David Toscana

Aller en bas

David Toscana  Empty David Toscana

Message par kenavo le Jeu 12 Jan - 5:55

David Toscana  Aa93

David Toscana est né à Monterrey au Mexique en 1961. Après des études au Lycée américain de Monterrey, il fait des études d’ingénieur.

Il commence à écrire à 29 ans.

Marqué par l’influence des classiques espagnols et par des écrivains latino-américains comme Onetti et Donoso, il a publié cinq romans et un recueil de nouvelles.

Son œuvre est largement traduite en anglais, mais aussi en allemand, arabe, grec, portugais, italien et suédois.

El último lector (2005) a été couronné par le prix Colima, le prix Fuentes Mares et le prix Antonin Artaud France-Mexique.


Source : Editeur


Bibliographie
1995 Un Train pour Tula
2005 El último lector
2006 L'Armée illuminée


Dernière édition par Kenavo le Lun 23 Jan - 7:33, édité 1 fois

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
kenavo
kenavo

Messages : 12372
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

David Toscana  Empty Re: David Toscana

Message par kenavo le Jeu 12 Jan - 5:56

David Toscana  Aa94
El último lector
Présentation de l'éditeur
Au nord du Mexique, la sécheresse frappe le village d'Icamole. C'est là que Lucio, devenu bibliothécaire par la grâce d'un projet gouvernemental, nage dans un océan de fiction. Il lit chaque titre avec fureur ou délectation, laissant à tout moment les récits empiéter sur la réalité. Quand son fils lui révèle qu'il a découvert le cadavre d'une fillette dans son puits, c'est dans la littérature qu'il cherche une explication. N'est-elle pas l'héroïne de la Fille du télégraphiste ? ou la Babette d'un célèbre roman ? L'enquête policière tourne autour des révélations du bibliothécaire et éveille la curiosité de la mère de l'enfant, grande lectrice elle aussi... Un roman jubilatoire, où toutes les interrogations sur les enjeux de la fiction nous ramènent à la grande tradition du réalisme magique sud-américain des Garcia Marquez ou Juan Rulfo.
C’est drôle que la maison d’édition dit qu’on retrouve ici un roman dans la ligne du réalisme magique – et sur un site allemand j’ai pu lire une interview de l’auteur (il a écrit le roman El último Lector à Berlin, où il était invité pour un échange culturel) dans lequel il se dit libre de ce réalisme magique – son écriture est à son avis du réalisme inconsistant.
Ses personnages réagissent sans logique ni raison ; leur réalité se joue seulement dans leur imagination, bien qu’il y a un échange complexe entre vie et fiction.

Moi je dois dire que cela m’est égal comment il appelle son réalisme – mais j’avais l’impression de me retrouver dans un roman de Carlos Fuentes, où plus récemment, Juan Rulfo – ces univers qu’on ne rencontre que chez les auteurs de l’Amérique Latine.

Dans ce livre l’échange entre le personnage principal et la réalité se fait à partir de livres – ce qui m’a attiré vers ce livre.
C’est étrange quand on réalise que cet homme se construit en effet toute sa vie avec des histoires qu’il tire des romans qui se trouvent dans cette bibliothèque qui n’a plus de lecteurs mais où il persiste à attendre… à lire…

Et David Toscana demande bien plus à son lecteur que de seulement lire des livres avec ce Lucio… il y a le cadavre de cette petite fille, le fils de Lucio qui le cache, un autre qui est –probablement- le meurtrier, la mère qui vient au village et fait la connaissance de Lucio et qui lit avec lui ensemble dans les livres sur le destin de sa fille….

C’est tout à fait le monde hallucinant auquel on doit s’attendre avec un auteur mexicain.

En tout cas j’ai eu un bon moment de lecture qui demande l’envie de se laisser emporter dans un monde un peu plus ‘fantastique’ que celle d’un roman ‘normal’.

Moi qui n’aime pas trop m’éloigner d’une réalité que je peux encore ‘reconnaître’, j’ai vraiment adoré ce livre !


..il y a toujours plus de livres que de vie
David Toscana

J’adore la couverture du livre de la version originale
David Toscana  Aa95

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
kenavo
kenavo

Messages : 12372
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

David Toscana  Empty Re: David Toscana

Message par kenavo le Jeu 12 Jan - 5:56

David Toscana  Aaa110
Un train pour Tula
Présentation de l'éditeur
Enfant maudit, Juan Capistran se voue dès l'adolescence à la conquête d'une fillette qui le dédaigne. Devenue femme, la belle Carmen l'ignore plus que jamais... En toile de fond des récits du vieux conteur et des interprétations romanesques de Froylân, son biographe : la ville frontalière de Tula, fabuleux théâtre de personnages, comme Fernanda, la mère morte en couches de Juan, le père Nicanor, le général Pisco et le maestro Fuentes, entre autres témoins de l'orgueil légendaire des Tultèques, tous un peu aventuriers ou trafiquants en illusions. Tula, qui n'est pas sans rappeler le Macondo de Cent ans de solitude, est l'occasion de tableaux de genre hilarants. Au service du mythe de la passion impossible, le réalisme baroque de Toscana nous entraine dans un labyrinthe de fausses pistes et d'authentiques chausse-trapes.
Ah, quelle bonne lecture, quelle bonne idée d'avoir continué avec cet auteur!

En allemand il y a le verbe fabulieren dont je n'ai pas trouvé de pendant français: raconter/écrire avec fantaisie. Toscana est pour moi à l'instant le maître de ce don!

Rien de surnaturel ou abstrait dans ce livre, des personnages hauts en couleurs, c'est certain, mais on reste bien à terre.

En plus il développe une dynamique en racontant, on 'vole' pratiquement à travers ces pages et c'est avec regret qu'on délaisse à la fin Juan et son 'biographe'.

Par moment cela m'a rappelé Château de la colère d'Alessandro Baricco qui sonne moins "important" que la référence de Cent ans de solitude, mentionné sur la 4e de couverture, mais qui reflète en effet plus la réalité de ce livre.

Très bon moment de lecture

David Toscana  Aa96

Tula

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
kenavo
kenavo

Messages : 12372
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

David Toscana  Empty Re: David Toscana

Message par kenavo le Jeu 12 Jan - 5:57

David Toscana  Livre_12
L'armée illuminée
Présentation de l'éditeur
Matus, professeur au bord de la retraite, a deux passions dans la vie - la gloire du Mexique et le marathon -, et une bonne nature pugnace. Il ne peut se rendre aux Jeux olympiques ? Qu'à cela ne tienne, il courra son marathon en solitaire, chez lui, à Monterrey, en même temps que les athlètes à l'autre bout du monde. On le démet de son poste d'enseignant pour avoir réinventé l'histoire des rapports du Mexique et des Etats-Unis auprès de ses élèves ? Très bien, il aura tout le loisir de conduire la lutte pour la reconquête du Texas ! Et c'est ainsi que Matus, général autoproclamé, part à la reconquête de Fort-Alamo avec une armée folklorique faite d'une poignée d'enfants un peu simplets : le gros Comodoro qui se rêve en chef, le petit Cerillo dans son petit costume blanc, El Milagro, miraculeusement rescapé d'un accident de la route dans lequel il a perdu toute sa famille, Ubaldo l'artiste du groupe et Azucena, qui à elle seule joue tous les rôles féminins - dulcinée de Comodoro, mère de Cerillo, infirmière de l'armée. Et voilà que commence l'épopée pleine d'ardeur des " Illuminés " - une quête magistrale et dérisoire, mêlant indissociablement le réel et l'imaginaire, dans la veine prodigieuse d'El último lector.
Je pense qu'il n'y a pas d'autre auteur qui peut m'emporter pour suivre une telle lecture! Je ne sais pas pourquoi la magie de David Toscana m'enthousiasme à tel point. Je sais seulement: il le fait.
J'ouvre un de ses livres et je me retrouve dans un monde déjanté, imaginaire, confrontée avec des idées qui ne m'attirent pas chez d'autres... ici je me sens bien, je découvre avec joie et je ressors toute à fait heureuse de l'expérience.

Avec ce troisième livre que je lis de lui, il m'emporte en guerre. Sujet qui peut dissuader plus d'un lecteur, mais quelle imagination, quel feu d'artifice qu'il sort pour que le lecteur s'aventure volontiers avec lui pour regagner le Texas.

Je ne sais pas où il trouve les idées pour ses livres, mais je me joins à Frédéric Vitoux qui a dit concernant son roman El ultimo lector: De page en page, on voit double, on voit triple, on voit magique. Certains ont l'alcool gai, Toscana a l'imagination heureuse

David Toscana  Aa97

La chapelle de l'Alamo

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
kenavo
kenavo

Messages : 12372
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

David Toscana  Empty Re: David Toscana

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum