A l'affiche en 2017

Page 5 sur 9 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: A l'affiche en 2017

Message par Queenie le Mer 12 Avr - 22:38

C'est vrai que c'est très noir, mais je l'ai aimé. Et, comme tu le dis : il a un style intéressant d'angles de vues, de couleurs, de décors. C'est âpre, dur, froid.
Et les acteurs sont excellents, denses. On y croit.

Je l'ai trouvé un petit peu long.


_________________
*Imaginer en Grand*
avatar
Queenie

Messages : 1621
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: A l'affiche en 2017

Message par Arabella le Mer 12 Avr - 23:02

Je ne regrette pas de l'avoir vu, il y a vraiment une recherche, et des choses qui fonctionnent très bien. Il manque un petit quelque chose, difficile à définir, pour que ce soit enthousiasmant.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 1857
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: A l'affiche en 2017

Message par Aeriale le Jeu 13 Avr - 10:04

-A United Kingdom-




En 1947, Seretse Khama, jeune Roi du Botswana et Ruth Williams, une londonienne de 24 ans, tombent éperdument amoureux l’un de l’autre. Tout s’oppose à leur union : leurs différences, leur famille et les lois anglaises et sud-africaines. Mais Seretse et Ruth vont défier les ditkats de l’apartheid. En surmontant tous les obstacles, leur amour a changé leur pays et inspiré le monde

Bof, bof. J'ai appris sur ce petit pays d'Afrique du Sud (sous protectorat anglais à l'époque) j' ignorais l'histoire de ce futur roi exilé du fait de son mariage avec une jeune dactylo blanche, qui parvint à récupérer ses droits et obtenir l'indépendance du Botswana.

J'ai bien aimé ce retour aux années 50, les références à l'apartheid et le coup de projecteur sur les causes et les conséquences politiques et économiques de sa mise au ban. Je craignais une histoire dans le genre de Loving avec quelques poncifs sur le racisme et l'intolérance, déjà vus. Mais le film parle d'autre chose, ce qui est bien.

Mais la réalisation manque un peu de punch. C'est lisse et plutôt sage, ça n'évite pas un peu de pathos par moment mais bon, on voyage dans le temps et l'espace, c'est ce qu'il faut retenir. Agréable mais pas percutant, comme tous les biopics


Les vrais et les faux personnages de ce drame (Les vrais, à droite)
avatar
Aeriale

Messages : 1979
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: A l'affiche en 2017

Message par Arabella le Jeu 13 Avr - 22:12

Félicité / Alain Gomis





Félicité est chanteuse à Kinshasa, elle se débrouille seule, ne dépend de personne. Mais son fils adolescent a un accident de moto, et elle doit payer une très forte somme pour qu'il puisse être opéré et ne pas perde sa jambe. Félicité va utiliser tous les moyens pour essayer de se procurer la somme. En même temps, un homme, Tabu, essaie d'entrer dans sa vie, et l'accident du fils de Félicité lui donne l'occasion de devenir indispensable.

Je n'a pas accroché à ce film d'emblée. Les premières images, qui bougent tout le temps, d'une façon assez démonstrative, m'ont agacées. Cela s'est un peu arrangé par la suite, lorsque le récit démarre, lorsqu'on explore avec Félicité les rues de la ville dans une course éperdue. Mais les aspects onirico-symboliques, de la forêt, de la noyade, des rencontres, m'ont semblés creux et artificiels. Le film joue sur beaucoup de registres, trop à mon goût, et il a un côté un peu trop démonstratif sur le savoir faire du réalisateur. Le récit est également très lacunaire, on a un élément par ci par là sur le passé de Félicité, on peut imaginer bien sûr, mais cela m'a empêcher de vraiment m'attacher à elle. 

Au final, je me suis pas mal ennuyée.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 1857
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: A l'affiche en 2017

Message par Aeriale le Mar 25 Avr - 16:37

-The Young lady-



Tirée d'une nouvelle (La Lady Macbeth) d'un auteur russe peu connu du 19 e siècle, ce film pourrait faire penser à l'amant de Lady Chatterley, mais en plus tordu. Même époque victorienne rigide et austère, mêmes décors de landes battues par les vents, propices aux sentiments etouffés et aux passions coupables!

La jeune Katherine est mariée malgré elle et pour un lopin de terre à un riche terrien plus âgé qu'elle, un homme qui la méprise et la laisse désorientée le soir des noces. Isolée et sous le joug de son beau père, alors que son mari s'éloigne sans donner d'explications, elle va chercher à se défaire de cette morosité et s'éveiller au plaisir des sens avec le palefrenier.

Tout est réuni pour le drame façon Emily Brontë, mais la suite surprend et prend des allures de film noir  dont on se demande quel sera l'aboutissement. Le revirement de l'héroïne qui passe de jeune fille soumise à une froide calculatrice est impressionnant et l'actrice (Florence Puigh, ) s'en sort très bien, même si on a un peu de mal à le comprendre. L'atmosphère est par contre hyper bien rendue, pesante et rigide, et la photo est superbe (J'ai pensé aux tableaux de Hammershoi) Tout est lent, glacial, on a l'impression d'étouffer avec eux. Pour un premier film, c'est plutôt réussi  :-)

avatar
Aeriale

Messages : 1979
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: A l'affiche en 2017

Message par Queenie le Mar 25 Avr - 17:51

J'aimerais bien aller le voir celui-ci, merci pour le petit comm'

_________________
*Imaginer en Grand*
avatar
Queenie

Messages : 1621
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: A l'affiche en 2017

Message par eXPie le Mer 26 Avr - 7:51

D'accord, Nikolai Leskov est moins connu que les "grands" auteurs Russes, mais il a quand même eu les honneurs de la Pléiade (certes, le volume, dans lequel on trouve aussi des oeuvres de Saltykov-Chtchédrine, s'est très mal vendu, et si vous mettez la main dessus, ça peut valoir le coup, vu qu'il n'est pas et ne sera pas réédité). Et il est connu grâce à Chostakovitch.
Merci pour le commentaire, je vais aller le voir dans pas longtemps.
avatar
eXPie

Messages : 334
Date d'inscription : 04/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: A l'affiche en 2017

Message par Aeriale le Mer 26 Avr - 10:46

Chaï a écrit:J'aimerais bien aller le voir celui-ci, merci pour le petit comm'
Tu ne perdras pas ton temps, je pense!

Ne serait-ce pour la photo (sublime) les costumes, l'ambiance assez théâtrale mais qui n'étouffe cependant pas le jeu des acteurs et en particulier celui de cette jeune femme au caractère bien trempé!

@eXPie a écrit:D'accord, Nikolai Leskov est moins connu que les "grands" auteurs Russes, mais il a quand même eu les honneurs de la Pléiade (certes, le volume, dans lequel on trouve aussi des oeuvres de Saltykov-Chtchédrine, s'est très mal vendu, et si vous mettez la main dessus, ça peut valoir le coup, vu qu'il n'est pas et ne sera pas réédité). Et il est connu grâce à Chostakovitch.
Merci pour le commentaire, je vais aller le voir dans pas longtemps.
Je ne savais pas Expie, merci de cette précision. En fait j'auras dû dire qu'il était un peu tombé dans l'oubli. Mais si je tombe dessus, oui ça m'intéresserait de lire le texte. Au moins pour mieux appréhender le virage dans le comportement de l'héroïne, et surtout cet amour fou qui l'amène au pire!

Tu devrais plutôt aimer...Enfin, tu nous diras!
avatar
Aeriale

Messages : 1979
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: A l'affiche en 2017

Message par darkanny le Mer 26 Avr - 20:18



J'ai bien aimé ce film bien qu'il repose sur un scénario à priori banal.
Un homme, adepte du jeu et des paris, ne parvient pas à se faire une place dans la société.
Il est séparé de sa femme et de son fils, il leur doit une pension alimentaire qu'il n'arrive pas à gérer, il a pourtant un avenir d'écrivain puisqu'il a écrit un roman primé, mais les années passent et le deuxième roman tarde.

Le metteur en scène apporte une attention toute particulière à ses acteurs qui sont impeccables de justesse et de sensibilité jusqu'au bout.

Mention particulière à la mère du héros, une petite vieille, veuve, vivant dans une cité HLM très à l'étroit où se heurtent en permanence les personnages du film, notre héros, sa soeur, son ex femme et son jeune fils.

Cette petite vieille est exceptionnelle, futée, bienveillante, instruite, c'est le pôle du film.

De très bons dialogues, une ambiance caractérisée par des moments assez dramatiques où l'humour se taille une bonne part, ce qui fait un très bon moment de cinéma.

avatar
darkanny

Messages : 614
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: A l'affiche en 2017

Message par eXPie le Mer 26 Avr - 20:25

Ah, celui-ci aussi, j'irai le voir sous peu ! Very Happy
avatar
eXPie

Messages : 334
Date d'inscription : 04/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: A l'affiche en 2017

Message par darkanny le Mer 26 Avr - 21:06

Je pense qu'il pourrait te plaire.
avatar
darkanny

Messages : 614
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: A l'affiche en 2017

Message par Arabella le Mer 26 Avr - 22:35

Moi aussi c'est prévu.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 1857
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: A l'affiche en 2017

Message par Arabella le Ven 28 Avr - 16:57

L'opéra / Jean-Stéphane Bron





Jean-Stéphane Bron a filmé une année dans les coulisses de l'Opéra de Paris, aussi bien à Garnier qu'à Bastille, un peu de danse mais surtout de l'opéra. Toutes les activités, des représentation de prestige, avec le président de la République, aux ateliers réservés à des enfants de quartiers défavorisés. Avec tous ceux qui font vivre cette maison, du directeur, en passant par le chef et les chanteurs stars, jusqu'aux plus modestes, assistantes, choristes, techniciens. Et il en faut du monde pour produire un spectacle d'opéra.

C'est merveilleux de pouvoir se glisser dans les coulisses des représentations (et il faut dire que j'ai vu tous les spectacles ont on voit les extraits, enfin les opéras), découvrir la façon de travailler, les étapes. La façon dont tout cela s'enchaîne dans le film est vraiment très efficace et rend le film très addictif, on voudrait continuer le voyage encore. Jean-Stéphane Bron choisit des personnages charismatiques comme fils rouges de son film, un jeune chanteur russe en formation, et Stéphane Lissner le directeur. Cela donne beaucoup d'humanité au film, une sorte de feuilleton presque.

On pourrait dire que tout cela est presque trop beau pour être vrai, il y a une façon de rendre hommage avant tout, de gommer un peu ce qui pourrait gêner dans le tableau. Peu importe, on a fait un beau voyage dans un pays enchanté, et les critiques, les réserves, ce sera pour d'autres lieux.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 1857
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: A l'affiche en 2017

Message par Ovalire le Sam 29 Avr - 8:03

Chou à la crème a écrit: tongue -De l'autre côté de l'espoir-







A..... a bien résumé l'histoire du film, un réfugié syrien débarqué...

Balance !
avatar
Ovalire

Messages : 56
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 59
Localisation : IdF

Revenir en haut Aller en bas

Re: A l'affiche en 2017

Message par Arabella le Sam 29 Avr - 10:52

Icarie XB1 / Jindrich Polák / 1963






Une rareté, un film tchèque, jamais sorti en France en salles, mais en même temps un film mythique, qui a remporté des prix dans des festivals, et qui aurait inspiré L'Odyssée de l'espace de Kubrick qui connaissait le film. Le film s'inspire d'une oeuvre de Stanisław Lem, auteur important, qui a aussi écrit Solaris. Le film ressort en version restauré.

Nous sommes au XXIe siècle, une expédition se dirige vers l'Alpha du Centaure, où des planètes pouvant abriter la vie ont été repérées. Nous découvrons les membres de l'équipage et des bribes de leurs histoires, des péripéties ne vont pas tarder à se produire et à mettre en péril l'expédition.

Somptueuses images en noir et blanc, épurées, presque abstraites, un récit économe, lui aussi épuré, mais en même temps terriblement prenant, ce film est vraiment stupéfiant. Rien de facile ni de racoleur, même si l'espace semble le thème principal, c'est bien l'homme qui est l'essentiel dans le film, confronté à l'espace, qui l'écrase et qui change les perspectives, mais surtout qui le confronte à lui-même, à ses peurs et à ses limites.

Il y a d'étranges trésors à découvrir dans le cinéma.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 1857
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: A l'affiche en 2017

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 9 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum