Ken Loach

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ken Loach

Message par Aeriale le Mar 24 Jan - 15:51



Bio tirée de chez Wikipedia


Kenneth « Ken » Loach, né le 17 juin 19361 à Nuneaton (Warwickshire), est un réalisateur britannique de cinéma et de télévision.

Il ouvre la voie, d'abord à la télévision, puis dans les salles, au renouveau des années 1980 et 1990 du cinéma britannique qui a notamment révélé Mike Leigh et Stephen Frears2.

Son style naturaliste s'axe sur une étude sans concession de la misère en Grande-Bretagne, des tares socio-familiales et du ravage des politiques publiques (Riff-Raff, Raining Stones, Ladybird, Carla's Song, Sweet Sixteen, Moi, Daniel Blake). Il explore également les heures sombres de l'histoire outre-Manche (Secret défense, Land and Freedom, Le Vent se lève, Route Irish). Son œuvre, très militante, laisse entrevoir son engagement à gauche dans les conflits sociaux et la lutte pour le droit des travailleurs ou des immigrés clandestins (Les Dockers de Liverpool, Bread and Roses, The Navigators, It's a Free World!...)2. Son radicalisme politique, ses sympathies marxistes et ses prises de position publiques ont souvent déclenché la polémique au Royaume-Uni2.

En 2006, il reçoit la Palme d'or du 59e Festival de Cannes pour Le Vent se lève. En 2016, il obtient de nouveau cette récompense pour Moi, Daniel Blake et devient le huitième cinéaste à être doublement palmé après Francis Ford Coppola, Shōhei Imamura, Emir Kusturica, Bille August, les frères Dardenne et Michael Haneke.

Sur 13 sélections, ses films cumulent sept prix cannois, ce qui en fait l'un des cinéastes les plus récompensés de l'histoire du festival avec, outre les deux palmes, trois Prix du jury (Secret défense, Raining Stones, La Part des anges), un Prix d'interprétation masculine (pour Peter Mullan dans My Name Is Joe) et un Prix du scénario (pour son scénariste attitré Paul Laverty grâce à Sweet Sixteen).
avatar
Aeriale

Messages : 2532
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ken Loach

Message par Aeriale le Mar 24 Jan - 15:58

-It's a free world-



 Encore une fois ici on retrouve un Ken loach en grande forme, qui s'attaque à démonter les dérives d'un système basé sur la mondialisation. Le ton est tout sauf concensuel et le fait que son héroïne, elle même victime d'un licenciement abusif sans moyen de se protéger va, pour s'en sortir, reprendre les mêmes donnes et rentrer dans cette logique exploité/exploitant donne une vision toute différente de celle à laquelle on s'attend.

Ken Loach se recycle, et c'est plus parce que son oeil de cinéaste" qui dénonce" s'adapte aux bouleversements de l'ordre économique mondial. Un ton davantage cynique donc que bien pensant. Les victimes changent de rôle et ont parfois du mal avec leurs consciences. Car le monde est libre comme le dit ironiquement le titre, mais chacun est une proie pour les autres. Et chacun veut sa place.

Un peu radical, comme à son habitude, mais un cinéma qui pointe du doigt et qui réveille! En plus mené tambour battant sous forme de thriller. Excellent!

avatar
Aeriale

Messages : 2532
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ken Loach

Message par Aeriale le Mar 24 Jan - 16:04


 Superbe! J'ai eu du mal à le regarder d'une traite tant ce film est rude, il m'a fallu éteindre le DVD à certains moments pour souffler (lorsque les anglais s'en prennent à la famille de la fiancée de Damien par exemple) D'autant que ces scènes ont dû exister réellement. Les exactions, les dérapages, la barbarie des interrogatoires d'un côté. Le sang versé, les rêves et les compromissions de l'autre. Ken Loach part d'un fait violent pour précipiter son héros dans la tourmente de la guerre civile. Damien témoin de l'exécution pure et simple d'un des leurs pour avoir refusé de prononcer son nom en anglais, abandonne sa carrière de médecin à Londres pour suivre son frère ainé, activiste de L'IRA qu'il admire profondément, et intègre les forces nationalistes. Leur vies vont être chamboulées. Autour d'eux se construit l'histoire, la petite et la grande, elle conduira le plus jeune à se radicaliser et devancer l'autre sur le plan des idéaux ("J'ai franchi un cap, je ne ressens plus rien": tout est dit)

Réflexion sur la responsabilité, sur l'engagement et les sacrifices qu'il impose, c'est un film âpre et intense par sa force et les idées qu'il véhiculent. Il y a tout ce qu'on aime retrouver chez Loach, y compris l'empathie que l'on ressent pour les deux frères. Chacun défend sa cause, qui a tort ou raison, il ne donne pas de réponses, mais montre juste les faits tels qu'ils sont et l'ironie macabre qui les sous-tend. N'attaquer l'ennemi qu'en embuscade, pouvoir tirer sur ses compatriotes, abattre un des siens si trahison, savoir d'avance qu'il y aura des représailles chez les civils. Et finir prisonnier de ses convictions. J'ai beaucoup pensé aux romans de Sorj Chalandon, j'avais les images devant moi et j'ai pu mesurer la complexité de ce conflit. Juste terrible.
avatar
Aeriale

Messages : 2532
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ken Loach

Message par Aeriale le Mar 24 Jan - 16:14

--La part des anges-



J'aime beaucoup le cinéma de Ken Loach, plutôt frontal, dur et sans concession, avec cette empathie immédiate que l'on ressent pour ses personnages. Cela ne m'empêche pas de l'aimer aussi quand il nous détend un peu. Pourquoi enfermer un cinéaste dans un genre, s'il maîtrise honnêtement le second? Pas mal lui ont reproché un manque de crédibilité, une morale trop simpliste ou trop optimiste. Mais ces aspects sont ceux que l'on pourrait reprocher à toute fable/ comédie d'une façon générale.

Pour ma part j'ai trouvé que le mélange social-divertissement était bien dosé, il ne pousse pas dans le premier mais son but est manifestement de nous faire rire (bien aimé aussi Looking for Eric) tout en gardant un oeil sur l'aspect humain de cette escapade rocambolesque au pays du malt. Ken Loach se fait plaisir, perd de son mordant pour quand même nous pointer du doigt les travers d'une société dans laquelle les riches se font avoir par les paumés qu'elle a elle même engendrés. Je trouve l'idée rafraîchissante, d'autant que tout cela est dit sans excés, l'air de rien, en ne se prenant pas la tête et par une équipe de joyeux drilles, tous épatants de naturel (Bon dieu, ces accents!!) La part des anges s'est envolée du côté de Loach, et ma foi ça lui réussit plutôt bien. Un film pas parfait mais qui m'a quand même bien divertie :-)



avatar
Aeriale

Messages : 2532
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ken Loach

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum