Anne Tyler

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

Anne Tyler

Message par Epi le Mer 30 Nov - 22:34



Anne Tyler est née le 25 octobre 1941 à Minneapolis dans le Minnesota dans une famille de quakers pacifistes qui déménagea fréquemment avant de s'installer dans une communauté isolée de Raleigh en Caroline du Nord . En 1963, elle épouse Taghi Modarressi (mort en 1997), psychiatre pour enfants d'origine iranienne avec qui elle a deux filles et entame sa carrière d'écrivain.

Elle obtient le Prix Pulitzer en 1989 pour son roman Leçons de conduite. La romancière habite aujourd'hui à Baltimore, qui sert de cadre à la plupart de ses livres.
Epi
Epi

Messages : 1947
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Anne Tyler

Message par Epi le Mer 30 Nov - 22:36

Dinner at the Homesick Restaurant (Le déjeuner de la nostalgie) 




Pearl s’est enfin mariée, elle qui n’y croyait plus. Mais un gentil garçon s’est intéressé à elle, l’a épousée et lui a fait trois enfants, Cody, Jenny et Ezra. Et puis le gentil garçon s’en est allé un jour, comme ça, sans expliquer pourquoi. Alors Pearl, pour garder un peu de dignité préfère dire qu’il est en déplacement. Le déplacement se prolonge et plus personne n’en parle. 

Il faut bien continuer à faire tourner la maison, qui est son refuge et un peu une prison aussi, une maison où on ne rit pas beaucoup, où on ne reçoit jamais personne parce qu’on n’a pas besoin des autres, on est tellement mieux entre soi.

Les enfants grandissent un peu comme ils peuvent, chacun selon son tempérament. Cody, un peu instable, souvent cruel avec ses mauvaises blagues dont son petit frère Ezra fait les frais, cache ses blessures (l’absence du père, la violence de la mère) du mieux qu’il peut. Rien ne le touche, ce qui compte, c’est réussir pour échapper à sa famille. Pour faire mieux que son père. Pour prouver au monde qu’il est quelqu’un. Il est fourbe, envieux, jaloux. Mais il est surtout malheureux.

Jenny aussi veut oublier les agressions de sa mère et part le plus loin possible faire ses études de médecine. Elle épouse le premier garçon qui la demande en mariage, un passage très drôle d’ailleurs, la demande et la réponse de Jenny. Un peu anorexique, elle se cherche et change d’époux comme de chemise jusqu’à ce qu’elle trouve enfin un équilibre.

Ezra lui, est calme et docile. C’est celui qui essaie de faire de cette famille une vraie famille, qui se réunit pour diner et qui s’entraide. C’est celui qui pardonne les petites et grandes méchancetés, qui est là en cas de coup dur, celui qui apporte le réconfort. Ezra, qui essaie de recréer dans son restaurant un lieu qui ressemblerait à un foyer heureux et chaleureux, comme celui qu’il n’a jamais connu mais qu’il imagine avec des bons petits plats comme ceux que l’on prépare à la maison (d'où le nom de son restaurant). Ezra, déçu et malheureux, qui souffre, mais qui continue vaille que vaille parce qu’il n’y a pas une once de rancune en lui et que c’est une bonne âme. Ezra, qui est l’opposé de sa mère et qui pourtant restera toujours avec elle.

Ce sont de beaux portraits que nous offre Tyler, c’est plutôt sombre et par moments même triste mais tellement réaliste et on retrouve forcément un peu de soi, un peu de son vécu et des émotions qui s’y rattachent. Les souvenirs de notre enfance déforment souvent la réalité et notre perception est faussée, c’est certainement le thème central de ce roman. Non seulement nos souvenirs ne rendent pas une image juste mais ils ne correspondent pas toujours aux souvenirs des autres ayant vécu les mêmes situations. En donnant la parole à chacun des personnages qui racontent leur bout d’histoire, elle permet au lecteur de faire la part des choses tout en le laissant plus ou moins dans le doute. On peut détester ou se laisser attendrir et puis avec le recul interpréter autrement. Tolérance et compréhension. Parce que ces personnages, ils sont plus vrais que nature et un avis tranché et définitif n’est pas possible. Personnellement, après plusieurs jours et deux autres livres depuis, je suis encore dedans et certainement pas près de les oublier. 


Merci à Darkanny de m’avoir conseillé cette lecture, c’est un véritable coup de cœur. Le premier roman d’Anne Tyler que j’ai lu il y a longtemps ne m’avait pas super convaincue mais c’est sûr, j’ai maintenant envie d’en lire d’autres.
Epi
Epi

Messages : 1947
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Anne Tyler

Message par Aeriale le Jeu 8 Déc - 18:47

-Leçons de conduite-
-Prix Pulitzer 1989-





 Un vrai plaisir de partager le temps d'une virée en Dodge la vie et ses ratés de cette famille, à la fois ordinaire et diablement attachante. Anne Tyler a l'art de percer au travers des petits riens qui forment le quotidien d'un couple, ce qui en fait sa substance. Impossible de ne pas sourire aux aléas que réservent l'embardée de Maggie et Ira partis aux obsèques de leur ancien copain, l'affaire tournant assez vite aux cafouillages et récriminations diverses. Il faut dire que Maggie a un don naturel pour les gaffes et un coeur gros comme ça (du genre à récupérer les bonnes âmes trouvées en chemin, pour le plus grand bonheur de son mari) Avec elle pas de compromis, les choses doivent tourner dans le bon sens et selon une logique bien à elle. Son caractère chaleureux et optimiste lui fait voir une réalité malléable, avant tout conforme à ses voeux (son fils aime toujours son ex, sa petite fille languit de son père, la famille se doit d'être unique) Ira, lui, est beaucoup plus terre à terre. Ses rêves d'embrasser la médecine ont dû laisser place à une morne carrière d'encadreur afin de subvenir aux besoins des siens. Il a perdu en fougue mais gagné en lucidité et il sait que les évènements modèlent l'homme et non l'inverse. A l'opposé rien ne doit résister au tempérament impétieux de sa femme...


C'est drôle, parfois même très drôle, et aussi infiniment touchant. C'est la vie d'un couple telle qu'on peut la ressentir, sans rajouts ni concessions. Avec ses loupés, ses prises de tête, ses revirements et ses abandons. Le Yin et le Yang ou le bon et le moins bon, ce qu'on imagine et ce avec quoi on doit composer, tous ces petits compromis qui déterminent une existence. Au delà reste surtout cet attachement très fort qui unit les deux, les liens familiaux plus solides qu'ils ne paraissent, et les gestes qui révèlent l'amour. Avec tendresse et beaucoup de sensibilité , Anne Tyler nous présente une sorte de raccourci pris sur le vif, un miroir sur le temps qui file et les questions qu'il soulève. Impossible de ne pas être interpellé, il y a quelque chose de plus qui passe et qui n'a pas vraiment de nom, entre la nostalgie et les possibles jamais atteints.


.
Aeriale
Aeriale

Messages : 4420
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Anne Tyler

Message par Aeriale le Jeu 8 Déc - 18:57

-Le déjeuner de la nostalgie-






En fin de compte, tout est une question de temps-le temps qui passe, le temps qui change. As-tu déjà pensé à ça?


Un beau roman sur le temps, sur ce qui ne peut plus être changé et avec lequel on doit composer. Sur nos erreurs, notre incapacité à gérer au mieux et la peur qui en découle, cette angoisse de mal faire qui étreint Pearl parfois. C'est par exemple l'image de cette femme qui prend Luke en stop et se met à lui raconter pourquoi elle tourne sans but après une énième confrontation avec sa fille, jusqu'à ce que la douleur passe.
   
"C'est ce qui me tue moi, les erreurs que je commets. Je réagis beaucoup trop, je la laisse me mettre hors de moi. Oh j'en fais tellement des fautes.Ce que je laisse derrière moi c'est mon image, ma minable petite image. Et alors je commence à ralentir. Je me souviens d'un tas de choses. Je revois Liddie lorsqu'elle était toute petite."


l y a toujours ce passé qu'on doit partager. Ce drôle d'amalgame, fait de personnalités très différentes et qui constitue tant bien que mal une famille, laisse souvent des cicatrices, des rancoeurs contre lesquelles on ne peut plus rien. Certains ne s'en relèvent jamais tel Cody qui cherchera partout la reconnaissance quitte à y laisser sa morale et devra attendre la toute fin pour percevoir enfin le respect de son père. Ou bien Jessie insaisissable par manque de repères, cherchant absolument à se démarquer, et trouvant finalement son équilibre au sein d'une famille recomposée.

Alors qui sont les responsables? Pearl est-elle réellement cette sorcière que dénonce Cody? "Tu ne retiens que les mauvais jours" lui dit Ezra. Et c'est vrai, le souvenir est sélectif, chacun en a sa version et l'auteure nous le prouve subtilement à différents passages. Pearl déconcerte par la violence de ses réactions et ces mots terribles ( "Petits parasites, j'aimerais que vous soyez morts, que je sois enfin libres"p 71) mais elle est prisonnière de sa propre force, de cette fierté qui lui fait tenir tête face au marasme de sa vie, autant que de ce besoin de perfection qui va jusqu'à décourager Beck. C'est une femme en lutte constante, qui a malgré tout ses moments de lucidité.


 Oh Cody c'est une bataille d'élever des enfants. Tu penses que je ne suis pas facile, je le sais bien. Je me mets en colère, je me conduis parfois comme une harpie. Mais si tu te rendais compte à quel point je me sens..démunie. Comme c'est effrayant de savoir que tous ceux que j'aime dépendent de moi. J'ai tellement peur de me tromper


Encore une fois Anne Tyler ne cherche pas à nous démontrer quoi que ce soit, ni à forcer le ton. Elle pose juste en filigrane des questions non résolues et nous renvoie à notre propre vécu. Qui n'a jamais ressenti d'injustices, de préférences? Qui n'a jamais commis d'erreurs ou de maladresses pour s'en repentir ensuite en se disant "Ais-je gâché des choses?" Difficile de ne pas se sentir interpellé dans ce roman qui nous parle simplement de la vie et de la complexité qui la compose.


"On s'en est sorti" nous dit l'un des personnages (Ezra surement!) et c'est ce qui doit compter finalement. Cody, Jenny, Ezra ou Pearl nous tendent un miroir qui ne se veut ni flatteur ni grossissant, mais qui reflète bien tous les manques et cette incapacité à vivre ensemble parfois. Encore un très belle et très touchante histoire qui me restera longtemps en mémoire, c'est certain. Un coup de coeur, merci Epi et Darkanny cheers

.
Aeriale
Aeriale

Messages : 4420
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Anne Tyler

Message par Aeriale le Jeu 8 Déc - 19:01

-En suivant les étoiles-





J'aime beaucoup Anne Tyler, sa façon d'évoquer la vie et ses ratés, ses petits récits d'apprentissage. Elle pose juste les situations, suggère plus qu'elle ne démontre, ne se permet jamais de juger. Sa méthode est simple: laisser la parole aux personnages, chacun à son tour, ce qui donne une vision différenciée, assez éloignée des clichés.  C'était le cas dans mes deux précédents -Leçons de conduite et Le déjeuner de la nostalgie- c'est aussi le cas ici.


Jérémy est un garçon bizarre.  Plus très jeune, disons entre deux ages, et toujours dépendant de sa mère avec laquelle il vit, tenant ensemble une pension de famille pas mal décatie. Lorsque celle-ci décède, son univers bascule. Lui qui ne franchissait  jamais  le coin de sa rue, se retrouve jeté dans l'inconnu. Ses peurs et son incapacité à s'exprimer normalement surgissent alors avec plus de violence, mais l'arrivée de  Mary et Darcy, une jeune mère divorcée et sa fille, vont l'aider à se libérer de ses angoisses. Chacun va donc présenter sa version. La première est Amanda, une des soeurs de Jeremy. Puis Mary, Mrs Vinton une pensionnaire, enfin Olivia la cuisinière. Seul Jeremy, empêtré dans ses absences et ses difficultés de langage, nous est décrit de l'extérieur, l'art étant sa seule façon de communiquer.


Anne Tyler a un faible pour les gens décalés, flirtant avec l'absurde, souvent obsessionnels. Mais autant ses personnages y gagnent en réalisme d'ordinaire (Ezra dans Le déjeuner de la nostalgie- Maggie dans Leçons de conduite ) autant ici on y perd en crédibilité. Les  manques de Jeremy m'ont touchée dans la première partie, mais ont fini par m'éloigner de lui dans la seconde. Je n'ai pas toujours compris l'attitude de certains (Olivia par ex) ni ces revirements qui m'ont paru poussés à l'extrême. Et pour tout dire j'ai trouvé le final assez artificiel. En résumé une lecture peu convaincante, qui m'a ennuyée sur la fin.  J'attends de voir avec le prochain!
Aeriale
Aeriale

Messages : 4420
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Anne Tyler

Message par kenavo le Jeu 8 Déc - 19:07


Celestial Navigation / En suivant les étoiles
Présentation de l’éditeur
Jeremy n’est pas comme tout le monde. Agoraphobe, velléitaire, il a énormément de mal à lier contact avec les autres. À la mort de sa mère, il est désemparé face aux difficultés pour faire tourner sa maison, devenue pension de famille. Et pourtant Mary, fraîchement débarquée dans cette banlieue de Baltimore, va malgré elle entraîner Jeremy à sortir de sa torpeur et à s’ouvrir au monde. Ces deux personnages réussiront-ils à se trouver ?
Anne Tyler confirme un talent unique pour évoquer les vacillements et « petits riens » de la vie.

Dans le temps de ma découverte d’Anne Tyler, j’ai lu pas mal de ses livres… et j’avais pensé que cette rencontre serait terminée, il y a de ces auteurs dont on raffole pendant un moment et puis il y a d’autres qui demandent notre attention.

Mais voilà que je fais mon voyage à travers les Etats-Unis et en arrivant au Maryland, la scène littéraire est surtout basée dans et autour de Baltimore, la plus grande ville de cet Etat. Et si on dit Baltimore, on doit dire Anne Tyler. Non seulement elle y vit, mais elle a basé bon nombre de ses livres dans cette ville.

Contrairement à Aériale, j’ai adoré ce livre ! Je pense qu’il va figurer dès à présent parmi mes préférés de cette auteure.

Certes, il y a quelques attitudes dont on peut se demander le pourquoi et le comment, mais je les trouve très bien décrit par Anne Tyler, je n’ai à aucun moment eu des difficultés de suivre les pas de ses personnages.

Et je trouve que la fin est bien trouvée, toute autre conclusion m’aurait paru trop proche d’un roman à l’eau de rose !

En tout, pour moi un très beau voyage qui m’a donné envie de mettre Anne Tyler à nouveau sur ma liste des auteurs à lire

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
kenavo
kenavo

Messages : 11328
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Anne Tyler

Message par Aeriale le Jeu 8 Déc - 19:17

@kenavo a écrit:Contrairement à Aériale, j’ai adoré ce livre ! Je pense qu’il va figurer dès à présent parmi mes préférés de cette auteure.

Certes, il y a quelques attitudes dont on peut se demander le pourquoi et le comment, mais je les trouve très bien décrit par Anne Tyler, je n’ai à aucun moment eu des difficultés de suivre les pas de ses personnages.

Et je trouve que la fin est bien trouvée, toute autre conclusion m’aurait paru trop proche d’un roman à l’eau de rose !

Tu n'es pas la première à le dire! Je ne me souviens plus de cette fin, mon commentaire date un peu, mais il faudrait la relire.

Je ne devais pas être dans un bon mood. Ca arrive! Et tant mieux car je n'ai gardé que le meilleur, d'elle Very Happy
Aeriale
Aeriale

Messages : 4420
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Anne Tyler

Message par kenavo le Jeu 8 Déc - 19:44

@Aeriale a écrit:Je ne devais pas être dans un bon mood. Ca arrive!
ah tu sais bien qu'on n'a pas besoin d'avoir toujours les mêmes ressentis Wink

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
kenavo
kenavo

Messages : 11328
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Anne Tyler

Message par Aeriale le Jeu 16 Aoû - 13:33

-Vinegar girl-





Depuis la mort de sa femme, le professeur Battista, savant plutôt lunaire et détaché des obligations matérielles, a confié à sa fille ainée l'éducation de sa jeune soeur Bunny et l'agencement du foyer. Kate, assistante maternelle au caractère bien trempé et totalement dépourvue de tact, a parfois du fil à retordre avec certains parents qui lui reprochent son trop plein de franchise. Tout l'oppose en fait à Bunny, jeune ado évaporée aussi charmeuse que Kate semble bourrue.
Cet équilibre bien ordonné est subitement mis à mal lorsque Battista, craignant de voir ses années de recherche s'effondrer si le visa de son assistant n'est pas prorogé, imagine un mariage blanc entre Piotr, le jeune étranger, et sa propre fille.

J'ai retrouvé avec plaisir le ton alerte et plein d'ironie d' Anne Tyler, sa capacité à entailler les rapports familiaux, décrypter les faux semblants, la bienséance obligatoire ou dénoncer les travers d'une société qui n'a pas tellement évolué si on la croit. (Les préparatifs imaginaires du mariage par la tante obsédée de conformité sont un moment de délice) Kate, malgré son caractère farouche, est tout de même soumise à la figure du paternel et fait son max pour lutter contre les convenances, ce qui nous vaut des passages de pure drôlerie. Les personnages sont tout aussi contrastés, jamais blancs ou noirs, tiraillés entre des sentiments contradictoires.

Bref, une lecture sympathique et toujours un peu caustique, assez fine dans l'analyse de ces histoires de famille, mais qui sur la fin m'a paru beaucoup plus attendue et moins convaincante. Un petit bémol donc, mais rien d'assez fort pour ne retenir que le moins bon! Parfait pour se détendre durant ces vacances :-)
Aeriale
Aeriale

Messages : 4420
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Anne Tyler

Message par domreader le Ven 17 Aoû - 14:32

Je sais que tu es fan d'Anne Tyler et ça donne envie, j'ai un titre sur mes étagères À Spool Of Blue Thread. Tu l'as lu celui-là @Aeriale ?

_________________
'La littérature est une maladie textuellement transmissible, que l'on contracte en général pendant l'enfance'. Jane Yolen.
domreader
domreader

Messages : 1212
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Anne Tyler

Message par Aeriale le Ven 17 Aoû - 15:27

@domreader a écrit:Je sais que tu es fan d'Anne Tyler et ça donne envie,  j'ai un titre sur mes étagères À Spool Of Blue Thread.  Tu l'as lu celui-là @Aeriale ?
Non, je ne crois pas qu'il a été traduit. Du coup il me dit bien, à lire le résumé!

Tu me diras si tu te lances avec celui ci, Dom?
Aeriale
Aeriale

Messages : 4420
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Anne Tyler

Message par Liseron le Ven 17 Aoû - 16:56

Encore un auteur à découvrir  helpsos  Je viens de lire dans Page une excellente critique de Vinegar Girl, je le rajoute sur ma liste...

_________________
"Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux" Jules Renard
Liseron
Liseron

Messages : 1112
Date d'inscription : 02/01/2017
Age : 57
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Re: Anne Tyler

Message par kenavo le Ven 17 Aoû - 17:00

ah oui, Anne Tyler vaut le détour...
merci pour ton commentaire Aériale, je la remets aussi sur ma liste Wink

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
kenavo
kenavo

Messages : 11328
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Anne Tyler

Message par Aeriale le Sam 18 Aoû - 9:36

Oui, je pense que vous allez apprécier...

Il y a des moments très drôles, Ca ne se refuse pas!
Aeriale
Aeriale

Messages : 4420
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Anne Tyler

Message par Liseron le Ven 15 Mar - 16:13



Un petit commentaire rapide, @aeriale l'a déjà bien résumé et mon avis rejoint (presque) le sien !
Une première lecture de cette auteure pour moi, et une lecture très agréable et divertissante, avec en toile de fond, une réflexion sur le statut de la femme.
On rit beaucoup au portrait de cette famille, le père complètement loufoque, la benjamine, jeune ado écervelée et Kate, avec son caractère bien trempé, sa liberté de ton, qui donnent souvent lieu à de savoureuses réparties. Cette héroïne, pleine de contradictions est très attachante ainsi que Piotr, le jeune assistant, que son père veut lui faire épouser. Ses essais maladroits pour conquérir le cœur de Kate ne trompent personne et prêtent souvent à rire mais c'est finalement quand il sera vraiment lui-même qu'il sera le plus touchant. J'ai beaucoup aimé les derniers chapitres, bien rythmés et encore plus burlesques que le reste et qui, à mon avis, relancent parfaitement le récit.
Je vais certainement continuer avec Anne Tyler !

_________________
"Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux" Jules Renard
Liseron
Liseron

Messages : 1112
Date d'inscription : 02/01/2017
Age : 57
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Re: Anne Tyler

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum