Giuseppe Antonio Borgese

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Giuseppe Antonio Borgese

Message par kenavo le Sam 24 Déc - 6:29



Elisabeth Mann et G.A. Borgese


Giuseppe Antonio Borgese (Polizzi Generosa, 12 novembre 1882 - Fiesole, 4 décembre 1952) est un poète, romancier, nouvelliste, dramaturge et critique italien.

Antifasciste virulent d'inspiration libérale-risorgimentale, opposé au marxisme, il est proche des positions de Carlo Sforza et Gaetano Salvemini.

Germaniste passionné, il est aussi, par son mariage avec Elisabeth Mann, le gendre de l'écrivain Thoomas Mann.


Source : Wikipédia


Dernière édition par Kenavo le Lun 23 Jan - 7:58, édité 1 fois

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 5314
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Giuseppe Antonio Borgese

Message par kenavo le Sam 24 Déc - 6:30


La ville inconnue
Présentation de l’éditeur
Le grand art de G.A. Borgese c'est un art de dire, avec beaucoup d'humour, la mélancolie née du souvenir, des désillusions d'amour, du velouté mystérieux des nuits, de la chute des saisons.
Dans ces nouvelles, à chaque ligne on sent le poids du temps, on voit le sable des sentiments
couler au sablier des cœurs quand la mémoire est une eau sombre qui prend la place du soleil et que la vie s'éteint telle une étoile filante ou la voix d'une taupe qui se meurt. C'est l'art sublime de la nostalgie: les longues, lancinantes percées des souvenirs vers les courts espaces romanesques d'une vie.

Il y a des livres qui se posent entre nos mains… et parfois on perd la trace pour savoir le pourquoi et le comment.

Il y a ceux qui disent que c’est le travail du hasard… moi j’aime dire que ce sont les livres qui me trouvent. Je vais donc dire : quel beau livre m’a trouvé !

Pas étonnant, on va me dire, il s’agit de nouvelles ! Et oui, voilà un recueil qui m’a conquis à 100%.

Je voudrais bien reprendre quelques mots de la présentation de l’éditeur : il y a en effet beaucoup d’humour dans ses nouvelles, surtout pour quelques-unes il arrive avec un ‘twist’ à la fin qui ne peut que produire un grand sourire.

La mélancolie née du souvenir est présent dans plus d’une de ces textes. Mais il ne s’agit pas d’une mélancolie qui pèse… Borgese est trop souple pour donner de la peine à son lecteur.

Et les saisons jouent aussi une grande importance. Il trouve toujours de jolis mots pour dessiner une atmosphère qui s’accorde aux temps.

J’ai vérifié dans sa bibliographie, ce livre est paru en 1925. Et ces nouvelles n’ont pas pris une ride. Avec une distance de presque 100 ans, elles auraient pu être écrits hier. Nulle part de la poussière, pas concernant son écriture et même pas concernant les sujets qu’il s’est choisi de mettre au centre de ses écrits.

De très beaux instantanés qui ont été un vrai coup de cœur.


_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 5314
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Giuseppe Antonio Borgese

Message par kenavo le Sam 24 Déc - 6:30


Les Belles
Admirables portraits de femmes belles prises aux pièges de l'amour : Les Belles, c'est l'histoire des passions à leur automne, où les femmes sont devenues des reines indomptables et fluides, qui échappent à la famille, à la société, à leurs amants, et subissent de plein fouet l'exaltation déchirante de la vie. Avec le génie de la simplicité, Borgese nous dit là toutes les nuances cruelles de l'érotisme emporté dans les vents rouges des souvenirs. Quand la vie demeure une énigme floue et amère, comme un rendez-vous manqué au tournant d'un amour ; quand, au son léger de la soie qu'un ongle effilé effleure, une femme renoue une liaison avec une violence qui apeure son amant; quand la chair désirée, désertée se plaint comme le chant d'un prisonnier...
Ces obsédants personnages qui se retournent sur les voies secrètes du destin, ces portraits de femmes pleines de grâce, de feu et de cendres, présentent d'abord, enlevés sur l'aile du temps au rythme de la petite musique de Chopin et des fox-trots aigrelets, le visage tourmenté de la passion. Car Les Belles est avant tout le livre de l'invention infinie de l'amour. Et G. A. Borgese nous raconte, en tons pastel d'une poignante beauté, l'universalité du mal d'aimer et les tragiques alibis du cœur.
Jean-Noël Schifano

Je ne pourrais pas faire mieux que Jean-Noël Schifano, qui a écrit aussi la préface.

Tout comme pour le premier recueil que j’ai lu de Giuseppe Antonio Borgese, je suis sous le charme. Et l’argument que j’adore les nouvelles n’est pas le seul facteur qui joue ici un rôle. C’est vraiment lui, sa façon de faire. Exquis !

Dès les premières pages et dès la première nouvelle il met l’accent sur les femmes, leurs vies, leurs états d’âme, leurs sentiments… et naturellement les hommes qui vont avec. C’est délicieux, par moment coquin, mais il trouve toujours la bonne balance.

Il raconte surtout des histoires qui font du bien et c’est jubilatoire.

Si vous aimez les nouvelles, n'hésitez pas!

Avec cette couverture, j’ai fait la découverte d’Olivier Debré

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 5314
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Giuseppe Antonio Borgese

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum