Tabarin

Aller en bas

Tabarin Empty Tabarin

Message par Arabella le Mar 30 Mai - 14:14

Tabarin (1548 – 1629)





De son vrai nom Jean Salomon, bateleur, comédien de foire qui se produisait sur la place Dauphine, à l’entrée du Pont Neuf avec une petite troupe. Il a connu un immense succès, sa troupe a même joué devant la reine Marie du Médicis, et du coup les œuvres associées à son nom ont connu des publications, avec des ventes importantes pour l’époque.

Sa vie est très mal connue, rien ne semble très sûr dans sa biographie. son type de théâtre, la farce tabarinique décline à partir de 1626.

Tabarin était un  dons bateleur, un homme qui vient de la foire. Ce type de personnages à l’origine attirait le public pour vendre un produit, et pour soutenir l’intérêt des badauds, proposait des petits dialogues comiques, ce qui permettait de fixer les gens, pour ensuite effectuer la vente. Tabarin se produisait sur la place Dauphine, à l’entrée du Pont Neuf. Il est resté célèbre car il eut un succès énorme, et la petite troupe dont il était l’attraction principale, a multiplié diverses représentations, donc certaines sont des petites farces à plusieurs personnages. Tabarin lui-même étant le valet malin aux ressources inépuisables. Sa célébrité a fait que son nom de scène est devenu un nom commun entré dans le dictionnaire.

Son surnom vient de tabar, un manteau s’attachant à la hauteur des manches, qui faisait parti de son accoutrement de scène, ce manteau pouvait se transformer à l’occasion en sac, où des personnages pouvait être emprisonnés, ce qui constituait un grand ressort dans son théâtre.

Pour illustrer ce type de farces, deux résumés. Dans la première, Piphagne doit se marier avec Isabelle et donne à Tabarin, son valet de l’argent pour préparer la noce. En parallèle Francisque veut jouer un tour à son mari Lucas, elle lui fait croire que les sergents avec qui il est en délicatesse sont à la porte et l’enferme dans un sac pour le cacher. Elle enferme de même le valet du capitaine Rodomont. Elle vend à Tabarin les deux deux sacs comme deux porcs. Lorsque les sacs sont ouverts, la scène tourne à la bataille générale.

Dans la deuxième pièce, Lucas décide de voyager aux Indes pour faire fortune. Il laisse sa fille en garde à Tabarin. Mais Isabelle est amoureuse de Rodomont, et le charge d’un message auprès de lui. Tabarin extorque une chaîne d’or à Rodomont et le fait entrer dans un sac soit disant pour le faire entrer discrètement dans la maison de sa belle. Mais il le tient prisonnier. Lucas entré rapidement après avoir gagné de l’argent, le délivre car Rodomont lui fait croire qu’il s’est enfermé là pour un éviter un mariage avec une vieille riche. Lucas est mis dans le sac croyant pouvoir épouser la richarde. A la place il est bastonné par Tabarin et Isabelle.

Ce n’est ni très fin, ni très élaboré évidemment, mais semble avoir marqué son époque. Et le comique devait reposer en grande partie sur l’interprétation, dont on ne peut juger à une telle distance. Boileau reprochera  à Molière d’avoir allié Tabarin à Térence, et lui reproche surtout le sac, dont se sert Scapin, qui à l’époque était immédiatement associé à Tabarin, ce qui montre à quel point tout le monde connaissait ce théâtre.

C’est un témoignage de spectacles populaires, accessibles à tous, qui se démarque d’un théâtre plus savant, écrit par des lettrés, destinés à un public cultivé, soutenu par les puissants.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Arabella
Arabella

Messages : 3218
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum