Aron Tamasi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Aron Tamasi

Message par eXPie le Mar 13 Déc - 8:18

Aron Tamasi
(Lupeni - actuellement en Roumanie -, 20/09/1897- Budapest, 26/05/1966)


"Tamási est issu d’une famille de paysans pauvres de Transylvanie. Après avoir été enrôlé au cours de la Première Guerre mondiale, il poursuit des études de droit commercial et travaille dans une banque. Il part vivre aux Etats-Unis de 1923 à 1926 puis revient en Transylvanie et s’établit à Kolozsvár (Cluj) où il commence par publier des nouvelles. Il doit sa célébrité à une trilogie picaresque (1932-1934 : Ábel a rengetegben, Ábel az országban, Ábel Amerikában), plus ou moins autobiographique, dont le jeune héros, Ábel, s’exprime volontiers par calembours et devinettes – dans une langue qui porte la marque du parler des Sicules de Transylvanie –, triomphe de tous les obstacles que dresse devant lui une vie difficile, grâce à son ingéniosité et à la confiance qu’il a dans son innocence. En 1944, Tamási s’installe à Budapest où il poursuit une oeuvre abondante, au style foisonnant et baroque, d’une grande richesse d’inspiration populaire." (Merci http://litteraturehongroise.fr/auteurs-hongrois/tamasi-aron).
avatar
eXPie

Messages : 350
Date d'inscription : 04/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aron Tamasi

Message par eXPie le Mar 13 Déc - 8:19

  
Recto et verso avec les rabats ouverts : dessins : 33 bêtes sauvages, de Marfa Indoukaeva

- Abel dans la forêt profonde (Ábel a rengetegben, 1932). Traduit du hongrois en 2009 par Agnès Jarfas. Editions Héros-Limite. 300 pages.
Abel a seize ans. Il vit avec ses parents dans un petit village de Transylvanie, dans l'immédiate après-Première Guerre Mondiale.
La famille est pauvre, mais la Nature a été généreuse en esprit. Abel cherche toujours à avoir le dernier mot. Il doit tenir de son père, avec qui il fait souvent des joutes oratoires, le père et le fils rebondissant mutuellement sur des jeux de mots.
Un jour, le père parle à son fils de la forêt.
"Je peux très bien y aller, dis-je.
- Toi, oui, si tu n'avais pas peur d'y habiter seul, répliqua mon père avec malice.
C'était justement de mon courage que j'étais le plus fier ; le héros en moi se cabra donc immédiatement.
- Je connais beaucoup de choses, sauf la peur, répondis-je catégoriquement. Je suis capable de traverser n'importe quelle forêt et même d'y habiter courageusement, même tout seul !
Mon père n'attendait que cela, car à l'instant même, il s'abattit sur moi comme sur un oiseau.
- Bien parlé ! Demain nous nous y rendrons et tu pourras y habiter.
- Où irons-nous demain ?
- Nous ? Sur le Hargita, dans une petite maison. Hier, des messieurs de la banque sont venus chasser dans la forêt domaniale, et je t'ai fait engager chez eux comme garde forestier, dans la forêt de la banque, celle qui est sur le Hargita. Tu recevras même un salaire, à condition que tu n'aies vraiment pas peur d'habiter là-haut, tout seul.
Sur le coup, je ne pus rien répondre, je rentrai seulement la tête entre les épaules et je battis des paupières comme une grenouille." (page 29)
Notre jeune héros va donc vivre seul dans une maison de garde forestier, avec un chien, un chat et une chèvre. Responsable d'un stock de bois, il est chargé de le vendre. Il devra se méfier des voleurs, repousser ceux qui voudront s'arranger avec lui pour escroquer son employeur, endurer la faim et affronter de nombreux dangers, toujours avec humour.
C'est un roman très sympathique, à l'écriture vive.

Les deux volumes suivants (Abel dans le pays et Abel en Amérique) n'ont pas encore été traduits en français. On espère pouvoir les lire un jour.
avatar
eXPie

Messages : 350
Date d'inscription : 04/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aron Tamasi

Message par Merlette le Mar 13 Déc - 10:16

Très tentant, je le note car ce serait une bonne occasion de découvrir la littérature hongroise.

_________________
With freedom, books, flowers, and the moon, who could not be happy?” Oscar Wilde
avatar
Merlette

Messages : 2337
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aron Tamasi

Message par Aeriale le Mar 13 Déc - 16:12

Vous pensez que cela peut me plaire?

Ca m'a l'air sympa, oui? Et comme tu dis Céline cela fait sortir un peu des littératures habituelles, je connais peu d'auteurs Hongrois ;-)
avatar
Aeriale

Messages : 2170
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aron Tamasi

Message par Arabella le Mar 13 Déc - 19:03

Il y a quand même  un autre de ses livres qui a été traduit, Etoiles de Transylvanie, mais je crois que ce sont des nouvelles.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2063
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aron Tamasi

Message par Arabella le Mar 13 Déc - 19:06

Abel dans la forêt profonde


Un jeune homme, fils de paysan part devenir garde forestier pour le compte d'une banque. Il se retrouve seul ou presque (avec quelques animaux) et confronté à la nécessité de survivre dans la nature, à gérer son stock de bois à vendre, à se prémunir des convoitise des uns et des autres. Il se titre de toutes les difficultés grâce à sa bonne humeur, à un humour caustique, mordant sans forcement être méchant, une grand présence d'esprit dans toutes les situations. 

Sous une forme de récit populaire, presque de conte, l'auteur nous donne sa vision du quotidien d'un pauvre jeune Hongrois en Transylvanie devenue roumaine suite au traité de Trianon. Une culture particulière, en train de disparaître. 

Le style spécifique de l'auteur, fait de ce livre quelque chose de profondément original. Drôle et tragique à la fois, il conte d'une façon vivante et truculente, une vie que l'on pourrait décrire d'une façon triste et tragique. Peu d'événements heureux arrivent à notre pauvre Abel, qui ne perd pas pour autant sa truculence. L'humour comme arme contre le malheur. 

Rien d'étonnant que ce livre ait suscité l'intérêt de Ramuz qui révisa le texte français de la première traduction de ce roman en français paru dans les années 40 en Suisse. 

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2063
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aron Tamasi

Message par Arabella le Mar 13 Déc - 19:07

Ce n'est pas forcément le livre que je vous conseillerais pour commencer. Lajos Zilahy avec Les Dukay, par exemple, me semble une bonne clé d'entrée. Je vais tâcher d'ouvrir un fil.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2063
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aron Tamasi

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum