Stefan Zweig

Aller en bas

Stefan Zweig  Empty Stefan Zweig

Message par Ovalire le Mer 4 Jan - 19:36

Stefan Zweig  Sz10

né le 28 novembre 1881 à Vienne, en Autriche-Hongrie (c’était encore l’Empire), dans une riche famille d’industriel, et mort par suicide le 22 février 1942, à Petrópolis au Brésil, est un écrivaindramaturge, journaliste et biographe autrichien.
Ami de Sigmund Freud, d'Arthur Schnitzler, de Romain Rolland, de Richard Strauss et d'Émile Verhaeren, Edouard Munch, Stefan Zweig fit partie de l'intelligentsia juive viennoise (« Ma mère et mon père étaient juifs par le hasard de leur naissance »), et fit de nombreux voyages rencontrant ses amis écrivains, en Europe et aux USA et même en Inde et Afrique. Avec Romain Rolland, ils somment les intellectuels du monde entier de se joindre à eux dans un pacifisme actif. Zweig reste pacifiste toute sa vie et préconise l’unification de l’Europe. Il quitte définitivement son pays natal en 1934 en raison de la montée du nazisme. Réfugié à Londres, il y poursuit une œuvre de biographe (Joseph FouchéMarie AntoinetteMarie Stuart) et surtout d'auteur de romans et nouvelles qui ont conservé leur attrait près d'un siècle plus tard (AmokLa Pitié dangereuseLa Confusion des sentiments). Dans son livre testament, Le Monde d'hier. Souvenirs d'un Européen, Zweig se fait chroniqueur de l'« âge d'or » de l'Europe et analyse avec profondeur ce qu'il considère être l'échec d'une civilisation. (Wikipédia un peu modifié)
Bibliographie : Tellement longue … les principaux titres sont cités ci-dessus. 
Ovalire
Ovalire

Messages : 85
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 61
Localisation : IdF

Revenir en haut Aller en bas

Stefan Zweig  Empty Re: Stefan Zweig

Message par Ovalire le Mer 4 Jan - 19:41

LE MONDE D’HIER, Souvenirs d’un européen.
Livre écrit peu de temps avant son suicide, il l’adressera à son éditeur la veille de celui-ci. Il sera publié 2 ans plus tard.
Il y décrit l’Europe, telle qu’il la voit, telle qu’il la ressent (ce n’est pas du Zola), telle qu’il l’espère, de sa jeunesse au lycée, à la déclaration de guerre suite à l’invasion de la Pologne. D’abord, la société autrichienne de la fin du XIXème siècle, cette société de la sécurité (assurance, risques portés collectivement, stabilité politique, de liberté d’esprit). « On ne méprisait pas la tolérance comme un signe de mollesse et de faiblesse, on la prisait très haut comme une force éthique ».
Vers 1911, commence la montée des nationalismes, issus des colonialismes qui n’ont plus d’espace pour s’exprimer. Après la 1ère guerre, il fait face à cette seconde montée des nationalismes issue des divers traités de pays de Versailles. Durant toute sa vie, il voyage de Londres à Berlin, de Rome à Paris, et même aux USA, et donc ce livre relate ses rencontres, du lycée, à ses funèbres jours de 1939.
De son voyage en Inde, il écrivit : «Pour la première fois j’observe la folie de la pureté de la race, cette peste qui est devenue plus fatale à notre monde que la véritable peste dans les siècles passés ». Malheureusement, cette constatation ne l’a pas quitté en voyant l’évolution de l’Europe après 1911.
Si les arts, littérature, musique, peinture occupent beaucoup Zweig, il est tout aussi sensible à l’évolution physique de la société : « Quarante ans de paix [1871-1911]avaient fortifié l’organisme économique des pays, la technique avait accéléré le rythme de l’existence, les découvertes scientifiques avaient rempli de fierté l’esprit de cette génération ».
Bon je vais m’arrêter là. Ce livre est trop riche de témoignages de ces périodes qui ont façonné le monde d’ aujourd'hui. Bon, d’accord, il vaut mieux s’intéresser à l’histoire, car sinon, même avec ce style superbe, le livre pourrait paraître un peu long.

Ce n’est pas le premier livre de Zweig que je lis, et je me pose la question : Pourquoi n’a-t-il pas eu le Nobel ? Parce qu’il était du camp des agresseurs/perdants entre les 2 guerres ? Parce qu’il est mort trop jeune ?
Ovalire
Ovalire

Messages : 85
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 61
Localisation : IdF

Revenir en haut Aller en bas

Stefan Zweig  Empty Re: Stefan Zweig

Message par Arabella le Mer 4 Jan - 22:07

La question du pourquoi ou pas du Nobel...S'il avait vécu plus longtemps, il aurait eu plus de chances certainement. Il n 'y a en a qu'un par an.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Arabella
Arabella

Messages : 3218
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Stefan Zweig  Empty Re: Stefan Zweig

Message par kenavo le Ven 22 Sep - 6:27

Stefan Zweig  Aaaaa117

Adaptation sublime de Le joueur d'échecs par David Sala

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
kenavo
kenavo

Messages : 12372
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Stefan Zweig  Empty Re: Stefan Zweig

Message par Queenie le Lun 31 Déc - 9:24



Je suis allée au théâtre, voir La Peur.
Que c'est dur ! Horrible !
Terriblement bien écrit.
Perversement pensé.

Stefan Zweig  La-peu10
au Théâtre Michel

Une femme (Irène) délaissée par son mari (Fritz) avocat qui bosse comme un dingue.
Une femme qui, en plus, ne comprend pas que son mari défende des "monstres". (Beaux arguments pour expliquer le droit à la défense pour tous)
Une femme qui est parfois humiliée par son mari, qui voudrait bien d'une bobonne mignonne souriante silencieuse.

Elle le trompe.
Petite euphorie de se sentir de nouveau aimée, écoutée, choyée.
Mais au croisement d'une rue, une femme (Elsa) lui saute dessus, lui dit être la compagne d'Edouard (l'amant), menace Irène de tout dire à Fritz. La fait chanter, lui réclame de l'argent.

Et...
Là...
C'est une spirale infernale.
Irène hantée par cette "sorcière", à se demander si elle est réelle ou un fruit de son esprit, de sa culpabilité.
Irène cesse immédiatement de voir Edouard, mais Elsa continue à la guetter dans la rue, à surgir dans son salon, à lui soutirer de l'argent. Irène perd pied, se débat, s'enfonce de plus en plus dans les mensonges.
Fritz revient un peu vers elle, prend des jours de congés. Voit que quelque chose cloche, pose quelques questions, mais par peur de ce qu'elle va dire ou par désir de la laisser révéler ses tourments lorsqu'elle le jugera nécessaire, il n'insiste jamais très longtemps.

Un texte dense.
Incroyablement bien ficelé.
La folie rode.
La culpabilité enveloppe, enserre, étouffe.
Les ombres de la rupture de l'esprit.

Et une fin...
Grandiose.
Bouleversante.

_________________
Et, du monde indistinct des rêves, là où se terrent les secrets mystiques, une réponse surgit.
Queenie
Queenie

Messages : 3721
Date d'inscription : 29/11/2016
Localisation : *CabanCouette*

Revenir en haut Aller en bas

Stefan Zweig  Empty Re: Stefan Zweig

Message par Arabella le Lun 31 Déc - 13:02

Cela a l'air top. Je note au cas où...

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Arabella
Arabella

Messages : 3218
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Stefan Zweig  Empty Re: Stefan Zweig

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum