Anita Brookner

Aller en bas

Anita Brookner

Message par Merlette le Sam 3 Déc - 10:42



Anita Brookner est une écrivaine anglaise, née à Londres le 16 juillet 1928, et morte le 10 mars 2016. Observatrice des gens et des situations, elle décrit, de manière nostalgique et intimiste, des personnages en demi-teintes, et la manière dont ils ont raté leur vie. Elle enseigne la littérature à l'Université puis l'histoire de l'art.

En 1967, elle fut la première femme à occuper la chaire Slade de l'université de Cambridge, chaire d'enseignement des beaux-arts fondée en 1869 et dont furent notamment titulaires les historiens de l'art Roger Fry en 1933, John Pope-Hennessyen 1964 et Anthony Blunt en 1965. Elle obtint le Booker Prize en 1984 pour Hôtel du lac. Elle est l'auteur de vingt-quatre romans, tous traduits en français.

 (Wikipédia)


avatar
Merlette

Messages : 2337
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Anita Brookner

Message par Merlette le Sam 3 Déc - 10:48

Hôtel du Lac



Edith Hope, auteure de fiction sentimentale aux faux airs de Virginia Woolf, a été contrainte par ses amis à un véritable exil dans une petite ville des bords du Léman. De quel scandale s’est-elle rendue coupable pour devoir quitter Londres et passer un temps indéfini dans le cadre feutré, cossu mais sans luxe ostentatoire de l’Hôtel du Lac ?

C’est ce que nous découvrons peu à peu dans ce court roman mêlant introspection et observation sociale. Se remémorant les circonstances qui l’ont menée à cette situation tout en étudiant avec fascination la population réduite de l’hôtel - la riche et hédoniste Mrs Pusey et sa fille, l’élégant Mr Neville, Monica, belle liane névrosée - Edith fait le point sur sa vie...Sur la femme qu’on lui reproche d’être, sur les modèles féminins qui l’entourent, ceux auxquels elle pourrait choisir de se conformer, ou refuser...Une étude psychologique et sociale à l’anglaise donc, qui ne manque ni de finesse ni de piquant, mais où la puissance des sentiments et l’ironie sont comme tempérés, adoucis par un voile de mélancolie, où le regard porté sur le vécu douloureux, les travers des personnages reste chargé d’une indulgence à la fois triste et amusée.

Hôtel du Lac est vraiment le roman de l’entre-deux et c’est ce qui fait son charme doux-amer. L’hôtel à demi-déserté, la saison à la fois brumeuse et lumineuse, entre été mourant et premiers frimas, fournissent un cadre idéal pour la période de transition à l’issue incertaine que vit l’héroïne. Le même plaisant flottement règne aussi quant à l’époque, qui est censée être moderne, mais où tout évoque d’autres temps. Lieux comme personnages sont anachroniques, du côté “gentlewoman” démodé d’Edith au glamour 50s de Mrs Pusey, en passant par Mr Neville, séducteur cynique et collectionneur très 18e siècle.

Merci à Marc auquel je dois cette lecture et la découverte d’une romancière dont l’univers et le style m’ont vraiment séduite. Je ne vais donc pas en rester là la concernant !
avatar
Merlette

Messages : 2337
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum