Sarah Waters

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Sarah Waters

Message par Merlette le Lun 22 Mai - 21:38




Sarah Waters est une romancière britannique, née à Neyland, au Pays de Galles, en 1966. 

Après des études à l'université du Kent et de Lancaster et une thèse en littérature anglaise sur la fiction historique gay et lesbienne, elle a été libraire puis enseignante. 
Elle est l'auteur de six romans: Caresser le velours (Tipping the velvet, 1998), Affinités (Affinity, 1999), Du bout des doigts (Fingersmith, 2002), Ronde de nuit (The Night Watch, 2006), L'indésirable (The Little Stranger, 2009), Derrière la porte (The Paying Guests, 2014). Couronnés par de nombreux prix, la plupart ont été adaptés (ou sont en cours d'adaptation) pour la télévision.
Elle vit actuellement dans le quartier de Kennington à Londres.

_________________
With freedom, books, flowers, and the moon, who could not be happy?” Oscar Wilde
avatar
Merlette

Messages : 2339
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarah Waters

Message par Aeriale le Mar 23 Mai - 11:18

Je profite de l'ouverture de ce fil, Merlette, merci! De cette auteure, j'avais lu Ronde de nuit et en avais bien aimé l'intrigue.

-Ronde de nuit-


L'histoire de destins croisés entre différents personnages et leurs rapports bouleversés par la guerre et le blitz londonien. Sarah Waters nous délivre peu à peu les éléments qui vont aider à comprendre le comportement souvent étrange de ses protagonistes, leurs liens secrets, etc. On est vite capté par cette histoire mystérieuse qui débute en 47 mais remonte le temps au travers de leur existence, tous marqués par la guerre et les bouleversements qu'elle entraîne. Des personnages attachants, ambigus et passionnés, reliés par le destin qui va interférer dans leur vie.

Il y a aussi une belle étude de caractère, une analyse fine et pudique des sentiments de ces êtres meurtris à la recherche d'une identité, d'un rêve ou d'un fantôme de rêve. Un court extrait pour vous donner l'envie d'en lire plus, car elle a une jolie écriture, très sensible.

La prochaine fois que vous irez au cinéma, miss Langrish, essayez donc quelque chose . Vous tournez la tête, et vous regardez par-dessus votre épaule. Que voyez-vous? Des visages, une quantité de visages éclairés par la lumière mouvante, vacillante, des choses fugaces. Des yeux fixes, élargis, écarquillés de terreur ou de concupiscence. Ainsi voyez-vous, est l'esprit non évolué, assujetti à la chose matérielle, à l'illusion, aux rêves...
[...]
Je pense que vous faites partie de ces esprits, je pense que vous cherchez, mais que vous êtes prisonnière. C'est pourquoi vous cherchez avec les yeux baissés, sans rien voir que la poussière au sol. Vous devez lever les yeux, ma chère. Vous devez apprendre à voir au-delà de la chose périssable.
avatar
Aeriale

Messages : 2443
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarah Waters

Message par Merlette le Mar 23 Mai - 11:22

Merci pour ton commentaire @Aeriale, Ronde de nuit (sa version en VO The Nightwatch) est dans ma PAL. Je vais mettre un commentaire sur L'indésirable (The Little stranger), que je viens de finir.
J'ai également lu Derrière la porte (The paying guests) que j'ai trouvé excellent.

_________________
With freedom, books, flowers, and the moon, who could not be happy?” Oscar Wilde
avatar
Merlette

Messages : 2339
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarah Waters

Message par Merlette le Mar 23 Mai - 14:58

L'Indésirable / The Little Stranger
2009



Eté 1947, dans la campagne anglaise du Warwickshire. Le docteur Faraday est appelé en urgence à Hundreds Halls. Ce domaine isolé, dans la famille Ayres depuis plus de deux siècles, le fascine depuis son enfance,  lui qui est issu d’un foyer modeste du village voisin. Mais ce qu’il découvre en arrivant n’est que déclin: la belle et majestueuse demeure géorgienne est dans un état de dégradation avancé et son grand parc est à l’abandon. Les propriétaires (Mrs Ayres, son fils et sa fille), quasiment ruinés, luttent pour préserver ce qui peut encore l’être. Touché par leur situation difficile, Faraday se lie avec eux et passe de plus en plus de temps à Hundreds Hall. Il est ainsi le témoin des événements étranges et inexplicables qui commencent à s’y produire…   

J'avais lu tout récemment Retour à Brideshead, d’Evelyn Waugh et j'ai retrouvé le même thème dans ce roman: la déchéance d’un domaine et d’une famille de l’aristocratie rurale dans une société en pleine mutation, déclin inexorable observé par une personne extérieure à ce monde en voie de disparition mais nostalgique de ses splendeurs passées. 

On commence donc à lire L’indésirable comme une sorte de chronique sociale, mêlant description du quotidien d’un médecin de campagne et étude de la société anglaise de l’après-guerre, encore soumise aux privations du rationnement mais où l’ancien système de classes est bouleversé, voyant une nouvelle classe dominante (les entrepreneurs) monter en puissance au dépens d’une gentry appauvrie et contrainte de se séparer de ses propriétés ancestrales. Un début classique mais assez prenant, d’autant que Sarah Waters a le don de construire des atmosphères à coups de détails qui font mouche.

Et puis le roman opère un virage vers le fantastique, à mesure que les manifestations surnaturelles se multiplient à Hundreds Hall. Sarah Waters se montre particulièrement habile en confiant la narration à Faraday, personnage semble-t-il assez terne, qui n’est généralement pas présent lors de ces événements et rapporte ce qu’on lui a raconté. Mais ses tentatives de rationalisation ne servent qu’à entretenir mystère et tension des nerfs du lecteur, intensifiant l’effet de certaines scènes vraiment terrifiantes…
D’autant que, comme chez Edgar Allan Poe, on est dans des territoires où surnaturel, obsession et maladie mentale se nourrissent mutuellement, produisant de monstrueux hybrides. La fin assez ouverte pourrait sembler frustrante mais est plutôt puissamment troublante, et porte à réfléchir longtemps après avoir refermé le roman… Une vraie réussite !

_________________
With freedom, books, flowers, and the moon, who could not be happy?” Oscar Wilde
avatar
Merlette

Messages : 2339
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarah Waters

Message par Aeriale le Mar 23 Mai - 20:02

Le sujet est tentant, cette histoire de domaine à l'abandon, d'une société qui meure pour une autre. C'est ce qui accrochait dans ton post sur Evelyn Waugh. Et c'est vrai que Sarah Waters est douée pour décrire les atmosphères.

Par contre le surnaturel, c'est pas ma tasse de thé, en général...
avatar
Aeriale

Messages : 2443
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarah Waters

Message par Epi le Mar 23 Mai - 21:40

Ca fait un moment que je veux lire Waters et je crois bien avoir The Paying Guests dans ma PAL.

_________________
Let It Be
avatar
Epi

Messages : 1415
Date d'inscription : 29/11/2016
Age : 57

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarah Waters

Message par Queenie le Mar 23 Mai - 23:23

J'ai du en lire 3 ou 4. Toute une période de ma vie. 
Elle sait pas les ambiances (mais il y en a de moins bons que d'autres), rendre ses personnages réels, et distiller un scénario avec souvent du suspens. (Et souvent, des lesbiennes)

_________________
*Imaginer en Grand*
avatar
Queenie

Messages : 2026
Date d'inscription : 29/11/2016
Localisation : *CabanCouette*

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarah Waters

Message par Merlette le Jeu 25 Mai - 9:09

@Aeriale a écrit:
Par contre le surnaturel, c'est pas ma tasse de thé, en général...

Ici le doute est entretenu entre pathologie mentale et surnaturel, mais si tu es allergique à ce dernier, tu risques de ne pas trop apprécier en effet.

@Epi a écrit:Ca fait un moment que je veux lire Waters et je crois bien avoir The Paying Guests dans ma PAL.
@Queenie a écrit:J'ai du en lire 3 ou 4. Toute une période de ma vie. 
Elle sait pas les ambiances (mais il y en a de moins bons que d'autres), rendre ses personnages réels, et distiller un scénario avec souvent du suspens. (Et souvent, des lesbiennes)

The paying guests notamment, quelle atmosphère et quel suspense! (celui-là devrait te plaire, @Aeriale
Il me reste à découvrir ses romans se déroulant à l'époque victorienne, même si je ne suis pas trop fan de cette période.

_________________
With freedom, books, flowers, and the moon, who could not be happy?” Oscar Wilde
avatar
Merlette

Messages : 2339
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarah Waters

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum