Hella S. Haasse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Hella S. Haasse

Message par Arabella le Dim 15 Jan - 13:52

Hella S. Haasse (1918 - 2011)





(J'ai pris le texte de Wikipedia que j'ai un peu condensé)


Hélène Serafia (Hella S.) Haasse est née le 2 février 1918 à Batavia, (anciennes Indes néerlandaises), et décédée le 29 septembre 2011 à Amsterdam. Sa mère est la pianiste Katherina Diehm-Winzenhöhler et son père Willem Hendrik Haasse, inspecteur des finances au Gouvernement. Hella Haasse a grandi aux Indes néerlandaises, sauf de 1924 à 1928, années où sa mère suivait une cure au Sanatorium néerlandais à Davos, Suisse. Passionnée de lecture et de théâtre, elle écrit à 11 ans son premier roman historique. Pendant ses années de lycée, elle découvre la poésie. En 1938 elle part aux Pays-Bas pour des études de littérature et d'art dramatique à Amsterdam. Elle termine l'école de théâtre en 1943, mais déjà en 1944, année où elle se marie avec Jan van Lelyveld, rédacteur de Propria Cures, elle abandonne cette voie pour se vouer à plein temps à l'écriture, d'abord de la poésie, des petites pièces de théâtre et des textes de cabaret, mais très vite elle se tourne vers la prose.

Sa nouvelle Oeroeg (1948, titre français : Le Lac noir), écrite pour un concours, lui vaut le premier prix et une renommée nationale. Cette nouvelle se situe en Indonésie.Ce livre a été adapté à l'écran en 1993 par Hans Hylkema. Sa jeunesse dans les Indes est une riche source d'inspiration aussi pour d'autres livres comme  Les Seigneurs du thé.
Au cours de sa longue carrière, Hella Haasse a reçu toute une série de prix littéraires néerlandais. Elle a occupé des postes universitaires prestigieux.
De 1981 à 1990, Hella et son mari habitent en France, à Saint-Witz au nord de Paris. Elle écrit alors plusieurs romans et récits qui se situent en France, mais c'est surtout la période des grands romans-documentaires historiques. Elle est déjà de retour à Amsterdam quand le ministère de la Culture de France lui remet les décorations d'abord d'officier, puis de commandeur dans l’Ordre des Arts et des Lettres, et ensuite celle d'officier de la Légion d'honneur.

La traduction anglaise de Het woud der verwachting (En la forêt de longue attente) en 1989 a apporté a Hella Haasse d'un coup une renommée internationale. Depuis, elle est traduite dans nombre de langues et elle est lue à travers le monde.


Bibliogrpahie


1988 Un goût d'amandes amères
1991 Le Lac noir
1991 En la forêt de longue attente
1991 Le Temps est un songe ou Henri-René Lenormand et les Pays-Bas, texte d'une conférence
1993 Un fil dans le noir,
1993 Les routes de l'imaginaire
1994 Le Maître de «la descente»,
1995 Une liaison dangereuse. Lettres de La Haye,
1995 En transit
1996 Les Seigneurs du thé
1997 La ville écarlate,
1998 La source cachée,
1998 Le Génie du lieu, suivi de La Gloriette
1999 Locataires et sous-locataires
2000 Les jardins de Bomarzo
2000 Des nouvelles de la maison bleue
2001 Un long week-end dans les Ardennes
2002 Viser les cygnes
2003 Les Initiés
2003 La Récalcitrante
2004 L'Anneau de la clé
2008 Aloe ferox, Pages
2011 La chasse aux étoiles

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2204
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hella S. Haasse

Message par Arabella le Dim 15 Jan - 13:54

Un goût d'amandes amères

417 après J.-C. à Rome. La religion chrétienne triomphe et les fidèles des Dieux païens, en même temps que d'une certaine idée de la romanité sont pourchassés.

Hadrianus, le préfet tout puissant s'est donné comme mission d'extirper ce qu'il considère comme une déviation néfaste, et il n'hésite pas dans les moyens pour démasquer et sanctionner ceux qui n'adhèrent pas à la nouvelle religion. Suite à des arrestations dans la maison d'un patricien et au procès qui suit, il rencontre pourtant un fantôme surgi de son passé en Egypte, un ancien esclave affranchi, devenu par la suite un poète célèbre, Claudius Claudianus, qu'il a protégé, à qui il s'est attaché, et qu'il a pourtant déjà condamné une fois et qu'il croyait mort. Cette rencontre l'oblige à reconsidérer un certain nombre de choix qu'il a fait dans sa vie, à revivre quelques événements marquants de celle-ci. Claudius Claudianus, dans sa prison, fait de même un bilan de son existence et écrit son testament.

Un beau roman, dans lequel l'auteur en opposant deux hommes, oppose deux conception de l'existence, deux façon d'aborder le monde. Hadrianus, obsédé par le succès matériel, soumis au pouvoir, n'ayant que peu de considération pour les personnes humaines et leur liberté de penser. Et Claudius, l'éternel révolté, ne croyant en aucun dieux, en aucune superstition, mais prêt à tout pour préserver son libre arbitre et le respect de lui-même. Tout cela dans la Rome finissante, avant le dernier assaut des Barbares, mais qui semble à ses habitants éternellement protégée et invincible. Hella S. Haasse aborde très finement les questions du sens de l'histoire, de l'évolution des sociétés, la mort des civilisation, sur la peur de l'autre, sur l'intégration, l'intolérance. Tous cela sans pesanteur, dans une jolie écriture fine et élégante.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2204
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hella S. Haasse

Message par Arabella le Dim 15 Jan - 13:55

En la forêt de longue attente

Dans ce long roman, Hella S. Haasse raconte la vie de Charles d'Orléans, le prince poète. Fils de Louis d'Orléans, frère de Charles VI, Charles est un des premiers seigneurs du royaume de France et sa vie est très bien connue. La lutte entre son père et le duc Jean de Bourgogne, l'assassinat de Louis, la captivité de Charles pendant 25 en Angleterre suite à la bataille D Azincourt, sont des événements de la grande histoire, sur fond des guerres de Cent ans et des Deux Roses. Les rois, les grands seigneurs, les grands artistes de l'époque sont les personnages principaux ou les figurants de la vie de Charles. Hella S. Haasse nous raconte cette histoire, fait revivre tous ces faits. Comme à son habitude, dans un joli style fluide, dans un récit qui s'attache aux personnages, à leurs ressentis, à leur façon d'affronter le monde et ses déceptions, ainsi que ses bonheurs. C'est passionnant de bout en bout.

Ce qui m'a un peu empêché d'apprécier ce roman autant que d'autres du même auteur, est peut être que cette histoire est tout de même très très connue. Les personnages, les événements, les retournements de situations sont très célèbres. Pas de véritable suspens ni de l'inattendu, juste une histoire parfaitement prévisible qui se déroule de façon agréable, mais sans surprise. Et il m'a manqué quelque chose par rapport à la poésie de Charles, poésie que je connais et apprécie depuis plus de 30 ans. Certes pas la plus originale, mais pleine de grâce, de douce mélancolie, d'une élégance tellement surannée qu'elle en est en dehors du temps et des modes, intemporelle. Et je n'ai pas trouvé dans le livre de Hella S. Haasse, quelque chose qui tenterait d'éclairer, d'approfondir le mystère de ces vers gracieux et en même temps obsédants. Mystère sans doute insoluble, mais que pour lequel j'aurais voulu avoir une lecture, parmi tant d'autres possibles.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2204
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hella S. Haasse

Message par Arabella le Dim 15 Jan - 13:56

Le Lac noir

Nous sommes en Indonésie, avant la deuxième guerre mondiale. le narrateur, fils d'un planteur de thé, est élevé avec le fils de l'intendant, indonésien. C'est la seule personne dont il se sent proche, une mère qui s'étiole et s'ennuie, et qui finira par disparaître, un père autoritaire et peu chaleureux, de toute façon occupé par son travail, tout cela fait que notre héros ne se sent d'affinités qu'avec son ami et a famille plutôt qu'avec ses parents. L'endroit, avec la nature luxuriante, ressemble à un paradis terrestre. Mais la vie suit son cours, et les deux garçons commencent à s'éloigner l'un de l'autre, déjà en suivant des scolarisations différentes. Et le contexte politique et historique fera le reste....

Un très beau livre, d'une grand douceur, mais en même temps qui laisse entrapercevoir énormément de choses. Un beau portrait d'enfance, puis le passage à l'adolescence et à l'âge adulte, des relations complexes entre les êtres, une merveilleuse description de la nature...Un livre très riche malgré le nombre de pages réduit. Un vrai plaisir de lecture, comme souvent avec l'auteur.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2204
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hella S. Haasse

Message par Moune le Dim 15 Jan - 14:14

@Arabella a écrit:En la forêt de longue attente

Dans ce long roman, Hella S. Haasse raconte la vie de Charles d'Orléans, le prince poète. Fils de Louis d'Orléans, frère de Charles VI, Charles est un des premiers seigneurs du royaume de France et sa vie est très bien connue. La lutte entre son père et le duc Jean de Bourgogne, l'assassinat de Louis, la captivité de Charles pendant 25 en Angleterre suite à la bataille D Azincourt, sont des événements de la grande histoire, sur fond des guerres de Cent ans et des Deux Roses. Les rois, les grands seigneurs, les grands artistes de l'époque sont les personnages principaux ou les figurants de la vie de Charles. Hella S. Haasse nous raconte cette histoire, fait revivre tous ces faits. Comme à son habitude, dans un joli style fluide, dans un récit qui s'attache aux personnages, à leurs ressentis, à leur façon d'affronter le monde et ses déceptions, ainsi que ses bonheurs. C'est passionnant de bout en bout.

Ce qui m'a un peu empêché d'apprécier ce roman autant que d'autres du même auteur, est peut être que cette histoire est tout de même très très connue. Les personnages, les événements, les retournements de situations sont très célèbres. Pas de véritable suspens ni de l'inattendu, juste une histoire parfaitement prévisible qui se déroule de façon agréable, mais sans surprise. Et il m'a manqué quelque chose par rapport à la poésie de Charles, poésie que je connais et apprécie depuis plus de 30 ans. Certes pas la plus originale, mais pleine de grâce, de douce mélancolie, d'une élégance tellement surannée qu'elle en est en dehors du temps et des modes, intemporelle. Et je n'ai pas trouvé dans le livre de Hella S. Haasse, quelque chose qui tenterait d'éclairer, d'approfondir le mystère de ces vers gracieux et en même temps obsédants. Mystère sans doute insoluble, mais que pour lequel j'aurais voulu avoir une lecture, parmi tant d'autres possibles.
J'ai lu ce livre il y a longtemps mais je me souviens de ne l'avoir pas du tout apprécié !
avatar
Moune

Messages : 613
Date d'inscription : 16/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hella S. Haasse

Message par Arabella le Dim 15 Jan - 14:19

Il m'avait pas mal déçu ce livre, alors que j'ai bien plus apprécié d'autres d'elle, dont Les seigneurs du thé.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2204
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hella S. Haasse

Message par Moune le Dim 15 Jan - 14:28

Ayant commencé par celui-là (qui m'a plutôt énervée…), je n'ai eu aucune envie de continuer avec l'auteur. Charles d'Orléans méritait tellement mieux !
avatar
Moune

Messages : 613
Date d'inscription : 16/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hella S. Haasse

Message par Arabella le Dim 15 Jan - 14:54

C'est sûr. J'ai eu la chance de la découvrir avec d'autres livres, alors cette déception ne m'a pas arrêtée.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2204
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hella S. Haasse

Message par kenavo le Ven 7 Avr - 13:13

En parlant de Jardins, faut aussi mentionner ce lieu extraordinaire qu’est Bomarzo


Les jardins de Bomarzo
Présentation de l'éditeur
Très tôt, Hella, S.Haasse a été fascinée par ce que Victor Hugo appelait " ce tas de cendres éteint qu'on nomme le passé ". Le besoin d'expérimenter avec les éléments du temps et de l'histoire n'a fait que croître au cours des ans. Les Jardins de Bomarzo, où l'auteur combine les recherches historiques, l'imagination et l'autobiographie, constituent une nouvelle étape dans son approche du passé. Selon elle, il peut exister sur un même sujet une infinité d'interprétations, toutes possibles ou plausibles, et il suffit parfois d'un détail, apparemment insignifiant pour qu'une situation historique donnée prenne un tout autre aspect. Ainsi ce livre sur les origines d'un parc maniériste de la Renaissance, situé au cœur de l'Italie et peuplé de sculptures déconcertantes, voire terrifiantes, témoigne des doutes grandissants de l'auteur sur la possibilité de jamais rendre ou recréer la vérité historique. Les Jardins de Bomarzo, tissé d'hypothèses sur des drames d'ambition et d'amour dans quelques grandes familles déjà rencontrées dans La Ville écarlate, telles que les Orsini, les Farnèse, les Borgia, et sur l'image du labyrinthe, symbole chargé d'un sens à la fois religieux et politique, serait-il un roman déguisé en essai ?
Il est presque impossible de parler de ce livre sans le citer en entier ou en faire un commentaire de la taille d’à peu près le nombre de pages du livre, tellement les recherches à partir de ce texte incitent à trouver des pistes et images!

En tout cas j’ai eu autant de plaisir pendant la lecture que lors de mes trouvailles pour ce lieu insolite.

on peut voir quelques statues sur ce site

La page Wikipédia
on parle des Jardins de Bomarzo ou encore Du parc des monstres, tandis que la page wikipedia allemande garde aussi son autre nom : Sacro Bosco = Le bois sacré, j’adore

Dès le début Hella Haasse parle d’un peintre qui a fait 5 images (je n'en ai retrouvé que 4 en ligne) de ses visites dans les jardins: Albert Carel Willink

_ _ _

Jardins de Bomarzo, 1970


_

Dragon




Mathilde parmi les monstres, 1966



Parmi les allégories de Pausanias, très en vogue pendant la Renaissance, se trouve la représentation d’une femme sur une tortue, mais grandeur nature, pour illustrer le dicton selon lequel il sied mieux à une femme d’avoir une bonne réputation que d’être célèbre pour sa beauté. Cette femme doit porter un trousseau de clés dans une main et tenir l’index de l’autre main sur ses lèvres. Dans ce contexte, la tortue incarne « une vie chaste et retirée » : une femme était censée être inséparable de sa maison, tout comme la tortue.
Il n’est pas possible de voir dans le geste de la statue endommagée de Bomarzo dans quel but elle lève le bras : est-ce pour emboucher la trompette ou pour exhorter les femmes à observer un pudique silence. Il est très peu probable que cette sculpture soit purement aribtraire.



Et pour continuer cette lecture ‘en images’


Jessie Sheeler, Le Jardin de Bomarzo

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 6992
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hella S. Haasse

Message par Arabella le Ven 7 Avr - 16:51

Tentant !

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2204
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hella S. Haasse

Message par kenavo le Sam 8 Avr - 5:52

@Arabella a écrit:Tentant !

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 6992
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hella S. Haasse

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum