Bernard Malamud

Aller en bas

Bernard Malamud Empty Bernard Malamud

Message par domreader le Mer 7 Déc - 15:18

Bernard Malamud Malamu10

Wikipedia a écrit:Bernard Malamud (1914 – 1986) est renommé pour ses nouvelles, notamment celles de The Magic Barrel (1958), chroniquant sous une forme proche de la parabole la vie des immigrés et descendants d'immigrés juifs d'Europe de l'Est aux États-Unis, dans les quartiers pauvres de Manhattan et Brooklyn. Paru en 1969, Pictures of Fidelman est une collection de nouvelles satiriques dans lesquelles le personnage récurrent, le peintre Fidelman, incarne la relation ambivalente de Malamud à la figure de l'artiste. Avec Saul Bellow, Malamud est considéré comme l'un des deux maîtres du roman juif-américain, qui ont considérablement influencé les écrivains de la génération suivante tels que Cynthia Ozick et surtout Philip Roth, qui lui consacre un émouvant portrait dans Parlons Travail.
Parmi les romans de Malamud, il faut retenir le premier, The Natural (1952), fable parodique sur le baseball imprégnée par la mythologie du Graal, qui a été adaptée au cinéma dans Le Meilleur avec Robert Redford, Les Locataires (The Tenants, 1971), qui aborde les tensions entre la communauté noire et la communauté juive en Amérique, et surtout Le Commis (The Assistant, 1957), fable crépusculaire dans laquelle Malamud développe une éthique de la résignation qui lui est caractéristique.
En 1966, son roman L'Homme de Kiev (The Fixer), inspiré de l'affaire Beilis, est récompensé par le National Book Award et le Prix Pulitzer de fiction. Il est adapté deux ans plus tard au cinéma sous le même titre.
domreader
domreader

Messages : 1301
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Bernard Malamud Empty Re: Bernard Malamud

Message par domreader le Mer 7 Déc - 15:20

Le Commis
(The Assistant)

Bernard Malamud Assist10

C’est une joie de retrouver cet auteur après bien des années, Bernard Malamud est un écrivain profondément humain qui écrit avec compassion et qui a une faculté naturelle pour nous parler des grands drames de vies minuscules.

Le roman se passe vers les années 50 dans une petite épicerie de Brooklyn tenue par Morris Bober et sa femme, un couple de juifs immigrés d’un certain âge qui assistent impuissants au déclin de leur épicerie face à la concurrence de supérettes plus modernes qui s’installent dans le voisinage. Morris recueille, malgré l’avis de sa femme, un homme errant qui s’était réfugié dans sa cave. En échange d’une chambre et de nourriture, Frank aide à l’épicerie alors que Morris se trouve temporairement alité. C’est un ‘goyim’ (un non-juif), un personnage énigmatique, à la moralité trouble, en errance, dont on ne sait s’il précipitera la chute de l’épicerie ou si au contraire il contribuera à lui faire remonter la pente. Toujours est-il qu’il convoite Helen, la fille des épiciers et qu’il s’emploie à la séduire, ce qui ne peut que causer des problèmes puisqu’il n’est pas juif.

Ce très beau roman arrive à nous faire ressentir le désespoir de vies manquées, de gens qui sont passés à côté de leurs existences à force d’occasions manquées, de mauvaises décisions, de faiblesses, de procrastinations ou de malchance. Mais il fait également la part belle à l’espoir, celui qui les fait rebondir en essayant de sauver ce qui peut l’être du passé pour construire un avenir plus heureux. Les deux personnages principaux sont magnifiques, l’un à cause de sa bonhommie résignée, c’est Morris et l’autre, Frank,  parce qu’il est continuellement déchiré entre son envie de se racheter et ses mauvais penchants acquis dans un passé accidenté.

Malamud est un écrivain magnifique, un peu oublié, qui sait raconter et camper des personnages aux émotions complexes avec une économie de moyens remarquable.  J’ai bien du mal à lui rendre justice, en peu de lignes sans dévoiler plus de l’intrigue qui aborde de nombreux thèmes.

Il vient de sortir en français.
domreader
domreader

Messages : 1301
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Bernard Malamud Empty Re: Bernard Malamud

Message par Queenie le Mer 7 Déc - 16:47

Vile tentatrice ! 

(j'ajoute bientôt mes petits avis sur Le meilleur et L'homme de Kiev)

_________________
Et, du monde indistinct des rêves, là où se terrent les secrets mystiques, une réponse surgit.
Queenie
Queenie

Messages : 3698
Date d'inscription : 29/11/2016
Localisation : *CabanCouette*

Revenir en haut Aller en bas

Bernard Malamud Empty Re: Bernard Malamud

Message par Aeriale le Jeu 8 Déc - 13:50

-Le meilleur-


Bernard Malamud 9782743629748



Drôle de parcours que celui de ce joueur de base ball parti de rien et dont la future carrière est fauchée à la base à cause d'une rencontre étrange et maléfique avec une belle inconnue. Revenu dans le milieu du sport, quinze ans après pour tenter "son deuxième acte", il est décidé à conjurer le sort et rattraper le temps perdu en se créant une renommée...

C'est un roman assez cruel et sombre, mais Malamud sait mener son récit avec verve. Malgré les nombreux passages se rapportant aux matchs et décrits de façon très précises (trop pour moi, je les ai souvent survolés, j' avoue) j'ai pris un réel plaisir à suivre Roy Hobbes et ses co-équipiers. Il y a beaucoup de la fable dans ce roman, une certaine ironie parfois, des passages où le réel et l'imaginaire se confondent (et ils sont magnifiques) Mais c'est surtout une fable amère et déroutante, où les héros fatiguent et leurs rêves de gloire finissent fracassés face à une réalité trompeuse  (souvent représentée par une femme, d'ailleurs)

Tout est question de choix malgré tout, Roy aveuglé par la réussite qui, pense-t' il, le mènera au bonheur, fera les mauvais. Il y a comme un avertissement donné sur un ton badin, qui reste très actuel. La vie est bordée de belles promesses, gare à la part d'ombre cachée derrière chacune d'elles! Un beau roman, j'ai bien envie de lire l'Homme de Kiev à présent :-)
Aeriale
Aeriale

Messages : 4815
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Bernard Malamud Empty Re: Bernard Malamud

Message par Aeriale le Mer 1 Fév - 16:01

-Le commis-

Bernard Malamud 9782743637842

Voici la couverture dans l'édition française. J'avais oublié que Dom l'avait déjà résumé, et bien! C'est exactement ce qu'il en ressort:
@Domreader a écrit:Ce très beau roman arrive à nous faire ressentir le désespoir de vies manquées, de gens qui sont passés à côté de leurs existences à force d’occasions manquées, de mauvaises décisions, de faiblesses, de procrastinations ou de malchance. Mais il fait également la part belle à l’espoir, celui qui les fait rebondir en essayant de sauver ce qui peut l’être du passé pour construire un avenir plus heureux. Les deux personnages principaux sont magnifiques, l’un à cause de sa bonhommie résignée, c’est Morris et l’autre, Frank,  parce qu’il est continuellement déchiré entre son envie de se racheter et ses mauvais penchants acquis dans un passé accidenté.

Morris, un épicier juif  de Brooklyn tient une misérable boutique désertée par la clientèle et peine à payer ses fournisseurs, Culpabilisant de devoir accepter les maigres  revenus de sa fille Helen, qui a dû renoncer à ses études de littérature pour un emploi de secrétaire, et courbant l'échine face aux sempiternelles  récriminations de sa femme Ida, il n'en finit pas de se morfondre et de questionner ce Dieu qui semble les avoir oubliés. Un soir, alors qu'il traine encore espérant récolter un dernier client, un "gang" de bras cassés au visage camouflé, l'agresse pour lui piquer sa caisse et finit par le blesser. Un de ces deux pieds nickelés, pétri de remords, et décidé à changer le cours de sa vie et celle de Morris par son rachat personnel,  s'impose à coup de persévérance en tant que commis du magasin.

Ce roman conte, édité en 1957 inconnu en France, est réédité cette année après des années d'oubli. C'est un univers que l'auteur connait bien, ses parents ayant eu le même parcours. Des russes échappés du pogrom décidés à réussir leur intégration, aux vies besogneuses mais qui s'accrochent face à un destin pas toujours tendre. Privations, abandon d'idéaux et de carrières, revers de fortune (fortune toute relative) vies dérisoires: Ces immigrés ne pratiquent pas  forcément mais appliquent les principes de la Torah avec rigueur, jusqu'à l'abnégation, surtout Morris.

Malamud défend t'il cette morale (qui peut être la même dans d'autre religion, d'ailleurs)  où l'honnêteté et la générosité sont les marques suprêmes de l' homme bon, ou veut-il montrer au contraire qu'elles l'amènent à sa perte? Franck redouté par Ida puis par Helen, mais dont la présence devient peu à peu indispensable, incarne une figure bien plus complexe et humaine, au final. Il ne s'élèvera pas socialement mais sa remise en question l'aidera dans sa rédemption, jusqu'à cette fin un peu surprenante qui m'a laissée dubitative.
Spoiler:
Se fait il circoncire par conviction ou pour gagner l'amour d'Hélène? Les deux, je pense...


Un très beau roman, très fort et bourré d'humanité, qui peut ouvrir sur une belle réflexion. J'aurais aimé en parler avec vous. Lisez le!
Aeriale
Aeriale

Messages : 4815
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Bernard Malamud Empty Re: Bernard Malamud

Message par Chrisdusud le Mer 1 Fév - 16:45

Je le note.
Chrisdusud
Chrisdusud

Messages : 428
Date d'inscription : 04/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Bernard Malamud Empty Re: Bernard Malamud

Message par domreader le Jeu 2 Fév - 18:34

Je suis très contente qu'il t'aie plu Aériale. C'est un beau livre qui reste longtemps en tête après sa lecture.


Pour répondre à ta question dans le spoiler :

Spoiler:
les deux je pense et aussi pour se punir un peu, ça fait partie du chemin de la rédemption.

_________________
'La littérature est une maladie textuellement transmissible, que l'on contracte en général pendant l'enfance'. Jane Yolen.
domreader
domreader

Messages : 1301
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Bernard Malamud Empty Re: Bernard Malamud

Message par Arabella le Mer 13 Déc - 19:57

L'homme de Kiev


Yakov Bok porte sur lui le poids de malheurs divers : celui d'être pauvre, quitté par sa femme, et surtout juif dans une Russie tsariste à la veille de la Révolution où l'antisémitisme règne. Il quitte son village pour Kiev, une suite de circonstances lui fait diriger une briqueterie dans un quartier interdit aux Juifs. le meurtre d'un enfant à proximité lui est imputé, car c'est bien connu, les Juifs pratiquent les meurtres rituels, et la haine à leur égard permet d'évacuer d'autres sujets de mécontentements de la tête de la population. Malgré l'absence de la moindre preuve réelle, et la bonne volonté d'un juge d'instruction intègre, Yakov Bok est emprisonné dans des conditions de plus en plus inhumaines, pour le faire avouer le crime, et en faire porter le poids sur sa communauté. Il résiste d'une façon étonnante, gardant sa dignité et sa vérité.

Inspiré par un fait réel, L'homme de Kiev n'a rien d'une chronique de fait divers. Il s'agit d'un récit, qui malgré quelques aspects réalistes, transcende le réel, a des visées universelles et métaphoriques. le personnage de Yakov Bok est celui d'un homme libre, qui met d'une certaine façon à nu tous les rouages de l'antisémitisme, mais au-delà toute la violence et tous les mécanismes de domination d'une société, qui a besoin de boucs émissaire pour régner sur les foules. le sacrifice de Yakov Bok qui résiste à tous les supplices, en fait presque une figure de rédempteur, de celui qui va mettre en évidence les dysfonctionnements, qui les rend illégitimes. le tragique de sa situation, en dehors de la question de l'antisémitisme, pose la question de la liberté, de la place de l'individu, quel qu'il soit dans cette société. Bibikov, le juge d'instruction le dit explicitement :

« Car n'oubliez pas que du jour où votre vie est décrétée sans valeur, la mienne ne vaut pas cher non plus, et que si la loi ne vous protège pas, elle ne me protégera pas davantage. »

En allant encore plus loin, le livre interroge toute société, comme la société américaine des années 60 du dernier siècle dont date le livre, années marquées par la loi sur les droits civiques, sa difficulté à être appliquée, les exactions de Ku Klux Kla, des procès célèbres, certaines manipulations de la justice, finalement pas si éloignés de ce que décrit le livre de Bernard Malamud

Un grand livre universel.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Arabella
Arabella

Messages : 3213
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Bernard Malamud Empty Re: Bernard Malamud

Message par domreader le Jeu 14 Déc - 7:10

Il est sur mes étagères avec un autre encore.  J'aime beaucoup cet écrivain, certainement un des meilleurs auteurs américains.

_________________
'La littérature est une maladie textuellement transmissible, que l'on contracte en général pendant l'enfance'. Jane Yolen.
domreader
domreader

Messages : 1301
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Bernard Malamud Empty Re: Bernard Malamud

Message par Aeriale le Jeu 14 Déc - 8:54

Des thèmes forts, toujours. Et encore d'actualité hélas.

Merci pour ce commentaire, Arabella! Je le remonte dans ma LAL :-)
Aeriale
Aeriale

Messages : 4815
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Bernard Malamud Empty Re: Bernard Malamud

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum