Nina Berberova

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Nina Berberova

Message par kenavo le Lun 1 Mai - 9:37



Nina Berberova et Hubert Nyssen


Nina Nikolaïevna Berberova née à Saint-Pétersbourg le 8 août (26 juillet) 1901 et morte à Philadelphie le 26 septembre 1993, est une femme de lettres et poétesserusse-américaine connue pour ses récits de Russes en exil.


source et suite


Ce n'est qu'en 1984 que les français « découvrent » l'écrivaine Nina Berberova grâce à une toute nouvelle maison d'édition qui a vu le jour en 1978. Son fondateur Hubert Nyssen mettra toute son énergie pour éditer et faire connaître l'oeuvre de Nina Berberova en France. Ainsi, La ligne éditoriale de Actes Sud s'affirme en publiant une littérature étrangère originale et de qualité.

Hubert Nyssen a été aussi l'héritier et l'exécuteur testamentaire de l'écrivaine.

source

Pour ce 1er mai, envie qu'un fil pour Nina rejoint les Bookies Wink

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 5892
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nina Berberova

Message par kenavo le Lun 1 Mai - 9:38


Zoïa Andréevna
Présentation de l’éditeur
Fuyant les bolcheviks, le jeune Zoïa se réfugie dans une pension dont l'expulse la méfiance de la petite communauté qui l'habite.
Comme bon nombre de lecteurs, j’aime bien garder de mes auteurs préférés quelques-uns de leurs livres ‘en réserve’.
Ainsi je peux y retourner sans pour autant devoir relire… et puisque j’ai besoin de temps en temps de ma ‘dose’ Nina Berberova, j’ai pris ces deux romans (plutôt longues nouvelles) et j’ai eu plein de plaisir de la retrouver.

La maison d’édition dit concernant Les dames de Saint-Pétersbourg que c’est un récit ‘à la fois tendre et cruel’. En ce qui concerne Zoïa Andréevna, je dirais qu’on pourrait dire qu’il n’est que cruel.

Cette communauté dans laquelle Zoïa se retrouve lors de sa fuite, est vraiment malveillante… et la façon dont Nina Berberova construit ce texte est très bien menée.



Les dames de Saint-Pétersbourg
Présentation de l’éditeur
Fuyant Saint-Pétersbourg, Barbara Ivanovna et sa fille Marguerite arrivent, dans un village, chez le docteur Byrdine où elles retrouvent un peu de la quiétude perdue.

Ce récit, à la fois tendre et cruel, est publié en même temps que Zoïa Andréevna. Ecrits en 1927, ce sont, dans l’œuvre narrative de Nina Berberova, les seuls à mettre en scène les futurs émigrés au moment où, en Russie, ils fuient la révolution.
J’ai coupé la présentation de l’éditeur qui en dit tout du contenu… bien que je dois dire que cela ne joue pas un grand rôle pour la plupart des livres de Nina Berberova.

Ce ne sont pas les histoires qui sont si importantes, mais son écriture. Moi en tout cas j’aime la suivre dans tout ce qu’elle a eu envie de raconter.
Et ce récit ne fait pas exception.
Je ne peux pas vous expliquer pourquoi elle arrive à m’enthousiasmer autant. C’est un fait et j’en suis ravie…



Belle idée d’Actes Sud de faire d’une image deux couvertures pour ces livres, qui sont en quelque sorte unis à cause de leur sujet.



Piero Marussig, Deux femmes dans un café, 1924

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 5892
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nina Berberova

Message par Liseron le Lun 1 Mai - 12:29

Merci pour le fil, j'ai beaucoup lu Nina Berberova il y a très longtemps et j'aimais beaucoup, ça me donne envie de la relire  Smile
avatar
Liseron

Messages : 242
Date d'inscription : 02/01/2017
Age : 56
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nina Berberova

Message par kenavo le Mar 2 Mai - 5:57

Avanie et framboise a écrit:j'ai beaucoup lu Nina Berberova il y a très longtemps et j'aimais beaucoup, ça me donne envie de la relire  Smile
après que je l'avais découvert, j'en ai lu pratiquement tout ce qu'on a publié d'elle... et de temps en temps j'adore retrouver sa voix

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 5892
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nina Berberova

Message par Aeriale le Mar 2 Mai - 18:14

J'ai connu cette auteure grâce à toi Kenavo! Very Happy

Tu m'avais prêté ces trois là:



C'est l'histoire désenchantée et méchamment tragique d'une jeune et ambitieuse russe en quête de vie facile et de reconnaissance sociale qu'elle ne peut imaginer qu'en paillettes et colifichets, beaux restaurants et adorateurs passionnés. Mais la vie de veuve désargentée n'est pas si facile dans ce Paris qu'elle imagine mondain et peu à peu elle va devoir réviser ses prétentions jusqu'à sombrer dans la déchéance.

J'ai aimé cette petite lecture abrupte et sans concessions où l'espoir ne se pointe jamais, et où tout est décrit dans un réalisme qui frappe juste. Le ton est désabusé et si l'auteure ne s'inspire que de loin de son expérience, on perçoit tout de même cette désillusion que tout un peuple condamné à l'exil dut se partager. C'est tranchant, cruel et noir, et l'auteure na pas besoin de beaucoup de phrases pour nous immerger dans le récit.

Pour ceux qui aiment bien les nouvelles cyniques où l'on ne se perd pas en digressions, ce roman peut vous plaire car il dépeint parfaitement l'état d'esprit de ces coquettes du début de siècle et l'âme slave dans sa recherche d'un illusoire absolu.

le roseau révolté-



Un roman très court mais qui dit beaucoup sur la difficulté d'exister par soi-même, l'auteure prenant cette image du roseau qui ne se rompt pas, devant les compromissions et les petites arrangements que l'on pourrait se faire avec la vie.

Le plus important selon elle, est cette exigence de liberté, de rigueur morale face à soi-même, afin de rester en conformité avec son moi profond -son no man's land comme elle le nomme ici- Et même si le prix à payer est celui de la solitude et la désillusion.

J'ai là encore apprécié le style de Nina Berberova, on sent beaucoup de force et de détermination dans le portrait de cette jeune femme, ce qui n'exclue pas cependant beaucoup de sensibilité dans l'analyse de ses tourments. Son analyse est fine, et l'auteure parvient bien à nous faire partager ses questionnements et ses déconvenues, par petites touches subtiles, face à l'homme aimé autrefois, qui lui se retrouve prisonnier d'une femme autoritaire, complètement absent et dépossédé de son libre arbitre. Triste et cruel, mais très vrai et toujours universel. Peu de mots qui disent l'essentiel là encore!

Le livre du bonheur-


Cela commence par un suicide, celui de Sam, premier amour de jeunesse de l' héroïne Vera, suicide qui la renvoie subitement à sa vie passée et au chemin qui l'a conduit jusque là. Mais du suicidé, on n'en sait pas plus. Et c'est dommage car je m'étais attachée à leur histoire commune.

La première partie, son amitié amoureuse vécue plus comme une symbiose avec Sam, son double, est parfaitement décrite. On revit cette période d'avant la révolution, ces russes contraints de partir, il y a cette atmosphère début de siècle un peu désuète mais pleine de charme: J'ai vraiment aimé. Ensuite on retrouve Vera seule et son parcours à Paris, mariée par compassion à un homme tuberculeux qui en mourra, auquel elle se dévoue corps et âme, et qui lui permettra de fuir une Russie en famine, avant de retrouver goût à la vie, aidée par sa belle-soeur et un court passage à Nice. De retour chez elle, elle va apprendre à exister pour elle-même, apprivoiser sa liberté et connaître enfin l'amour véritable, le bonheur tout simple d'exister à deux non dans la résignation ou un rapport fusionnel, mais dans un juste équilibre entre ces extrêmes.

J'avoue, la fin m'a moins convaincue. Je l'ai trouvée un peu confuse et moins fouillée que les deux premières parties, et je me suis un peu lassée. Il m'a manqué des bouts d'histoires, quelques scènes sont restées un peu dans le flou et du coup la chute m'a paru moins réussie et surtout plus convenue.

Je relirai cependant d'autres romans de Nina Berberova, mais peut-être plus courts. Je me demande si elle n'est pas meilleure dans les nouvelles? Merci en tout cas à Kenavo qui m'a permis de me plonger dans cette littérature pleine de nostalgie et de rêves. Une bien jolie découverte!
avatar
Aeriale

Messages : 2176
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nina Berberova

Message par Epi le Mar 2 Mai - 21:33

Tiens, j'ai Le cap des tempêtes depuis bien longtemps, j'en ferais bien ma prochaine lecture (quand je me remettrais vraiment à lire) Very Happy

_________________
Let It Be
avatar
Epi

Messages : 1291
Date d'inscription : 29/11/2016
Age : 57

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nina Berberova

Message par kenavo le Mer 3 Mai - 6:26

Poutouviers a écrit:J'ai connu cette auteure grâce à toi Kenavo! Very Happy  
et cela me réjouit toujour autant
merci pour tes commentaires qui enrichissent ce fil

La Pasta a écrit:Tiens, j'ai Le cap des tempêtes depuis bien longtemps, j'en ferais bien ma prochaine lecture (quand je me remettrais vraiment à lire) Very Happy
c'est un de ses livres plus 'consistant', surtout point de vue nombre de pages (mais tu aimes les pavés Wink )
et je te souhaite que tu arrives à retrouver goût à la lecture... si cela se ferait avec Nina, quel kif

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 5892
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nina Berberova

Message par Epi le Mer 3 Mai - 19:22

Smoothie a écrit:c'est un de ses livres plus 'consistant', surtout point de vue nombre de pages (mais tu aimes les pavés Wink )
Ca reste raisonnable, ça va  Very Happy

Smoothie a écrit:et je te souhaite que tu arrives à retrouver goût à la lecture... si cela se ferait avec Nina, quel kif
En fait, je ne l'ai pas perdu, j'ai super envie de lire et plein de livres me tentent mais quelque chose d'autre occupe mon esprit et comme je suis monomaniaque, je peux pas faire les deux Rolling Eyes (ça passera éventuellement et je reviendrai à la lecture)

_________________
Let It Be
avatar
Epi

Messages : 1291
Date d'inscription : 29/11/2016
Age : 57

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nina Berberova

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum