David Foenkinos

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

David Foenkinos

Message par Chrisdusud le Mar 27 Déc - 14:47


David Foenkinos est né en 1974. A 16 ans,  à la suite d'une longue maladie, il se met à dévorer des livres et à écrire.
Professeur de guitare, serveur dans un restaurant, ses manuscrits sont d'abord refusés avant que L'inversion de l'idiotie soit publié par Gallimard. Le livre obtient le prix Francois Mauriac. Traduit dans une quarantaine de langues, il est un des plus gros vendeurs de livres actuellement.
Source Wikipédia.


Bibliographie :

  • Inversion de l'idiotie : de l'influence de deux Polonais, Gallimard, 2002. Prix François-Mauriac3
  • Entre les oreilles, Gallimard, 2002.
  • Le Potentiel érotique de ma femme, Gallimard, 2004 Prix Roger-Nimier.
  • En cas de bonheur, Flammarion, 2005.
  • Les Cœurs autonomes, Grasset, 2006.
  • Qui se souvient de David Foenkinos ? Gallimard, 2007.Prix du jury Jean Giono.
  • Nos séparations, Gallimard, 2008
  • La Délicatesse, Gallimard, 2009.Prix des Dunes 2010, et plusieurs prix littéraires
  • Lennon, Plon, 2010.
  • Le petit garçon qui disait toujours non, Albin Michel Jeunesse, 2011
  • Les Souvenirs, Gallimard, 2011.
  • Le Saule pleureur de bonne humeur, Albin Michel Jeunesse, 2012
  • Je vais mieux, Gallimard, 2013.
  • La Tête de l'emploi (Richard), J'ai Lu, 2014.
  • Charlotte, Gallimard, 2014.Prix Renaudot, Prix Goncourt des lycéens
  • réédition illustrée d'une « cinquantaine de gouaches de Charlotte Salomon [...] et d'une dizaine de photographies représentant Charlotte et ses proches »16, Gallimard, 2015
  • Le Mystère Henri Pick, Gallimard, 2016.
avatar
Chrisdusud

Messages : 427
Date d'inscription : 04/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: David Foenkinos

Message par Chrisdusud le Mar 27 Déc - 15:12

Le potentiel érotique de ma femme

Quatrième de couverture :
Après avoir collectionné, entre autres, les piques apéritif, les badges de campagne électorale, les peintures de bateaux à quai, les pieds de lapin, les cloches en savon, les bruits à cinq heures du matin, les dictons croates, les boules de rampe d'escalier, les premières pages de roman, les étiquettes de melon, les œufs d'oiseaux, les moments avec toi, les cordes de pendu, Hector est tombé amoureux et s'est marié.Alors, il s'est mis à collectionner sa femme.
Nous avons affaire dans ce roman à un héros ordinaire mais tellement peu banal. Tout semble kitch, des décors aux personnages qui jalonnent l'histoire, des objets collectionnés aux rapports avec sa femme. Mais par hasard il se découvre une nouvelle collection à enrichir induite par une activité de sa femme. Dès lors, alors qu'il était dépendant aux objets il devient dépendant  sa femme par cette "collection"... 
C'est un livre que j'ai trouvé à la fois très drôle par son sujet mais aussi très touchant. C'est  gai, facile à lire et surtout très léger dans le bon sens du terme. Les délires sont du registre de l'absurde parfois et ça fonctionne. J'ai souri tout au long du livre.
A conseiller fortement après une lecture difficile!
avatar
Chrisdusud

Messages : 427
Date d'inscription : 04/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: David Foenkinos

Message par Aeriale le Mar 27 Déc - 18:49

J'avais lu de lui La délicatesse, un roman sympathique et drôle, très touchant aussi. Le genre facile à lire dans le bon sens, comme tu dis Chris! J'avais aussi vu l'adaptation au cinéma, avec Audrey Tautou, François Damiens.


Dernièrement j'ai lu Charlotte. sur la vie de cette peintre Charlotte Salomon. Mon avis doit être quelque part, je vais le retrouver...
avatar
Aeriale

Messages : 2091
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: David Foenkinos

Message par Chrisdusud le Mar 27 Déc - 20:24

ok! j'en ai lu d'autres également. J'aime bien cet auteur.
 Je mettrais mes avis dès que j'ai un peu de temps.
avatar
Chrisdusud

Messages : 427
Date d'inscription : 04/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: David Foenkinos

Message par Aeriale le Mer 28 Déc - 12:01

-Charlotte-




Ce roman retrace la vie de Charlotte Salomon, artiste peintre morte à vingt-six ans alors qu'elle était enceinte. Après une enfance à Berlin marquée par une tragédie familiale, Charlotte est exclue progressivement par les nazis de toutes les sphères de la société allemande. Elle vit une passion amoureuse fondatrice, avant de devoir tout quitter pour se réfugier en France. Exilée, elle entreprend la composition d'une oeuvre picturale autobiographique d'une modernité fascinante. Se sachant en danger, elle confie ses dessins à son médecin en lui disant : "C'est toute ma vie". Portrait saisissant d'une femme exceptionnelle, évocation d'un destin tragique, Charlotte est aussi le récit d'une quête. Celle d'un écrivain hanté par une artiste, et qui part à sa recherche.


Je serai moins enthousiaste que la critique générale à propos de ce roman qui a obtenu le Prix Renaudot et reçu toute une couronne de lauriers. Si je ne me suis pas ennuyée, je n'ai pas eu non plus de coup de coeur. L'histoire est forcément prenante: cette jeune artiste obligée de se cacher pour peindre et qui connut les camps, comme beaucoup d'autres artistes juifs, durant la guerre de 40, est glaçante.  Par contre, la forme ne m'a pas emballée.

Ces petits couplets qui structurent le récit et tronçonnent son flux (autant que l'émotion) m'ont, j'avoue, empêchée de me sentir totalement impliquée dans cette histoire, si dramatique et poignante soit-elle. J'ai trouvé la forme trop hachée, et même parfois un peu naïve, à vrai dire. Un roman qui a fortement le vent en poupe, et tant mieux pour lui. Mais pour moi, le style ne m'a pas convenue. Je préfère l'auteur dans les histoires un peu déjantées qu'il imagine, finalement.


.
avatar
Aeriale

Messages : 2091
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: David Foenkinos

Message par Chrisdusud le Mer 28 Déc - 18:06

Je suis entièrement d'accord avec toi aériale. Charlotte est celui que j'ai le moins aimé. C'est une lecture hachée et le récit finalement reste trop linéaire. Charlotte m'a échappée peut être parce que j'y ai vu moi aussi une mise en forme stylistique qui ne m'a pas convaincue pour ce genre de récit biographique dramatique. Une sorte de décalage entre le fond et la forme.
avatar
Chrisdusud

Messages : 427
Date d'inscription : 04/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: David Foenkinos

Message par Aeriale le Mer 28 Déc - 18:32

@Chrisdusud a écrit:Je suis entièrement d'accord avec toi aériale. Charlotte est celui que j'ai le moins aimé. C'est une lecture hachée et le récit finalement reste trop linéaire. Charlotte m'a échappée peut être parce que j'y ai vu moi aussi une mise en forme stylistique qui ne m'a pas convaincue pour ce genre de récit biographique dramatique. Une sorte de décalage entre le fond et la forme.

Voilà, on est bien d'accord et tu me confortes dans l'idée, Chris Very Happy

On se souvent toujours bizarre d'être à contre courant quand la critique est unanime à ce point.

Je suis d'aillleurs tombée sur l'avis de @Queenie qui n'était guère plus enchantée que nous!

Dans le genre biographie un peu romancée, j'ai nettement préféré celle sur Lennon!
avatar
Aeriale

Messages : 2091
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: David Foenkinos

Message par Aeriale le Mer 28 Déc - 18:43

-Lennon-



"O
n offrait au monde la bande son d'une époque..."


On était quatre garçons dans le vent, mais c'était un vent glacial. Je criais au secours, et les gens applaudissaient. J'étais une bête apeurée. Je me sentais si fragile, j'avais l'impression que tout le monde allait me fuir. J'avais des visions de gens prenant des trains et des avions pour aller le plus loin possible de moi. J'ai toujours ressenti ça. J'ai chanté si souvent que je ne voulais pas qu'on me laisse tomber. Et même avec vous, je vais essayer d'être drôle, de vous séduite un peu, de faire en sorte que vous m'aimiez pour ne pas foutre le camp. Je sais c'est facile, c'est lié à mes parents. Ils se sont barrés quand j'étais petit. Pas besoin d'une longue séance pour comprendre ma vie, c'est une tentative incessante de prouver au monde que je vaux quelque chose. Mais bon...si mes parents étaient restés, que se serait-il passé? J'aurais peut-être été heureux. Et je serais devenu dentiste.

Voilà, ce passage résume à peu près tout. David Foenkinos nous donne les clés pour percer la face cachée de John Lennon, un garçon violenté par la réalité et sans cesse à la recherche de cet amour maternel dont il fût privé. Né d'une soirée un peu enfiévrée, de parents gentiment déjantés, semi artistes et incapables de se fixer, il grandit avec l'idée qu'il n'a pas de valeur, dans la confusion totale, ballotté entre une mère inconstante et une tante rigoureuse, en solitaire.


On restait des heures entières à ne rien faire et je contemplais cette solitude. Je suis né de cette solitude

Le Lennon de Foenkinos raconte son parcours, sa rencontre avec Paul, puis avec George et Pete Best, vite remplacé par Ringo, leurs débuts miteux dans des boites de seconde zone à Hambourg, leur connivence et cette rivalité quasi complémentaire qui l'unissait à Paul. Puis l'explosion, la fulgurance du succés. Cette gloire soudaine et trompeuse dans laquelle il tente de s'oublier mais qui ne lui renvoie qu'une image décalée où il peine à s'identifier.

Sa rencontre avec Yoko Ono sera déterminante, mais le message de paix qu'ils véhiculeront sera mal interprété et leur couple pas forcément bien perçu. C'est en tout cas cette version que retient l'auteur, celui d'un surdoué au costume trop grand pour lui, terrassé par une peur vitale, tiraillé par la culpabilité du mauvais père face à Julian.

Il y a entre nous des mondes entiers de sécheresse

mais qui paraissait enfin avoir trouvé l'apaisement jusqu'à ce jour du 8 décembre.

J'ai été plongée dans cette confession (imaginaire, bien sûr) du début à la fin, quasiment en apnée. Inutile d'en savoir trop sur les Beatles ou d'être fan pour plonger d'ailleurs. L'auteur a, je crois, parfaitement senti l'âme de ce beatle rebelle et cynique, cachant sous son exubérance une fragilité et une émotivité extrêmes, allant parfois jusqu'à la violence.
Je n'ai cessé de chanter la Paix, et c'était ma propre paix que je cherchais. Des tentatives pour être en paix avec moi-même.

Un récit très poignant et des phrases qui percutent, un style: pour moi c’est réussi !
.
avatar
Aeriale

Messages : 2091
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: David Foenkinos

Message par Peyre le Lun 17 Avr - 19:16

J'ai fini Le mystère Henri Pick de David Foenkinos. C'est un ouvrage qui conte l'histoire d'un roman trouvé chez un bibliothécaire qui s'était mis dans l'idée, sur un modèle américain, d'accepter tous les manuscrits refusés. Et ce manuscrit est considéré d'emblée par une jeune éditrice comme un chef-d'oeuvre. Problème ? Il aurait été écrit par un pizzaïolo breton qui n'a jamais lu de sa vie...

Bref, une histoire assez amusante et surtout qui peut toucher un public large, comme Charlotte. Assez originale, l'histoire est servie par un style d'une fluidité assez impressionnante. Pas d’accrocs, c'est même un peu lisse. Simplement, voilà ! c'est un roman fort agréable, mais du genre que l'on oublie dès qu'il est refermé.

Si l'auteur ne fait pas un mauvais travail, il faut avouer que ce roman est assez insignifiant.
avatar
Peyre

Messages : 34
Date d'inscription : 13/04/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: David Foenkinos

Message par Liseron le Lun 17 Avr - 20:00

@Peyre a écrit:J'ai fini Le mystère Henri Pick de David Foenkinos. C'est un ouvrage qui conte l'histoire d'un roman trouvé chez un bibliothécaire qui s'était mis dans l'idée, sur un modèle américain, d'accepter tous les manuscrits refusés. Et ce manuscrit est considéré d'emblée par une jeune éditrice comme un chef-d'oeuvre. Problème ? Il aurait été écrit par un pizzaïolo breton qui n'a jamais lu de sa vie...

Bref, une histoire assez amusante et surtout qui peut toucher un public large, comme Charlotte. Assez originale, l'histoire est servie par un style d'une fluidité assez impressionnante. Pas d’accrocs, c'est même un peu lisse. Simplement, voilà ! c'est un roman fort agréable, mais du genre que l'on oublie dès qu'il est refermé.

Si l'auteur ne fait pas un mauvais travail, il faut avouer que ce roman est assez insignifiant.
Tout à fait d'accord avec toi, c'est un roman qu'on lit avec plaisir mais qui laisse peu de traces...
Par contre, j'ai beaucoup aimé Charlotte, le portrait de cette jeune femme m'avait bouleversée et la forme ne m'avait pas rebutée du tout, au contraire, ça m'avait même semblé très fluide...
avatar
Liseron

Messages : 217
Date d'inscription : 02/01/2017
Age : 56
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Re: David Foenkinos

Message par Peyre le Lun 17 Avr - 20:35

Et je suis tout à fait d'accord avec toi aussi concernant Charlotte. D'ailleurs, plus que l'histoire, c'est la forme du roman qui m'avait plu à l'époque. Une belle découverte. C'est pour cela que j'ai acheté le dernier Foenkinos, mais du coup, je suis un peu déçu. Le mystère Henri Pick est un roman un peu facile et sans ambition.
avatar
Peyre

Messages : 34
Date d'inscription : 13/04/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: David Foenkinos

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum