Sergio Ferrero

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Sergio Ferrero

Message par kenavo le Sam 14 Jan - 5:11



Sergio Ferrero est un écrivain italien né à Turin le 21 décembre 1926 et mort à Lezzeno le 12 août 2008

Figure importante de la scène italienne, réputé pour l’élégance envoûtante et la pénétrante beauté de sa prose, il a partagé son temps entre l’Italie et la France.

Cet écrivain, secret, mais reconnu comme un digne héritier de Mario Soldati, dont il avait la subtilité anglo-saxonne, assez jamesienne, était décalé par rapport à son temps, et c'est probablement ce qui lui a donné une grande liberté d'inspiration et de style.
Nourri de littérature anglaise classique, il possédait également une grande culture française : parlant à la perfection ces deux langues qu'il traduisait, il a longtemps vécu à Paris, tout en demeurant attaché à son pays natal.


Source : Babelio



Bibliographie
1989 Hors saison
1998 Le Jeu sur le pont
2000 Dans l'ombre
2002 Les Yeux du père
2004 Le rendez-vous
2004 Paysages dérobés
2005 À la grille noire


Dernière édition par Kenavo le Lun 23 Jan - 7:58, édité 1 fois

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 6408
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sergio Ferrero

Message par kenavo le Sam 14 Jan - 5:12


Hors saison
Résumé:
Hors saison, dans un village sans nom, situé au bout d'une mer, et auquel l'on n'accède que par barque, arrive un jeune homme, sans passé ni rang social, semblable à ces errants des fables médiévales soumis à quelque épreuve initiatique.

Le titre et cette belle image en couverture m’ont donné envie d’aller à la découverte de cet auteur.
Et la rencontre était parfaite !

Ce jeune homme, au nom de Mario Torga, arrive plusieurs années après la IIe Guerre Mondiale dans ce petit bourg où tous et chacun semblent avoir un secret. Et même si on lui a dit que l’attitude envers des étrangers y serait mal, même hostile, il est accueilli assez bien et trouve une chambre à louer pour rester quelque temps au village. Il se dit historien, intéressé par le Moyen-Âge, en train d’écrire un livre. Mais il ne va pas trop à la recherche des histoires des temps anciens, mais cherche à faire parler quelques-uns des villageois pour lui souffler leurs secrets.

Atmosphère qui grésille au cours de la lecture, je n’arrivais plus à mettre de côté le livre, tellement il m’a happé. Et le plus jovial les villageois deviennent, le plus on a l’impression que la situation va tourner mal pour Mario. Une tension qui se trouve surtout dans les non-dits, une écriture de toute beauté qui ne délaisse pas son lecteur pour l’amener vers une fin peu prévisible et qui se termine en mystère et libre d’interprétation.

Très bon moment de lecture. Je vais continuer avec cet auteur !



Carlo Carrà, Après le coucher du soleil

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 6408
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sergio Ferrero

Message par silou le Dim 15 Jan - 13:09

Dans l'ombre
Rivages Poche, 2003,  272 pages 
( Nell'ombra, Mondadori 1989 )


Dans une ville de province, en Italie, au début du 20è siècle, la famille Dossi possède le palais de San Martino et son domaine.

« En ville, il n’y avait pas le palais Dossi. Il y avait, splendide, le palais San Martino dont les Dossi étaient propriétaires depuis deux générations, mais il ne serait venu à l’esprit de personne de le désigner par leur nom.
On disait au besoin les Dossi du palais San Martino pour les distinguer de nombreux Dossi de la ville (…). On avait même insinué qu’ils pourraient en faire un titre de noblesse, Dossi di San Martino, en pure perte, car il était notoire qu’ils ne cultivaient aucune aspiration de ce genre. »


Un jour, l’un de enfants épouse une anglaise Jane.
Cette excentricité isole le nouveau couple et leur fils Pietro, d’autant que ce dernier installe à la maison son meilleur ami Francesco, le fils du fermier, puis la femme de Francesco et quelques années après leur fille Chiara , personnage principal du roman.

Déjà, dans cette première partie du livre , les zones d’ombre les non-dit sont nombreux, toute l’atmosphère empreinte de mystère où Ferrero excelle nous saisit.

Les années passent Chiara grandit dans l’isolement, c’est une enfant un peu étrange. Autour d’elle vont se nouer passions et drames, familiaux bien sûr. Mais quand les fenêtres s’entrouvrent dans ces années de montée du fascisme, l’Histoire s’infiltre, subtilement, d’abord. 


Dans l’ombre est un roman moins resserré que les autres textes de Ferrero qui se déroulent aussi souvent en deux temps mais dont la deuxième partie est plus courte.
Si le temps est une composante essentielle des romans de Ferrero, il me semble que l’approche est ici un peu différente, le fait de d’introduire plusieurs génération et de voir grandir Clara inscrit aussi le texte dans la durée.

Il y a un autre enfant dans le roman, c’est Ugo, le fils d’une domestique. Cet enfant, c’est aussi l’enfant du Jeu sur le pont écrit 18 ans plus tôt, un enfant qui est là comme un guide, comme un passeur dans le dédale des rues, dans les secrets du jardin. Un enfant par qui tout serait possible si Ferrero voulait croire à la possibilité d’un destinée heureuse.


Je ne me lasse pas de lire Sergio Ferrero, son écriture est toute à la fois légère et pénétrante, avec un sens de l’observation, des jeux incroyables d’ombres et de lumières  et subtilement la tension monte, on retient son souffle peu à peu, de plus en plus.

Présentation d'Olivier Barrot ici : LIEN
avatar
silou

Messages : 96
Date d'inscription : 22/12/2016
Localisation : centre

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sergio Ferrero

Message par kenavo le Dim 15 Jan - 13:30

silou a écrit:Je ne me lasse pas de lire Sergio Ferrero, son écriture est toute à la fois légère et pénétrante, avec un sens de l’observation, des jeux incroyables d’ombres et de lumières  et subtilement la tension monte, on retient son souffle peu à peu, de plus en plus.
merci pour ton commentaire... j'avais lu encore Le jeu sur le pont et Dans l'ombre se trouve sur ma PAL... faudra que je reviens vers cet auteur Wink

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 6408
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sergio Ferrero

Message par Epi le Dim 15 Jan - 14:39

Et moi, je pourrais bien y venir, c'est tentant.

_________________
Let It Be
avatar
Epi

Messages : 1381
Date d'inscription : 29/11/2016
Age : 57

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sergio Ferrero

Message par Arabella le Dim 15 Jan - 15:10

J'en ai réservé deux du coup. C'est terrible Internet.

Mais c'est surtout vous qui êtes des viles tentatrices. eyebrow

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2123
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sergio Ferrero

Message par silou le Dim 15 Jan - 18:56

Le jeu sur le pont

Rivages poche, 2002, 192 pages

(Il gioco sul ponte , Mondadori,  1990)


Quand on lit un roman de Sergio Ferrero on entre dans le règne du mystère, des choses tues.

Raffaele, un jeune homme dont on ne saura que peu de choses, revient dans la petite ville de son enfance pour réaliser l'inventaire de la bibliothèque d'une lointaine parente devenue veuve.

Dans cette ville les ruelles sont étroites, souvent désertes, toutes semblables, on s'y perd.
Avec la chaleur, les palais ont leurs volets clos mais personne ne dort, derrière les jalousies les regards sont là, ils épient, que voient-ils ? on ne sait pas.

Les fontaines, les escaliers, les jardins, sont décrits avec précision, comme si tout était clair, lumineux et pourtant, chaque pierre, chaque fleur, chaque visage recèle des secrets qui ne seront jamais dévoilés et que l'auteur ne connait probablement pas, tout comme il ignore les événements qui nous sont tus.

Rafaelle est l'étranger qui arrive, chacun semble vouloir lui faire jouer un jeu dans cet univers où pères et maris sont absents.
Il devient le lien entre des mondes qui se tournent le dos.

C'est un jeu bien implacable auquel il est soumis, mais Rafaelle n'est pas différent des autres, ce ne sont que d'autres non dits, d'autres mensonges.

Sergio Ferrero nous montre un monde bien cruel, des hommes seuls, sans force de caractère, dont le désir profond semble être la dissimulation.

C'est un roman fascinant et émouvant à la fois, l'écriture est d'une grande finesse.
avatar
silou

Messages : 96
Date d'inscription : 22/12/2016
Localisation : centre

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sergio Ferrero

Message par Arabella le Sam 11 Fév - 20:47

Hors saison

Un homme, Mario Torga, qui se dit historien et écrivain, spécialiste du Moyen Age, vient dans un village très isolé, en dehors de la période touristique. Il trouve à se loger, son logeur, compagnon de la patronne de l'unique café-gargote de l'endroit, le prend en quelque sorte sous son aile. Les buts de Mario ne sont pas clairs, il se ballade, interroge beaucoup les villageois avec qui il arrive à établir un contact. Les villageois sont méfiants, ils ont peut être des choses à cacher, liés aux événements de la deuxième guerre mondiale, et puis ils n'ont pas envie de voir venir encore des journalistes, qui ont donné une mauvaise réputation au village.

Sergio Ferrero a une belle écriture, il arrive à installer un climat trouble, entre curiosité, et une montée progressive de la peur. On se dit que cela va mal se terminer pour Mario. On a envie de savoir comment cela va se conclure, et apprendre un peu plus sur les sombres secrets du lieu. La fin, astucieuse et inévitable sans doute, est forcément un peu frustrante. Mais il ne faut pas en dire plus, pour ceux qui voudront lire ce livre, prenant et plein d'un charme, même s'il est vénéneux.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2123
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sergio Ferrero

Message par Aeriale le Dim 12 Fév - 9:21

Oh ça a l'air terrible, d'après vos avis!

La tension, le mystère, un climat trouble...Noté aussi

(Comment va t'on s'en sortir si vous vo us y mettez tous? )
avatar
Aeriale

Messages : 2327
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sergio Ferrero

Message par Arabella le Dim 12 Fév - 11:21

Pour t'aider, celui-ci me semble pile-poil pour toi, @Aeriale.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2123
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sergio Ferrero

Message par Chrisdusud le Dim 12 Fév - 12:21

Encore un auteur qui devrait me plaire.. Il faut faire une trève!
avatar
Chrisdusud

Messages : 427
Date d'inscription : 04/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sergio Ferrero

Message par Arabella le Dim 12 Fév - 12:32

Il ne fait que 135 petites pages....

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2123
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sergio Ferrero

Message par Aeriale le Dim 12 Fév - 15:32

Arabella a écrit:Pour t'aider, celui-ci me semble pile-poil pour toi, @Aeriale.
Je sais que je peux toujours compter sur toi, merci @Arabella ptdr
Chrisdusud a écrit:Encore un auteur qui devrait me plaire.. Il faut faire une trève!
Ha ha, bien dit!
Arabella a écrit:Il ne fait que 135 petites pages....
C'est l'argument choc qui emporte la mise...
avatar
Aeriale

Messages : 2327
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sergio Ferrero

Message par Arabella le Dim 12 Fév - 16:14

Aeriale a écrit:
Arabella a écrit:Pour t'aider, celui-ci me semble pile-poil pour toi, @Aeriale.
Je sais que je peux toujours compter sur toi, merci @Arabella ptdr

angelnot

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2123
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sergio Ferrero

Message par darkanny le Dim 12 Fév - 20:22

J'ai commencé "Le jeu sur le pont".
avatar
darkanny

Messages : 734
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sergio Ferrero

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum