Orhan Pamuk

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Orhan Pamuk

Message par Arabella le Jeu 22 Déc - 19:10

Orhan Pamuk (1952 -   )





Source Wikipédia

Orhan Pamuk, de son vrai nom Ferit Orhan Pamuk, est un écrivain turc né le 7 juin 1952 à Istanbul. Ses romans ont rencontré un énorme succès dans son pays et dans le monde, où ils se sont vendus à plus de onze millions d'exemplaires, ce qui fait de lui l'écrivain turc le plus vendu dans le monde. Ils sont traduits en plus de 60 langues. L'auteur a remporté trois grands prix littéraires en Turquie, le prix France Culture en 1995, le prix du meilleur livre étranger du New York Times en 2004, le prix des libraires allemands le 22 juin 2005 et le prix Médicis étranger pour Neige le 7 novembre 2005. En 2006, Pamuk est classé par Time Magazine comme l'une des 100 personnalités les plus influentes du monde. En 2007, il enseigne l'écriture et la littérature comparée à l'université Columbia. Il est, avec José Saramago, à l'origine du Parlement européen des écrivains (European Writers' Parliament) qui s'est tenu à Istanbul en novembre 2010.

Le 12 octobre 2006, il obtient le prix Nobel de littérature, devenant ainsi le premier Turc à avoir reçu cette distinction.


Romans

- Cevdet Bey et ses fils
- La Maison du silence
- Le Château blanc
- Le Livre noir, roman
- La Vie nouvelle
- Mon nom est Rouge
- Neige
- Le Musée de l'innocence
- Kafamda Bir Tuhaflık (non traduit)

Autres

- D'autres couleurs, 76 essais, discours ou récits
- Istanbul, souvenirs d'une ville, essai,
- Mon père, et autres textes, discours
- Istanbul, photographies d'Ara Güler, texte d'Orhan Pamuk,
- L'innocence des objets, essai,
- Le Romancier naïf et le Romancier sentimental, essai,

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2061
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Orhan Pamuk

Message par Arabella le Jeu 22 Déc - 19:11

Neige

Le poète Ka, exilé en Allemagne, revient en Turquie, et se rend dans la petite ville de Kars, en principe en tant que journaliste, pour enquêter sur des suicides en série de filles, et les élections municipales, mais en réalité surtout pour retrouver Ipek, une ancienne camarades d'université, qui le fascine, et dont il pense qu'elle pourra combler sa solitude. Il va devenir le témoin privilégié de ce qui se passera à Kars bloquée par la neige, entre islamistes, opposants de gauche, kurdes, et le pouvoir militaire prêt à tout pour défendre son positions. Il vivra de l'intérieur un coup d'état, sera une sorte d'intermédiaire entre toutes les parties en présence, tout en essayant d'assurer son bonheur personnel avec Ipek.

La plus grande qualité du livre est la merveilleuse écriture d'Orhan Pamuk, poétique mais en même temps très précise et acérée. Et puis aussi son témoignage sur la situation inextricable de son paye. Evidemment, les personnages sont stéréotypés, Pamuk ne s'intéresse pas à la psychologie de tel ou tel individu, mais à une situation globale, et donc chaque personnage est un type plus qu'une personne. Mais l'auteur peut nous montrer de cette façon l'engrenage infernal dans lequel tout le monde est enfermé. Quel que soit l'attitude ou le comportement adopté, il sera forcement interprété par les camps en présence en fonction de leur intérêt, utilisé, récupéré. Quelle que soit la bonne volonté, l'honnêteté des individus, leur action ne peut que servir soit le pouvoir en place, et justifier les atrocités commises, soit l'extrémisme des opposants, islamistes en premier lieu et son lot d'horreurs. Aucun acte n'est perçu comme neutre, mais vaut engagement d'un côté ou de l'autre. Cela a un côté désespéré, aucune liberté de choix n'est laissée à l'individu, car chacune des perspectives en présence est inacceptable. La seule échappatoire laissée à Ka, c'est sa poésie.

J'ai beaucoup aimé ce livre sombre et rayonnant à la fois.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2061
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Orhan Pamuk

Message par Arabella le Jeu 22 Déc - 19:12

Istanbul

Souvenirs d'une ville dit le sous-titre. Pamuk nous promène dans Istanbul, une Istanbul en grande partie disparue. Il y a l'Istanbul de son enfance, celle dont il se souvient, dans laquelle il a marché, beaucoup marché, mais aussi il y a la ville de ces photos en noir et blanc, qui ponctuent le livre, encore avant celle des dessins, celle aussi des voyageurs ou écrivains, voire des écrivains voyageurs, qui l'ont fréquentée à différentes époques, qu'elle a inspirés. Mais les souvenirs sont aussi ceux d'Orhan Pamuk, de sa famille, de l'immeuble familial…Et Istanbul fait partie intégrante de cette remémoration des couches fondatrices d'une personnalité. Nous voyons passer une ville et entrevoyons son évolutions, comme nous voyons passer des mentalités, des façons de vivre et de penser propres au milieu dont est issu l'auteur.

Un beau voyage dans le passé, nostalgique, un peu triste, mais avec une certaine délectation de la tristesse. Je n'imaginais pas Orhan Pamuk, à la seule lecture de ses romans, si porté à la mélancolie, au sentiment de perte, si solitaire aussi.

J'ai pris un plaisir fou à cette lecture, à ce voyage, vers l'ailleurs, vers une autre époque, vers l'univers intime d'un grand écrivain, qui le partage avec nous. Et il me reste encore des romans à lire, que j'aborderai forcément différemment, après avoir partagé ce moment d'intimité avec Orhan Pamuk

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2061
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Orhan Pamuk

Message par kenavo le Jeu 22 Déc - 19:33


L’innocence des objets
Quatrième de couverture
Le musée de l'Innocence, créé par Orhan Pamuk à Istanbul, est un projet culturel singulier, mûri pendant des décennies par son créateur, qui a cherché à y saisir la ville de sa jeunesse par les objets du quotidien : l'éphémère, le bric-à-brac, le désordre qui caractérisent la vie de chacun. Ces objets particuliers sont intimement liés au Musée de l'Innocence, le roman de l'amour perdu de Pamuk, qui prête sa structure narrative à leur présentation. Des vitrines ou des boîtes magnifiquement conçues, contenant des séries d'objets soigneusement disposés, entraînent le visiteur au fil du récit, dans un voyage à travers le temps et l'espace autant que dans l'esprit du collectionneur, identifié à Pamuk comme à son narrateur amoureux. L'auteur traite ici des sujets qui lui importent profondément : la psychologie du collectionneur, le rôle du musée, les photos du vieil Istanbul (que sa superbe collection personnelle vient illustrer), et bien sûr les coutumes et les traditions de sa ville.

J’ai adoré le roman Le musée de l’Innocence, probablement dû à ma prédilection de garder ici et là des souvenirs en forme d’objets anodins et je trouvais toujours son idée de faire un musée en même temps qu’un roman tout à fait sublime.

Et voilà que le musée est donc terminé et ne pouvant pas m’y rendre tout de suite, il me reste la découverte via ce livre.
Dans les premières 60 pages de ce livre, Orhan Pamuk raconte quand et comment cette idée du musée et de ce roman lui sont venues et comment il a vécu avec ce projet pendant très longtemps avant de le voir finaliser. Accompagné de photos, c’est déjà une lecture agréable qui met le lecteur bien en ambiance de ce qui va suivre.

J’ai relu le roman, tout en découvrant chapitre par chapitre les images du "catalogue" et c’était à nouveau un plaisir de retrouver ce roman mais cette fois-ci ensemble avec les vitrines conçues par Orhan Pamuk, ce qui donne encore une autre dimension au livre.

faut quand même mentionner que le livre avec les images ne contient pas les chapitres 24, 33, 48, 50, 52, 61, 62, 75, 76, 77, 78 et 79, la composition de ces boîtes n’était pas finalisées lors de la parution du livre

Superflu de vous dire que je suis enthousiaste et n’attends maintenant qu’une visite de ces lieux !








A noter aussi la couverture du livre en allemand



qui reprend une photo du chapitre 21 et on peut lire dans le livre du musée :
« Quant à la photographie de la jeune maîtresse dont parle le père de Kemal dans le roman, je l’ai trouvé une fois que j’avais écrit l’histoire. Tandis que je passais rapidement en revue des masse de photos conservées au fil des ans puis récupérées par des brocanteurs « parce qu’il y un bateau à l’arrière-plan », c’est moins l’image du bateau que la mine triste et abattue de la fille qui accrocha mon regard. LA carte postale des années 1960 ci-dessous est une image parfaite du Bosphore pendant cette période et elle illustre à la fois la joie de vivre et la mélancolie qui sous-tendent ce chapitre. »

Ainsi il donne en plus des photos des différentes vitrines pour chaque chapitre des petites histoires autour, parfois personnel, parfois concernant Istanbul, parfois le roman.. c’est tout à fait extra !!


Le site du musée en anglais


Les architectes allemands Brigitte et Gregor Sunder-Plassmann ont bâti le musée ensemble avec Orhan Pamuk


plus d'images






en anglais

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 5866
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Orhan Pamuk

Message par Arabella le Jeu 22 Déc - 20:15

En ce moment, se rendre en Turquie paraît hasardeux. Sinon j'aurais bien fait le voyage avec toi @Kenavo...

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2061
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Orhan Pamuk

Message par kenavo le Ven 23 Déc - 5:33

oui, malheureusement ce n'est pas le pays à visiter pour l'instant...

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 5866
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Orhan Pamuk

Message par kenavo le Mer 16 Aoû - 4:49


Cette chose étrange en moi
Présentation de l’éditeur
Comme tant d'autres, Mevlut a quitté son village d'Anatolie pour s'installer sur les collines qui bordent Istanbul. Il y vend de la boza, cette boisson fermentée traditionnelle prisée par les Turcs. Mais Istanbul s'étend, le raki détrône la boza, et pendant que ses amis agrandissent leurs maisons et se marient, Mevlut s'entête. Toute sa vie, il arpentera les rues comme marchand ambulant, point mobile et privilégié pour saisir un monde en transformation. Et même si ses projets de commerce n'aboutissent pas et que ses lettres d'amour ne semblent jamais parvenir à la bonne destinataire, il relèvera le défi de s'approprier cette existence qui est la sienne. En faisant résonner les voix de Mevlut et de ses amis, Orhan Pamuk décrit l'émergence, ces cinquante dernières années, de la fascinante mégapole qu'est Istanbul. Cette "chose étrange" , c'est à la fois la ville et l'amour, l'histoire poignante d'un homme déterminé à être heureux.


La couverture de l’édition turque utilise, tout comme celle en français, une photo d’Ara Güler.
Elle a aussi été reprise pour la traduction allemande, version dans laquelle j’ai lu ce livre.

J’entends une mélodie nostalgique dans les écrits de Patrick Modiano concernant le Paris du passé… une nostalgie similaire se trouve dans bon nombre de textes d’Orhan Pamuk. Dans son cas, il s’agit d’Istanbul et de son amour pour cette ville.

Son dernier roman dresse le portrait d’une famille, on suit surtout Mevlut et son destin.

À travers ses yeux on voit les changements de la ville d’Istanbul au cours de cinquante années, mais le lecteur devient aussi témoin des métamorphoses de la société turque.

J’aime beaucoup Orhan Pamuk et jusqu’à présent je n’étais encore jamais déçue par lui. Ce nouveau livre ne fait pas exception.

Un très joli voyage à travers le temps, la ville et la vie de Mevlut… un autre héros de son monde imaginaire qui va me rester en bonne mémoire.



Ara Güler, Vendeur de Boza

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 5866
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Orhan Pamuk

Message par Arabella le Mer 16 Aoû - 7:22

Merci Kenavo, il sort demain, et fera partie des rares livres de la rentrée littéraire que je vais sans doute acheter. Toi tu l'as déjà lu depuis un moment en allemand.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2061
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Orhan Pamuk

Message par kenavo le Jeu 17 Aoû - 4:01

oui, en effet, l'édition allemande est toujours un peu plus rapide en ce qui concerne les traductions de ses romans, ce livre est paru en février 2016 Wink

je te souhaite bonne lecture, je pense que tu devrais aimer...

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 5866
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Orhan Pamuk

Message par Arabella le Jeu 17 Aoû - 10:12

Merci.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2061
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Orhan Pamuk

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum