Sigrid Undset

Aller en bas

Sigrid Undset

Message par Arabella le Lun 9 Jan - 20:01

Sigrid Undset (1882-1949)






Sigrid Undset naît à Kalundborg au Danemark, d’une mère Danoise et d’un père norvégien, éminent archéologue, spécialisé dans la préhistoire nordique et européenne, et plus particulièrement dans le premier âge de fer. Il sillonne le continent pour participer à différents chantiers de fouilles. Sigrid sera l’aînée de 3 filles, son père malade revenant s’installer dans sa Norvège natale, lorsque Sigrid a deux ans.

Sigrid grandit à Oslo (appelé à l’époque Christiania). Son père meurt à 40 ans alors qu’elle en a onze, ce qui l’oblige à abandonner vite ses études, après une formation en secrétariat, elle travaille dans un bureau à 16 ans pour subvenir aux besoins de sa mère et de ses jeunes sœurs. Elle consacre ses loisirs à lire et à écrire, après le refus d’un premier roman historique par les éditeurs, elle fait un accepter un manuscrit qui sera publié en 1907, alors qu’elle a 25 ans. Ce premier roman sur un adultère défraye la chronique et la fait connaître, et elle pourra après trois livres abandonner son travail de bureau.

Cette première partie de son œuvre est d’inspiration plutôt réaliste, elle raconte les drames familiaux, les rapports enfant parents, les relations amoureuses. Cette période culmine avec Jenny (1911) et le Printemps (1914). Jenny est semi-autobiographique et raconte les amours de Sigrid Undset et du peintre A. C.  Svarstad  qu’elle rencontre à Rome, et qu’elle épousera en 1912, après une attente de trois ans pour que Svarstad puisse obtenir le divorce de sa première femme. Ils auront trois enfants, en plus des trois enfants de Svarstad de son premier mariage.

L’année 1925 est très importante, puisqu’elle divorce et se convertit au catholicisme, ce qui fait scandale en Norvège, elle fait objet d’un certain nombre d’attaques, ce qui ne fait qu’aiguiser le talent de polémiste de Sigrid Undset, qui se même activement au débat public et n’hésite pas à défendre ses points de vue.

Les années vingt sont aussi celles de l’écriture de ses deux grands romans historiques, Kristin Lavransdatter et Olav Audunssøn, dont l’action se déroule au XIV et XIII siècle.  Ces deux grands cycles lui vaudront le Prix Nobel de littérature en 1928.

Elle compose ensuite plusieurs romans contemporains, puis débute un cycle historique ayant pour cadre le XVIII siècle, mais qui se trouve interrompu par la guerre. Elle s’exile d’abord en Suède, puis aux USA d’où elle anime le mouvement de la Résistance norvégienne, au sein duquel est mort l’un de ses fils.

Elle rentre en Norvège après la guerre et meurt en 1949 à Lillehammer.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2853
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sigrid Undset

Message par Arabella le Lun 9 Jan - 20:03

Kristin Lavransdatter


1) La couronne / traduit par E. Avenard
2) La maîtresse de Husaby / traduit par E. Avenard
3) La croix / traduit par T. Hammar et M. Metzger


Cette immense fresque composée de trois romans nous entraîne en Norvège au XIV siècle et nous conte la vie de Kristin, dès ses premiers souvenirs d'enfance jusqu'à sa mort. Elle est la fille aînée d'un riche propriétaire terrien, mi grand seigneur, et mi paysan. Un très grand amour uni Kristin, à Lavrans son père, en qui elle voit une sorte d'idéal absolu, impossible à dépasser, et qui va lui servir d'aune durant toute sa vie pour juger le bien et le mal.

Mais elle va trahir ce père, et fuir l'avenir sûr qu'il lui a préparé au côté du fiancé qu'il lui a choisi, le sage et bon Simon. le deuxième grand amour de sa vie, après son père, ce sera Erlend, le noble et beau Erlend, terriblement séduisant, mais irresponsable et irréfléchi, l'éternel adolescent charmeur qui semble attirer les ennuis. Lui et Kristin vont se marier et surtout vivre un grand amour passion, plein d'orages et de discordes, aussi incapables de vivre ensemble, que de vivre l'un sans l'autre, et surtout avec quelqu'un d'autre. Il y aura leurs nombreux enfants, leurs divers parents, les désastreuses menées politiques d'Erlend, la vie quotidienne à la ferme seigneuriale, la vie de cour. Toutes les joies et les peines d'une vie, riche et intense, d'une personnalité hors du commun. Kristin est une femme dotée d'une très forte personnalité, complexe, et contradictoire parfois. Pleine de douceur, généreuse, intelligente, pétrie de bons sens, mais à d'autres moments colérique, impétueuse, rancunière et mesquine.

Et tous les autres personnages sont aussi riches et attachants, aucun n'est ni tout blanc ni tout noir, ils ont leurs zones d'ombres et de lumières. Ils sont très nombreux, impossible de les citer même partiellement. J'ai une tendresse particulière pour Aashild, la tante d'Erlend, jadis mariée à un homme riche et puissant, qu'elle a selon la rumeur populaire assassiné, pour suivre son jeune amant. Elle a en tous les cas abandonné ses enfants pour se marier avec ce Bjoern, et vivre avec lui dans la pauvreté sur un petit domaine. Soupçonnée de sorcellerie, c'est vers elle que les gens se tournent lorsque les prières ne suffisent plus. Elle a gardé le maintient et les manières d'une grande dame.

Tout cela en plein moyen-âge, avec la prédominance de la religion, qui n'a pourtant pas encore réussi complètement à éradiquer toutes les croyances et pratiques ancestrales, vers lesquelles les gens se tournent quand le malheur rôde. En arrière fond les événements historiques de l'époque, les rois dont Erlend est un lointain parent comme personnages secondaires. Mais ce n'est pas le plus prégnant dans ces romans, le plus essentiel sont la vie quotidienne et le ressenti des gens, et ceux-là ont peu changés dans les siècles qui nous séparent des personnages de Kristin Lavransdatter, même si les façons de vivre, de manger, de se vêtir ou autres détails de la vie de tous les jours, que Sigrid Undset restitue d'une façon très précise et très vivante, ont beaucoup varié quand à eux.

Ces livres sont extrêmement romanesques, il se passe tout le temps pleins de choses, entre complots politiques, rixes, morts d'hommes, maladies, enlèvements, très faciles et agréables à lire. le style de Sigrid Undset est fait de sobriété et de mesure, plutôt que de nous dépeindre avec force adjectifs la personnalité de tel ou de tel, elle nous décrit brièvement un acte du personnage, et nous le montre en quelque sorte sur le vif. C'est concis et frappant, comme certaines vieilles sagas, Sigrid Undset en a d'ailleurs traduit certaines.

On ne s'ennuie pas un instant, malgré la longueur du texte, mais en même temps, l'auteur pose plein de questions capitales, auxquelles elle ne répond d'ailleurs pas forcement, et surtout pas de façon univoque. Une oeuvre d'une grande richesse qu'une seule lecture ne saurait épuiser.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2853
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sigrid Undset

Message par Arabella le Lun 9 Jan - 20:04

Vigdis la farouche


Il s'agit d'un roman de jeunesse. Il est inspiré par les sagas islandaises, Sigrid Undset en a traduit certaines en norvégien. L'action se passe autour de l'an mille. le récit comprend les péripéties habituelles des sagas, assassinats et vengeances, expéditions de vikings, combats etc. Mais le personnage principal est une femme, et nous avons aussi un peu accès aux sentiments et aux ressentis des personnages, qui ont une grande importance dans la narration, ce qui n'est pas du tout le fait des sagas. Il s'agit d'une association, entre un roman d'amour et de haine, entre Vigdis la norvégienne et Ljot l'islandais, histoire pleine de péripéties, de violence, un tant soit peu artificiellement compliquée et d'une sorte d'imitation de saga traditionnelle, avec ses passages obligés et sont style lapidaire si particulier.

Un objet hybride donc, plutôt agréable et facile à lire, on ne s'ennuie pas un instants avec tous les rebondissements et toute l'exacerbation des sentiments. L'aspect imitation des sagas est par moments très réussi, cela a un côté assez amusant quand on connaît les sages, de lire ce style typique reproduit. Cela reste néanmoins un objet un peu étrange, pas complètement convaincant, l'histoire d'amour et la description du personnage de Vigdis souffrent d'être inclus dans une histoire qui essaie d'imiter une saga, avec ses phrases courtes et percutante et le refus d'expression directe des sentiments, l'action est terriblement compliquée.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2853
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sigrid Undset

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum