Norbert Gstrein

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Norbert Gstrein

Message par Arabella le Dim 15 Jan - 13:43

Norbert Gstrein (1961 -    )





Norbert Gstrein (né le 3 juin 1961 à Mils bei Imst au Tyrol) est un écrivain autrichien.

Gstrein a éudié les mathématiques à Innsbruck et a suivi ensuite des séminaires de philosophie du langage à Stanford (Californie) et à Erlangen. Sa thèse passée en 1988 était titrée Logique des questions. Ses premiers succès ont été les romans Einer et Die englischen Jahre, dans lequel il décrit la quête d'identité de l'écrivain juif Gabriel Hirschfelder qui n'était pas rentré de son exil anglais après la Seconde Guerre mondiale. Sous la forme d'un dialogue intérieur et de souvenirs Gstrein développe la problématique existentielle de ses protagonistes.

Source : Wikipédia

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2072
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Norbert Gstrein

Message par Arabella le Dim 15 Jan - 13:46

Les Années d'Angleterre

La narratrice du roman, en cours d'un voyage en Angleterre s'en vient à traquer le passé d'un juif autrichien, Hirschfelder, qui a émigré juste avant le début de la deuxième guerre mondiale. Il a publié un livre, et l'ex-mari de cette femme, Max, lui a voué un véritable culte. Elle va rencontrer les femmes qui ont compté dans la vie de l'écrivain, aller dans l'île de Man, où des ressortissants de pays « ennemis » ont été internés après le déclenchement de la guerre. Elle construit un récit sur le personnage, tente de percer son mystère. Ce qui l'entraîne inévitablement vers Max, et éclaire aussi sa propre façon de construire sa vie et son identité.

J'ai été de suite émerveillée par l'écriture de Norbert Gstrein, très sensuelle, et d'un rythme particulier. Par sa façon d'instiller le doute, de décrire tout en échappant à la description. Les thématiques de l'identité, de l'exil, d'impossible appartenance, sont creusées, mais d'une façon qui laisse au lecteur une grande marge pour arriver à ses propres conclusions. On oscille entre le très concret, le précis, et le mouvant et ce qui échappe toujours à la compréhension, à la classification. La narratrice construit son récit, d'une certaine façon dans une fantasmagorie, à partir de stéréotypes, qui sont devenus constitutifs de la représentation de cette période. Mais en même temps, elle fait un cheminement personnel, à partir de son histoire et de ses spécificités. Qu'est ce qui est vrai ou pas dans le récit, c'est au lecteur d'y répondre, à sa façon, à partir de ce qu'il est.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2072
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Norbert Gstrein

Message par kenavo le Dim 15 Jan - 13:58

quels beaux fils tu nous ouvres aujourd'hui Very Happy


/
Einer / Un d’ici
Présentation de l’éditeur
Deux policiers viennent arrêter Jakob, dans l'auberge tenue par sa famille dans un village de montagne, en Autriche. C'est sa famille qui, pendant les deux heures qu'ils restent, répond aux questions qu'ils posent et qu'elle se pose sur Jakob : «nous» parle de «lui», lui qui était l'un de nous, un enfant du village qui s'est peu à peu marginalisé et exclu du village.
Mais la lente déchéance du jeune homme correspond à l'aliénation du village lui-même, qui s'asservit avec rancœur aux clients allemands venus y pratiquer les «sports d'hiver» à bas prix. Jakob a vécu tout cela avec un dégoût lucide qui transparaît dans les récits familiaux, et qui l'a progressivement isolé jusqu'à en faire une sorte de victime expiatoire.
Le récit de cette double pathologie, individuelle et collective, est à la fois le roman d'une vie et la chronique d'une commune, et il est doublement exemplaire.
Dans une langue d'une vigueur et d'une rigueur étonnantes, ce récit a d'emblée situé son jeune auteur au premier rang des successeurs de Thomas Bernhard.
Ce récit prend un peu plus que 100 pages et c’est d’une force extraordinaire.

Un « chœur » anonyme, un « nous » raconte l’histoire de Jacob.
De temps en temps un narrateur qui semble savoir tout, prend la parole.
Mais jamais Jacob, le ‘héros’ du livre.

Tout comme on peut le lire dans le résumé, ce roman ne se centre pas seulement sur le personnage de Jacob et de son crime, il est suppléant pour le village autour.

On retrouve un peu l’atmosphère de la ‘pampa autrichienne’ comme dans les livres de Josef Winkler moins les sentiments aigris de celui-ci.

J'ai beaucoup aimé, un livre qui dégage une voix qu'on va retenir!

L’atmosphère dans Un d’ici peut certainement se situer dans le paysage natal de Norbert Gstrein.


_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 5892
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Norbert Gstrein

Message par Arabella le Dim 15 Jan - 14:04

Merci Kenavo. Il fut vraiment que le lise plus de lui, parce que c'est un écrivain fabuleux.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2072
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Norbert Gstrein

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum