Murakami Ryu

Aller en bas

Murakami Ryu

Message par domreader le Sam 7 Juil - 11:53



Source Wikipédia :


Ryū Murakami (村上 , Murakami Ryū), de son vrai nom Ryūnosuke Murakami (村上 龍之助, Murakami Ryūnosuke), né le 19 février 1952 à Sasebo est un écrivain, scénariste et réalisateur japonais (sans lien de parenté avec son contemporain Haruki Murakami).

Auteur très prolifique, il a publié une trentaine de livres dont les plus célèbres sont ses deux premiers romans, Bleu presque transparent (prix Akutagawa en 1976, vendu au Japon à un million d'exemplaires en six mois), qui retrace quelques jours de la vie d'un groupe d'adolescents, entre sexe, drogue et rock, et Les Bébés de la consigne automatique (1980). Il a également reçu le prix Yomiuri en 1998 pour Miso Soup.

_________________
'La littérature est une maladie textuellement transmissible, que l'on contracte en général pendant l'enfance'. Jane Yolen.
avatar
domreader

Messages : 964
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Murakami Ryu

Message par domreader le Sam 7 Juil - 11:56

Les Bébés de la Consigne Automatique
Murakami Ryu

 Deux bébés sont abandonnés dans deux casiers de consignes automatiques, ce sont Hashi et Kiku, ils seront placés dans un orphelinat puis dans une famille d’accueil. Le roman suit le destin de ces deux frères qu’une certaine noirceur accompagne en permanence, on les sent toujours sur la corde raide, dans une vie qui ne leur appartient pas et où tout peut basculer d’un moment à l’autre. L’un deviendra une star de la chanson adulée par les foules et l’autre finit en prison pour meurtre.

 Je suis partagée dans l’opinion que je me fais de ce livre, aux multiples rebondissements dans des univers très étranges. Ryu Murakami a des talents de conteur incontestables, une imagination débordante et il sait nous entraîner à sa suite dans le récit de ces deux vies en dents de scie. J’ai suivi ces histoires avec beaucoup d’intérêt pendant environ 450 pages, puis le fil du récit s’est délité et donnait l’impression que l’auteur ne savait plus trop comment terminer son périple qui part un peu dans tous les sens avec des scènes très violentes et très gores, comme si cela était un passage obligé. De très bonnes choses donc dans ce roman mais environ 80 pages qui m'ont laissée sur le bord du chemin vers la fin. Je crois bien que je tenterai un autre roman tout de même.

_________________
'La littérature est une maladie textuellement transmissible, que l'on contracte en général pendant l'enfance'. Jane Yolen.
avatar
domreader

Messages : 964
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum