A l'affiche en 2017

Page 4 sur 13 Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 11, 12, 13  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: A l'affiche en 2017

Message par eXPie le Dim 26 Mar - 22:40

C'est un bon film, même si j'ai préféré d'autres Kaurismäki (Au loin s'en vont les nuages ; L'Homme dans passé...). Mais on est bien dans l'univers de Kaurismäki, et il y a toujours ses chouettes musiques...
Le passage avec le wasabi m'a fait bien rire.
avatar
eXPie

Messages : 372
Date d'inscription : 04/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: A l'affiche en 2017

Message par Aeriale le Mer 29 Mar - 22:31

silou a écrit:Si, si, un très grand coup de coeur  Very Happy Very Happy Very Happy.

eXPie a écrit:C'est un bon film, même si j'ai préféré d'autres Kaurismäki (Au loin s'en vont les nuages ; L'Homme dans passé...). Mais on est bien dans l'univers de Kaurismäki, et il y a toujours ses chouettes musiques...

Vous me faites regretter! J'étais partie pour y aller et je me suis trompée de cinéma :-(

Du coup j'ai vu Patients


Vous connaissez sûrement l'histoire de Fabien Marsaud, le slameur Gand corps malade, qui à 20 ans plongea dans une piscine pas assez remplie et se retrouva tétraplégique, dû suivre des mois de rééducation sans savoir s'il retrouverait l'usage de ses membres, fut contraint d' abandonner sa carrière de basketteur et de sportif professionnel. Patients est l'adaptation de son livre qui raconte son dur combat, mise en scène avec Mehdi Idir, coéquipier et auteur de ses clips.

J'avoue, je redoutais un max ce genre de déballage, mais GCM aborde ce thème Ô combien difficile avec un maximum de tact et d'humanité. Il ne nous épargne rien du quotidien de ces jeunes mais sans s'apitoyer. Le regard est donc direct, à hauteur du héros (Ben, joué par Pablo Pauly, excellent) qui doit réapprendre une nouvelle façon de vivre. Pourtant le ton est souvent drôle, les vannes fusent entre eux, et l 'handicap est abordé ici sans tabou. D' une façon en tout cas hyper naturelle et surtout très juste qui, loin de mettre mal à l'aise, force aussi à changer notre regard face à la différence.

Derrière l'humour il y a de très belles choses qui sont dites. Trouver la force de  s'en sortir, accepter de changer de projet de vie, "adapter ses espoirs" et faire une croix sur d'autres. C'est un chemin empli d'épreuves mais aussi de belles rencontres, son film en est le superbe témoignage. Un sacré coup de poing. Et quelle BO cheers





Trouver un espoir adapté
Alors on va relever les yeux, quand nos regrets prendront la fuite
On se fixera des objectifs à mobilité réduite
Là bas au bout des couloirs, il y aura de la lumière à capter
avatar
Aeriale

Messages : 2313
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: A l'affiche en 2017

Message par Arabella le Jeu 30 Mar - 12:25

Le secret de la chambre noire / Kiyoshi Kurosawa 






Jean un jeune homme un peu frustre, qui survit tant bien que mal de petits boulots précaires, se fait embaucher comme assistant par un photographe, Stéphane,  qui a eu son heure de gloire, mais qui depuis le décès tragique de sa femme, ne fait que peu de photos commerciales, se consacrant à des recherches formelles un peu étranges, dont sa fille est le seul modèle. Mais cette dernière, Marie, a une opportunité de partir de la maison familiale pour travailler dans un domaine qui la passionne, la botanique. Une opération immobilière est en outre en cours dans la banlieue où est située la vaste maison de Stéphane, qui devient un objet de beaucoup de convoitises.  

Il ne faut bien sûr pas en dire trop sur ce film, qui flirte avec le fantastique, tout en étant très ancré dans des réalités d'aujourd'hui. C'est d'ailleurs fascinant comment Kurosawa navigue entre la réalité la plus triviale et réelle (le RER par exemple) et cette maison hors du temps et hors des logiques habituelles. L'histoire tient la route (même si trouve la toute fin peut être un peu trop explicite), même si cela aurait gagné à mon sens à être un peu plus ramassé, condensé. Les acteurs sont parfaits, chacun dans son genre.

Une bonne surprise.


Dernière édition par Arabella le Sam 1 Avr - 8:46, édité 1 fois

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2120
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: A l'affiche en 2017

Message par Queenie le Jeu 30 Mar - 21:41

Ah je l'avais oublié celui là !
J'aimerais bien le voir, merci pour le rappel !

_________________
*Imaginer en Grand*
avatar
Queenie

Messages : 1937
Date d'inscription : 29/11/2016
Localisation : *CabanCouette*

Revenir en haut Aller en bas

Re: A l'affiche en 2017

Message par Arabella le Jeu 30 Mar - 21:44

Je pense qu'il y a des chances qu'il te plaise.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2120
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: A l'affiche en 2017

Message par Arabella le Ven 31 Mar - 10:35

Orpheline /Arnaud des Pallières







Le film est centrée sur un personnage féminin, présenté à quatre moments de sa vie, joué par quatre actrices différentes. Nous commençons par la fin, en quelque sorte, mais le film n'est jamais réellement chronologique, il y a des allées et retours permanents. Qui sont censés nous raconter peu à peu l'histoire de cette vie, encore plus saisir cette Karine, à des moments essentiels et révélateurs. 

C'est assez conceptuel, il manque des éléments, pas de véritables raccords, à la réflexion certaines choses apparaissent invraisemblables, mais à la limite, aucune personne n'est cohérente tout le long de sa vie, et personne n'a les clés pour comprendre tout ce qu'il a vécu. Il ne faut juste pas à s'attendre à un récit complet. Les actrices semblent s'investir dans leurs personnages intenses, même si Adèle Haenel en fait des tonnes, et qu'elle abuse de sa moue boudeuse, ce qui fait je n'ai jamais pu oublier que c'était une actrice qui jouait à. 

En fait, je ne sais pas trop quoi penser de ce film. Prenant, il y a des morceaux très réussis, haletants presque. Il y a des tas de pistes d'interprétation et de compréhension, que l'on peut creuser. Il y a une façon de filmer, très près des corps, des visages, une esthétique très particulière, et par moments troublante. Mais un je ne sais quoi m'a manqué pour être complètement convaincue, embarquée, séduite, touchée surtout. J'ai plus compris et adhéré à une démarche, qui est visiblement pensée et intelligente, qu'émue par un résultat. Ce qui, compte tenu du sujet, créé une distorsion.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2120
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: A l'affiche en 2017

Message par Aeriale le Mar 4 Avr - 18:29

-De l'autre côté de l'espoir-



A Helsinki débarqué d'un cargo venu d'Alep, se découvre un migrant caché dans la cale et couvert de suie. Image saisissante d'un regard perçant dont le cinéaste a le secret. Ailleurs dans une chambre lugubre (mais qui claque par quelques détails bien vus) un homme (Wikhström) fait sa valise puis quitte sa femme attablée devant une bouteille de vodka. On le voit revendre son stock de chemises, jouer au poker et gagner le jack pot sésame pour une nouvelle vie. Pas ou peu de dialogues, les visages sont fermés, justes les faits autour d'un éclairage brut qui donne plus de force et un humour certain à l'ensemble. Bienvenue chez Kaurismäki :-)

J'avais aimé " L'homme sans passé" découvert sur Arte il y a peu. J'ai adoré retrouver cette atmosphère, froide au premier abord mais derrière laquelle se découvrent vite une chaleur, un humour et une bienveillance de tous les instants. Bien sûr ces deux cabossés de la vie vont se rencontrer, apprendre à s'entraider et Khaled le réfugié va intégrer l'équipe de bras cassés du restaurant, fortement solidaire et irrésistible de drôlerie. La gravité du sujet est donc contrebalancée par ce décalage, il y a encore ici ces gueules sorties d'on ne sait où, des méchants ridicules et des gentils un peu chelous, des décors d'un autre temps, de la musique rock and roll approximative, de la rugosité et du kitsch souvent. Tout ça se mélange et donne un ton, un style unique, et au delà un message qui transparait sans faire dans l'esbroufe ou la démonstration pesante. Il suffit de regarder au delà des différences et peut-être aussi laisser les idées reçues ou un passé statufié pour pouvoir avancer!

Bref, je me suis régalée (mais ce n'est que mon second de ce cinéaste, et tant mieux Very Happy )




avatar
Aeriale

Messages : 2313
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: A l'affiche en 2017

Message par darkanny le Mar 4 Avr - 18:39

J'adore Kaurismäki, il ne faut pas que je le loup celui-là.
avatar
darkanny

Messages : 733
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: A l'affiche en 2017

Message par Arabella le Mar 4 Avr - 20:38

Je l'ai vu cet après-midi, un post demain.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2120
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: A l'affiche en 2017

Message par Arabella le Mer 5 Avr - 11:17

-De l'autre côté de l'espoir-







Aeriale a bien résumé l'histoire du film, un réfugié syrien débarqué par hasard à Helsinki qui essaie d'obtenir le statut de réfugié croise le chemin d'un homme mûr qui après avoir quitté sa femme alcoolique veut se refaire une seconde existence en devenant patron de restaurant. Tout cela avec le ton si spécifique de Kaurismäki, son humour décalé, qui cache une grande tendresse pour ses personnages, une esthétique d'il y a 60 ans, une musique pas beaucoup plus jeune.

J'ai trouvé celui-ci vraiment réussi, bien plus que Le Havre, un peu trop démonstratif peut être. Ici il y a vraiment intégration de l'histoire de Khaled à l'univers et aux personnages habituels de Kaurismäki, ce qui donne une grande justesse au film, et en même temps, une légèreté plus grande. Comme si confrontés à des vrais problèmes, les soucis et petites misères de tout les jours, qu'on trouvait si difficiles à vivre, sont relativisés, et les personnes retrouvent un dynamisme et une capacité à résoudre leurs problèmes, parce qu'au final c'est soluble avec de la bonne volonté.


Dernière édition par Arabella le Jeu 6 Avr - 21:02, édité 1 fois

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2120
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: A l'affiche en 2017

Message par darkanny le Jeu 6 Avr - 20:04

Merci Arabella, si après tout cela je ne suis pas convaincue, c'est perdu.
avatar
darkanny

Messages : 733
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: A l'affiche en 2017

Message par Arabella le Jeu 6 Avr - 21:03

Et il est visible dans plein de cinémas.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2120
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: A l'affiche en 2017

Message par Arabella le Mer 12 Avr - 17:57

United States of Love / Tomasz Wasilewski






Pologne dans le début des années 90 du siècle dernier. Quatre femmes dans une petite ville, et un même manque d'amour, un vide existentiel impossible à combler.

Les actrices sont vraiment très bonnes et donnent chair et vie aux personnages. La façon de filmer intéressantes. Le récit est d'une incontestable densité. Mais une noirceur extrême, qui en devient excessive, voire presque caricaturale. Et ses personnages féminins en deviennent presque des victimes masochistes. Il aurait fallu un petit quelque chose d'empathie, de tendresse, de compréhension pour en faire autre chose que des images d'une démonstration, brillante mais froide et un peu dépourvue d'humanité au final. Dommage, parce qu'il y avait vraiment matière à.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2120
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: A l'affiche en 2017

Message par eXPie le Mer 12 Avr - 19:25

J'avais lu des critiques pas très positives, disant comme toi que c'était trop, trop noir (les inrocks parlent de "pénible sacerdoce"). Bizarre dans ces conditions qu'il ait eu le prix du meilleur scénario à Berlin... Au vu des récompenses, c'était tentant.
avatar
eXPie

Messages : 372
Date d'inscription : 04/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: A l'affiche en 2017

Message par Arabella le Mer 12 Avr - 19:38

C'est très bien filmé et joué. Les personnages ont vraiment quelque chose. Au début j'ai vraiment beaucoup accroché, c'est à la longue que j'ai commencé à éprouver un sentiment de trop. En fait il ne manquait pas grand chose, un regard un peu moins systématique, plus compatissant, pour que ce soit vraiment très réussi. Le réalisateur a vraiment du talent pour moi, mais peut être un défaut de jeunesse, de vouloir trop aller dans un sens, sans nuances. J'espère qu'il va améliorer cela dans ses prochains films.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2120
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: A l'affiche en 2017

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 13 Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 11, 12, 13  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum