Tanguy Viel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Tanguy Viel

Message par kenavo le Ven 6 Jan - 16:38



Tanguy Viel est un romancier français né le 27 décembre 1973 à Brest.

Après une enfance en Bretagne, il vit successivement à Bourges, Tours puis Nantes avant de venir s'installer près d'Orléans.

Il a été pensionnaire de la Villa Médicis en 2003-20041. Il a reçu le prix Fénéon pour son roman L'absolue perfection du crime.


Source : Wikipédia


Bibliographie
1998 Le Black Note
1999 Cinéma
2001 L'Absolue perfection du crime
2002 Maladie
2006 Insoupçonnable
2009 Paris-Brest
2009 Cet homme-là
2010 Hitchcock par exemple, illustrations de Florent Chavouet
2010 Un jour dans la vie
2013 La Disparition de Jim Sullivan
2017 Article 353 du code pénal

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 6140
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tanguy Viel

Message par kenavo le Ven 6 Jan - 16:38


Article 353 du code pénal
Présentation de l’éditeur
Pour avoir jeté à la mer le promoteur immobilier Antoine Lazenec, Martial Kermeur vient d'être arrêté par la police. Au juge devant lequel il a été déféré, il retrace le cours des événements qui l'ont mené là : son divorce, la garde de son fils Erwan, son licenciement et puis surtout, les miroitants projets de Lazenec.
Il y a des auteurs que je suis... depuis des années et dans tout ce qu’ils publient.

Depuis ma lecture du Le Black Note, Tanguy Viel fait partie de ces auteurs.
Il a fallu attendre quatre ans depuis son dernier livre… mais cette attende valait la peine.

Il nous revient avec un roman comme on les connait si on fait partie des lecteurs de cet auteur.
Un brin de noir, un peu de mystère qui va se dévoiler peu à peu, une bonne couche d’humour et tout plein de mer, surtout celle autour de Brest !

C’est un tour de force qu’il a fait. Après les premières pages où on devient témoin d’une scène à bord d’un bateau, ce n’est par la suite pratiquement que la voix d'un homme qu’on va entendre. Le juge lui pose parfois des questions, mais c’est Martial qui va raconter les événements qui l’ont amené de faire ce qu’il a fait.

C’est prenant, très bien écrit et avec le ‘twist’ à la fin, je dirais, typiquement ‘Vielien’ Wink

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 6140
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tanguy Viel

Message par Aeriale le Mar 16 Mai - 8:59

Tout comme @Kenavo, j'aime bien Tanguy Viel, sa façon d'écrire qui se renouvelle souvent et surprend chaque fois. Il a pourtant un style bien à lui, l'action est toujours resserrée, on est plongé dedans comme si on lisait derrière son épaule. Suis devenue fan!

Le premier Insoupçonnable, ne m'avait pourtant pas subjuguée plus que ça.

L'histoire d'un couple d'amants se faisant passer pour frère et soeur dans le but d'abuser de la naïveté d'un homme riche que la fille tente de charmer. Mais le plan d'un faux enlèvement suivi de la rançon capote.

Pas d'intrigue donc, Viel se concentrant sur la forme rythmée et très visuelle. C'est comme si le lecteur était derrière une caméra, en spectateur. Pas de recul, on est impliqué dans l'histoire avec eux et c'est ce qui nous les rendrait presque sympathiques.

Ce n'est pas un roman incontournable, mais si on aime les atmosphères de films noirs, ça peut le faire

Ensuite Paris-Brest


Le narrateur, Louis, est une jeune homme dont le père, suite à une malversation frauduleuse sur le compte de son club de foot a dû fuir Brest, accompagnée de sa femme, qui se morfond dans un bled près de Montpellier en vendant des cartes postales, mais surtout en lorgnant près du magot dont a hérité sa propre mère. Elle n'est d'ailleurs pas la seule. La femme de ménage du donateur et son fils, "ami" de Louis, ont aussi un oeil dessus.

Scandales, non-dits, fausses amitiés et hypocrisie, tout est en place pour formenter la trame d'une machination diabolique dont l'auteur connait bien les rouages. Et il s'en donne à coeur joie! Ca décoiffe l'air de rien, entre une phrase assassine et un constat implacable, l'auteur règle ses comptes à cette petite bourgeoisie qu'il semble bien connaître. On le suit forcément un peu complice, avec toujours ce petit sourire en coin, dans cette intrigue familiale dévoilée par petites touches, et dans laquelle pour ma part, j'ai pris au final de plus en plus de plaisir!

Le portrait de la mère en dévoreuse de personnalité omnisciente coincée entre le paraître, les barrières sociales, et l'appât du gain est un petit bonbon bien acidulé qui titille encore le palais une fois avalé! Une mère qui ne se départ jamais de son sac en plastique en prévision d'une crise soudaine de spasmophilie et dont les caresses sont perçues comme des "lames de rasoir" par son fils
Pour ma mère, expliquais-je au fils Kermeur, le monde est très simple, le monde est une sorte de grand cercle et au milieu, il y a une montagne d’argent et sans cesse des gens entrent dans le cercle pour essayer de gravir la montagne et planter un drapeau en haut
C'est efficace, concis, et ça vise juste. Un bon moment de détente si vous aimez le genre vachard classieux, et qui symbolise on ne peut mieux la célèbre phrase de Gide "Familles je vous hais"

Ensuite La disparition de Jim Sullivan-


Un roman bien dans le style des Editions de Minuit fait d'ironie, d'une certaine distance et d'une extrême concision chère à tous ces auteurs à qui il fait penser (Echenoz, Oster, je rajouterais le petit dernier Yves Ravey, découvert grâce au livre Inter)

Comment construire un roman policier américain? Viel nous prend à témoin, profitant d'un effet de miroir dans cette fameuse disparition de Jim Sullivan qui n'est qu'un prétexte pour enclencher l'intrigue dont il tient les ficelles. Un peu à la façon d'un script ou d'une voix off, comme il est dit plus haut, il mêle ses réflexions pleines d'humour, aux principes de base tendant à assurer le succés de ces récits façon road movie. Les clins d'oeil sont légions et les références à ses auteurs fétiches abondent. Rien à dire Tanguy Viel, vrai fondu de cinéma, nous tient comme il veut. C'est classe, enlevé et malicieux. Un petit régal ce livre <3
avatar
Aeriale

Messages : 2238
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tanguy Viel

Message par kenavo le Mer 17 Mai - 5:35

Merci pour tes commentaires qui donnent envie de reprendre tous ces livres à l'instant...
je suis certaine que son dernier va aussi te plaire Wink

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 6140
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tanguy Viel

Message par Aeriale le Mar 23 Mai - 9:05

kenavo a écrit:Merci pour tes commentaires qui donnent envie de reprendre tous ces livres à l'instant...
je suis certaine que son dernier va aussi te plaire Wink
De rien, Kena, eh oui...il m'a beaucoup plu! Peut être un de ses meilleurs, à mon avis :-)

-Article 353 du code pénal-

C'est la confession d'un homme détruit, face au juge qui pourrait être nous même,  l'enchaînement de faits qui ont concouru pour l'amener à l'acte irrémédiable.

Kermeur, cet ancien ouvrier de l'Arsenal, a tout perdu. Sa prime de licenciement précieusement gardée a servi à l'achat d'un appartement intégré dans un complexe immobilier qui ne verra jamais le jour. Le promoteur est un homme sans scrupules, Lazenec, amené par la providence comme il le dit ironiquement. Mais Kermeur englué dans sa honte et sa compromission n'a pas pu se sortir du piège et s'est enfermé dans le déni. Il a préféré se taire. Son fils,  témoin muet de ce naufrage, a absorbé tout ce mal être et fini par expulser le trop plein en saccageant délibérément des voiliers amarrés au port. Sa femme lassée l'a jugé responsable et a quitté le domicile conjugal. Voilà le constat que peu à peu livre Kermeur dans sa mise en examen, prisonnier de son impuissance, qui a du renoncer jusqu'à sa propre estime. 

Les mots sont chargés d'émotion, ceux d'un gars simple, démuni face à la perversité. Ils ont cette force que peut contenir la vérité, une certaine justice qui n'est pas forcément celle instituée, représentée par ce juge. Mais Tanguy Viel a sans doute foi en autre chose, la conscience profonde du bien et du mal, et sa chute réconcilie avec l'âme humaine. Un bien beau texte!
avatar
Aeriale

Messages : 2238
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tanguy Viel

Message par kenavo le Mar 23 Mai - 19:44

Aeriale a écrit:il m'a beaucoup plu! Peut être un de ses meilleurs, à mon avis :-)

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 6140
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tanguy Viel

Message par domreader le Dim 28 Mai - 18:42

Encore noté !! Ca fait déjà des années qu'il me fait de l'œil cet auteur.

_________________
'Be curious, not judgmental.' Walt Whitman
avatar
domreader

Messages : 627
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tanguy Viel

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum