Monica Sebolo

Aller en bas

Monica Sebolo

Message par Aeriale le Ven 29 Sep - 12:43




Née à Milan, en 1971 Monica Sabolo a grandi à Genève en Suisse où elle fait ses études. Après un investissement dans l'action pour la défense pour les animaux, au sein du WWF en Guyane puis au Canada, elle a l'opportunité de travailler à Paris en 1995 comme journaliste
Après "Le roman de Lili", elle signe avec "Jungle" son second roman.
Elle a reçu le Prix de Flore 2013 pour "Tout cela n'a rien à voir avec moi".

-Summer-



 Ma sœur ressemblait pour de vrai à une reine de beauté de feuilleton américain, ces filles saines, aux jambes élastiques, avec des dents blanches irréelles, et dans leurs yeux une lueur insaisissable évoquant le chagrin ou le mal. Ces filles qui ont des rêves trop grands pour elles, ou qui font naître une douleur, quelque chose qui ressemble à du ressentiment dans le cœur des garçons, et qui finissent dans le coffre d'un 4X4, au fin fond d'une forêt"

Voilà un roman qui m'a semblé envoûtant d'entrée: Une jeune fille, belle et solaire, disparaît subitement vint cinq ans plus tôt. Peut être au fond du lac, peut être ailleurs. Son jeune frère Benjamin, passablement perturbé et dépressif, revient sur ce traumatisme et essaie de comprendre. Sa propre famille déjà, si glamour et parfaite, qui lui paraissait étrangère à lui même, comme s'il avait été trouvé "dans une forêt ou au fond d'un marécage".

Une trame prometteuse, on suit les pensées de Benjamin, coincé dans ce passé jusqu'à l'obsession et dont la vie semble s'être arrêtée ce jour d'été. De séances chez le psy en souvenirs d'enfance ou de jeunesse, quand il était encore l'ado mal dégrossi, il refait le film de cette famille idéale que tous enviaient. Mais à cette vision rêvée se superposent des failles jusque là passées sous silence, ou non intellectualisées. Benjamin va devoir affronter la vérité enfouie dans les méandres troublées de sa mémoire, avant de se reconstruire.

Je suis rentrée très facilement dans l'intrigue, cette atmosphère mystérieuse, où les apparences sont forcément trompeuses, avait tout pour emporter. Et ça marche. Mais l'auteure force un peu trop sur l'onirisme et les métaphores, le rythme en pâtit un peu. A force de questionnements, le style alerte et fluide du début m'a paru pesant par moments. J'avais hâte d'arriver à une chute, qui elle est bien amenée, c'est vrai. J'imagine ce que Joyce Carol Oates aurait fait d'un tel sujet! Sympa sans être incontournable :-)
avatar
Aeriale

Messages : 3933
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum