Jean Paul Dubois

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Jean Paul Dubois

Message par Aeriale le Sam 24 Déc - 12:40




Né à Toulouse en 1950

Avant d'être l'auteur d'une dizaine de romans, de recueils de nouvelles et de plusieurs essais dont 'Eloge du gaucher dans un monde droitier', Jean-Paul Dubois se lance dans le journalisme et travaille au Nouvel Observateur. Il connaît bien les Etats-Unis pour y avoir été le correspondant du magazine pendant quinze ans. De ses romans, inspirés par ce continent, 'L' Amérique m'inquiète', 'Jusqu'ici tout allait bien en Amérique', il garde le surnom de 'l' Américain'. Il est également l'auteur de 'Je pense à autre chose', 'Tous les matins je me lève', 'Si je pouvais me rapprocher'. Le très remarqué 'Kennedy et moi' qui remporte, en 1996, le prix France télévisions, est adapté au cinéma par Sam Karmann, avec Jean-Pierre Bacri en vedette. Son roman 'Une vie française', met en scène un personnage sous la toute jeune Ve République, entre tragédies, humour et perspectives historiques. Il est récompensé par le prix du roman FNAC et le prestigieux prix Femina 2004. Si en 2006 'Vous plaisantez, monsieur Tanner' aborde de façon humoristique l'enfer des travaux, Jean-Paul Dubois revient en 2007 à plus de gravité avec 'Hommes entre eux'. Suit un an plus tard 'Les Accommodements raisonnables' qui, entre tragique et comique, confirme encore une fois la qualité de la plume de l'auteur. En 2011, Le Cas Sneijder. Le personnage principal y poursuit la vie névrosée des héros de Dubois. En 2016, il publie La succession sélectionné pour le Goncourt.

1984 Compte rendu analytique d'un sentiment désordonné
1986 Éloge du gaucher dans un monde manchot
1988 Tous les matins je me lève
1989 Maria est morte
1990 Les poissons me regardent
1991 Vous aurez de mes nouvelles
1992 Parfois je ris tout seul
1992 Une année sous silence
1993 Prends soin de moi
1994 La vie me fait peur
1996 Kennedy et moi
1996 L'Amérique m'inquiète
1997 Je pense à autre chose
1999 Si ce livre pouvait me rapprocher de toi
2002 Jusque-là tout allait bien en Amérique, recueil,
2004 Une vie française
2006 Vous plaisantez, Monsieur Tanner
2007 Hommes entre eux
2008 Les accommodements raisonnables
2011 Le cas Sneijder
2016 La succession
avatar
Aeriale

Messages : 2259
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean Paul Dubois

Message par Aeriale le Sam 24 Déc - 12:51

Un de mes chouchous. J'ai toujours aimé son humour, son côté décalé, tournant la vie lamentable de ses héros en farce souvent débridées.

Mes premières  lectures sont trop anciennes pour que je puisse les résumer ici, mais si je pense à Tous les matins je me lève ou La vie me fait peur, ils reprennent ses thèmes les plus chers. Celui de héros ordinaires conscients de leurs faiblesses, pris dans des quotidien débridés et tournant leurs déroutes en dérision.

Un auteur qui affectionne les personnages entre deux chaises ou qui ont une revanche à prendre.  Des hommes en marge, souvent décalés, c'est ce qui me les rend attachants. On est sans cesse pris entre la compassion et le rire, même s'il est parfois amer. Ses héros lui ressemblent souvent. Des Paul nostalgiques, aux prises avec l'amour représenté par des Anne rebelles et fortes, où le rêve fait  place à une lucidité froide et désabusée.

Dans Hommes entre eux, on est un peu surpris de le retrouver en homme mûr, débarrassé de son style en demi-teinte et de son humour désenchanté. Mais  Dubois est au fond un angoissé et dans ce livre je trouve qu'il se révèle complètement.

...
avatar
Aeriale

Messages : 2259
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean Paul Dubois

Message par Aeriale le Sam 24 Déc - 12:57

-Hommes entre eux-


Dans ce roman très fort Dubois a laissé ses égarements d'homme un peu dilettante, d'adulescent angoissé par la vie, et ose la regarder bien en face: Avec intensité, âpreté et même sauvagerie. Il n'y a plus cette connivence dans laquelle on retrouvait un presque frère.  L'ironie légère fait place à la gravité, brûlante, immédiate. La tendresse complice à une réelle confrontation, celle de l'homme et de ses démons. Ici on est au plus près des choses, de la vie, de  ses douleurs. Ses phrases sont coupées tranchantes, on reste frappé par leur puissance.

Le résumé? Son héros Paul Hasselbank (toujours Paul) est atteint d'une maladie orpheline et génétique dont son père a souffert. Sentant la fin se rapprocher il décide de partir à la recherche d'Anna, la femme qu'il a aimée sans pouvoir la saisir, qui l'a quitté, et va donc se retrouver transporté dans l'Ontario, là où ses traces se perdent, chez son rival Floyd Patterson, Un homme solitaire, 'homme entier"qui passe son temps en communion avec  la nature, à pêcher et à chasser. Et cet homme rugueux, aussi fort que lui est faible, autant en harmonie avec l'existence que lui l'est en désaccord, est-il réellement son contraire ? Ou son double? Peut-être est-il l'autre partie de lui-même, le côté animal qui sommeille en chacun de nous et ne peut se révéler que dans cet univers brutal, aux confins du monde, là où la folie guette.

Une épopée au bout de lui-même, en quête de sa vérité et de son destin. Une quête initiatique sous forme de renaissance où "la terreur de la vie, la hantise de trouver sa place sur terre" conditionnent et restent sous-jacentes à toute son oeuvre.


    La vie n'est rien d'autre que ce filament illusoire qui nous relie aux autres.

Puissant I love you
avatar
Aeriale

Messages : 2259
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean Paul Dubois

Message par Aeriale le Sam 24 Déc - 14:05

-Les accommodements raisonnables-






En essayant d'être le plus objective possible , je vais tenter de vous le commenter. Comme vous le savez, pour arriver à ses fins, on travestit souvent la vérité. C'est un peu ça dont nous parle Dubois finalement...


Le tapis roulant qui achemine le cercueil au cœur du four rencontre une anomalie. Le système d’allumage des rampes de gaz est également affecté par la panne. J’espère que nous allons solutionner ces problèmes très rapidement. Sa voix flûtée, haut perchée, tranchait avec la gravité de son allure, comme s’il était doublé par un ridicule personnage de dessin animé. Mon père hocha la tête avec un léger sourire qui pouvait laisser croire à une certaine bienveillance. En réalité, je savais qu’il pestait intérieurement contre cet accroc mécanique qui retardait le moment tant attendu où le sauteur partirait en fumée. – Décidément, ton oncle nous aura fait chier jusqu’au bout.

Jean-Paul Dubois nous dresse encore ici le portrait d'un homme qui s'interroge face à son paysage habituel changeant et la transformation de ses proches. A commencer par son père devenu subitement, lors du décès de son ainé, le double de ce frère qu'il a toujours haï.
Puis Anna, sa femme, en dépression chronique qui s'enferme dans le silence pour fuir une réalité qu'elle ne parvient pas à appréhender.Son départ à Hollywood sera un prétexte pour tenter de comprendre et même repartir à zéro. Mais n'est-on jamais le même?

Ce sont tous ces petits arrangements avec la vie qui sont décrits ici, ces constats de lâcheté et de mensonges que l'on se fait pour s'accommoder d'un quotidien qui s'érode, même si l'on sait au fond que tout ceci n'est qu'illusion. Des masques dont on se pare pour éviter de se voir de face et qui peuvent ressurgir lorsque brusquement la réalité nous rattrape.

Dubois nous parle à travers ce prisme, de la difficulté d'être soi-même, fidèle à nos valeurs, de ces compromis que l'on se fait et qui finissent toujours par nous révéler, mais aussi de l'urgence du temps qui passe et qui oblige à être soi, à assumer toutes nos faiblesses...

...

J'ai encore aimé le regard de l'auteur, toujours le même: gentiment lucide, mi tendre, mi ironique, juste un peu plus mûr. L'homme n'en finit pas de se rendre des comptes et c'est ce qui lui confère autant de charme, je trouve. Parce qu'il essaie toujours d'être honnête au final, malgré ce jeu de double dont il use et qui fait la marque de tout homme. Ne jamais être dupe de soi. Voilà ce à quoi Dubois s'attache.
avatar
Aeriale

Messages : 2259
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean Paul Dubois

Message par Aeriale le Sam 24 Déc - 14:09

-Le cas sneijder



C'est le parcours bancal de Paul Sneijder marié à Anna, une working girl en tout point efficace, froide et déterminée, si dépourvue de scrupules que refuser les visites de Marie, la première fille de Paul qu'il adore, est pour elle dans l'ordre des choses. Paul vit mal cette situation mais par lâcheté et compromission n'a pas le courage d'affronter sa tigresse.

Un jour tout bascule, l'ascenseur dans lequel il se trouve avec Marie et quelques personnes s'effondre, il est le seul rescapé. Le choc est si brutal que sorti du coma sa vie lui apparait soudain stupide, Anna telle qu'elle est, et son travail dénué de sens. Commence alors une remise en question totale, à la fois comique et grave, dans laquelle ce Paul se perd parfois mais qui ne nous lâche pas simplement parce que Dubois sait parler de ces choses là: La futilité des choses, leur ineptie, cette lucidité face au tragique de l'existence qui nous fait mesurer différemment leur importance.

J'aime toujours plus que tout cette façon de prendre la vie à contre pied, quitte à se prendre un peu dans le tapis. Ses élucubrations numériques sur les ascenseurs et les théorie de verticalité qui en résultent vont surprendre voire lasser certains, moi elles m'ont enchantée presque autant que ses passages sur le monde canin dans lequel notre pauvre héros tente de trouver une issue. On resterait sur ce rire plutôt absurde si la chute n'était pas si kafkaïenne. C'est tout l'art de l'auteur, savoir parler des choses graves avec une subtile légèreté. Moi j'adore!

.
avatar
Aeriale

Messages : 2259
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean Paul Dubois

Message par Aeriale le Sam 24 Déc - 14:11

-La succession-






Paul Katrakilis, le nouvel héros de Dubois, est un joueur de pelote basque exilé à Miami. De père médecin et de mère horlogère, partageant la demeure familiale de Toulouse avec un excentrique grand père russe et un oncle bizarrement collé à sa propre soeur, Paul a préféré fuir cette bulle toxique à la suite du suicide successif de tous ses membres, excepté son père. Après quelques années d 'insouciance consacrées à son sport favori dont il a fait son métier, le passé le rattrape lorsqu'il apprend la disparition programmée de ce dernier. Un saut dans le vide, le visage et les lunettes enroulés de scotch...

J'ai bien sûr retrouvé avec plaisir ce qui fait le charme de son écriture. Le ton désenchanté, l' ironie, cette distance qui donne au regard de l'auteur une lucidité teintée de mélancolie. Dubois peut parler de tout, de situations les plus improbables comme les plus macabres, il en ressort toujours de la tendresse, une forme d'humour qui n'appartient qu'à lui et qui me parle aussi, cette conscience profonde du dérisoire de la vie. Mais ici, derrière l'absurde, le rire se fait nettement plus grinçant. Il nous prend à revers comme à chaque fois, mais la fin y est carrément glaçante, et même désespérée. Ca m'a un peu fait flipper, j'avoue, d'autant que son dernier, Le cas Sneijder, n'était pas non plus des plus joyeux. Toujours une forme de dépression derrière tout ceci!
avatar
Aeriale

Messages : 2259
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean Paul Dubois

Message par Queenie le Dim 25 Déc - 12:07

Ah.
Comme j'ai regretté de ne pas adhérer à ce seul Dubois que j'ai lu (La succession). J'ai même espéré qu'il soit moins bon que les autres, ce qui lui aurait laissé une seconde chance. Mais là.
Je n'ai pas réussi à entrer complètement dans cette histoire. ça n'a pas pris le ton mélancolique, désabusé, replié sur soi, un peu mou (?).
Je n'ai pas trouvé le ton mordant...
J'aurais voulu ! Enfin, du moins, j'y croyais. Il avait l'air d'avoir toutes les chances de me plaire.

Donc, on est d'accord, ce n'est pas la peine que je fasse une autre tentative ? Il n'est pas pour moi ? Ou quand même... ?

_________________
*Imaginer en Grand*
avatar
Queenie

Messages : 1903
Date d'inscription : 29/11/2016
Localisation : *CabanCouette*

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean Paul Dubois

Message par Ruth May le Dim 25 Déc - 14:37

Aériale, c'est toi qui m'as fait découvrir et donné envie de lire cet écrivain . J'ai commencé avec "Hommes entre eux".

J'avais aimé cette première rencontre....et j'ai deux autres livres qui m'attendent dans ma PAL.
avatar
Ruth May

Messages : 573
Date d'inscription : 07/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean Paul Dubois

Message par Aeriale le Dim 25 Déc - 18:00

Queenie a écrit:Ah.
Comme j'ai regretté de ne pas adhérer à ce seul Dubois que j'ai lu (La succession). J'ai même espéré qu'il soit moins bon que les autres, ce qui lui aurait laissé une seconde chance. Mais là.
Je n'ai pas réussi à entrer complètement dans cette histoire. ça n'a pas pris le ton mélancolique, désabusé, replié sur soi, un peu mou (?).
Je n'ai pas trouvé le ton mordant...
J'aurais voulu ! Enfin, du moins, j'y croyais. Il avait l'air d'avoir toutes les chances de me plaire.

Donc, on est d'accord, ce n'est pas la peine que je fasse une autre tentative ? Il n'est pas pour moi ? Ou quand même... ?
Queenie, je n'ai pas non plus été tellement emballée! Ca ne se ressent pas assez dans mon com, mais celui ci m'a un peu lassée sur la fin. Trop déprimant, pas assez mordant peut être...

Tu devrais essayer Le cas Sneijder, si tu en as l'occasion. C'est un de mes préférés parmi les plus récents. Sinon tente un de ses plus anciens. Parfois je ris tout seul ou Tous les matins je me lève, très différents, plus légers et sarcastiques. Mais tu vas trouver ses Paul trop mous...


Ruth May a écrit:Aériale, c'est toi qui m'as fait découvrir et donné envie de lire cet écrivain . J'ai commencé avec "Hommes entre eux".

J'avais aimé cette première rencontre....et j'ai deux autres livres qui m'attendent dans ma PAL.
cheers

Tu me fais plaisir, Ruth May! Tiens moi au courant de la suite, alors!

J'avais réussi à convaincre @Steven aussi. Il faudrait qu'il vienne nous en parler...
avatar
Aeriale

Messages : 2259
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean Paul Dubois

Message par Liseron le Jeu 5 Jan - 17:44

Je viens de finir La Succession et je suis assez partagée également, j'en attendais beaucoup (il était sur les premières listes pour le Goncourt...) mais finalement je l'ai trouvé plutôt quelconque. Ca se lit facilement, on passe un moment agréable quoiqu'un peu déprimant effectivement mais je ne suis pas sûre de m'en souvenir longtemps. Par contre j'avais beaucoup aimé Vous plaisantez Mr Tanner, tellement drôle et si vrai (pour avoir fait rénover une maison récemment, je peux vous assurer que c'est tout à fait ça !)
avatar
Liseron

Messages : 286
Date d'inscription : 02/01/2017
Age : 56
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean Paul Dubois

Message par Aeriale le Jeu 5 Jan - 22:11

Je partage ton avis sur La succession Liseron! Il ne va pas m'en rester grand chose, je l'ai déjà presque oublié depuis septembre, mois où je l'ai lu. 

Et tu me fais plaisir... Pour une fois quelqu'un qui ne fracasse pas Dubois pour son Vous plaisantez Mr Tanner! 

Moi aussi il m'avait fait rire, c'est un roman qu'il faut prendre pour ce qu'il est est:une fantaisie sur le monde assez particulier des travaux de réfection. Parfois ça peut nous détendre de rire sur des  caricatures ;-)
avatar
Aeriale

Messages : 2259
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean Paul Dubois

Message par Liseron le Ven 6 Jan - 17:18

Je l'ai même relu au moment de nos travaux pour me redonner le moral !!
avatar
Liseron

Messages : 286
Date d'inscription : 02/01/2017
Age : 56
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean Paul Dubois

Message par Epi le Ven 6 Jan - 22:33

Je crois que j'avais aimé moyennement Le cas Sneijder mais j'ai vraiment bien aimé le dernier lu tout récemment Je pense à autre chose. Je vais faire un petit commentaire (je suis en retard dans mes com, oh tiens quelle surprise !)

_________________
Let It Be
avatar
Epi

Messages : 1343
Date d'inscription : 29/11/2016
Age : 57

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean Paul Dubois

Message par Aeriale le Sam 7 Jan - 9:27

liseron a écrit:Je l'ai même relu au moment de nos travaux pour me redonner le moral !!
Ha ha, tu me rassures! J'en ai tellement entendu sur ce livre, certes pas incontournable, mais simple fantaisie que peu lui pardonnent :-)
Moi aussi il m'avait faire rire, j'avoue (mais chut)

Epi a écrit:Je crois que j'avais aimé moyennement Le cas Sneijder mais j'ai vraiment bien aimé le dernier lu tout récemment Je pense à autre chose. Je vais faire un petit commentaire (je suis en retard dans mes com, oh tiens quelle surprise !)
Ah oui, je veux bien Epi, tu vas peut être me redonner l'impulsion pour celui-ci, jamais lu Very Happy
avatar
Aeriale

Messages : 2259
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean Paul Dubois

Message par Epi le Ven 3 Fév - 15:39

Je pense à autre chose


Paul Klein, météorologue français expatrié au Québec pour l’amour d’une femme, est appelé à visiter son frère jumeau à l’hôpital psychiatrique de Jérusalem. Il finira par s’y faire interner à son tour, prenant ainsi la place de ce frère avec qui il est en opposition depuis toujours. Pour combler le vide de ses journées et parce qu’il est convaincu d’être une victime (de qui ? de quoi ?), il écrit l’histoire de sa vie. Son enfance avec des parents qu’il aime et respecte mais gâchée par la haine de son frère qui lui reproche son manque de religion et d’ambition, son mariage avec Anna marqué par un drame et qui se terminera par une séparation, son nouvel amour canadien avec qui il vit une histoire intense. Finalement, rien de bien extraordinaire. Alors pourquoi se retrouve-t-il dans cet hôpital à l’autre bout de la terre, dans ce Jérusalem qu’il exècre ? Quel est le rôle de ce frère jumeau qui semble n’exister que pour lui faire du mal ? D’ailleurs, ce frère est-il vraiment réel ? Le doute s’installe chez le lecteur qui comprend peu à peu que Paul est avant tout un grand paranoïaque.

On se laisse facilement embarquer par ce récit qui au fil des pages nous éclaire sur la véritable personnalité de Paul. Mais ce n’est jamais gagné d’avance, Dubois ne dévoile rien d’emblée, il ne fait que suggérer et c’est assez brillant.

_________________
Let It Be
avatar
Epi

Messages : 1343
Date d'inscription : 29/11/2016
Age : 57

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean Paul Dubois

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum