Nicolas Gogol

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Nicolas Gogol

Message par Aeriale le Sam 27 Mai - 19:46



Nikolaï Vassilievitch Gogol est un romancier, nouvelliste, dramaturge, poète et critique littéraire russe d'origine ukrainienne, né à Sorotchintsy dans le gouvernement de Poltava (Empire russe) le 31 mars (19 mars) 18091 et mort à Moscou le 4 mars (21 février) 1852. Il est considéré comme l'un des écrivains classiques de la littérature russe.

Fils d'un petit fonctionnaire issu d'une famille ukrainienne de soldats et de prêtres anoblis au XVIIe siècle, il est l'aîné de douze enfants.
En 1829, Gogol fait ses premiers pas littéraires en publiant, sous le pseudonyme de V. Alov et à compte d'auteur, le médiocre poème romantique Hanz Küchelgarten. Éreinté par la critique, il retire les exemplaires des librairies pour les brûler. Lorsque le succès lui sourira, Gogol ne parlera à personne de cet échec littéraire. Après cet échec, il s'échappe une première fois de Russie et passe deux mois dans le nord de l'Allemagne, sous couvert de mensonges successifs.

Gogol s'installe à Saint-Pétersbourg en 1828 où il occupe des emplois administratifs dans des ministères et commence à publier des nouvelles. Il y rencontre Pouchkine qui l'encourage à écrire. Il obtient ses premiers succès littéraires avec les "Soirées du hameau de Dikanka", recueil de nouvelles grotesques, drolatiques et fantastiques, inspirées de la vie des paysans ukrainiens, qui lui assure la célébrité.

En 1833, il pense avoir une vocation d'historien. Il est nommé professeur adjoint à l'Université de Saint-Pétersbourg, mais devant l'échec progressif de ses cours il revient à la littérature. Gogol publie alors le recueil "Arabesques", qui contient notamment La Perspective Nevski, Le Portrait et Le Journal d'un fou et le recueil "Mirgorod", où l'on trouve le conte fantastique Vij et une première version de "Tarass Boulba".
Entre 1835 et 1837, Gogol publie de nombreuses nouvelles et une pièce de théâtre "Le Révizor" dont les représentations sont appréciées par le Tsar. Il entame à cette période l'une de ses œuvres majeures, "Les Âmes mortes", dont le sujet lui a été confié par Pouchkine qu'il admire toujours.

A partir de 1841, il bascule dans une exaltation religieuse et messianique. Il publie sa nouvelle "Le Manteau" en 1843. Après des séjours prolongés en Europe occidentale, il disparaît de la scène littéraire russe et, à son retour, en 1846, ses écrits obscurantistes et moralisateurs ne plaisent pas. Très abattu, il est sujet à des crises dont il succombera à l'âge de 42 ans.
Sources Babelio
avatar
Aeriale

Messages : 2170
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nicolas Gogol

Message par Aeriale le Sam 27 Mai - 19:53

-Les âmes mortes-



Un style inimitable. L'auteur dresse ici un portrait universel de l'homme corrompu par ses vices, mais cette étude de moeurs nous permet de mieux connaître cette Russie de l'époque tsariste, ses fonctionnaires véreux et ses provinciaux prisonniers de leurs turpitudes et acteurs pathétiques d'une sombre comédie humaine.

Des traits de caractère qui restent à jamais intemporels, mais que Gogol semble attribuer à une course éperdue, une recherche de profits mue par le progrès et dans laquelle le Russe est voué à perdre son âme. J'ai ressenti beaucoup de nostalgie, mélange d'incompréhension et de bonheurs enfuis, à la toute fin, et ses dernières phrases révèlent bien l'angoisse d'un homme écrasé par l'immensité d'un monde prêt à le submerger, qui ne sait surtout où se réfugier.

Il y a quelque chose d'effrayant dans ces apparitions fugaces d'objets évanouis avant que d'être identifiés. Seuls les cieux et les nuées légères au dessus de leur tête, de même que la lune qui les traverse, semblent immobiles. Ô troïka, troïka tire-d'aile, qui donc t'a inventée? Tu ne pouvais assurément naître que d'un peuple ardent et vif sur une terre qui n'aime pas tant faire les choses à demi et qui, lisse, lisse, lisse, plate, plate, plate, vous occupe la moitié du monde.
[...]
Ne files tu point, Russie, telle l'ardente troïka que nul ne saurait distancer? A ton passage la route fume, les ponts grondent, tout, tout demeure à la traîne et celui qui te voit est pétrifié par ce divin prodige: ne serait-ce point la foudre descendue des cieux? Que signifie cette course qui sème l'effroi? Quelle force inconnue anime ces coursiers inconnus du reste du monde?
Dès lors, ces "âmes mortes" seraient peut-être surtout, aux yeux de Gogol, celles de ses semblables.

Un livre qui peut se lire sous différents aspects, tantôt farce burlesque, tantôt satire sociale ou humaine, et plus profondément comme l'appel désenchanté d'un homme pris dans le tourment de l'Histoire. Les âmes mortes est un 'poème' cruel et grinçant, mais avant tout désespéré et dont le rire cache déjà la souffrance de l'auteur. Très envie d'en lire plus.

NB-Je copierai quelques passages plus détaillées de la LC que nous avions faite sur ce roman plus tard :-)
avatar
Aeriale

Messages : 2170
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nicolas Gogol

Message par Merlette le Dim 28 Mai - 15:57

Merci pour le fil @Aeriale. Je lirai les commentaires et y réagirai une fois ma lecture terminée.

_________________
With freedom, books, flowers, and the moon, who could not be happy?” Oscar Wilde
avatar
Merlette

Messages : 2337
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nicolas Gogol

Message par Merlette le Mar 6 Juin - 10:47

Les Âmes mortes
1842


@Aeriale a écrit:Un livre qui peut se lire sous différents aspects, tantôt farce burlesque, tantôt satire sociale ou humaine, et plus profondément comme l'appel désenchanté d'un homme pris dans le tourment de l'Histoire. Les âmes mortes est un 'poème' cruel et grinçant, mais avant tout désespéré et dont le rire cache déjà la souffrance de l'auteur. Très envie d'en lire plus.

Il est vrai que l'aspect farce burlesque est ce qui séduit en premier lorsqu'on lit la première partie. Les aventures du mystérieux escroc Tchitchikov qui arrive dans une petite ville provinciale avec l'intention de racheter aux propriétaires terriens leurs "âmes mortes", à savoir leurs serfs décédés, sont d'un humour et d'une ironie irrésistibles. L'auteur épingle avec le même mordant travers humains et dysfonctionnements sociaux, et les dialogues en particulier sont d'une telle force comique que cela me donne envie de découvrir son théâtre et la pièce Le Revizor
Mais lire la deuxième partie, ainsi que découvrir la genèse de cette oeuvre, fait prendre la mesure de sa dimension profondément tragique. Dépité d'être cantonné par la critique dans un registre comique suite au succès public de la première partie, Gogol nourrissait d'autres ambitions que la littérature de divertissement pour les Âmes mortes. Il souhaitait en faire, en trois parties, le "grand roman russe" qui peindrait l'âme de ce pays et de ses habitants et saurait les sortir de leur incurie innée en faisant appel à un génie et une force vitale tout aussi ataviques. 
Dans certains passages de la première partie on sent déjà affleurer cette volonté, mais c'est plus manifeste encore dans la deuxième partie, où Gogol amorce la rédemption de ses filous de héros et où les passages dans la veine de celui que tu as cité, @Aeriale, sont bien plus nombreux,  l'humour se faisant plus rare. Le ton et l'inachèvement de cette partie, publiée à l'état de fragments car détruite par l'auteur dans un accès de désespoir, témoignent, plus que d'un "échec" littéraire, de l'itinéraire personnel douloureux d'un homme qui n'a jamais cessé de se chercher.  Gogol a d'ailleurs écrit: " L'histoire des Âmes mortes, c'est l'histoire de mon âme." 
Une oeuvre magnifique qui me marquera autant par son humour que par son histoire donc. Un grand merci à @Arabella de m'avoir incitée à la découvrir.


Dernière édition par Merlette le Mar 6 Juin - 11:38, édité 3 fois

_________________
With freedom, books, flowers, and the moon, who could not be happy?” Oscar Wilde
avatar
Merlette

Messages : 2337
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nicolas Gogol

Message par Luciole le Mar 6 Juin - 10:56

Vous m'avez donnée envie. Merci à toutes les deux !

_________________
geek  “Il n’y a point de génie sans un grain de folie.” Aristote
avatar
Luciole

Messages : 406
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 41
Localisation : France - Pays de la Loire

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nicolas Gogol

Message par Merlette le Mar 6 Juin - 11:00

@Luciole a écrit:Vous m'avez donnée envie. Merci à toutes les deux !

J'en suis contente. Ne fais pas comme moi qui ai bêtement mis plus de 30 ans à me décider à le lire.  Embarassed

_________________
With freedom, books, flowers, and the moon, who could not be happy?” Oscar Wilde
avatar
Merlette

Messages : 2337
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nicolas Gogol

Message par Arabella le Mar 6 Juin - 18:47

Contente que tu aies aimé. Moi aussi j'avais pas mal attendu pour le découvrir, j'aime moins certaines d'autres oeuvres de Gogol que j'ai lu avant, mais celui-ci est vraiment une merveille. Drôle, caustique, et terriblement féroce.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2063
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nicolas Gogol

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum