Pascal Rabaté

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Pascal Rabaté

Message par kenavo le Mar 27 Déc - 7:16



Pascal Rabaté est né le 13 août 1961 à Tours et grandit à Langeais.

Après avoir étudié la gravure à l'École des Beaux-Arts d'Angers au début des années 1980, il se lance dans la bande dessinée en 1989.

À la fois scénariste et dessinateur, il propose au fil de ses œuvres des univers très variés.

Influencé à ses débuts par Buzzelli, Battaglia, Bofa, Pellos et Alexis, son travail évolue dans la veine expressionniste.

Son adaptation en bande dessinée du roman d'Alexis Tolstoï Ibicus lui vaut un succès critique et public notable qui lui permet d'être considéré comme un grand auteur contemporain.

Il se lance dans le cinéma en 2010 avec Les Petits Ruisseaux, adaptation de sa bande dessinée du même nom.


Source: Wikipédia


Dernière édition par Kenavo le Mar 24 Jan - 13:26, édité 1 fois

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 6726
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pascal Rabaté

Message par kenavo le Mar 27 Déc - 7:17


Fenêtres sur Rue
Présentation de l’éditeur
Grand auteur contemporain et réalisateur français, Pascal Rabaté révèle une nouvelle corde à son art, celle de conteur d’images.

Trois coups retentissent...
Une pièce sans paroles en dix matinées, dix soirées et un décor... Le rideau se lève sur un petit théâtre de papier, brillant hommage ludique et insolite au film d’Alfred Hitchcock, Fenêtre sur cour.

Si une fenêtre est une ouverture qui permet d’assurer l’aération et la lumière... elle permet aussi d’assurer la vue… vue sur d’autres fenêtres derrière lesquelles se déroulent des histoires de couples, des histoires d’amour, de séparation, de tromperie, et pourquoi pas des histoires de meurtre.

C’est un travail à plein temps de regarder à la fenêtre, de surveiller, de guetter... D’ailleurs, retournons-y... il ne faudrait pas rater quelque chose…
Etant un grand fan du film Rear Window (Fenêtre sur cour) d’Hitchcock, cette référence ne pouvait qu’aiguiser ma curiosité.

Et je sors de cette ‘lecture’ tout à fait enchantée ! Quelle belle découverte !

Construit comme un accordéon, les images des différentes matinées et soirées donnent pleines de choses à découvrir, à partir de la 2ème planche, le lecteur se sent comme un voisin, habitant l’immeuble d’en face… et on devient en quelque sorte un voyeur qui découvre la vie des gens de cette rue.

Fascinant et intéressant. Dessins, couleurs, histoire, un ensemble qui ravit à 100%


Le seul petit bémol que j’aurais à signaler – d’un côté on a toutes les matinées, de l’autre toutes les  soirées, mais l’image 1 soirée suit en fait celle de la matinée 1 et ainsi de suite… si on veut alors vraiment découvrir l’histoire, on est en quelque sorte forcée de tourner le livre après chaque planche.
J’ai fait la première lecture en commençant par les matinées… en découvrant par la suite les soirées qui ont en quelque sorte rempli les blancs du premier côté… pas mal non plus, mais l’histoire a gagné en la regardant en alternant les matinées et soirées.

Mais sinon, c'est un vrai coup de cœur !

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 6726
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pascal Rabaté

Message par kenavo le Mar 27 Déc - 7:17

Scénario : Angelo Zamparutti


Un temps de Toussaint
Présentation de l’éditeur
Le café Chez Paul est le point de ralliement du village. On y vient boire un verre, faire son loto, parler de tout et de rien, téléphoner… et tuer le temps. La vie s’écoule ainsi, dans un train-train que rien ne semble perturber. Les plats du jour non servis finiront congelés, les carreaux devraient être faits depuis longtemps, et tous les quinze jours, la patronne va refaire sa permanente. Jusqu’au jour où un incendie se déclare chez Dédé…

La nouvelle est un genre peu exploité en bande dessinée… Loin des gros romans graphiques de 200 pages, Rabaté et Zamparutti signent une délicieuse histoire de village, drôle et acide, en 24 pages seulement ! Entre Ibicus et Les petits ruisseaux, Un temps de Toussaint est un des sommets graphiques de Rabaté ! Un joyau brut à redécouvrir absolument.


Adapter une nouvelle en BD, en effet ce n’est pas coutume.

Mais cela n’empêche pas le plaisir qu’on peut y avoir.

Seulement, nouvelle veut dire court… et à la fin il y a l'envie de plus !

C’est tellement bien fait, on se sent tout de suite ‘à la maison’ dans ce petit bourg, on veut rester un peu plus longtemps dans le café Chez Paul.

Mais la chute est de la sorte que cela ne peut rester qu’une nouvelle…

Concernant l’histoire et surtout côté images, c’est du tout bon. J’adore les traits de Rabaté et en voilà une autre pièce pour confirmer cette prédilection.

On peut toujours espérer que ce duo va se remettre ensemble…






_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 6726
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pascal Rabaté

Message par kenavo le Mar 27 Déc - 7:18


La Déconfiture [Première Partie]
Présentation de l’éditeur
Juin 1940. La débâcle de l’armée française et l’exode pour des millions de civils.
Les repères quotidiens ont éclaté. C’est le grand chaos.
À travers le destin d’un simple bidasse, Pascal Rabaté raconte cet été de désordres et de bouleversements extraordinaires...

Les événements qu’on peut trouver dans le livre 33 jours de Léon Werth sont ici racontés d’un autre point de vue.

Pascal Rabaté signe un album passionnant et intéressant. J’ai cru voir les images pour quelques épisodes décrites par Léon Werth.

Sinon, l’éditeur a mis sur son site un si beau commentaire, je souligne chaque mot :

D’une écriture sobre et parfois crue, Pascal Rabaté ravive notre mémoire sur cette période noire et porte un regard sensible sur la débâcle de 1940, conjuguant dialogues à tableaux muets où le dessin révèle tout, même l’indicible.

Il rend un bel hommage à ceux qui ont continué à vivre en ces temps de guerre, prenant le parti de rire des pires situations, l’option sans doute la plus salvatrice et celle qui fédère encore au mieux les hommes entre eux.

Et nous, qu’aurions-nous fait alors ?

Soldat du 11e régiment, Videgrain est à moto, sur les routes… les Allemands ont enfoncé tous les fronts. C’est la débâcle. Les Stukas bombardent en piqué les populations civiles et militaires qui fuient l’avancée allemande. La route est jonchée de cadavres. Videgrain est chargé de veiller les corps sans vie de ses camarades massacrés par les avions ennemis. Mais alors qu’il peut enfin rejoindre son régiment, il s’aperçoit qu’une balle a percé le réservoir de sa bécane.
Commence alors un voyage bien étrange où le burlesque côtoie le drame d’un pays en guerre, une France meurtrie, à l’heure de la défaite éclair de son armée. À l’heure où les hommes devraient moissonner les blés, ils creusent des trous pour y déposer les dépouilles des infortunés, et, sous le soleil de juin, cassent la graine entre deux cercueils qui font office de table de jardin.

Une partie de campagne bien étrange où les hommes sont devenus croque-morts bien malgré eux, et continuent de croquer la vie, coûte que coûte.










_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 6726
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pascal Rabaté

Message par Queenie le Mar 27 Déc - 8:24

Ah tiens, j'avais commencé à la lire cette bd - que j'avais trouvée très bonne. En fait, je ne me souviens plus si je suis allée jusqu'au bout ou pas (c'est le problème de devoir parfois lire en diagonale au boulot, entre deux bouchées de repas).

Et j'avais adoré de lui (avec Prudhomme) : Vive la marée !
Je vous remet ma petite couche de lecture d'époque (qui me reste bien tranquillement posée dans un coin de mes souvenirs qui donnent le sourire)



Portraits d'instantanés de gens en vacances. De cases en cases, on sautille d'un couple qui s'engueule dans une voiture, à l'autre voiture où des parents se bouchent les oreilles d'entendre en boucle leurs enfants chanter la même chanson sur des centaines de kilomètres, pour bondir à la station essence où un type met trois plombes à remplir son réservoir, et on s'accroche au rétro-viseur du camping car qui entre dans le camping, pour se retrouver agripper par les passagers du petit train touristique qui nous mène à la plage, où on redécouvre nos personnages, et d'autres.

Narration au poil !
Vraiment.
Ces petits instants sont criants de vérité, d'humour, et de sourire.
Le côté ludique de la narration est un délice qui a tout son sens dans une histoire de multitude de personnages, comme croqués sur le vif.

On retrouve tous les types de personnes en vacances. Qui se croisent aussi.

Les dessins sont parfaits, doux, avec des coupes qui soulignent avec humour des situations. Avec des insertions de dialogues très bien orchestrés.
Du bleu, du marron tendre, des éclatements de couleurs dans les vêtements, des peaux rouges, noires, blanches. ça cascade de petits détails et c'est un régal.

_________________
*Imaginer en Grand*
avatar
Queenie

Messages : 2035
Date d'inscription : 29/11/2016
Localisation : *CabanCouette*

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pascal Rabaté

Message par kenavo le Mar 27 Déc - 9:06

@Queenie a écrit:Ah tiens, j'avais commencé à la lire cette bd - que j'avais trouvée très bonne. En fait, je ne me souviens plus si je suis allée jusqu'au bout ou pas (c'est le problème de devoir parfois lire en diagonale au boulot, entre deux bouchées de repas).
je comprends tout à fait, mais c'est vraiment une très bonne BD... au plus tard quand la deuxième partie va sortir, tu peux en faire la lecture totale Wink

et merci pour ton sublime commentaire pour Vive la marée, un de mes grands coup de coeur du duo Prudhomme/Rabaté... e-x-t-r-a!!!

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 6726
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pascal Rabaté

Message par kenavo le Sam 26 Aoû - 5:41

Illustrations : Alain Kokor
 

Alexandrin ou L’art de faire des vers à pied
Présentation de l’éditeur
Alexandrin tire des bords, entre ville et campagne, et file les vers en échange de menue monnaie. Une vie qui ne rime presque à rien, jusqu’à sa rencontre avec un jeune garçon qui a fui sa famille. Rimes spontanées et slam naturel. « Plus qu’un exercice, c’est une discipline, pour que les mots glissent il faut que l’esprit chemine ».
Une rencontre poétique qui laisse une empreinte certaine.

Je n’ai fait que récemment la rencontre avec le travail d’Alain Kokor, et j’en suis enthousiaste. Pascal Rabaté fait depuis des années partie des scénaristes que j’adore et du coup, voir ces deux-là s’associer pour un album ne pouvait pas m’échapper !

J’en ressors les yeux plein d’étincelles. Je n’ai pas encore lu tous les albums de la rentrée, mais celui-ci sera probablement mon plus grand coup de cœur.

Alexandrin est un personnage dont on s’éprend dès les premières pages. Le jeune garçon qu’il va rencontrer et leur amitié fait chaud au cœur.

Une histoire touchante et tout à fait exceptionnelle.

Des planches de Kokor toute en beauté… quel bel BD  biglov

Premières pages:









_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 6726
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pascal Rabaté

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum