Henri Bosco

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Henri Bosco

Message par Arabella le Mar 17 Oct - 20:39

Henri Bosco 1888 - 1976





Henri Bosco est né le 16 novembre 1888 à Avignon, d'une famille provençale et piémontaise. Son père, Louis Bosco, fut tailleur de pierre, luthier, puis artiste (ténor de grand talent).

La première enfance d'Henri Bosco se déroule dans la Cité des Papes mais, dès sa troisième année et jusqu'à 17 ans, son existence fut essentiellement campagnarde.


Sa mère, qui fut aussi sa première institutrice, lui enseigna les rudiments de la lecture et du calcul.

Après des études au lycée d'Avignon, à l'Université de Grenoble et à l'Institut français de Florence, agrégé d'italien, il enseigne cette langue dans sa ville natale à Avignon, puis à Bourg en Bresse, Philippeville (Algérie) et Rabat (Maroc).
Henri Bosco écrit un premier roman, illustré par ses soins, dès l'âge de sept ans. A seize ans, il se vit attribuer un prix de poésie par une revue suisse.

Son premier roman, "Pierre Lampédouze", sera publié en 1924. On y trouve déjà toute l'atmosphère qui sera celle de ses romans et de ses poésies : mystère mêlé à la réalité quotidienne, monde paysan avec ses croyances ancestrales, magie de la Provence...
De nombreux prix littéraires vont couronner son oeuvre (une trentaine de romans, des livres pour les enfants, des poésies) : le Prix Renaudot en 1945, le Prix des Ambassadeurs en 1949, le Grand Prix National des lettres en 1953, le Grand Prix de la littérature pour les jeunes en 1959, et le Grand Prix de littérature de l'Académie française en 1968.

Henri Bosco est mort à Nice en 1976.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2172
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Henri Bosco

Message par Arabella le Mar 17 Oct - 20:42

Le mas Théotime



Le narrateur du roman, Pascal Dérivat, est le propriétaire du mas du titre, qui lui vient d’une branche de sa famille. Nous sommes en Provence, à la campagne, une campagne d’autrefois. La propriété est cultivée par une famille de métayers, les Alibert. Les relations sont difficiles avec un voisin, Claudius, un peu cousin de Pascal Dérivat. La situation va se compliquer à cause de l’arrivée au mas d’une cousine de Pascal d’une autre branche, Geneviève. Une étrange relation s’est établie entre eux dans leur enfance, entre attirance et rejet. Geneviève depuis a vécu, a fait des expériences qui l’ont mis un peu au ban de la famille. Son arrivée inquiète Pascal, qui succombe pourtant vite à son charme. Mais Geneviève a un secret, elle est en fuite, et va amener le danger dans la maison de son cousin.

Ma seule approche d’Henri Bosco date de mes années collège, et elle n’a pas vraiment été positive. J’ai voulu y revenir maintenant, encouragée par beaucoup d’avis favorables autour de moi concernant cet auteur. Je ne peux pas dire que cette deuxième tentative m’ait réellement convaincue. Je reconnais les qualités de l’écriture d’Henri Bosco, mais elle ne possède pas la petite musique, le rythme, la respiration, qui me transporteraient. Cette histoire de paysans d’une autre époque, d’attachement viscéral à la terre, de jalousies, de querelles de voisinage, de lignées, d’héritages, ne m’ont pas spécialement passionnés. Les personnages féminins m’ont semblé un peu caricaturaux.


Bref, à mon regret, je ne suis pas vraiment entrée dans cette lecture. Je ferais peut être une autre tentative avec cet auteur, mais après un petit moment.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2172
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum