Josep Maria de Sagarra

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Josep Maria de Sagarra

Message par kenavo le Dim 8 Jan - 6:53



Josep Maria de Sagarra i de Castellarnau, né le 5 mars 1894 à Barcelone (Catalogne) et mort dans la même ville le 27 septembre 1961, était un écrivain catalan du XXe siècle dont l'œuvre participa, avec celles de Salvador Espriu et de Josep Pla à la Renaixença, renaissance de la littérature catalane.


Source: Wikipédia


Dernière édition par Kenavo le Lun 23 Jan - 8:01, édité 1 fois

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 6414
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Josep Maria de Sagarra

Message par kenavo le Dim 8 Jan - 6:54


Vies privées
Présentation de l’éditeur
Peu connu en France, Josep Maria de Sagarra est considéré en Espagne comme un des auteurs majeurs de la littérature catalane du XXe siècle. Son roman Vies privées, paru en 1932, est désormais considéré comme un classique. Paru en 1932, ce texte a fait scandale pour sa dimension sulfureuse. Il a ensuite fait l'objet d'une version expurgée en 1961, avant d'être rééditée en 1982 dans sa version originale. En 2007, le 75e anniversaire de sa parution a même été célébré dans une édition commémorative.
Josep María de Sagarra offre la chronique d'une famille barcelonaise et en particulier des frères Lloberola, deux "fins de race" : Frédéric, l'héritier veule et incapable, et Guillem, son cadet, prostitué, tous deux fils de Tomàs, aristocrate réactionnaire, catholique, royaliste, carliste, qui assiste à l'effondrement de son monde. L'histoire se déroule entre 1927 et 1932. La première partie, qui s'étend sur cinq mois, dans le quartier huppé de la rue Mallorca ou à l'Eixample, s'articule autour d'un chantage dans lequel se trouvent impliqués des membres de la vieille noblesse et de la nouvelle aristocratie, englués dans des affaires de sexe et d'argent. La seconde partie nous transporte cinq ans après la mort de la victime du chantage, au moment de l'instauration de la République, après la dictature de Primo de Rivera. On y suit principalement les enfants de Frédéric : Maria Lluïsa et Ferran. Portant les stigmates de la décadence familiale initiée par la génération antérieure, ils ont intégré le vice et l'argent comme valeurs de substitution de l'ancien ordre. Marquée par une forme de réalisme pessimiste, la narration est rythmée par une série de portraits physiques et moraux, de descriptions, qui brossent une satire noire, mais non dénuée d'humour, de la société barcelonaise, dans une langue d'une grande intensité expressive. Josep Maria de Sagarra s'attache à décrire et à analyser les changements profonds qui affectent la haute société catalane ou majorquine dans cette première moitié du XXe siècle, secouée par les convulsions politiques qui précèdent l'avènement de Franco, l'effondrement moral et économique de la vieille aristocratie terrienne et l'avènement d'une haute société ambitieuse, frivole et cynique.


Ramon Martí i Alsina, View of Barcelona from a Rooftop in Riera de Sant Joan

En lisant la quatrième de couverture de ce roman, j’ai réalisé qu’après tant et tant et tant de lectures d’auteurs espagnols, il n’y a pas beaucoup de sujets qui parlent de l’Espagne avant 1936.

Mais il y a bien eu des histoires qui se sont déroulées dans ce pays avant la guerre… et voici une des plus marquante et belle que j’ai pu découvrir !

Quel opus qui donne une image de la ville de Barcelone, mais surtout de cette société avant le déclanchement des hostilités. Et en plus on comprend mieux comment cela s’est pu se produire, cette guerre d’un peuple entre eux.

Par moment j’ai pensé aux Buddenbrook de Thomas Mann, avec son écriture débordante en moins. Et chez Josep Maria de Sagarra il y a certainement aussi un peu plus de sexe que chez le cher Thomas, bien que c’est écrit d’une manière très décente et laissant beaucoup de place à l’imagination. Mais c’était encore trop explicite, ainsi ce livre se trouvait banni pendant des années en Espagne.


Date marquante dans le livre est certainement cette Exposition Mondiale de 1929.

On rencontre la bourgeoisie de Barcelone de ces années et leur « vies privées » qui ne sont rien de tel puisque « tout » Barcelone se fait le plaisir de savoir et de parler de toutes les cachotteries qui se font dans cette ville.

J’ai adoré du début à la fin. Bien qu’il s’agisse d’un vrai pavé (513 pages) cela se lit tout seul. Un pur délice !



Isidre Nonell, Mujer (extrait), 1907

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 6414
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Josep Maria de Sagarra

Message par Arabella le Lun 9 Oct - 11:23

Vies privées


Nous sommes à Barcelone dans les années 30 du vingtième siècle. Nous suivons quelques personnages, et surtout ceux de la famille de Lloberola dans leurs vies. Cette famille aristocratique traverse des moments difficiles. le père de famille, Thomas de Lloberola a perdu progressivement la fortune familiale et toute la tribut survit chichement, tout en maintenant une prétention de grands seigneurs. C'est le cas du fils aîné de Thomas, Frédéric. Sous la menace d'une traite, il s'apprête à demander de l'argent à son père, avec qui les relations sont difficiles. Pour se donner du courage, il renoue avec une ancienne maîtresse. de nombreux personnages vont petit à petit composer sur plusieurs années le tableau de la Barcelone d'entre les deux guerres. Celle des gens riches, ou qui ont des prétentions à faire parti du beau monde.

Ce livre semble être considéré comme une sorte de classique de la littérature catalane. Ecrit en deux mois par Josep Maria de Sagarra écrivain très prolifique, qui semble avoir abordé tous les genres (poésie, théâtre, romans, mémorialiste, chroniqueur…), ce livre paraît être son seul ouvrage disponible en français.

Je n'ai pas réellement été convaincue par ce roman. La peinture de la haute société de Barcelone est trop systématiquement négative et ironique. Tous les personnages semblent des fantoches, égoïstes, veules, cruels s'ils en ont les moyens, mesquins, sans aucune ambition ni idéal. Leurs vies semblent vides et inutiles, sans plaisir et sans joie. Il est difficile de s'attacher à aucun d'entre eux. Le tableau des vices de ce beau monde, même s'il devait sans doute paraître choquant à l'époque où le roman a été écrit, semble surtout maintenant terriblement trivial et pathétique. le livre est incontestablement efficace, l'auteur a une grande imagination pour créer des situations, pour passer d'un personnage à un autre, pour trouver un fil qui relit les uns aux autres alors qu'on ne s'y attendait pas. Mais le style est relativement approximatif ( il faut dire que plus de 500 pages écrites en deux mois ne laissent pas le temps de fignoler), et j'avoue que le devenir des personnages m'indifférait de plus en plus au fur et à mesure de ma lecture.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2123
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Josep Maria de Sagarra

Message par kenavo le Mar 10 Oct - 5:51

oh c'est dommage... mais on le sait bien, on ne peut pas aimer tous les mêmes livres Wink

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 6414
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Josep Maria de Sagarra

Message par Arabella le Mar 10 Oct - 19:10

Je n'ai sans doute pas la même affinité que toi avec la littérature espagnole.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2123
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Josep Maria de Sagarra

Message par kenavo le Mer 11 Oct - 5:59

oui... mais il se peut aussi que je suis plus indulgente envers quelques faiblesses côté écriture
je sais que je suis -presque- toujours bon public

expérience récente: j'ai lu Le chat qui venait du ciel de Takashi Hiraide et après un petit tour sur Parfum j'ai vu que pratiquement tout le monde a détesté ce livre... je vais me retenir d'en faire un commentaire Laughing

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 6414
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Josep Maria de Sagarra

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum