Valentine Goby

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Valentine Goby

Message par kenavo le Lun 15 Mai - 6:26



Valentine Goby est une écrivaine française née à Grasse en 1974. Elle vit en région parisienne.


source et suite



son fil dans la section littérature

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 5314
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Valentine Goby

Message par kenavo le Lun 15 Mai - 6:27

Images : Muriel Kerba


Le sorcier vert
Présentation de l’éditeur
« Sebastião prend des avions, des bateaux, des trains. Il parcourt en sens inverse les rails qui, enfant, l’ont poussé à partir. En rêve il voit la ferme, les champs de maïs, de riz et de tomate, les troupeaux de boeufs au pelage luisant. Il voit sa forêt, le grand fleuve. Il croit revenir à ce qu’il a quitté. »

Sebastião, grand reporter photo, décide de revenir sur les terres de son enfance. Mais la surprise qui l’attend est de taille : la forêt a disparu. Toute la forêt. Aidé de ses anciens amis et des rares habitants qui n’ont pas déserté, il décide de replanter toute la forêt...

Un conte écologique puissant qui prend appui sur l’histoire vraie de Sebastião Salgado, photojournaliste brésilien reconnu internationalement.
S’il s’agit de la collection Photoroman (photos qui inspirent par la suite un auteur) ou celle-ci, Les décradés (illustrations qui inspirent par la suite un auteur), j’adore le principe.

Valentine Goby a écrit un texte très doux autour du photographe Sebastião Salgado et de son projet de reboiser près de 700 ha. Cette histoire lui est venue quand elle a eu en main les illustrations de Muriel Kerba. Avec l’accord de Sebastião Salgado elle s’est mise à l’œuvre.

Et le résultat est époustouflant !!

Je ne connaissais pas les œuvres de Muriel Kerba (je vous invite à faire un tour sur son site).

Je suis subjuguée.

C’est un univers onirique et très poétique.

N’importe le texte, les images laissent à chacun la possibilité de les interpréter selon sa propre sensation.

Quel beau livre, grand, grand coup de cœur !








Extrait :

Le soleil frappe le visage de Sebastião. Son corps est lourd.
Il ne veut pas se lever. Sur la table de nuit, l’appareil photo le fixe.
Cet oeil-là, son troisième oeil, ne dort jamais.
Depuis trente ans il capture les guerres, les famines, l’exil, le travail et la misère à travers la planète, pour que personne n’ignore comment les hommes vivent. Sebastião est l’un des meilleurs photojournalistes au monde.
Ce matin, Sebastião est las des souffrances des hommes. Le chagrin le submerge.
Sous ses paupières surgissent les paysages enchantés de son enfance : la forêt contemplée depuis les branches d’un jequitiba, à cinquante mètres au-dessus du sol, et qui mousse de colline en colline autour de la ferme de son père ; la palpitation des feuilles et des ailes d’oiseaux sous la canopée ; les pommes de pin géantes qu’on casse à coups de caillou pour en déloger les graines au goût de crème ; les grenouilles qu’on débusque au fond des sources, émeraude, topaze, améthyste, comme des pierres précieuses ; les muscles des chevaux au galop ondulant sous ses cuisses.
Épuisé, il décide de rentrer chez son père.


Dernière édition par kenavo le Lun 15 Mai - 6:34, édité 1 fois

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 5314
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Valentine Goby

Message par kenavo le Lun 15 Mai - 6:29


Le grand mensonge
Présentation de l’éditeur
Ils ont programmé un grand voyage en Chine depuis des mois, averti tout le monde, et patatras ! Le père perd son travail, il faut tout annuler. Pour ne pas affronter la honte, ils vont faire semblant d’être partis et vivre cloîtrés au rythme chinois dans la maison bouclée, documentation à l’appui (merci Internet !) pour rapporter des anecdotes et des souvenirs crédibles. Difficile de tenir le coup…
Une idée farfelue pour en faire un livre tout à fait sublime.

C’est un vrai numéro d’équilibre d’écrire pour la jeunesse. Sans trop de niaiseries, les histoires doivent quand même rester accessibles pour le jeune lecteur.

Valentine Goby arrive à faire ce numéro avec beaucoup de talent.

Dès les premières pages on se sent bien accueilli dans cette famille Pommerol et on y prend beaucoup de plaisir de partager leur voyage, qui n’en est pas un Wink



Illustration de couverture : Aurorélie Guillerey


Extrait:

Pendant la nuit, quand tout le quartier dormait, on a fermé les volets. Tous les volets de la maison un à un, des chambres, du salon, de la cuisine et de la salle de bains, on a même descendu le store devant la lucarne des toilettes. Puis on a tiré les rideaux, tous les rideaux dans toutes les pièces pour qu’aucune lumière ne soit visible depuis la rue, pour que les bruits du dedans ne filtrent pas au-dehors. On a fermé à clé les deux portes d’entrée, rentré la voiture dans le garage et verrouillé le garage depuis l’intérieur. Et puis on s’est couché.
Quand on s’est réveillés, ce matin d’août, après un mauvais sommeil, il devait faire une chaleur cuisante dehors, et une lumière très blanche de plein été. Mais dans la maison toute fermée c’était frais, et noir comme la nuit. Croyez-le ou pas, cette maison de banlieue parisienne, à partir de maintenant c’est la Chine. Oui : LA CHINE. Le chocolat au lait refroidit dans ma tasse, une tartine à peine entamée durcit dans mon assiette. Je n’arrive pas à avaler quoi que ce soit. Ma mère ne touche
pas à son café, ma soeur fixe son bol vide, mon père picore des miettes de pain du bout de l’index. Silence de mort. Même Jacquot le perroquet se tait, immobile sur son perchoir, si bien qu’on entend les gouttes du robinet taper le fond de l’évier. Floc.
Floc. Floc. J’ai le trac. On a tous le trac. Car aujourd’hui c’est le grand jour. Le jour 1 du mensonge monumental de la famille Pommerol, le mensonge que nous avons juré de tenir comme on tient une promesse : quoi qu’il arrive. J’ai un terrible noeud au ventre.

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 5314
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Valentine Goby

Message par kenavo le Lun 15 Mai - 6:29


Juliette Pommerol chez les Angliches
Présentation de l’éditeur
Revoilà notre héroïne joyeuse empêtrée dans ses mensonges. Malgré sa peur de quitter ses parents, elle se retrouve en Angleterre dans une famille typique qui se met en quatre pour exécuter les vœux qu’elle a exprimés sur sa fiche avant de partir.
Au programme, balades dans Londres et, surtout, camping en Écosse...
Les Angliches ont de bons côtés, savez-vous, et de l’humour aussi.
Adorable menteuse, Juliette exporte sa propension au mensonge en Angleterre pour une réjouissante balade sous la pluie.
Quel plaisir de retrouver Juliette et son penchant de mentir. Voilà un mensonge qui va lui procurer tout plein de bons moments à Londres et en Angleterre.

Tout comme la première histoire avec cette héroïne je suis sous le charme et Valentine Goby a même ajouté une bonne dose d’humour, j’ai dû rire plus d’une fois des exploits qu’elle décrit.

J’espère qu’elle va continuer cette série, je suis partante pour d’autres voyages/aventures !



Illustration de couverture : Aurorélie Guillerey

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 5314
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Valentine Goby

Message par kenavo le Lun 15 Mai - 6:29

Photos : Hortense Vinet


La porte rouge
Présentation de l’éditeur
«Tous les jours une canette tombe au pied de l'immeuble. Je résiste, je ne sors pas. Je tiens la promesse que je me suis faite après le 29 juin : je m'habille comme j'aime, je relève mes cheveux, je passe mes boucles d'oreilles et merde à qui ça dérange, si je dois me retirer du monde pour être moi-même ça marche, je m'exile, je laisse le monde à distance derrière les vitres de mes fenêtres mais je ne renonce pas à qui je suis.»

Une série de photographies de Hortense Vinet a été confiée à Valentine Goby. Elle s'est aventurée dans l'écriture d'un roman où ces photographies ont provoqué la fiction.
Lors de l’ouverture du fil roman en images, j’ai repris ce livre qui se trouvait sur mes étagères.

J’adore le principe de cette collection Photoroman. Le texte de Valentine Goby qu’elle a inventé à partir de photos de Hortense Vinet est tout simplement extra.

Il s’agit d’une histoire d’ados, mais qui a tout pour séduire un plus grand public.

C’est touchant et surtout franc, j’aime l’écriture de cette auteure.

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 5314
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Valentine Goby

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum