Kenzaburô Ôé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Kenzaburô Ôé

Message par Arabella le Ven 23 Déc - 15:12

Kenzaburô Ôé (1935-   )




Il naît en 1935 dans un petit village de l’île de Shikoku, où la population parle un dialecte local, ce qui l’obligera ultérieurement à apprendre le japonais. Il est passionné par la lecture dès son plus jeune âge, Les aventures d'Huckleberry Finn (Mark Twain) et Le Merveilleux Voyage de Nils Holgersson à travers la Suède (Selma Lagerlöf) étant ses deux premiers livres de prédilection. Il a été soumis pendant son enfance à la propagande de la Deuxième Guerre Mondiale, et était près à mourir pour son pays et pour son empereur. Son père meurt lorsqu’il a 9 ans, en laissant sept enfants. Un an plus c’est la réédition inconditionnelle du Japon, la grande désillusion de Kenzaburô Ôé dans les idées guerrières inculquées dans son enfance, la prise de conscience que le héros national n’était qu’un homme comme les autres vont le marquer à vie à l’amener à défendre tout le long de son parcours deux idées simples : la souveraineté accordée au peuple et l’abandon de toute force militaire.

A 17 il quitte son village pour aller étudier la littérature française à l’université de Tokyo, intéressé en particulier par Sartre sur lequel il rédige son mémoire de fin d’études. Il montre aussi beaucoup d’intérêt à Watanabe Kazuo, grand spécialiste de littérature de la Renaissance, et en particulier de Rabelais, qui transmettait l’esprit des humanistes français, sa forte personnalité a marquée ses disciples.

Sa carrière d’écrivain commence très tôt, en 1957, et reçoit en 1958 le prestigieux prix Akutagawa, il publie à cette époque un très grand nombre de textes, très bien accueillis par le public qui voit en lui le porte-parole de la nouvelle génération d’après guerre. Il aborde dans ces écrits les thèmes tels qu’un état d’esprit marqué par le découragement et le sentiment d’enfermement de la jeune génération, les tensions entre les étrangers dominants et les Japonais humiliés, et il évoque aussi abondamment le monde des enfants dont le monde libre et spontané vole en éclat par l’action des adultes.

Sa vie personnelle va connaître des moments difficiles, il se marie en 1960, et son premier fils né en 1963 est atteint d’une malformation cérébrale. Ôé se pose la question de supprimer cet enfant, il a évoqué cette expérience dans certains écrits et en particulier « Une affaire personnelle ». Le thème de la relation père fils devient ensuite un thème central dans son œuvre.

Dans les années 1980, il s’intéresse à la littérature latino-américaine, séjourne au Mexique. Il obtient le prix Nobel en 1994, à la suite de quoi, il avait annoncé qu’il arrêtait d’écrire des romans. Quelques années après, il est revenu sur cette décision.


Bibliographie française

1957 Un drôle de travail,
1958 Une bête à nourrir,
1958 Arrachez les bourgeons, tirez sur les enfants,
1961 Ainsi mourut l’adolescent politisé,
1965 Notes de Hiroshima (essais), Page 3,
1965 Une affaire personnelle, Pages 2, 4,
1966 Dites-nous comment survivre à notre folie (nouvelles), Pages 1, 4,
1967 Le Jeu du siècle, Page 3,
1979 Le Jeu de la synchronie,
1983 Réveillez-vous, ô jeunes gens du nouvel âge (nouvelles),
1984 Parfois le cœur de la tortue (nouvelles),
1990 Une existence tranquille, Pages 1, 2, 4,
1986 M/T et l’Histoire des merveilles de la forêt,
1993 Lettres aux années de nostalgie,
1995 Une famille en voie de guérison,
1995 Moi, d’un Japon ambigu,
2002 Gibier d'élevage Page 4, 5,
2005 Le Faste des morts (nouvelles)
2013 Adieu, mon livre !

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2105
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kenzaburô Ôé

Message par Arabella le Ven 23 Déc - 15:14

Le faste des morts

Il s'agit d'un recueil de trois nouvelles :

Le faste des morts
Le ramier
Seventeen

Les trois sont des récits fait à la première personne, par des adolescents ou jeunes adultes, en proie à un vide intérieur, un manque de perspectives, un difficile passage à l'âge adulte dans un monde désespérément sans repères.

Le faste des morts :

Un texte d'une écriture splendide, où un jeune étudiant en lettres, pour gagner un peu d'argent accepte un travail à la fac de médecine, il est chargé de transférer les cadavres destinés à la dissection d'une cuve à une autre. Il travaille avec une jeune étudiante, qui lui confie d'être enceinte et de travailler pour pouvoir se payer un avortement. Une étrange communion s'établit entre l'étudiant et les cadavres, qui exercent sur lui une étrange fascination.

Le ramier

Le héros est un préadolescent placé en maison de redressement ; il décrit le quotidien du groupe des jeunes dont il fait partie, et évoque l'étrange relation qu'il va établir avec le fils adoptif du directeur de prison.

Seventeen

Le héros de cette nouvelle fête ses 17 ans au moment où débute la nouvelle. Extrêmement perdu, son occupation principale consiste à se masturber. Il a un mal fou à se trouver une place, ou un but dans la vie, et se laisse entraîner dans un parti d'extrême droite.
Cette nouvelle a pour point de départ un fait divers, l'assassinat par un jeune homme militant d'extrême droite du chef du parti socialiste. le texte proposé ici avait une suite où l'assassinat et le suicide jeune homme étaient décrit. Cette partie a suscité des vives attaques de l'extrême droite, allant jusqu'aux menaces de mort à l'encontre de l'écrivain. A la suite de ces attaques, Ôé a décidé de ne plus jamais publier cette partie controversée, considérant d'ailleurs qu'elle n'apportait rien au texte, et que la première partie se suffisait largement à elle-même. le style qu'il adopte dans ce récit est très spécifique, il y parodie la phraséologie d'extrême droite, et le discours même du jeune homme par rapport à ses difficultés d'adolescent est par moments très drôle, ce qui n'arrive pas dans les deux textes précédents.

Trois textes éblouissants, complètement maîtrisés, Ôé semble nous décrire des personnages très réelles, très denses, très désespérés, d'une façon très réalistes, en nous donnant à ressentir leur quotidien dans les choses les plus banales mais aussi en nous faisant entrapercevoir le plus intime et le plus impalpable de leur vécu intérieur, leur monde fantasmagorique. Des textes très forts, qui ne peuvent laisser insensible.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2105
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kenzaburô Ôé

Message par Pia le Ven 23 Déc - 15:19

Et bien voilà le fil est ouvert! Tout ce que j'ai lu de Oé, j'ai aimé
avatar
Pia

Messages : 67
Date d'inscription : 08/12/2016
Age : 49
Localisation : Utrecht

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kenzaburô Ôé

Message par Arabella le Ven 23 Déc - 17:36

Pia a écrit:Et bien voilà le fil est ouvert! Tout ce que j'ai lu de Oé, j'ai aimé

Moi aussi. biglov

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2105
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kenzaburô Ôé

Message par Moune le Ven 23 Déc - 19:28

Je n'ai lu qu'un seul livre de Kenzaburô Ôé, "Une affaire personnelle", peu de temps après sa sortie en France — il y a donc très longtemps ! Je l'avais découvert par hasard en fouinant dans ma librairie (qui n'existe plus malheureusement…). C'est un livre qui m'a profondément marquée, très personnel, où il se livrait semble-t-il très sincèrement, une sorte de confession presque masochiste suscitée par la naissance de son fils handicapé. Après, j'ai suivi de loin ce qu'il a écrit, mais sans le lire, peut-être parce qu'il me semblait que le reste ne pourrait plus être aussi fort.
avatar
Moune

Messages : 613
Date d'inscription : 16/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kenzaburô Ôé

Message par Arabella le Ven 23 Déc - 20:55

Moi aussi j'ai commencé par Une affaire personnelle, et il m'a très fortement marqué. Mais ce livre de nouvelles, Le faste des morts, est du même niveau pour moi.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2105
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kenzaburô Ôé

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum