Evelyn Waugh

Aller en bas

Evelyn Waugh

Message par Merlette le Mer 10 Mai - 10:41



Evelyn Waugh est un écrivain britannique né à Hampstead en 1903. Après des études à Oxford, il mène au début des années 1920 une vie dissolue d'esthète dont on retrouvera l'écho dans son œuvre. Au cours des années 1930, il parcourt le globe, de la France au Proche-Orient, de l'Amérique centrale au Cercle polaire arctique. Il eut six enfants de son mariage et vécut dans le Somerset de 1937 à sa mort, en 1966.
Waugh se caractérise par sa pratique très pure et raffinée de la langue anglaise et par son style sarcastique. Devenu agnostique au cours de sa scolarité, il se convertit au catholicisme en 1930 ; ses idées religieuses se manifesteront de manière de plus en plus visible au fur et à mesure de sa carrière, jusqu'à constituer le principal élément thématique de ses dernières œuvres, coexistant avec un profond pessimisme. 
il est l'auteur de Retour à Brideshead, Grandeur et décadence, Le Cher Disparu, Scoop, Une poignée de cendres, Hommes en armes, Officiers et Gentlemen...

Sources: Robert Laffont, Wikipédia

_________________
With freedom, books, flowers, and the moon, who could not be happy?” Oscar Wilde
avatar
Merlette

Messages : 2337
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Evelyn Waugh

Message par Merlette le Mer 10 Mai - 11:26

Retour à Brideshead/ Brideshead Revisited
1945

C'est à l'université d'Oxford que Charles Ryder, le narrateur, fait la connaissance du jeune lord excentrique Sebastian Flyte. Charles tombe aussitôt sous son charme, et cette fascination s'accroît encore lorsque Sebastian lui fait découvrir les Marchmain, sa famille avec laquelle il entretient des rapports difficiles, et leur magnifique domaine, Brideshead. Le roman suit sur une vingtaine d'années la relation de Charles avec les Marchmain, jusqu'à l'orée de la seconde guerre mondiale...

Mes impressions suite à la lecture de ce classique de la littérature anglaise du 20e siècle sont mitigées...
Conçu comme une sorte d'hommage à un monde doré désormais disparu, celui de la haute société anglaise et leurs fastueux country estates , ce roman se lit avec plaisir, car, nous faisant suivre leur vie et leurs voyages, il nous promène du cadre pittoresque d'Oxford, de ses brumes et ses carillons, à la magie raffinée de l'architecture et des jardins de Brideshead, en passant par les palais vénitiens, les ambiances délétères d’Istanbul et Tanger, les réceptions londoniennes des années folles, un voyage en transatlantique reliant New-York à l'Europe... Comme une succession de beaux tableaux à la Downton Abbey...Charles, devenu peintre paysagiste, se spécialise d'ailleurs avec succès dans la représentation de ces demeures et domaines voués à l'abandon, voire à la destruction.

Mais ce qui empêche d'être vraiment touché par la nostalgie d'un paradis perdu que l'oeuvre est censée transmettre, c'est le peu de sympathie que l'on éprouve envers la plupart des personnages, narrateur en tête. Traînant une insatisfaction chronique assez agaçante, se déchirant à cause de sombres rancœurs liées à la foi catholique, leur mal-être éveille peu de compassion, peut-être parce que sa cause réelle est trop laissée dans le flou et que, du coup, leurs sentiments nous demeurent étrangers, hermétiques. Le seul personnage assez attachant étant le dandy homosexuel Anthony Blanche, qui, au delà de ses extravagances, fait preuve de clairvoyance et d'acceptation de soi.

_________________
With freedom, books, flowers, and the moon, who could not be happy?” Oscar Wilde
avatar
Merlette

Messages : 2337
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Evelyn Waugh

Message par kenavo le Mer 10 Mai - 13:08

Merci pour ce fil... et ton commentaire
Je vais te rejoindre avec des avis sur d'autres livres de lui, c'est un auteur dont j'ai lu pas mal dans le temps et il me reste de bons sentiments envers son oeuvre

@Merlette a écrit:Mais ce qui empêche d'être vraiment touché par la nostalgie d'un paradis perdu que l'oeuvre est censée transmettre, c'est le peu de sympathie que l'on éprouve envers la plupart des personnages, narrateur en tête. Traînant une insatisfaction chronique assez agaçante, se déchirant à cause de sombres rancœurs liées à la foi catholique, leur mal-être éveille peu de compassion, peut-être parce que sa cause réelle est trop laissée dans le flou et que, du coup, leurs sentiments nous demeurent étrangers, hermétiques.
je comprends tes réticences... et je me demande si mon expérience de lecture aurait été la même si je n'aurais pas vu l'adaption en premier...
ce n'est qu'après que j'ai lu ce roman et puisque j'ai a-d-o-r-é cette série (celle de 1981, pas le film qu'on en a fait en 2008), je pense que je suis aussi tombée sous le charme totale du livre Wink

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 9436
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Evelyn Waugh

Message par Merlette le Mer 10 Mai - 13:25

@kenavo a écrit:ce n'est qu'après que j'ai lu ce roman et puisque j'ai a-d-o-r-é cette série (celle de 1981, pas le film qu'on en a fait en 2008), je pense que je suis aussi tombée sous le charme totale du livre Wink

Oui, j'imagine sans problèmes, car le livre a une grande qualité "visuelle", et l'écriture élégante de Waugh fait ressortir à merveille la beauté et l'atmosphère des lieux qu'il décrit. Dommage que la façon dont les personnages sont dépeints, eux, m'ait laissée assez froide. Ainsi que tout ce "drame" autour du catholicisme (pas compris le revirement aussi soudain qu'inattendu du narrateur à la fin).

Spoiler:
Sa virulence anti-catholique l'a fait se séparer de la femme de sa vie, et soudain, dans les dernières lignes il voit un lumignon brûler dans la chapelle de Brideshead, et hop, il est pour ainsi dire converti. Le roman se termine sur une note assez déconcertante et frustrante.  scratch 


Je lirai avec intérêt tes commentaires sur d'autres de ses romans, car j'aimerais découvrir aussi le pan plus humoristique de son oeuvre (Brideshead revisited est plus amer que sarcastique).

_________________
With freedom, books, flowers, and the moon, who could not be happy?” Oscar Wilde
avatar
Merlette

Messages : 2337
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Evelyn Waugh

Message par kenavo le Mer 10 Mai - 14:39

@Merlette a écrit:Ainsi que tout ce "drame" autour du catholicisme (pas compris le revirement aussi soudain qu'inattendu du narrateur à la fin).

Spoiler:
Sa virulence anti-catholique l'a fait se séparer de la femme de sa vie, et soudain, dans les dernières lignes il voit un lumignon brûler dans la chapelle de Brideshead, et hop, il est pour ainsi dire converti. Le roman se termine sur une note assez déconcertante et frustrante.  scratch 
pour moi aussi le plus grand 'hic' avec ce livre... et même si je revois de temps en temps la série, je laisse souvent le dernier épisode de côté, c'est de trop Cool

@Merlette a écrit:Je lirai avec intérêt tes commentaires sur d'autres de ses romans, car j'aimerais découvrir aussi le pan plus humoristique de son oeuvre (Brideshead revisited est plus amer que sarcastique).
malheureusement j'ai lu la plupart avant mes activités sur internet, donc pas de commentaires adéqats, mais je vais au moins présenter quelques-uns de ses livres...

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 9436
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Evelyn Waugh

Message par Merlette le Mer 10 Mai - 17:01

Merci d'avance!

_________________
With freedom, books, flowers, and the moon, who could not be happy?” Oscar Wilde
avatar
Merlette

Messages : 2337
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Evelyn Waugh

Message par kenavo le Mer 10 Mai - 18:17

@Merlette a écrit:Merci d'avance!
Comme je l’ai dit, lu il y a bon nombre d’années et jamais fait de commentaire… voilà une petite présentation de quelques romans de lui que j’ai beaucoup aimé


Une poignée de cendre
Présentation de l'éditeur
Une sereine et digne lady saisie par la débauche ; son mari, un aristocrate bon ton, perdu dans la jungle amazonienne et condamné à lire à haute voix les œuvres complètes de Dickens pour ne pas mourir de faim : jamais l'humour d'Evelyn Waugh ne s'est déchaîné avec autant de férocité que dans ce roman qui raconte les avatars tragi-comiques d'un mariage trop conservateur. Pour Edmund Wilson, comme pour nombre d'admirateurs de Waugh, ce roman est son chef-d'œuvre. C'est en tout cas un roman d'irrévérence et d'iconoclastie comme on n'en rencontre pas deux par siècle
Il exploite dans ce roman son premier mariage malheureux. Et vu la cruauté du sort de son héros principal dans ce livre, on ne veut pas s'imaginer le mariage  
(de toute façon, comment pouvait-il marier une femme du même nom que lui-même, Evelyn)

@Darkanny en avait fait un sublime commentaire Wink

De ce roman il existe un film très bon avec une distribution prestigieuse: Kirstin Scott Thomas, James Wilby et Ruppert Graves





Ces corps vils
Présentation de l'éditeur
" Soirées masquées, soirées sauvages, soirées victoriennes, soirées grecques, soirées cow-boys, soirées russes, soirées où il fallait se déguiser en quelqu'un d'autre, réceptions presque nudistes dans les quartiers de Saint-John Wood, réceptions dans des appartements, dans des studios, dans des maisons, dans des hôtels, des bateaux et des boîtes de nuit, dans des moulins à vent et dans des piscines; ternes bals de Londres, bals comiques d'Ecosse, bals ignobles de Paris, toute cette succession et cette répétition d'humanité agglomérée... Ces corps vils... " Evelyn Waugh. " Très grand, très noir et très drôle roman, dont l'action se situe quelque part du côté de la fin des années 30 dans les milieux de la jeunesse dorée anglaise, entre restaurants rupins, boîtes de nuit et guerre à l'horizon. A lire absolument. "
Un roman drôle et intelligent. Avec une multitude de personnages dont on a après lecture l'impression qu'ils font partie du propre cercle de connaissance.

Un de mes préférés de lui.

Et encore une fois un roman qui a été la base d'un film - mais même avec le réalisateur Stephen Fry - un échec..
En tout cas pour moi qui adore le roman - une déception
J'avais l'impression que les personnes n'ayant pas lu le roman n'avaient aucune chance de comprendre un instant du film



@Merlette a écrit:j'aimerais découvrir aussi le pan plus humoristique de son oeuvre (Brideshead revisited est plus amer que sarcastique).
Celui-ci est alors pour toi Very Happy


Le Cher disparu
Présentation de l'éditeur
Avec Le cher disparu, cette irrésistible satire des rites funéraires américains, Evelyn Waugh s'inscrit dans la lignée d'écrivains anglais qui, depuis Swift, ont su cacher sous la joie du rire un pessimisme manichéen. Humoriste redouté, Waugh est aussi considéré, pour la pureté et le classicisme de sa langue, comme l'un des maîtres de la littérature anglaise contemporaine
Du noir... du plus que noir... et pour tous les amateurs de la série Six Feet Under - un must... et la preuve qu'avant cette série il y a déjà eu quelqu'un qui savait se "moquer" d'un sujet si sérieux qu'est la mort.

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 9436
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Evelyn Waugh

Message par Merlette le Mer 10 Mai - 19:14

@kenavo a écrit:
Le Cher disparu
Du noir... du plus que noir... et pour tous les amateurs de la série Six Feet Under - un must... et la preuve qu'avant cette série il y a déjà eu quelqu'un qui savait se "moquer" d'un sujet si sérieux qu'est la mort.

Noté! Cela a l'air en effet bien prometteur!

_________________
With freedom, books, flowers, and the moon, who could not be happy?” Oscar Wilde
avatar
Merlette

Messages : 2337
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Evelyn Waugh

Message par Arabella le Mer 10 Mai - 20:32

Retour à Brideshead


Un très long roman, échelonné sur de nombreuses années. Un roman d'apprentissage en quelque sorte, mais avec une british touche. le narrateur, Charles Ryder, fait à Oxford la connaissance de Sebastian, un jeune homme charismatique, avec qui il se lie d'une forte amitié, et dont il découvre la famille, riche et aristocratique, mais terriblement compliquée. Les membres de cette famille, ainsi que la demeure ancestrale, Brideshead vont jouer un rôle central dans la vie de Charles.

Un tableau nostalgique mais en même temps sans complaisance de la vie et du déclin de l'aristocratie anglaise entre les deux guerres. La famille de Sebastian est effrayante vue de près, les parents sont d'un égoïsme assez monstrueux, et sans même sans rendre compte, persuadés d'être dans leur bon droit. Charles est terriblement fasciné par les différents membres de la maisonnée, mais en même temps, il ne peut (ou ne veut pas vraiment) les aider à trouver des issues à leur fuite en avant, juste regretter un monde qui disparaît, jusqu'à se faire son portraitiste. Une grande saga romanesque, douce et cruelle.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2799
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Evelyn Waugh

Message par Epi le Mer 10 Mai - 21:40

@Merlette a écrit:Retour à Brideshead/ Brideshead Revisited

Mais ce qui empêche d'être vraiment touché par la nostalgie d'un paradis perdu que l'oeuvre est censée transmettre, c'est le peu de sympathie que l'on éprouve envers la plupart des personnages, narrateur en tête.
Au contraire, j’ai été assez touchée par les personnages et surtout la relation Charles/Sebastian.  Bien qu’on ne sache pas vraiment s’ils étaient amants, ils ont vécu une relation intense proche de l’amour, comme il arrivait souvent à l’époque où les collèges n’étaient pas mixtes, ces passions naissaient et mouraient naturellement une fois sortis de cet univers. Cette période de leur vie terminée et le collège quitté, ils se mariaient et rentraient dans le rang. Cela m’a fait fortement penser à Maurice de Forster.

Mais bien sûr, la religion est le thème central. Waugh en fait l’apologie tout en la dénigrant allégrement. Tous les personnages sont d’une manière ou d’une autre sous son influence, même lorsqu’ils n’ont pas la foi. Plus que le déclin de cette société, fort bien rendu d’ailleurs, c’est cet aspect qui m’a semblé le plus fort et le plus intéressant. Et surtout c’est parfois très drôle, je pense notamment à Charles qui est agnostique et impossible à convertir et même à éduquer un tant soit peu.

Ce livre est un classique du genre et l’histoire absolument captivante. C’est le seul livre de Waugh que j’ai lu, alors je vais jeter un œil aux autres titres dont parle Kena.

_________________
Let It Be
avatar
Epi

Messages : 1856
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Evelyn Waugh

Message par kenavo le Jeu 11 Mai - 6:17

@Epi a écrit:Cela m’a fait fortement penser à Maurice de Forster.
oui, de même pour moi

@Epi a écrit:Ce livre est un classique du genre et l’histoire absolument captivante. C’est le seul livre de Waugh que j’ai lu, alors je vais jeter un œil aux autres titres dont parle Kena.
il y a encore d'autres, qui sont aussi très bien, mais dont il me reste plus assez de souvenirs pour en parler, mais p.ex. Grandeur et décadence, son premier roman, est, d'après la maison d'édition une "satire hilarante de l'Angleterre des années 1920" et je ne peux que leur donner raison, extra
ou encore Scoop, sa farce sur le monde des journalistes de Fleet Street...
tout comme pour Graham Greene j'ai un peu de mal quand il parle trop du catholicisme... mais à part cela j'ai toujours eu de très bons moments de lecture avec lui

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 9436
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Evelyn Waugh

Message par Epi le Sam 13 Mai - 13:29

@Merlette a écrit:
@kenavo a écrit:
Le Cher disparu
Du noir... du plus que noir... et pour tous les amateurs de la série Six Feet Under - un must... et la preuve qu'avant cette série il y a déjà eu quelqu'un qui savait se "moquer" d'un sujet si sérieux qu'est la mort.

Noté! Cela a l'air en effet bien prometteur!
Je suis bien tentée par celui-ci aussi !

_________________
Let It Be
avatar
Epi

Messages : 1856
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Evelyn Waugh

Message par Merlette le Sam 13 Mai - 13:45

J'ai oublié de préciser que Brideshead revisited faisait partie de mon challenge Top 100, je l'ai noté sur la liste de @Domreader, que je remercie car j'ai apprécié cette découverte!

_________________
With freedom, books, flowers, and the moon, who could not be happy?” Oscar Wilde
avatar
Merlette

Messages : 2337
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Evelyn Waugh

Message par domreader le Sam 13 Mai - 18:32

@Merlette a écrit:J'ai oublié de préciser que Brideshead revisited faisait partie de mon challenge Top 100, je l'ai noté sur la liste de @Domreader, que je remercie car j'ai apprécié cette découverte!

 Je suis contente que tu aies aimé ce livre.

_________________
'La littérature est une maladie textuellement transmissible, que l'on contracte en général pendant l'enfance'. Jane Yolen.
avatar
domreader

Messages : 1082
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Evelyn Waugh

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum