Érik Orsenna

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Érik Orsenna

Message par kenavo le Sam 22 Avr - 6:09



Érik Orsenna, pseudonyme d’Éric Arnoult, est un écrivain et académicien français né le 22 mars 1947 à Paris.

Orsenna est le nom de la vieille ville du Rivage des Syrtes dans le roman de Julien Gracq


source et suite


son site

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 6206
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Érik Orsenna

Message par kenavo le Sam 22 Avr - 6:10


Deux étés
Quatrième de couverture
Imaginez la plus vaste des étendues bleues, saupoudrée jusqu'à l'horizon d'une centaine de rochers roses entre lesquels glissent des voiles. Au loin, l'île principale veille sur cette grande famille à fleur d'eau. En ce paradis, nous vivions de juin à septembre. Un beau jour, à deux pas de notre maison, vient s'installer Gilles, un personnage étrange. Allure de faune, métier improbable: traducteur. L'éditeur Arthème Fayard lui a confié une tâche impossible: la version en langue française du chef-d'oeuvre de Nabokov, Ada ou l'Ardeur.

Bien sûr, il peine. Bien sûr, il traîne. Arthème s'énerve. Alors, l'île entière lui vient en aide. Durant deux étés, nous avons apporté à Gilles notre contribution enthousiaste et incompétente.

Depuis longtemps, je voulais raconter ces deux étés. Rendre hommage à la navigation des mots, à la jalousie de la mer, à nos complicités d'alors qui n'allaient plus jamais cesser.

Je sais maintenant que je dois à cette aventure d'il y a vingt ans l'apprentissage de l'enchantement.
E.O.

Ma première rencontre avec cet auteur s’est faite dans une autre langue. Lors de la parution de Deux étés en version allemande, j’avais depuis peu découvert la Bretagne. L’histoire se déroule sur l’île de Bréhat, j’étais plus que partante pour cette lecture. Et puisque je n’avais pas encore repris l’habitude de lire en français à ce moment (2000), j’ai opté pour Inselsommer.

Mais n’importe la langue, c’est un livre délicieux et cela reste un de mes grands coups de cœur !

Ce n’est que plusieurs années après cette première lecture que j’ai découvert qu’il s’agit en effet de faits véridiques. Ce qui ajoute en quelque sorte un plus à ce livre déjà tout à fait charmant.

C’est tout simplement réjouissant et je recommande ce livre à chaque lecteur qui veut passer un bon moment.




Deux étés relate l'incroyable histoire des habitants d'une île entière qui bouleversent leurs vacances pour venir en aide au traducteur de Nabokov.
Erik Orsenna. Incroyable, oui, mais véridique. Tout cela s'est déroulé en 1973-1974, deux étés magiques dans ma vie. De simples vacances nous sommes passés à l'enchantement, à l'envoûtement. Nous sommes tous devenus plus légers, moins arrimés. Jusque-là seule la mer comptait. Le grand rendez-vous de l'été, c'était la régate; les journées étaient ponctuées par les grandes marées, la pêche. Brusquement, on a oublié tout cela à cause des mots. Mais je ne m'en suis rendu compte que bien plus tard.

Donc, le héros de votre roman, Gilles, a bel et bien existé.
E.O. Oui, il avait débarqué sur notre île avec tous ses chats dans les années 60. Il traduisait tranquillement "le peuple infiniment patient des défunts" lorsqu'en 1969 Arthème Fayard achète les droits d'Ada or Ardor de Vladimir Nabokov et lui propose de faire des essais. Il se rend très vite compte de la difficulté monstrueuse de cette traduction. C'est une tâche invraisemblable, Ada, c'est comme traduire Ulysse, ou peut-être même Finnegans Wake. Bref, il n'y arrive pas et fait le mort durant quatre ans, jusqu'à ce que l'éditeur finisse par se lasser. C'est alors qu'intervient Mme de Saint-Exupéry, sa voisine, qui décide de lui venir en aide en faisant appel à notre groupe.

On a peine à y croire. L'île de Bréhat, car c'est d'elle qu'il s'agit, serait un microcosme extraordinaire composé d'anglicistes confirmés...
E.O. Confirmés, non. On avait tous fait un peu d'anglais, on était tous allés à Brighton acheter des shetlands... En fait, tous les îliens de Bréhat sont fous de bateau, fous de livres et fous de jardins. Mais cette mobilisation générale était aussi mue par la haine de Paris et la haine de l'anglais. Bouffer de l'anglais, même s'il est russe, et dire m... à Paris, l'idéal! Ce qu'on faisait était nul bien sûr, mais cela aidait Gilles de savoir qu'il y avait tout ce monde autour de lui.


source et suite

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 6206
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Érik Orsenna

Message par kenavo le Sam 22 Avr - 6:11


Portrait d'un homme heureux : André Le Nôtre, 1613-1700
Quatrième de couverture
A Versailles, souvent je tends l'oreille, rêvant de retrouver une amitié, une conversation quotidienne et qui dura trente-cinq ans. Entre Louis XIV et André Le Nôtre. Le monarque le plus puissant à qui tout doit céder, même le temps. Et l'homme de la terre, le saisonnier, celui qui reste du côté de la nature, même s'il la force comme personne avant lui. Ensemble ils ont écrit le plus grand livre du monde mille hectares -, le roman du Soleil incarné. La seule histoire occidentale qui impressionnait Quianlong, l'empereur de Chine, le créateur du jardin de la Transparence parfaite.
Ma deuxième lecture d’Érik Orsenna se faisait en français. Même si j’étais attiré vers ce livre lors de sa parution en allemand (2002) et que des amis-lecteurs allemands me disaient tant de bien.

Avant ce roman je n’avais pas encore entendu le nom d’André Le Nôtre et pour moi cela fût une très belle découverte. En quelque sorte c’est une biographie condensée qui ne parle pas seulement de cet illustre jardinier mais de toute son époque.

Je l’ai relu pour ouvrir ce fil et à cause de mon envie de faire plusieurs lectures autour du sujet des jardins.

J’ai retrouvé tout le plaisir que j’ai eu lors de la première fois. C’est intéressant et érudit.

Une très bonne entrée en matière.

En plus j’ai lu ce texte cette fois-ci dans ce livre, accompagné de maintes illustrations… extra

Les documents exhumés à l’occasion du troisième centenaire de la mort de Le Nôtre ont donné à Erik Orsenna envie d’en proposer une version fortement illustrée sous forme d’album. Peintures, plans, dessins choisis, mis en scène et commentés par l’auteur avec autant de science que de brio illustrent l’univers du jardinier de Louis XIV et celui qu’il a créé.



_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 6206
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Érik Orsenna

Message par Ruth May le Sam 22 Avr - 20:00

@Kenavo ! pour moi, c'est le contraire : j'ai découvert Eric Orsenna "avec" Lenôtre et continué avec Deux étés que j'ai choisi de placer comme se déroulant sur l'île de Batz... j'en revenais ,à ce moment-là, et je voulais poursuivre l'enchantement de mon séjour. Rolling Eyes

Et depuis, au gré des trouvailles, je le lis avec plaisir !
avatar
Ruth May

Messages : 573
Date d'inscription : 07/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Érik Orsenna

Message par kenavo le Dim 23 Avr - 6:53

Chokolacho a écrit:l'île de Batz... j'en revenais ,à ce moment-là, et je voulais poursuivre l'enchantement de mon séjour. Rolling Eyes
De terre et de mer de Sophie Van der Linden se situe sur cette île... si l'envie te reviens d'y faire un séjour Wink

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 6206
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Érik Orsenna

Message par Ruth May le Dim 23 Avr - 9:07

Oh, merci @Smoothie ! j'ai toujours la nostalgie de ce coin de terre.... bisoua2 Je vais le chercher, de ce pas !
avatar
Ruth May

Messages : 573
Date d'inscription : 07/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Érik Orsenna

Message par kenavo le Sam 15 Juil - 6:17

Photographies: Yann Monel


Kerdalo Le jardin continu
Présentation de l’éditeur
Erik Orsenna, grand amoureux du jardin de Kerdalo qu'il arpente et admire depuis de nombreuses années, nous invite à le découvrir en compagnie de ses propriétaires, Isabelle et Timothy Vaughan.
Au fil d'une promenade photographique, ils nous dévoilent les charmes et les mystères de ce «jardin qui continue parce que l'eau coule toujours des trois sources, parce que dans ce vallon de Bretagne les saisons se succèdent avec plus de violence et de soudaineté qu'ailleurs, parce qu'Isabelle et Timothy s'acharnent à la tâche et préfèrent préférer plutôt qu'accumuler. Un jardin où tout n'est que réponse, écho, prolongement et métamorphoses.»

Une visite enchantante… des photos envoutantes…

Une promenade aux côtés d’Erik Orsenna qui m’a enthousiasmée…
et puisque ce jardin se trouve en Bretagne, j’ai une destination fixée lors de mon prochain séjour dans la région !


_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 6206
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Érik Orsenna

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum