Rabindranath Tagore

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Rabindranath Tagore

Message par Arabella le Sam 24 Déc - 12:29

Rabindranath Tagore (1861 - 1941)






Source Wikipédia

Rabindranâth Thâkur dit Tagore (রবীন্দ্রনাথ ঠাকুর en bengali )(6 mai 1861 - 7 août 1941), connu aussi sous le surnom de Gurudev est un compositeur, écrivain, dramaturge et philosophe indien dont l'œuvre a eu une profonde influence sur la littérature et la musique du Bengale à l'orée du XXe siècle et a été couronnée par le Prix Nobel de littérature en 1913.
Issu de la caste des brahmanes pirali de Calcutta, Tagore compose ses premiers poèmes à l'âge de huit ans. À 16 ans, il publie ses premières poésies substantielles sous le pseudonyme de Bhanushingho ("le lion du soleil"), et écrit ses premières nouvelles et drames à partir de 1877. Son instruction à domicile, la vie à Shilaidaha (où son grand-père a construit une maison de campagne) ainsi que les voyages font de Tagore un non-conformiste et un pragmatique. Il fait partie des voix qui se sont élevées contre le Raj britannique et il a soutenu le mouvement pour l'indépendance de l'Inde ainsi que Mohandas Karamchand Gandhi. Sa vie est tragique - il perd quasiment toute sa famille et est profondément affligé d'être le témoin du déclin du Bengale - mais ses œuvres lui survivent, sous la forme de poésies ainsi que de l'institution qu'il a fondée, l'Université de Visva-Bharati.
Tagore a écrit des romans, des nouvelles, des chansons, des drames dansés ainsi que des essais sur des sujets politiques et privés. Gitanjali (L'offrande lyrique), Gora (Visage-pâle), et Ghare-Baire (La maison et le monde) sont parmi ses œuvres les plus connues. Ses vers, nouvelles et romans - dans lesquels il a fréquemment recours au lyrisme rythmique, au langage familier, au naturalisme méditatif et à la contemplation philosophique - ont reçu un accueil enthousiaste dans le monde entier. Tagore fut aussi un réformateur culturel et un polymathe qui modernisa l'art bengali en rejetant les restrictions qui le liaient aux formes indiennes classiques. Deux chants de son canon rabindrasangeet sont devenus hymnes nationaux respectifs du Bangladesh et de l'Inde : Amar Shonar Bangla et Jana Gana Mana.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2172
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rabindranath Tagore

Message par Arabella le Sam 24 Déc - 12:31

La maison et le monde

Récit à trois voix, celles de Bimala, jeune femme rentrée dans la famille d'un Rajah alors qu'elle était issue d'un milieu plus modeste, de Nikhil, son mari, et de Sandip, un agitateur politique, luttant pour l'indépendance indienne.

Bimala va se trouver prise d'une grande admiration pour Sandip, et approuver ses théories extrêmes, jusqu'à trahir son mari. Nikhil va assister à la déconstruction de son monde, entre l'abandon de sa femme et une violence qui monte dans la région, les tensions entre communautés qui s'exacerbent, une situation dans laquelle les principes ont plus d'importance que les hommes et leurs vies. Et Sandip qui provoque un maximum de troubles, se moquant des conséquences qui peuvent survenir, usant de son charisme, de son éloquence, de son ascendant sur les êtres.

Un très beau roman, moins frustrant que Chârulatâ, parce qu'il nous livre des éléments bien plus consistants sur le personnage principal qu'est Bimala et nous donne des aperçus sur la vie indienne. A la fois sur les éléments traditionnels comme la Purdah, qui explique en partie les difficultés entre Bimala et Nikhil, le fonctionnement de la société, ainsi que le climat politique dans la lutte pour l'indépendance. Les personnages gagnent ainsi en épaisseur, et le style de Tagore est toujours aussi magnifique et nous berce par sa mélodie, glisse en douceur, alors que le récit est en réalité très noir, abouti à la violence et à la mort. La raison ne peut vaincre la violence et le goût de domination de certains. C'est uniquement lorsque le drame définitif s'est produit que l'on peut analyser la situation avec lucidité et justesse, et vivre avec ses regrets. Dans l'action, on se laisse emporter pas les sentiments, les sensations immédiates, et donc facilement manipuler par ceux qui savent les orchestrer pour arriver à leurs fins.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2172
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rabindranath Tagore

Message par Arabella le Sam 24 Déc - 12:32

Kabuliwallah

22 récits qui se passent au Bengale à la fin du XIXe siècle, dans une Indes encore bien enracinée dans ses traditions, même si une certaine modernité et une influence de la pensée et du mode de vie occidental se font sentir par moments. Mais il faut toujours marier les filles très jeunes, et leur donner une dote, ce qui peut ruiner une famille. Entre récit réaliste, et aussi quelque chose qui relève presque de l'archétype voir du conte, Tagore nous raconte son Inde, et ses habitants, surtout les enfants et les femmes. Un monde à la fois cruel et enchanteur.

Un beau livre émouvant.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2172
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rabindranath Tagore

Message par domreader le Sam 24 Déc - 19:00

Je viens de récupérer ses mémoires d'enfance, on verra. Il me tarde.

_________________
'Be curious, not judgmental.' Walt Whitman
avatar
domreader

Messages : 702
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rabindranath Tagore

Message par Arabella le Dim 25 Déc - 8:49

Je vais suivre ça de près.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2172
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rabindranath Tagore

Message par Epi le Dim 25 Déc - 10:29

@Arabella a écrit:La maison et le monde
Un de mes plus beaux souvenirs de lecture   I love you I love you I love you

Chârulatâ

Beaucoup de délicatesse pour parler d'une passion qui ne dit pas son nom mais qui progressivement va bouleverser la vie de Chârulatâ. Au fil des pages, la tension monte au fur et à mesure que sa relation avec Amal évolue et que l'amitié fraternelle devient une relation plus intime que Châru souhaiterait exclusive.

Après le départ d'Amal, Châru mesure la profondeur de son attachement à la force de la douleur qu'elle ressent, elle ne peut plus le nier ni le cacher, obligeant son mari, généreux et confiant, à ouvrir les yeux. Le résultat est catastrophique pour Châru qui se retrouve encore plus seule qu'au début du roman.

Le livre est écrit dans un style qui peut paraître un peu froid pour décrire une passion. Mais il fait merveille justement parce qu'il permet de prendre de la distance et offre la possibilité de conserver une certaine ambigüité quant aux sentiments des personnages.

Un tout petit roman qui laisse une forte impression.

_________________
Let It Be
avatar
Epi

Messages : 1415
Date d'inscription : 29/11/2016
Age : 57

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rabindranath Tagore

Message par Arabella le Dim 25 Déc - 10:37

Oui, et le film de Satjyajit Ray laisse une impression encore plus forte.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2172
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rabindranath Tagore

Message par Epi le Dim 25 Déc - 10:39

J'ai cru comprendre mais malheureusement je n'ai pas encore eu l'occasion de le voir.

_________________
Let It Be
avatar
Epi

Messages : 1415
Date d'inscription : 29/11/2016
Age : 57

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rabindranath Tagore

Message par Arabella le Lun 26 Déc - 11:27

Chârulatâ

Il s'agit d'une longue nouvelle. le personnage qui donne son nom au récit est une jeune femme marié à un homme un peu plus âgé, et qui est très occupé par le journal qu'il édite. Tellement occupé qu'il ne s'occupe guère de son épouse. Et comme ils sont très à l'aise matériellement et qu'ils n'ont pas d'enfants, Chârulatâ n'a pas grand-chose à faire de ses journées. Elle s'attache à un cousin de son mari qui vit chez eux, et qui est sensé lui donner des cours. Ils ont le même âge, ils imaginent ensemble des choses, comme dessiner un jardin tellement somptueux qu'il ne pourra jamais être réalisé. Ils sont tous les deux passionnés de littérature et s'essaient à l'écriture. Bref, ils ont un monde à eux qu'ils partagent. Mais cette situation ne peut durer et Amal, le beau cousin finira par s'envoler du nid douillet pour vivre sa propre vie. Et Chârulatâ ne pourra pas vraiment le supporter.

C'est incontestablement un joli récit, avec plein de petits détails, qui peignent avec délicatesse la nature profonde des personnages, et en premier lieu de chârulatâ, jeune femme encore enfantine, charmeuse, intelligente, sensible, capricieuse….

Mais j'ai été un peu frustrée par cette lecture, peut être à cause de la longueur du texte, qui ne fait que donner une image à un moment donné, mais ne développe pas vraiment une évolution des personnages, pas vraiment d'intrigue non plus, juste un tout petit moment de vie. J'aurais voulu en savoir plus sur les personnages, et aussi peut être sur la société indienne, sur le contexte de l'époque, que l'on évoque presque pas alors que le mari de chârulatâ dirige un journal et qu'il est censé être engagé politiquement.

Mais en même temps, il y a quelque chose dans ce livre, qui malgré ma frustration me donne envie de mieux connaître son auteur et son univers, de lire d'autres livres écrits pas lui. Une sorte de petite mélodie, pas très forte, mais en même temps très obsédante, quelques petites notes qu'on n'arrive pas à chasser de sa tête, alors qu'elles paraissent très simples.

Tagore rend très bien des variations quasi imperceptibles du coeur, ces attachements qui ne disent pas leurs noms, la difficulté d'éprouver la même chose au même moment, et le sentiment de solitude qui en découle. C'est arachnéen et presque transparent, il ne faut pas s'attendre à des couleurs vives, mais prendre le temps de distinguer des nuances pastels.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2172
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rabindranath Tagore

Message par Aeriale le Lun 26 Déc - 11:39

-Charulata-





@Arabella a écrit:
    Mais j’ai été un peu frustrée par cette lecture, peut être à cause de la longueur du texte, qui ne fait que donner une image à un moment donné, mais ne développe pas vraiment une évolution des personnages, pas vraiment d’intrigue non plus, juste un tout petit moment de vie. J’aurais voulu en savoir plus sur les personnages, et aussi peut être sur la société indienne, sur le contexte de l’époque, que l’on évoque presque pas alors que le mari de Chârulatâ dirige un journal et qu’il est sensé être engagé politiquement. Mais en même temps, il y a quelque chose dans ce livre, qui malgré ma frustration me donne envie de mieux connaître son auteur et son univers, de lire d’autres livres écrits pas lui. Une sorte de petite mélodie, pas très forte, mais en même temps très obsédante, quelques petites notes qu’on n’arrive pas à chasser de sa tête, alors qu’elles paraissent très simples. Tagore rend très bien des variations quasi imperceptibles du cœur, ces attachements qui ne disent pas leurs noms, la difficulté d’éprouver la même chose au même moment, et le sentiment de solitude qui en découle. C’est arachnéen et presque transparent, il ne faut pas s’attendre à des couleurs vives, mais prendre le temps de distinguer des nuances pastels.

Merci pour ton joli commentaire Arabella, tu décris très bien le sentiment qu'il peut transmettre. Ce livre lu il y a un bon moment, m'avait un peu laissée en peine. Comme toi j'aurais aimé en apprendre plus sur cette société et ses moeurs si spécifiques. C'est le principe des nouvelles bien sûr, mais s'il m'est impossible d'en faire un résumé à présent (je n'avais pas pris de notes) il me reste comme tu le dis, cette petite musique dans la tête, une impression de nostalgie sous-jacente, de sentiments tus et restés secrets, de ces choses inavouées qui ne se partagent pas parce que la morale veille et que l'on ne doit pas y déroger.

C'est tout en demi-teintes, et c'est un peu frustrant mais aussi ce qui en fait son charme finalement!
avatar
Aeriale

Messages : 2443
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rabindranath Tagore

Message par Moune le Lun 26 Déc - 11:48

@Arabella a écrit:Oui, et le film de Satjyajit Ray laisse une impression encore plus forte.

Avec les films de Satjyajit Ray, on est dans le concret : on voit réellement les personnages dans leur milieu, leurs façons de se comporter, leurs gestes, la préparation des repas et la manière de manger, tout cela aide vraiment à comprendre et "sentir" cette culture si différente de la nôtre. Avec bien sûr, en plus, tout le talent du réalisateur !
avatar
Moune

Messages : 613
Date d'inscription : 16/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rabindranath Tagore

Message par domreader le Sam 13 Mai - 19:28

Mémoires d'Enfance
Rabindranath Tagore


Je ne suis pas sûre d'avoir commencé par le meilleur de Tagore, en effet ces mémoires d'enfance sont bien banales, même si elles laissent transparaître un monde disparu et un enfant  touche à tout et rebelle à l'éducation. Heureusement, c'est très court mais on ne découvre pas grand chose sur l'auteur et surtout l'écriture est d'une platitude qui fait tout paraitre assez insignifiant. Bon j'essaierai bientôt un de ses romans, ce sera certainement mieux. Celui-là ne me semble pas vraiment pas incontournable.

_________________
'Be curious, not judgmental.' Walt Whitman
avatar
domreader

Messages : 702
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rabindranath Tagore

Message par Arabella le Dim 14 Mai - 10:06

Je ne l'ai pas lu, d'après ce que tu dis cela ne semble pas incontournable. La maison et le monde ou certaines nouvelles sont en revanche excellents.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2172
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rabindranath Tagore

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum