Isaac Babel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Isaac Babel

Message par Arabella le Ven 30 Déc - 21:08

Isaac Babel (1894-1940)







Né en 1894 à Odessa dans une famille juive aisée, sa famille s'installe par la suite à Nikolaïev, mais en 1905 suite aux événements révolutionnaires et aux pogroms qui ont lieu à cette occasion, ils reviennent à Odessa. Isaak Babel étudie à l'Ecole de Commerce d'Odessa, qui n'est pas concernée par le numerus clausus concernant les juifs, imposé par le gouvernement tsariste, il a gardé un bon souvenir de cette éducation, et en particulier de son apprentissage du français. Il reçoit en parallèle une éducation religieuse juive. Il entre en 1912 à l'Université de Kiev à la Faculté d'économie politique et sociale.

Il débute sa carrière littéraire en 1913 dans une revue russo-juive. La disparition forcée de ces dernières le font s'intégrer dans la littérature soviétique naissante. La rencontre avec Gorki en 1916 est déterminante, ce dernier le protégera toute sa vie. En 1917 il s'engage dans l'armée révolutionnaire, il combat d'abord sur le front roumain, souffre de malaria, remplit différentes fonctions au service des Soviets, puis en 1920 est envoyé sur la frontière polonaise. Cette expérience lui fournira la matière de son Cavalerie Rouge, son oeuvre la plus aboutie et la plus célèbre.

Après 1924, Babel vit essentiellement à Moscou, tout en s'absentant pour aller à l'étranger où sa mère, sa soeur et sa femme avaient émigré. A partir de 1925 il travaille pour le cinéma, écrit des scénarii, d'abord ambitieux, puis uniquement alimentaires.

Il sera arrêté en 1939, à la fin des grandes purges, la date de sa mort a longtemps été inconnue, il a été exécuté le 27 janvier 1940.

Ses oeuvres les plus connues sont "Cavalerie rouge" et "Les récits d'Odessa".


Œuvres

Histoires de mon pigeonnier (publication posthume, écrits de jeunesse)
Chroniques de l’an 18 (Journal pétersbourgeois)
Journal de 1920,
Contes (Récits) d’Odessa (1921-1932)
Correspondance 1925-1939
Cavalerie Rouge (1926 ; deuxième édition augmentée en 1933)
Le crépuscule (traduit aussi sous le titre Entre chien et loup) (1926-1927) (théâtre)
Marie (1935) (théâtre)
Mes premiers honoraires (récits)
Le moulin chinois (scénario)
Bénia Kirk (scénario)
Les étoiles vagabondes (scénario)


Dernière édition par Arabella le Ven 30 Déc - 21:12, édité 1 fois

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2123
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Isaac Babel

Message par Arabella le Ven 30 Déc - 21:09

Cavalerie rouge

Il s'agit d'un ensemble de 35 courts récits, édités d'abord dans des revues, puis sous forme de livre la première fois en 1926, accueilli d'abord avec enthousiasme par la critique, avant d'être la cible de censure puis  d'attaques de plus en plus virulentes. le livre est basé sur l'expérience de l'auteur sur le front polonais en 1920 avec la Iere armée de cavalerie.

Récits de guerre, d'escarmouches, d'occupation de villes ou de villages après la bataille, de mort de blessés, d'exécution de prisonniers ou d'exactions diverses, mais aussi de liens entre soldats ou passion entre cavaliers et leurs chevaux. Récits cruels et qui montrent toute la complexité de la guerre.

Babel écrit magnifiquement, dans un style flamboyant mais en même temps mystique et allégorique, chaque mot compte et semble s'enchâsser comme dans une mosaïque à la seule place possible. Même s'il  glorifie le courage du soldat soviétique et qu'il semble fasciné par les vertus guerrières, il montre aussi la cruauté et la sauvagerie de ces mêmes soldats ; même s'il s'exalte pour la Révolution, il montre aussi ses absurdités et laisse entrevoir l'impitoyable machine à broyer les hommes en train de se mettre en place.

Livre extrêmement riche et ambigu donc, à qui on a fait le reproche de glorifier la guerre et la violence, de les rendre trop belles. Mais il s'agit avant tout de très grande littérature, d'un livre puissant et véritablement inspiré, écrit par un grand maître de la langue, capable de jouer sur des nombreux registres du langage, du skaz (stylisation du discours oral, essentiellement celui des couches sociales inférieures) jusqu'à la prose la plus savante.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2123
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Isaac Babel

Message par Arabella le Ven 30 Déc - 21:10

Journal de 1920

Il s'agit du journal que Babel correspondant de guerre tient pendant la guerre russo-polonaise de 1920. C'est un journal personnel, qui n'est pas destiné à l'époque à la publication. Il est écrit au crayon et fut laissé apparemment en Ukraine, et perdu, il n'a pas été confisqué avec les autres manuscrits pendant la perquisition qui accompagna son arrestation en 1939. le texte a été retrouvé en 1955, après la réhabilitation de l'écrivain, et restitué à sa dernière femme, Antonina Pirojkova, qui pendant des années a effectué un travail sur le texte d'origine, rendu par endroits illisible. Un texte sauvé par hasard du néant.

Le journal débute le 3 juin et prend fin le 15 septembre. A peine un peu plus de trois moins. Il s'agit évidemment des mêmes événements que ceux décrits dans Cavalerie rouge, mais avec une toute autre approche. le texte est plus brut, c'est un vrai journal, dans ce sens que ce qui arrive est noté au jour le jour, en même temps que l'auteur vit les choses, sans recul, et sans le travail littéraire pour transformer la réalité en oeuvre. Quoique le style est étonnant, très fort, mais lapidaire forcement.

Comme le texte n'est pas destiné à la publication, l'auteur y donne son véritable sentiment devant ce qu'il voit et ce qu'il vit. Et la réalité de la guerre qu'il décrit est effroyable, sans aucun embellissement, ce qu'on lui a reproché dans Cavalerie rouge. Babel est ballotté d'un endroit à un autre, d'une escarmouche à une autre, d'un stationnement à un autre, en comprenant à moitié ce qui arrive, les mouvements des armées il doit les suivre en fonction des événements, des batailles perdues ou gagnées, des décisions des états majors. Ce qu'il voit de plus près et ce à quoi il compatit, ce sont les souffrances des populations civiles, qui supportent les dommages des combats et les exactions des vainqueurs successifs, et tout particulièrement les populations juives, très nombreuses à l'époque à cet endroit.

Babel est écartelé, entre son identité de soviétique et de juif (comme incompatibles), entre son scepticisme de plus en plus grand sur les résultats de la Révolution et son adhésion à la même Révolution, par son attirance par les différentes cultures qu'il a pu approcher. Un livre vraiment tragique.

Et bien sûr un document très précieux pour comprendre la très grande oeuvre qu'est Cavalerie Rouge, on reconnaît certains éléments, on voit aussi certaines transformation à partir des faits originaux. Et bien sûr la transformation par l'écriture, même si encore une fois, c'est merveilleusement bien écrit.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2123
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Isaac Babel

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum