter d'autres jeunes filles séduisantes....Nous assistons impuissants à la tristesse d'une relation inéquitable de l'assistante amoureuse qui acceptera tout de son bourreau par amour, sans se rendre - vraiment - compte que le maître n'est que quelqu'un qui la prend quelque part pour une prostituée. La fin du livre nous incite à penser que l'assistante sera à jamais sous la coupe du maître, l'écartant à jamais d'une relation avec un homme qui l'aimerait, à l'image de son annulaire blessé, l'annulaire étant le symbole du partenaire.

Ce livre de Yoko Ogawa m'a plu mais beaucoup moins que La formule préférée du professeur et Les tendres plaintes...

_________________
geek  “Il n’y a point de génie sans un grain de folie.” Aristote
avatar
Luciole

Messages : 406
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 42
Localisation : France - Pays de la Loire

Revenir en haut Aller en bas

Re: Yoko Ogawa

Message par Luciole le Dim 4 Déc - 18:54

La formule préférée du professeur




C'est un de mes livres préférés. cheers 
J'adore les mathématiques, alors je suis servie !
Toutes les bizarreries du cerveau me passionnent, alors, forcément, j'adore le professeur qui ne peut plus se souvenir que de 80 minutes d'affilées...

Tout en finesse, en délicatesse, et en poésie, ce livre est pour moi un bijou.
Si vous aimez les mathématiques, foncez !!!

Ce livre m'a été offert par kenavo Embarassed

_________________
geek  “Il n’y a point de génie sans un grain de folie.” Aristote
avatar
Luciole

Messages : 406
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 42
Localisation : France - Pays de la Loire

Revenir en haut Aller en bas

Re: Yoko Ogawa

Message par kenavo le Dim 4 Déc - 19:02

wow... voilà quelqu'un de trop gentil... à peine demandé, voilà le fil, Merci!
@Luciole a écrit:Ce livre m'a été offert par kenavo Embarassed
et c'était un plaisir, surtout que tu as autant aimé que moi...

auteur que j'adore, dans tous ses livres, faut savoir qu'elle a un côté "tordu" et un côté plus "doux"... je suis une inconditionelle, des ces deux faces

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 6700
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Yoko Ogawa

Message par Queenie le Dim 4 Déc - 19:38

Un auteur que j'ai lu.
Elle pose de ses ambiances étranges.
Il faudrait que je m'y replonge, ça date.
Je crois qu'elle est assez inégale, non ?

_________________
*Imaginer en Grand*
avatar
Queenie

Messages : 2026
Date d'inscription : 29/11/2016
Localisation : *CabanCouette*

Revenir en haut Aller en bas

Re: Yoko Ogawa

Message par Mordicus le Dim 4 Déc - 20:25

Yoko Ogawa me manque.
Cela fait longtemps que je ne l'ai plus lue.


Le prof de maths m'a l'air tentant.
avatar
Mordicus

Messages : 265
Date d'inscription : 03/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Yoko Ogawa

Message par darkanny le Lun 5 Déc - 11:25

J'aime pratiquement tout ce que j'ai lu d'elle sauf Hôtel Iris.

Les ambiances sont effectivement particulières, mais elle arrive à créer un univers quotidien contemporain toujours surprenant malgré sa banalité apparente.
avatar
darkanny

Messages : 740
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Yoko Ogawa

Message par kenavo le Lun 5 Déc - 11:52

@Queenie a écrit:Je crois qu'elle est assez inégale, non ?
hm... cela dépend de ton approche, elle a écrit du 'beaucoup tordu' et du 'très soft', si on compare naturellement ces deux catégories, elle semble inégale, mais en fait, dans les deux genres elle reste à la hauteur...

@Mordicus a écrit:Le prof de maths m'a l'air tentant.
il est tout bon, j'ai adoré ce livre, mais faut savoir qu'il appartient dans la partie de ses oeuvres qui sont plus soft...

@darkanny a écrit:J'aime pratiquement tout ce que j'ai lu d'elle sauf Hôtel Iris.
c'est marrant, c'était mon premier d'elle et j'étais scotchée dès le début et depuis je suis une inconditionnelle... et bien que je ne recommanderais pas à tout le monde, pour moi cela va rester un livre à part pour moi

@darkanny a écrit:Les ambiances sont effectivement particulières, mais elle arrive à créer un univers quotidien contemporain toujours surprenant malgré sa banalité apparente.
tout à fait, et le plus de nouvelles que je lis d'elle, le plus je dois dire qu'elle excelle aussi par là, son dernier livre paru, Jeune fille à l'ouvrage, est une petite merveille

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 6700
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Yoko Ogawa

Message par Luciole le Lun 5 Déc - 12:41

Kenavo, pourrais-tu, d'ailleurs, me conseiller une lecture de sa facette "tordue" s'il te plaît ?

_________________
geek  “Il n’y a point de génie sans un grain de folie.” Aristote
avatar
Luciole

Messages : 406
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 42
Localisation : France - Pays de la Loire

Revenir en haut Aller en bas

Re: Yoko Ogawa

Message par Queenie le Lun 5 Déc - 13:20

Bon. okay. vous m'avez convaincue de retrouver son univers.

_________________
*Imaginer en Grand*
avatar
Queenie

Messages : 2026
Date d'inscription : 29/11/2016
Localisation : *CabanCouette*

Revenir en haut Aller en bas

Re: Yoko Ogawa

Message par kenavo le Lun 5 Déc - 13:44

@Luciole a écrit:Kenavo, pourrais-tu, d'ailleurs, me conseiller une lecture de sa facette "tordue" s'il te plaît ?
hm, j'ai moi-même utlisé le mot 'tordu'... mais pour ces deux livres je dirais plutôt qu'ils sont 'à part' Wink

Le musée du silence
Un jeune muséographe vient d'entrer en fonction dans un manoir aux confins du monde. Sous la direction d'une vieille femme plutôt étrange, il devra recenser, agencer, mettre en scène une véritable collection d'objets, de reliques du quotidien, de vestiges d'une intimité disparue et pourtant soutirée depuis des années aux défunts du village voisin. Car ces objets ont un seul point commun : ils furent tous volés quelques heures après la mort de leur propriétaire... Empreintes du temps qui passe, variations autour de la mémoire, accumulations, obsessions : la mission de cet homme est complexe car le musée du Silence devra être à la hauteur des souvenirs de la vieille dame.
atmosphère tout à fait extraordinaire et onirique, par moment une sensation de 'suspense', vraiment plein de situations imaginatives... et je pense une de mes lectures d'elle qui m'a fait le plus d'effets

Parfum de glace
A la mort de son compagnon, Ryoko réalise qu'elle ne savait rien de lui. Le jeune homme s'est suicidé dans son laboratoire de parfumeur, où il créait des fragrances exceptionnelles en combinant son incomparable mémoire olfactive à ses capacités scientifiques. Sur les lieux du drame, Ryoko trouve une disquette contenant quelques phrases énigmatiques. Incapable de faire le deuil de cet homme étrange, elle part à la rencontre de son passé. Entre réel et imaginaire, symbolique et inconscient, Yoko Ogawa atteint ici le cœur des êtres, la source de leur mémoire, pour exprimer l'indicible douleur de vivre.
aussi un très bon moment de lecture, un peu plus triste, mais très prenant...

zut, rien qu'en parlant d'elle, j'ai envie de relire...

@Queenie a écrit:Bon. okay. vous m'avez convaincue de retrouver son univers.
Wink au moins lui donner encore une chance... je ne me rappelle plus très bien, tu aimes les nouvelles? si c'est le cas, essaie son dernier livre, c'est du tout bon concernant nouvelles I love you

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 6700
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Yoko Ogawa

Message par Luciole le Lun 5 Déc - 13:49

merci Kena ! Coup de chance Parfum de glace et Le musée du silence sont disponibles à la médiathèque !!!

_________________
geek  “Il n’y a point de génie sans un grain de folie.” Aristote
avatar
Luciole

Messages : 406
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 42
Localisation : France - Pays de la Loire

Revenir en haut Aller en bas

Re: Yoko Ogawa

Message par Queenie le Lun 5 Déc - 13:59

Non mais, je garde un bon souvenir de mes lectures d'ogawa, et en même temps je ne sais même plus ce que j'ai lu d'elle. 
Je les oublie vite.

_________________
*Imaginer en Grand*
avatar
Queenie

Messages : 2026
Date d'inscription : 29/11/2016
Localisation : *CabanCouette*

Revenir en haut Aller en bas

Re: Yoko Ogawa

Message par Aeriale le Lun 5 Déc - 14:41

Je ne connais que sa période soft (Cristallisation secrète et La marche de Mina) mais j'aime bien son écriture. Elle installe souvent des atmosphères envoutantes...

Mais cela fait longtemps que je ne l'ai plus lue, et j'ai un peu oublié les histoires. J'ai juste des images en tête, particulières, assez fascinantes.

Faut que je la relise!!
avatar
Aeriale

Messages : 2443
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Yoko Ogawa

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum