Prosper Jolyot de Crébillon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Prosper Jolyot de Crébillon

Message par Arabella le Dim 25 Déc - 10:34

Prosper Jolyot de Crébillon (1674-1762)





Fils d’un greffier, né à Dijon. Il vient à Paris dans les dernières années du XVIIe siècle pour devenir clerc d’un procureur du Châtelet. Son chef étant amateur de théâtre, il encouragea le jeune Crébillon à y faire carrière. Sa première pièce, Idoménée est jouée en 1705, son grand triomphe est Rhadamiste et Zénobie (1711). Sa carrière est ensuite en dents de scie, il entre en 1731 à l’Académie, devient censeur royal en 1733, puis censeur de police en 1735. Il devient la bête noire (enfin une de bêtes noires) de Voltaire après avoir censuré son Mahomet ; ce dernier s’ingénie à traiter les mêmes sujets pour lui démontrer le peu de talent de Crébillon. Le vieux censeur garde toutefois la faveur des grands, en particulier de Mme de Pompadour, jusqu’à sa mort.
Il était très proche de son fils, Claude-Prosper (Crébillon fils), qui a laissé une trace un peu plus marquée dans l’histoire de la littérature de son temps.


Dernière édition par Arabella le Dim 25 Déc - 12:16, édité 1 fois

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2111
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prosper Jolyot de Crébillon

Message par Arabella le Dim 25 Déc - 10:36

Atrée et Thyeste

Célèbre en son temps, bien oublié maintenant, le nom de Crébillon étant surtout connu grâce au fils du dramaturge. Protégé par Mme de Pompadour, et censeur de police, Voltaire ferrailla beaucoup avec lui, ce qui lui permet à l'heure actuelle d'être de temps en temps cité, à défaut d'être lu.

« Atrée et Thyeste » (1707) est dans la présentation du volume de la Pléiade consacrée au théâtre français du XVIIIe siècle définie comme sa pièce « la plus caractéristique ». Sa définition de la tragédie était « une action funeste qui devait être présentée aux yeux des spectateurs sous des images intéressantes, qui doit les conduire à la pitié par la terreur ».

L'histoire de l'Atrée et de Thyeste est certes propre à provoquer la terreur. Dans la mythologie grecque, suite aux violents différents entre les deux frères, Atrée finit, pour se venger à offrir à Thyeste ses propres enfants en guise de repas. Puis montre leurs têtes au père repu, avant de le chasser. Par la suite, Atrée va encore essayer de provoquer le meurtre de Thyeste, par Egisthe (plus connu pour être l'amant de Clytemnestre et le meurtrier d'Agamemnon) mais celui-ci est en réalité le fils de Thyeste, que ce dernier a conçu en violant sa propre fille, et une reconnaissance intervient avant que le meurtre ne soit consommé.

Crébillon concentre ces deux aspects du mythe en un. Atrée élève un fils de Thyeste, Plisthène comme le sien, en essayant de le former pour tuer son véritable père, Thyeste. Mais la voix du sang parle, et Plisthène malgré ses promesses, ne veut pas tuer Thyeste, d'autant plus qu'il nourrit un grand amour pour une de ses filles (et donc sa soeur, même s'il ignore ce lien de parenté). Atrée finit par le tuer en tentant de faire boire son sang à Thyeste.

Le mythe du repas cannibale est donc bien atténué dans la pièce, rendu plus présentable pour le spectateur. Une histoire d'amour conventionnelle agrémente le récit et permet d'avoir un personnage féminin sur scène.

Je n'ai pas trouvé tout cela bien palpitant, les personnages restent peu approfondis, et les vers sont très conventionnels, respectant certes les lois du genre, mais sans véritable originalité ni inspiration. J'ai du mal à imaginer cela sur une scène. C'est une curiosité, qui permet de voir à quel sorte de théâtre s'intéressaient les spectateurs de l'époque.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2111
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prosper Jolyot de Crébillon

Message par Arabella le Dim 25 Déc - 10:41

Ses oeuvres peuvent être téléchargées ici

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2111
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prosper Jolyot de Crébillon

Message par eXPie le Dim 25 Déc - 11:34

Merci pour ce commentaire ; j'ai l'impression que je ne vais pas me jeter dessus en priorité...
avatar
eXPie

Messages : 361
Date d'inscription : 04/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prosper Jolyot de Crébillon

Message par Arturo le Dim 25 Déc - 11:47

C'est sûr que ce n'est pas l'auteur qui attire les foules, mais c'est bien de le faire sortir de l'oubli. (tu as une coquille dans le titre, son nom ne prend pas de t à la fin). 

Pour avoir lu la pièce il n'y a pas si longtemps, je serais moins critique. D'ailleurs, ce mythe qu'il adapte, j'avais l'impression de l'avoir lu chez un auteur antique, mais je ne me souviens plus lequel, ou alors ma mémoire me joue des tours. 
C'est vrai qu'il a fait dans la sobriété au niveau du dénouement, et sur la question du cannibalisme, mais bon à l'époque ce ne serait pas passé j'imagine de développer ce côté-là de façon criante. 

J'avais noté quelques vers intéressants, que je n'ai pas sous la main, je reviendrai les mettre. 
Si je ne place pas Crébillon père dans mon panthéon, je ne le situe pas non plus au plus bas. Peut-être un peu convenu, mais de qualité tout de même.

_________________
Quoi de plus doux que le loisir lettré ? - Cicéron
avatar
Arturo

Messages : 180
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 31
Localisation : Sous le soleil de Satan

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prosper Jolyot de Crébillon

Message par Arabella le Dim 25 Déc - 12:26

Merci pour la coquille, c'est corrigé.

Ce qui fait que cela se lit sans trop de peine, c'est l'art de la versification, le rythme de l'alexandrin. Mais bon, "dieux -odieux" "gloire" "funeste" "mes tristes jours" "barbare frère" il y a une accumulation de quelque chose d'un peu de l'ordre du poncif.

Et un côté finalement très corseté, si on compare cela au théâtre élisabéthain, à qui on pourrait à l'inverse reprocher de tomber trop dans la représentation de l'horrible. Là on est dans une sorte d'entre deux, il prétendait se réserver l'enfer (la terre étant à Corneille et le ciel à Racine), mais cela reste un enfer assez convenable.

Je ne vois pas à quelle pièce antique tu fais allusion ?

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2111
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prosper Jolyot de Crébillon

Message par Arabella le Dim 25 Déc - 12:31

J'ai retrouvé la référence de la pièce antique, c'est Sénèque, pas lue, il faut dire que je ne suis pas trop fan de Sénèque.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2111
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prosper Jolyot de Crébillon

Message par Arturo le Dim 25 Déc - 17:32

Dans ce cas, tu remets en question la plupart des dramaturges usant de l'alexandrin, car ces termes sont souvent présents. 
Mais je te rejoins sur l'idée d'un enfer un peu trop convenu, j'avais lu également qu'il se réservait l'enfer dans les commentaires du texte. 

C'est vrai que Sénèque a écrit une pièce là-dessus, mais je ne l'ai pas encore lue. 
Je pense que ce n'était pas une pièce en fait ce que j'ai en tête, peut-être plutôt des commentaires sur le mythe ou des notes y faisant référence dans une pièce relative à Agamemnon, Clytemnestre...

_________________
Quoi de plus doux que le loisir lettré ? - Cicéron
avatar
Arturo

Messages : 180
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 31
Localisation : Sous le soleil de Satan

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prosper Jolyot de Crébillon

Message par Arabella le Dim 25 Déc - 18:54

Certes chez Corneille ou Racine, ou peut trouver ce genre de vocabulaire, mais pas que, et cela n'est pas le côté mécanique de Crébillon. Mais il peut y avoir un côté subjectif dans cette appréciation.

Pour Agammemnon et Clytemnestre, tu as soit l'Orestie d'Eschyle (3 pièces) soit l'Electre d'Euripide.

Il y a aussi une Electre de Sophocle.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2111
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prosper Jolyot de Crébillon

Message par Arturo le Dim 25 Déc - 21:59

Oui, j'ai lu toutes ces pièces. ça doit être quelque part là-dedans.

_________________
Quoi de plus doux que le loisir lettré ? - Cicéron
avatar
Arturo

Messages : 180
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 31
Localisation : Sous le soleil de Satan

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prosper Jolyot de Crébillon

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum