Gerald Basil Edwards

Aller en bas

Gerald Basil Edwards

Message par Arabella le Sam 21 Jan - 18:50

Gerald Basil Edwards (1899-1976)





Source Wikipédia
Gerald Basil Edwards ou G.B. Edwards, né à Guernesey en 1899 et mort en Angleterre à Weymouth en 1976, est un auteur britannique à qui l'on doit un seul livre, son roman Sarnia, publié en 1981 en Angleterre cinq ans après sa mort sous le titre The Book of Ebenezer Le Page1.

Lié au milieu littéraire dans les années 1920, G.B. Edwards n'a cependant pas entrepris de vrais projets d'écriture à cette époque.

En 1933, il abandonne femme et enfants et mène une vie de reclus tout en étant professeur itinérant de théâtre. Il travaille ensuite pendant des décennies à ce qui deviendra The Book of Ebenezer Le Page / Sarnia dans l'édition en français.

À la fin de sa vie il s'installe chez une logeuse à Veymouth dans le sud de l'Angleterre et se lie avec un couple d'étudiants, Eward Charney et sa femme, qui assureront la publication de Sarnia après sa mort puisque G.B. Edwards n'a pas réussi à le faire publier de son vivant. Il meurt à 77 ans en 1976 et on ne connaît aucun autre texte de lui car il a fait brûler tous ses manuscrits par sa logeuse.


Dernière édition par Arabella le Sam 21 Jan - 18:56, édité 1 fois

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2858
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gerald Basil Edwards

Message par Arabella le Sam 21 Jan - 18:51

Sarnia

Ou mémoires d'Ebenezer le Page. Mémoires qui vont de 1880 à 1960, presque un siècle. Mémoires immobiles, puisqu'Ebenezer n'a pour ainsi dire jamais quitté son île, Guernesey, le seul voyage évoqué est celui d'une journée à Jersey….

Nous voyons évoluer tous ceux qui furent proches d'Ebenezer, ses parents, sa soeur, son frère, oncles, tantes, cousins ou amis ou voisins. Ebenezer a l'art d'observer, de saisir le petit détail qui caractérise chaque personne. Il ne rate rien, ne pardonne rien, il voit plus facilement le mal que le bien, les faiblesses plus que les qualités. Mais il est sensible à la lumière qui émane de certains êtres, capables de donner et de penser aux autres avant de le faire à eux-mêmes. Il a ainsi vécu de grandes amitiés, avec Jim et aussi avec son cousin Raymond. Mais de tels êtres sont rares, et Ebenezer préfère garder ses distances. Il se livre peu aux autres, se protège. Il préfère être un spectateur qu'un acteur de premier plan. Ce qui en fait un témoin privilégié de la grande comédie humaine, et aussi de tous les événements qui sont survenus durant ces 80 années, les deux guerres mondiales entre autres.

Mais n'être qu'un observateur, tenir les autres à distances, ne pas s'engager affectivement, et ne même pas être capable de dire son amour à quelques rares personnes pour qui on l'éprouve fait qu'Ebenezer se retrouve seul, et qu'à la fin de sa vie cette solitude lui pèse. D'une certaine façon il se pose la question de la justesse des choix qu'il a fait. Et c'est pour cela qu'il écrit ses mémoires, surtout les longs soirs d'hiver, où il n'y a pas grand-chose à faire, dans sa maison solitaire, dans un monde qu'il comprend de moins en moins, et dans lequel il se sent de plus en plus la survivance d'une époque révolue que tout le monde a oublié.


L'auteur a dressé un portrait hallucinant de justesse de son personnage principal et de tous ceux qu'il a approchés. Son personnage n'est ni blanc ni noir, il a ses défauts et ses qualités, et il est infiniment humain. G.B. Edwards dépasse les cadres du roman, il atteint une authenticité qui n'est plus complètement celle d'une fiction. C'est rare dans la littérature, un auteur qui insuffle à ce point vie à son personnage. Et même si la fin m'a paru un peu trop forcée, trop optimiste, ce qui pour un vieil sceptique comme Ebenezer est un comble, j'ai vraiment adoré ce livre, si touchant alors qu'à l'image de son héros il est si contenu dans la façon de raconter les évènements, y compris les plus poignants. Une merveilleuse lecture, par moments drôle, par moments triste, par moments grave et d'autres légère comme une belle journée. Comme une vie.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2858
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum