Metin Arditi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Metin Arditi

Message par domreader le Lun 26 Juin - 10:46



Wikipedia a écrit:

Metin Arditi est né à Ankara en 1945 et il a quitté la Turquie à l’âge de sept ans. Après onze années passées dans un internat suisse à Lausanne, il étudie à l’École polytechnique fédérale de Lausanne, où il obtient un diplôme en physique et un diplôme de troisième cycle en génie atomique. Il poursuit ses études à l’université Stanford. Il habite Genève, où il est très engagé dans la vie culturelle et artistique. De 2000 à 2013, il a été Président de l'Orchestre de la Suisse romande. Il est membre du Conseil stratégique de l’École polytechnique de Lausanne où au fil des ans, il a enseigné la physique (assistant du Prof. Mercier), l'économie et la gestion (comme chargé de cours) et l'écriture romanesque (en tant que Professeur invité). En 1988, il crée la fondation Arditi qui attribue une quinzaine de prix annuels aux diplômés de l'Université de Genève et de l'École polytechnique fédérale de Lausanne. La Fondation Arditi a racheté et offert à l'Université de Genève le Cinéma Manhattan, une salle avant-gardiste classée Monument historique et désormais appelée Auditorium Fondation Arditi. Il est le fondateur en 2009 et le coprésident (avec Elias Sanbar) de la Fondation « Les Instruments de la Paix-Genève », qui favorise l’éducation musicale des enfants de Palestine et d'Israël. Il est membre du Conseil de la Fondation du Conservatoire de musique de Genève. Il a présidé la commission de construction du musée Martin Bodmer, à Cologny.

Auteur d’essais, de récits et de romans, Metin Arditi est un écrivain de l’intime, dont tous les livres traitent des mêmes thèmes : la difficulté de la filiation, la solitude et l’exil.


_________________
'Be curious, not judgmental.' Walt Whitman
avatar
domreader

Messages : 704
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Metin Arditi

Message par domreader le Lun 26 Juin - 10:53

La Confrérie des Moines Volants
Metin Arditi 


On est au moment des grandes purges de 1937 en Union Soviétique. Les églises sont pillées et détruites, les prêtres sont emprisonnés, déportés ou le plus souvent exécutés. C’est alors qu’un moine ermite Nikodime, entouré d’une poignée d’autres moines ou prêtres fuyant la purge, décide de sauver les trésors des églises russes. Ils les dérobent puis les cachent. Le portrait de cette poignée d’hommes de tous horizons, chacun avec leur histoire est assez prenante. Dans la deuxième partie du livre on est brutalement projeté en 2000 où se prolonge indirectement l’ histoire avec Mathias, un jeune homme qui vient de perdre son père. J’avoue avoir préféré la première partie, j’aurais bien continué à lire plus avant l’histoire de ces moines rebelles. La seconde partie est  plus classique, et nous mène à un dénouement convenu. Quand au style, les chapitres sont très courts et se lisent facilement, mais le style n’a rien de remarquable.

Je suis un peu déçue de ce premier contact avec cet auteur. Le thème est intéressant, les personnages aussi, mais ils sont traités de façon un peu trop  superficielle à mon goût dans une écriture passe-partout. A vrai dire j’avais déjà oublié l’histoire en grande partie en écrivant le commentaire. Je ne suis pas sûre de poursuivre avec cet auteur même si, somme toute, le moment passé avec ce livre n'est pas désagréable du tout.

_________________
'Be curious, not judgmental.' Walt Whitman
avatar
domreader

Messages : 704
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Metin Arditi

Message par Merlette le Lun 26 Juin - 11:47

@domreader a écrit:
Je suis un peu déçue de ce premier contact avec cet auteur. Le thème est intéressant, les personnages aussi, mais ils sont traités de façon un peu trop  superficielle à mon goût dans une écriture passe-partout. A vrai dire j’avais déjà oublié l’histoire en grande partie en écrivant le commentaire. Je ne suis pas sûre de poursuivre avec cet auteur même si, somme toute, le moment passé avec ce livre n'est pas désagréable du tout.

Ce furent tout à fait mes impressions quand j'ai lu Juliette dans son bain, mon premier roman de cet auteur, il y a deux ans, et dont voici le sujet:

L'éditeur a écrit:Kandiotis ! Kandiotis ! Kandiotis ! La France résonne du nom du richissime mécène Kandiotis, invité au journal télévisé de 20h pour annoncer le don à la France de deux tableaux, l’un de Picasso, l’autre de Braque, qui portent le même nom, Juliette dans son bain.
Est-il possible de bâtir une grande fortune sans se faire d'ennemis? Voilà la question à laquelle Ronald Kandiotis se voit confronté sitôt cette glorieuse annonce faite : sa fille Lara est enlevée ! Qui se cache derrière la mystérieuse « Association des Victimes » qui révèle au public par des messages successifs les turpitudes réelles ou supposées du milliardaire ?
En mêlant avec brio l'intrigue policière et la satire sociale, Metin Arditi dresse le portrait d'un homme ambigu, tiraillé entre le succès et l'isolement, le talent et l'ambition, le cynisme et l'humanité. Une grande vie, un grand personnage.

_________________
With freedom, books, flowers, and the moon, who could not be happy?” Oscar Wilde
avatar
Merlette

Messages : 2339
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Metin Arditi

Message par kenavo le Lun 26 Juin - 14:02

je comprends votre réticence...
je l'ai découvert il y a bien longtemps, Victoria-Hall était un grand coup de coeur pour moi et j'ai poursuivi avec tous les livres qu'il a publié après... jusqu'au Prince d'orchestre, qui était plutôt une déception...
depuis j'ai retenté avec L'enfant qui mesurait le monde où je pourrais mettre les mêmes mots que Domreader, pas désagréable... mais pas un moment fort de lecture, du coup, je laisse de côté, trop d'autres livres à lire Wink

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 6726
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Metin Arditi

Message par Aeriale le Mar 27 Juin - 10:35

@Domreader a écrit:Je suis un peu déçue de ce premier contact avec cet auteur. Le thème est intéressant, les personnages aussi, mais ils sont traités de façon un peu trop  superficielle à mon goût dans une écriture passe-partout.

Même impression globale pour Le Turquetto[, un peu différente pour Prince d'orcheste, mais à vrai dire, je les avais aussi oubliés, c'est un signe :-)

Repêché mon commentaire de 2011
Le Turquetto-



Lecture agréable, dans un style alerte et limpide. On y apprend beaucoup, notamment sur la place des juifs de l'époque (je ne savais pas qu'ils étaient déjà persécutés et obligés de porter un calot jaune!) et l'omniprésence de la religion catholique, les intrigues politiques, les luttes de pouvoir, etc. Tout est parfaitement rendu, l'ambiance sulfureuse de Constantinople, le tumulte du Grand Bazar, le foisonnement de Venise, on suit avec beaucoup de plaisir le parcours de cet homme ballotté entre plusieurs religions, obligé de renier sa foi pour assouvir sa passion.

C'est donc une lecture  riche au niveau de l'Histoire, autant que captivante par l'intrigue que nous propose l'auteur, cependant je n'ai pas non plus été transportée au niveau des émotions. Sans doute ce Turquetto nous reste t'il un peu insaisissable, c'est peut-être aussi l'image que l'auteur a voulu laisser de lui: un homme humble, habité par sa passion et totalement au service de son art, qui ne voulait pas empiéter sur ses oeuvres (la seule fois où il dérogera à son principe, dans de sa représentation de La Cène, sera comme son arrêt de mort)

En trente six ans d'activité, ses ateliers avaient produit plus de trois mille toiles, et il revécut son oeuvre immense dans l'ordre où il l'avait créée. Il retrouva le détail de chaque commande, les étapes de son esquisse, le choix des modèles, les essais de couleurs et les repentirs. Il revécut pour chaque toile les émotions qui l'avaient traversé à sa conception puis à sa mise en place, et enfin au moment où il l'avait peinte. Il se souvint du sentiment qu'il avait eu, chaque fois, de vivre la condition humaine, d'être une partie d'elle.
avatar
Aeriale

Messages : 2455
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Metin Arditi

Message par Aeriale le Mar 27 Juin - 10:41

Prince d'orchestre



Alors que chaque concert lui vaut un triomphe et qu’il se trouve au sommet de sa gloire, le chef d’orchestre Alexis Kandilis commet une indélicatesse dont les conséquences pourraient être irrémédiables. Sa réputation est ébranlée. Aux déceptions et revers qui s’ensuivent il oppose la certitude de son destin d’exception. Mais les blessures les plus anciennes se rappellent à son souvenir. L’insidieux leitmotiv des Kindertotenlieder – Les chants des enfants morts – de Gustav Mahler lui chuchote sans répit le secret qu’il voudrait oublier. La chute est inexorable. Seules l’amitié ou la confiance de quelques proches semblent l’ouvrir à une autre approche de son talent, susciter en lui un homme nouveau, dont la personnalité glisserait de la toute puissance à la compassion, de l’arrogance à l’empathie profonde. Se dessine peut-être une métamorphose…
(4eme de couverture)

Ce n'est pas tant les tourments de cet homme ambitieux, happé par la gloire sans être jamais vraiment guéri de ses blessures d'enfance, qui m'ont personnellement touchée. Ce récit ne joue pas forcément sur l'émotion d'ailleurs, mais plutôt sur la description presque clinique de sa chute, menée avec une parfaite maîtrise, et sans réelle compassion.

L'écriture de Metlin Arditi est fine, précise, elle s'insinue dans les eaux tortueuses de l'âme, passant au scanner les sentiments du sujet, et nous laissant derrière l' écran, témoins de sa toute puissance puis de ses doutes, enfin de sa décadence. En fait le portrait de cet homme vaniteux, utilisant son art pour assouvir ses besoins de reconnaissance et cacher ses propres manques, résume bien tout ce que peut avoir de fragile la consécration quelle qu'elle soit lorsqu'elle s'est forgée à partir d' un vide affectif.

Un récit brillant, rythmé, que j'ai même préféré au Turquetto et que j'ai lu d'une traite, mais surtout qui comblera les adeptes de l'auteur ou ceux de musique classique.
avatar
Aeriale

Messages : 2455
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Metin Arditi

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum