Les adaptations au cinéma

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Les adaptations au cinéma

Message par kenavo le Jeu 12 Jan - 5:18

Céline a écrit:Il me reste encore à lire Anne's House of Dreams (je me le réserve!)
Wink

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 6438
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les adaptations au cinéma

Message par Merlette le Jeu 12 Jan - 10:01

L'adaptation de la Servante Ecarlate, de Margaret Atwood sera diffusée aux Etat-Unis en avril, sur la plateforme Hulu. En espérant qu'elle sera bientôt dispo en Europe...



The Handmaid’s Tale, la série qui tombe à point nommé. Adapté de La Servante écarlate, roman de l’auteure canadienne Margaret Atwood paru en 1985 et récompensé par plusieurs prix littéraires, ce show promet de séduire les fans de fictions dystopiques. Se déroulant dans un futur alternatif, la série nous plongera au cœur de la république de Gilead, ancien territoire connu sous le nom des États-Unis et devenu une dictature théocratique. La religion ayant pris le dessus sur les lois jusqu’alors établies, les droits des femmes ont été rendus complètement obsolètes.

Source et suite de l'article ICI

_________________
With freedom, books, flowers, and the moon, who could not be happy?” Oscar Wilde
avatar
Merlette

Messages : 2339
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les adaptations au cinéma

Message par Epi le Jeu 12 Jan - 20:01

Céline a écrit:L'adaptation de la Servante Ecarlate, de Margaret Atwood sera diffusée aux Etat-Unis en avril, sur la plateforme Hulu. En espérant qu'elle sera bientôt dispo en Europe...



The Handmaid’s Tale, la série qui tombe à point nommé. Adapté de La Servante écarlate, roman de l’auteure canadienne Margaret Atwood paru en 1985 et récompensé par plusieurs prix littéraires, ce show promet de séduire les fans de fictions dystopiques. Se déroulant dans un futur alternatif, la série nous plongera au cœur de la république de Gilead, ancien territoire connu sous le nom des États-Unis et devenu une dictature théocratique. La religion ayant pris le dessus sur les lois jusqu’alors établies, les droits des femmes ont été rendus complètement obsolètes.

Source et suite de l'article ICI
Oh ! J'espère qu'on pourra le voir ici !

_________________
Let It Be
avatar
Epi

Messages : 1381
Date d'inscription : 29/11/2016
Age : 57

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les adaptations au cinéma

Message par Méphistophélès le Jeu 12 Jan - 20:50

Céline a écrit:L'adaptation de la Servante Ecarlate, de Margaret Atwood sera diffusée aux Etat-Unis en avril, sur la plateforme Hulu. En espérant qu'elle sera bientôt dispo en Europe...



The Handmaid’s Tale, la série qui tombe à point nommé. Adapté de La Servante écarlate, roman de l’auteure canadienne Margaret Atwood paru en 1985 et récompensé par plusieurs prix littéraires, ce show promet de séduire les fans de fictions dystopiques. Se déroulant dans un futur alternatif, la série nous plongera au cœur de la république de Gilead, ancien territoire connu sous le nom des États-Unis et devenu une dictature théocratique. La religion ayant pris le dessus sur les lois jusqu’alors établies, les droits des femmes ont été rendus complètement obsolètes.

Source et suite de l'article ICI
J'ai bien envie de voir ce que ça donne !
avatar
Méphistophélès

Messages : 63
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 25

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les adaptations au cinéma

Message par Queenie le Jeu 12 Jan - 21:37

Oh border oui ! Je veux voir cette adaptation! Et je veux pouvoir relancer ma vente de ce terrible livre ! (trop lent de se le procurer aujourd'hui...)

_________________
*Imaginer en Grand*
avatar
Queenie

Messages : 1958
Date d'inscription : 29/11/2016
Localisation : *CabanCouette*

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les adaptations au cinéma

Message par Merlette le Ven 13 Jan - 11:53

Les séries Netflix, elles sortent en DVD après ? Alors j'espère que pour Hulu aussi ...

_________________
With freedom, books, flowers, and the moon, who could not be happy?” Oscar Wilde
avatar
Merlette

Messages : 2339
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les adaptations au cinéma

Message par Ruth May le Mer 18 Jan - 12:56

Est-ce que quelqu'un, parmi vous, aurait vu ce film :






tiré de ce livre : 



 ??

Et si oui, quel a été le sentiment ?


merci ! flower
avatar
Ruth May

Messages : 573
Date d'inscription : 07/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les adaptations au cinéma

Message par Merlette le Mer 18 Jan - 13:19

Oui, j'ai vu le film, il y a un ou deux ans. Il m'a fait forte impression, il m'arrive même d'y penser encore de temps à autre. Mais je n'ai pas lu le livre.

_________________
With freedom, books, flowers, and the moon, who could not be happy?” Oscar Wilde
avatar
Merlette

Messages : 2339
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les adaptations au cinéma

Message par Ruth May le Mer 18 Jan - 13:34

Ahh, merci pour ta réponse, @Céline, je suis tellement sous le charme du livre que j'ai presque fini- snif! - que je rêve de voir le film...mais je voulais d'abord avoir des avis !  bisoua2
avatar
Ruth May

Messages : 573
Date d'inscription : 07/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les adaptations au cinéma

Message par Moune le Mer 18 Jan - 14:08

J'ai vu le film aussi et j'ai bien aimé. Il paraît que le livre est encore mieux (comme souvent bien sûr). Mais le mur invisible (et tout le reste) est très bien rendu dans le film, ce qui est une performance. Il y a une atmosphère étrange, mystérieuse et belle. Un film à voir !
avatar
Moune

Messages : 613
Date d'inscription : 16/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les adaptations au cinéma

Message par Ruth May le Mer 18 Jan - 20:00

@Moune : merci beaucoup pour ton avis, je vais avoir encore plus envie de le voir après la lecture de vos sentiments positifs !!  bounce
avatar
Ruth May

Messages : 573
Date d'inscription : 07/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les adaptations au cinéma

Message par Merlette le Mer 18 Jan - 20:59

Ruth May a écrit:Ahh, merci pour ta réponse, @Céline, je suis tellement sous le charme du livre que j'ai presque fini- snif! - que je rêve de voir le film...mais je voulais d'abord avoir des avis !  bisoua2

De rien Ruth May! Je pense que le film te plaira, il est vraiment réussi.

_________________
With freedom, books, flowers, and the moon, who could not be happy?” Oscar Wilde
avatar
Merlette

Messages : 2339
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les adaptations au cinéma

Message par Moune le Mer 18 Jan - 21:25

Ruth May a écrit:@Moune : merci beaucoup pour ton avis, je vais avoir encore plus envie de le voir après la lecture de vos sentiments positifs !!  bounce
eXPie avait fait un commentaire sur Parfum (livre + film me semble-t-il).
avatar
Moune

Messages : 613
Date d'inscription : 16/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les adaptations au cinéma

Message par eXPie le Mer 18 Jan - 23:39

Du coup, je poste un commentaire que j'avais écrit lors de la sortie du film en France :

Le Mur invisible (Die Wand, 2012) de Julian Pösler. 1h48. Avec Martina Gedeck. Prix Oecuménique au Festival de Berlin 2012.



Nous sommes donc en Autriche. Une femme, qui devait passer quelques jours dans un chalet, se trouve coincée car un grand mur invisible l'empêche de regagner la civilisation... ou ce qu'il en reste, peut-être. Car tous les humains semblent morts au-delà de ce mur protecteur. Quelqu'un viendra-t-il la libérer ? Survivra-t-elle ? Trouvera-t-elle une sortie ? Arrivera-t-elle à conserver un équilibre psychologique ?

Le voici, le mur :


Extrait d'une interview du réalisateur autrichien, dont c'est le premier film de cinéma.

Qu’est-ce qui était important pour vous concernant la représentation du mur ?
Je voulais éviter à tout prix de le montrer, qu’il apparaisse aussi peu physique que possible. Il devait être clair qu’il n’était ni tangible ni compréhensible. [...] Pour le reste, c’est la musique de Bach qui traduit la proximité physique ou psychologique du mur, et le son du mur à proprement parler, que j’ai longtemps recherché. J’en ai d’abord parlé avec l’auteur de la musique, Hubert Von Goisern, puis avec Michael Haneke, qui m’a suggéré le silence absolu [le contraire m'aurait étonné !]. J’ai trouvé cette option trop radicale et je craignais que cela soit pris pour un problème technique. Par hasard, j’ai appris qu’il y a dans le monde certaines personnes capables de percevoir le bruit de rotation de la terre, et un ami scientifique m’a dit que cela ressemblait au bruit d’un champ magnétique. J’ai donc essayé d’utiliser ce son pour le mur."
(source : http://www.lemurinvisible-lefilm.com/telechargements.html )

Le résultat est moyennement concluant, mais c'est affaire de goût, je crois, ou de ce que l'on imaginait à la lecture du livre.

"Vous êtes également l’auteur du scénario, pouvez-vous nous parler de ce travail d’adaptation ?
Cela fait 25 ans, depuis ma première lecture du roman, que je réfléchis à l’adaptation de ce livre et j’ai travaillé au total 7 ans sur le scénario. C’était donc un processus d’écriture long et lent. L’un des défis était de gérer les commentaires de ceux qui avaient lu le roman, car ils avaient des images bien précises en tête et voulaient les retrouver. Les lecteurs français, anglais ou américains qui ne connaissaient pas le roman original m’encourageaient au contraire à suivre ma vision. Les Américains en particulier me disaient « Ce que disent les autres, ce sont des conneries, suis ton cœur ! » [Ah la la ! la fameuse philosophie Disney à deux balles !]. Et je tenais à garder le plus possible du roman, d’où la voix-off. Je me suis tenu à un principe simple : « Adapter, cela peut être enlever des éléments, mais jamais en ajouter »."
(source : http://www.lemurinvisible-lefilm.com/telechargements.html )

On arrive au gros problème du film : Pour s'intéresser vraiment à un personnage, il faut qu'il ne soit pas qu'une abstraction.
Et, pour cela, il faut connaître son passé, ses motivations. Ce passé était présent dans le livre, on avait quelques indications sur la narratrice, son désenchantement du monde. Dans le film, il n'y a rien. Qui est-elle ? A-t-elle une famille ? On n'en sait rien.
Elle sait pas mal se débrouiller, toute seule... Elle a déjà dû vivre à la campagne, suppose-t-on.

Autre problème : comment occupe-t-elle ses longues journées d'hiver ? Elle ne reste pas à sa fenêtre à regarder les flocons tomber ? Ou bien... ?
On a l'impression que des scènes ont été coupées...
En effet, vers le début, on a un plan, certes court, mais un plan quand même, qui montre une pile de livres posés. Que deviennent ces livres ? On ne le sait pas. On attend de les revoir, mais non. C'est bancal.

Sans s'attacher au passé de l'héroïne, sans s'attacher aux petites choses de son quotidien, le réalisateur ne parvient pas à la faire vivre. Dans le livre, elle dit que les livres lui manquent. Elle dit que la musique lui manque.
Ces choses quotidiennes nous la rendent humaine : on se met à sa place, on se demande "et si ?"... et on envisage le manque de choses qui nous semblent naturelles : la lecture, la musique (nous autres spectateurs avons la chance d'avoir un peu de Bach, une partita)... Il n'y a pas que la survie physique, la faim et la soif, il y a également la survie intellectuelle. 
Pour rendre tout cela, il suffisait pourtant de pas grand-chose, tout se trouve dans le livre. Or, le film est ponctué de la voix "off" de la narratrice, qui écrit le journal. Il suffisait de rajouter quelques minutes de films, et c'était bon.



Pourquoi alors avoir enlevé ces passages du livre ? 

Le film reste ainsi très en surface. On voit Martina Geddeck (excellente actrice, ça ne fait pas de doute), mais tout reste très intellectuel. Quand elle organise le déménagement dans un alpage, c'est un boulot énorme, épuisant, on le sent bien, dans le livre. Elle doit partir aux aurores pour tout préparer, elle fait plusieurs allers et retours, elle est crevée, c'est physique. Dans le film, ça passe très vite, avec de belles images, certes. Mais il manque vraiment quelque chose.
C'est dommage, car le film, malgré quelques maladresses, a vraiment des qualités : interprétation de Martina Geddeck, mais aussi des animaux (ça paraît ridicule, dit comme ça, mais c'est important), paysages splendides... et une certaine sécheresse (bienvenue) de ton.

Continuons l'interview :
"Concernant le tournage, j’avais vraiment envie de pouvoir tourner sur de longs mois, aller au plus près de la vérité qui est la force du roman. Et la vérité du film, c’est l’authenticité. Peut-être est-ce kitsch pour des gens qui jettent un regard extérieur sur la forêt ou la montagne. Mais pas pour moi."
Là, c'est réussi. On sent qu'il a pris du temps pour faire le film, c'est très bien.

 
 


Les saisons passent ; on navigue également entre le le passé (le début de sa réclusion) et le présent (l'écriture du journal).
  

"Vous avez aussi dressé votre propre chien Luchs pour le film ?
C’était vraiment un défi pour moi, mais Luchs a facilité les choses. On a dû tourner avec lui car son frère, prévu à l’origine, refusait le dressage, et les chiens de chasse bavarois peuvent être très têtus... J’ai toujours détesté le dressage, en particulier la manière dont les chiens, en étant focalisés sur la récompense, perdent leur complicité avec l’acteur. Je voulais que Luchs développe un lien invisible avec Martina Gedeck. J’ai donc essayé de « convaincre Luchs avec de bons arguments ». Et quand j’avais finalement épuisé toutes mes qualités de directeur d’acteur j’avais comme dernier recours... le pâté de foie. Peut-être qu’à l’avenir j’en garderai dans la poche pour mes comédiens... (rires)."
L'évolution des relations entre le chien et la femme est très bien rendue. Ils ne se connaissent pas, au début, chacun regarde l'autre, elle hésite à le toucher.

  


Très vite, c'est la complicité, l'amitié. Même s'il faudra du temps avant que le chien, semble-t-il, ne craigne plus que sa maîtresse ne disparaisse.

  

Pour conclure, le film n'est pas mauvais du tout mais aurait facilement pu être meilleur en restant moins à la surface.
Mais il est bien sûr plus aisé de critiquer que de réaliser et scénariser, et c'est un livre très difficile à porter à l'écran, d'autant plus que la barre est très haut.

Amusant (si l'on peut dire) : le chat "Perle" dans la traduction française, est "Pearl" dans le film... Sans doute la traduction des sous-titres a-t-elle transité par l'anglais.
avatar
eXPie

Messages : 372
Date d'inscription : 04/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les adaptations au cinéma

Message par Ruth May le Jeu 19 Jan - 13:26

Oh, merci beaucoup,beaucoup, Expie pour avoir posté ton commentaire,ici! 
Tu réponds à certaines questions qui me sont venues en tête à la lecture du roman : comment avaient été adaptés certains passages du livre...

J'ai quand même très envie de le voir.  

J'ai l'impression de toujours être en compagnie du livre.... drunken  J'y reviens toujours en pensées!



Le roman de Marlen Haushofer, dont est adapté le film de Julian Roman Pölsler, occupe une place très importante dans la vie du réalisateur, et ce depuis de nombreuses années : "Je crois que chacun de nous a un livre-frère comme il a une âme sœur. Mon livre-frère est Le Mur invisible. (…) Ce roman occupe une place très particulière dans ma vie. Je l’ai lu une première fois il y a 25 ans et depuis, il me colle à la peau". Le projet de faire du livre un film ne l’a jamais quitté depuis : "J’ai dû prendre mon mal en patience pendant près de vingt ans parce que les droits étaient déjà pris, et c’est seulement en 2003 que j’ai pu les acquérir. Je crois que j’étais prédestiné à faire ce film : il fallait que ce soit moi qui le fasse."

C'est très certainement un de mes livres-frères, comme le dit le réalisateur, ou alors je le rencontre à un moment où j'en avais besoin.
En tout cas, c'est une lecture très forte!
avatar
Ruth May

Messages : 573
Date d'inscription : 07/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les adaptations au cinéma

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum