Virgine Despentes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Virgine Despentes

Message par Aeriale le Ven 23 Déc - 13:07





bio tirée de chez Evène.
Née en 1969 Candidate libre au bac, Virginie Despentes fait tous les métiers : femme de ménage à Longwy, hôtesse dans un salon de massage à Lyon, pigiste pour des journaux rock et porno ou vendeuse au rayon librairie du Virgin Megastore à Paris. Fille unique de fonctionnaires, elle brave les interdits familiaux en devenant une véritable égérie 'underground'. Auteur d'ouvrages sulfureux et décriés, elle dépeint un monde malsain et vil qu'elle n'a que trop côtoyé. Ses romans au style littéraire innovant, alliant vulgarité et réalité, font d'elle une madone de la littérature 'trash'. Après une retentissante adaptation cinématographique de son livre 'Baise moi', Virginie Despentes, lassée des étiquettes qu'on lui attribue, décide d'aborder des thèmes optimistes avec 'Teen Spirit', son quatrième roman qui traite outre de la paternité, de réussite sociale... changement radical ! Enfin, en 2006, elle tombe le masque et raconte dans 'King Kong Théorie' comment elle est devenue ce personnage controversé.
Deux romans sont emblématiques, Les Jolies choses (1998, Prix de Flore, Prix Saint-Valentin) et Apocalypse bébé (2010, Prix Renaudot, Prix Trop Virilo)


Romans
1993 Baise-moi
1996 Les Chiennes savantes
1998 Les Jolies Choses
2002 Teen Spirit
2002 Trois étoiles, avec Nora Hamdi, roman graphique,
2004 Bye bye Blondie
2010 Apocalypse bébé
2015 Vernon Subutex 1
2015 Vernon Subutex 2

Essai
2006 King Kong Théorie, essai autobiographique

Recueil de nouvelles
1999 Mordre au travers
avatar
Aeriale

Messages : 2105
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Virgine Despentes

Message par Aeriale le Ven 23 Déc - 13:13

-Apocalypse bébé-




C'était mon premier Despentes alors forcément chez moi, ça l'a fait. Une belle petite claque qui violente le lecteur lambda installé dans ses lectures habituelles. J'ai découvert le ton nerveux, unique, essentiellement débridé, la vision sans fleurettes mais pertinente, voire extrême. Et ses phrases, tantôt uppercuts ou bien des baumes revigorants. Bref une écriture qui va loin et ne nous lâche pas facile.

Ici tout y passe, les intellos à la recherche de reconnaissance, les révolutionnaires de canapés, les faux riches et les vrais beurs, tout un monde qui se croise et dont l'auteure fait entendre la voix. Où se situe Despentes? Surement entre tout ça. Ni dupe, ni soumise, la miss secoue ce beau monde ou ce qu'il en reste avec une énergie communicative. On peut y trouver des clichés, un peu trop de provoc, une fin improbable, il n'empêche que ce roman m'a embarquée dès les premières lignes et reprise vers la toute fin alors que mon attention s' essouflait un peu.

J'ai lu quelque part que Despentes et Houllebecq étaient les chefs de file de cette génération de quadra, libre et décomplexée. Je n'ai pas lu le second mais ce que peux dire de la première est qu'elle sait garder une distance et un humour quasi constant qui lui permettent bien des choses. Un peu électron libre, un peu sociologue, sa franchise est son arme la plus redoutable. On peut l'éviter mais si vous la croisez il vous en restera surement des traces!

.
avatar
Aeriale

Messages : 2105
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Virgine Despentes

Message par Aeriale le Ven 23 Déc - 13:18

-Vernon Subutex-





Ce fut un plaisir de retrouver son écriture nerveuse. Une façon de croquer les personnages et dépeindre des situations qui forcément bouscule, ce ton qui ose tout et n'épargne personne.



 Quand on se retrouve du côté des pestiférés, une fracture nette sépare votre monde de celui des épargnés. On ne veut ni charité, ni empathie. Au fond, on préférerait ne plus avoir aucun contact. De chaque côté des frontières, les mots n'ont plus le même sens


Les pérégrinations d'un ancien disquaire au nom plus qu'improbable, brutalement mis à la porte de chez lui pour cause d'impayés, et contraint de squatter chez d'anciens copains de sa bande de musiciens. Un récit qui nous plonge dans un retour au passé bourré de références musicales  (ah le temps béni des vinyles..J'ai eu plusieurs fois l'envie de rechercher certains groupes sur you tube) et une immersion dans un présent interlope, peuplé de gens étranges, dont le quotidien semble en sursis, obligés d'avancer frénétiquement pour ne pas sombrer.

On retrouve l'univers assez glauque et speedé propre à celui de l'auteure, sa langue vive et acerbe qui ne mâche pas ses mots et ose tout dire. Derrière tous ces personnages parfois en perte d'identité et le plus souvent de repères, c'est bien le miroir d'une société à la dérive que nous peint Virginie Despentes. Une société qui s'improvise de nouvelles donnes, une nouvelle façon d'aborder les choses et de penser, tous milieux confondus. C'est à la fois drôle et assez noir (surtout sur la fin) très inventif et toujours pertinent. Virginie Despentes a le don de nous embarquer dans une autre dimension, de nous filer de grosses claques à chaque fois. On en  ressort groggy et un peu nauséeux (certains passages m'ont lassée, j'avoue) mais avec des personnages forts et une intrigue qu'on ne risque pas d'oublier.

Bilan: Moins emballée que pour mon premier, Apocalypse Bébé donc, qui reste en haut de l'échelle. Mais j'aime toujours ce ton insolent qui est sa marque de fabrique et qui dérange. C'est juste que j'ai trouvé certains passages trop longs, l'histoire des trans, tout ça, ça méritait moins, j'aurais préféré retrouver Vernon qui lui s'effaçait un peu (je sais c'est voulu, mais...)
avatar
Aeriale

Messages : 2105
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Virgine Despentes

Message par Queenie le Sam 24 Déc - 8:54

J'ai vraiment beaucoup aimé Vernon Subutex, 1 et 2. Ce regard acide sur la société. Sur cette génération sex, drug & rock'n roll qui a vieilli, et ce qu'elle est devenue (brisée, disparue, modifiée, dans le moule, toujours rebelle, selon les gens). Beaucoup aimé, aussi, la description de Paris dans ce livre. On sent la ville. La vraie. De notre quotidien.
J'ai aimé aussi que ça aille loin dans la folie, l'aspect communautaire qui se cherche des marques, des repères, qui a besoin de quelque chose de nouveau pour ne pas sombrer. Même maladroitement.

Ça faisait très longtemps que je voulais lire cette auteure, et j'ai été vraiment ravie de le faire par ce livre.
Parvenir à avoir un regard mature et rebelle à la fois, sur les gens, et la vie. Très fin et rentre dedans en même temps. C'est fort.

Je n'ai pas trouvé de longueur.
J'ai aimé qu'on se détache de Vernon pour s'intéresser à tous les autres. Comme une fresque humaine.
Et puis ma lecture est déjà trop loin pour que j'en retienne les défauts (puis je l'ai tellement défendu ce bouquin!)

_________________
*Imaginer en Grand*
avatar
Queenie

Messages : 1769
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Virgine Despentes

Message par Chrisdusud le Dim 25 Déc - 16:52

J'ai lu il y a quelques temps Bye Bye Blondie. Il fait parti de ces livres qui collent à la peau longtemps après leur lecture. J'ai commencé à le lire sans pouvoir m'en détacher. 
C'est l'histoire d'une fille punk perdue mal ou pas aimée par ses parents qui zone dans la rue et se pose dans un bar. Elle retrouve par hasard un homme qu'elle a aimé quand elle était adolescente. Lui est devenu un célèbre animateur de télé.
Amour difficile évidement que l'on suit scotché à eux. L'écriture m'a fait l'effet d'une lumière froide éclairant leur histoire. 
C'est mon premier de Virginie Despentes et je compte bine en lire d'autres.
avatar
Chrisdusud

Messages : 427
Date d'inscription : 04/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Virgine Despentes

Message par MezzaVoce le Mar 30 Mai - 15:49

Je me souviens du premier livre d'elle que j'ai acheté. J'avais dû le commander à la maison de la presse de la petite ville dans laquelle je vivais alors. La commerçante, rouge vif :
« - Comment vous m'avez dit, le titre ???"
- Baise-moi. »  silent

Après j'ai guetté ces nouvelles parutions avec impatience et je les ai toutes lues avec grand plaisir. Mon préféré reste Les Jolies choses. J'ai un peu "calé" après la lecture d'Apocalypse Bébé, que j'ai moins aimé. Du coup, je suis passée à côté des Vernon Subutex. Là, voilà plusieurs fois qu'elle passe à la radio et qu'elle me donne très envie de rattraper mon retard.

J'aime beaucoup Virginie Despentes, l'auteure et la personne. C'est toujours un régal de l'entendre, comme par exemple dans cette belle récente Heure Bleue sur France Inter. Oui parce que Vernon Subutex 3 vient de sortir !
avatar
MezzaVoce

Messages : 211
Date d'inscription : 01/04/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Virgine Despentes

Message par Queenie le Mar 30 Mai - 20:22

Tu devrais vraiment tenter Vernon Subutex, si tu es une fidèle d'avant l'heure, il faut !

Je pense me prendre le 3 pour cet été. Tranquille. Quand je serais à la campagne, ça me donnera ma dose de béton et d'urbain.

_________________
*Imaginer en Grand*
avatar
Queenie

Messages : 1769
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Virgine Despentes

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum