André de Richaud

Aller en bas

André de Richaud Empty André de Richaud

Message par Arabella le Dim 5 Mai - 15:22

André de Richaud (1907 - 1968)


André de Richaud Richau10



Source : Wikipédia


André de Richaud, né le 6 avril 1907 à Perpignan et mort le 29 septembre 1968 à Montpellier, est un écrivain, poète et dramaturge français. 

Son père, professeur d'histoire, meurt au tout début des combats de la guerre de 1914 et il perd sa mère en 1923.

Il est collégien à Carpentras où il se lie d’amitié à Pierre Seghers, qui sera son éditeur. Étudiant en droit et en philosophie à Aix-en-Provence, il est maître d’internat au lycée Mignet en même temps que Marcel Pagnol. Grâce au conservateur de la bibliothèque Méjanes qui l’a pris en amitié, il rencontre André Gaillard, poète et fondateur des Cahiers du Sud et Joseph d’Arbaud, écrivain-félibre, directeur de la revue Le Feu.

A vingt ans il écrit La Douleur, son premier roman, dont Albert Camus, à qui Jean Grenier l'avait donné à lire, écrira : "Je le lus en une nuit, selon la règle et, au réveil, nanti d'une étrange et neuve liberté, j'avançais hésitant sur une terre inconnue. Je venais d'apprendre que les livres ne verraient pas seulement l'oubli et la distraction… Il y avait une délivrance, un ordre de vérité où la pauvreté, par exemple, prenait tout à coup son vrai visage. La Douleur me fit entrevoir le monde de la création".

En 1935, il tisse de nouveaux liens d'amitié avec Jeanne Lohy et Fernand Léger, chez qui il vivra 14 ans, à Paris et en Normandie.

Il reçoit le prix Guillaume-Apollinaire en 1954 pour Le Droit d’asile et, dix ans plus tard, le prix Roger-Nimier pour Je ne suis pas mort.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Arabella
Arabella

Messages : 3213
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

André de Richaud Empty Re: André de Richaud

Message par Arabella le Dim 5 Mai - 15:23

La nuit aveuglante


Un personnage nous raconte son histoire, d'abord à la première personne, avant de passer à la troisième. Une histoire en partie fantastique et invraisemblable, entre punition divine et surnaturel inexplicable. Il cherche du sens, tente de s'occuper dans une solitude absolue, interrompue par des épisodes étranges, qui ne font que le confirmer davantage dans sa mise à l'index. Au lecteur de tenter de démêler l'écheveau des événements ou ce qu'en dit le narrateur, pas forcément fiable.

C'est un récit onirique, très particulier, le trivial, le très précis, côtoyant l'absurde, une autre dimension. Il ne se passe pas grand-chose en vérité, juste le regard du narrateur qui teinte le peu qu'il lui arrive de la lumière blafarde du mystère. On peut rester à la porte, s'ennuyer, ou entrer dedans et être emporté. En fonction de sa propre capacité à construire un récit, donner du sens, ou à apprécier le peu clair, l'ambigu, le questionnant.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Arabella
Arabella

Messages : 3213
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum