Betty Smith

Aller en bas

Betty Smith Empty Betty Smith

Message par kenavo le Sam 31 Déc - 6:41

Betty Smith A1988

Betty Smith (15 décembre 1896 – 17 janvier 1972) est un écrivain américain, principalement connue pour son best-seller : Le Lys de Brooklyn (A Tree Grows in Brooklyn), écrit en 1943, paru en France pour la première fois en 1946.

Biographie
Née Elisabeth Wehner, de parents allemands récemment immigrés aux États-Unis, Betty Smith grandit dans la pauvreté dans le quartier de Brooklyn, à New York. Mariée à George H. E. Smith, elle donne naissance à deux filles puis obtient un diplôme en droit à l'Université de Michigan. Elle s’essaye au journalisme, à la littérature, à l’écriture de romans et de pièces de théâtre. Elle divorce en 1938 et se remarie en 1943 à Joseph Jones. Ses quatre romans ont tous été publiés en France.

Betty Smith meurt d'une pneumonie à l'âge de soixante-douze ans.


Source: Wikipédia

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
kenavo
kenavo

Messages : 13608
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Betty Smith Empty Re: Betty Smith

Message par kenavo le Sam 31 Déc - 6:42

Betty Smith A67 / Betty Smith A1987
A tree grows in Brooklyn / Le Lys de Brooklyn
Présentation de l’éditeur
Dans le quartier de Williamsburg, Brooklyn, entre 1912 et 1920. Francie Nolan a 9 ans, des rêves plein la tête, un optimisme à toute épreuve et une envie un peu folle : écrire. Écrire sur sa mère, Katie, qui sait insuffler de la poésie dans leur quotidien ; sur Johnny, son père, son héros, la plus belle voix de Brooklyn ; sur Neeley, son petit frère, un débrouillard qui court les rues avec ses copains ; sur ses tantes, la douce Evy qui a marié le laitier et la pétulante Sissy, qui collectionne les « John », des fiancés si éphémères qu’elle ne prend plus la peine de retenir leur véritable prénom ; sur l’arbre dans la cour, dans lequel elle s’abrite du soleil en été ; sur Williamsburg, son quartier, où tout le monde se connaît et s’entraide. Mais Francie voudrait aussi pouvoir écrire la vérité : sur sa mère qui s’use les mains à faire des ménages ; sur son père qui dépense le peu d’argent qu’il gagne au café du coin ; sur Neeley et les petits de Williamsburg qui fouinent, fouillent, volent ferrailles et haillons pour les revendre aux chiffonniers ; sur la faim qui les tenaille jour après jour ; sur ces hivers où il fait si froid ; sur Williamsburg, le quartier le plus misérable de New York, celui où échouent tous les immigrants venus chercher fortune en Amérique. Alors Francie va lire tous les livres de la bibliothèque, écouter toutes les histoires de sa grand-mère, observer toute la vie de Williamsburg, avant de réussir à trouver sa voix…

Lors de ma lecture du livre Portrait(s) de George par Emmelene Landon, j’ai entendu parler pour la première fois de ce livre :

« Est-ce que vous connaissez le début du roman de Betty Smith, Le Lys de Brooklyn – mais qu’on aurait dû traduire par l’Ailante de Brooklyn ? Elle sort un livre de son sac et se met à lire. « Le seul arbre dans la cour de Francie n’était ni une ciguë, ni un sapin. Il avait des feuilles pointues qui poussaient sur des tiges vertes, partant depuis le tronc, faisant ressembler cet arbre à une foule de parasols verts. Certains l’appelaient l’arbre du ciel. Peu importe où la graine tombe, elle donne un arbre qui s’efforce d’atteindre le ciel. Il pousse dans les friches et les ordures, et c’est le seul arbre qui arrive à pousser dans le ciment. Il devient luxuriant, mais seulement chez les pauvres. »

Betty Smith A1993

J’ai recherché le résumé que je trouvais tentant, Brooklyn au début du 20e siècle, oui, j’avais envie de voir cela de plus près.

Et quelle bonne découverte !

Faut dire, il faut se prendre du temps pour cette lecture. Betty Smith aime bien raconter maints petits détails afin de donner une impression de cette vie. Mais si on a envie d’embarquer dans cette description d’un quartier bien connu de New York, c’est gagné.
Le quartier qui grouille de gens qui s’attendaient une meilleure vie en Amérique après avoir quitté leur patrie et qui doivent réaliser que la vie doit se gagner aussi dans le nouveau monde, et très souvent avec autant de difficultés que dans leurs pays délaissés.

Mais faut pas s’imaginer une lecture laborieuse. Vue par les yeux de Francie, qui a au début du livre 9 ans et 17 au moment qu’on la quitte, on n’est pas épargné de la rudesse de leur situation pauvre, de leur faim, mais il y a aussi des moments de bonheurs et Francie n’abandonne pas de s’imaginer une vie meilleure… d’abord en inventant des histoires, par après, encouragée par une enseignante, de les écrire…

Il y a certainement beaucoup du vécu dans ces pages, cela peut se sentir, c’est probablement aussi à cause de cela que les détails sont souvent si nombreux, mais pour moi c’était tout le charme de cette histoire.

Betty Smith A1989

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
kenavo
kenavo

Messages : 13608
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Betty Smith Empty Re: Betty Smith

Message par kenavo le Jeu 6 Juin - 6:33

jolie trouvaille
Betty Smith A1043

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
kenavo
kenavo

Messages : 13608
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Betty Smith Empty Re: Betty Smith

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum