Jean Echenoz

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Jean Echenoz

Message par Chrisdusud le Mar 24 Jan - 16:28



Jean Echenoz est né à Orange (Vaucluse) en 1947. 
Prix Médicis 1983 pour Cherokee. Prix Goncourt 1999 pour Je m'en vais. 

Bibliographie (extrait)
* Le Méridien de Greenwich, roman, 1979. 
* Cherokee, roman . 
* L'Équipée malaise, roman, 1987. 
* L’Occupation des sols, 1988. 
* Lac, roman,1989. 
* Nous trois, roman, 1992. 
* Midi moins cinq (Metz, Librairie Geronimo, 1993, hors commerce). 
* Les Grandes blondes, roman,1995  
* Un an, roman 1997. 
* Je m’en vais, roman, 1999. 
* La Nuit dans les Adirondacks,  2000.
* Jérôme Lindon, 2001 
* Vingt femmes dans le jardin du Luxembourg et dans le sens des aiguilles d'une montre in Sophie Ristelhueber, Le Luxembourg (Paris-Musées, 2002).
* Samuel (traduction de Jean Echenoz avec Pierre Debergé, édition de Pierre Debergé) 2003.
* Au piano, roman, 2003. 
* Ravel, roman, 2006. 
* Courir, roman, 2008.
* Des éclairs, roman, 2010.
* 14, roman, 2012.
* Caprice de la reine, récits, 2014.
* Envoyée spéciale, roman, 2016.

Source Leseditionsdeminuit
avatar
Chrisdusud

Messages : 427
Date d'inscription : 04/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean Echenoz

Message par Aeriale le Mer 25 Jan - 9:47

Chris a ouvert le fil d'un de ses chouchous, et non le moindre cheers
Je me permets de continuer?

Un auteur discret qui n'aime pas parler de lui, empli d'humilité et de retenue.
Interviewé par un journaliste du Monde, celui-ci déclarait "l'homme n'est que courtoisie et gentillesse, précis mais sans emphase"

C'est comme cela que je le perçois, aussi dans son écriture. ll y a pas mal de choses que j'aime retrouver en littérature : l'humour, le dérisoire de la vie, la finesse de style, et le ton attachant caché derrière une forme d'humilité. Une façon de ne pas se révéler, une forme de pudeur, sans doute?

Pour Ravel, j'étais partagée. Séduite par la touche fine et précise de Echenoz, qui colle bien à la personnalité de Ravel , maniaque jusqu'à l'excés, précieux et solitaire, et à cette atmosphère glamour des années trente. Et en même temps refroidie par le manque de sentiments, de chaleur, de ce qui donne de la chair aux choses. Trop de détails aussi qui plombaient un peu le récit, bref pas tout à fait convaincue. Mais c'était ma première approche de l'auteur et j'étais  peut être passée à côté.

Pour le deuxième Nous trois, j'ai adoré!


Le lecteur impatient devra attendre la chute pour comprendre le titre. Mais avant il doit suivre son héros, Louis Meyer, ingénieur dans une firme aéro spatiale, lors d'une épopée rocambolesque qui le fera subir rien de moins qu'un tremblement de terre à Marseille (si bien décrit que j'en ai rêvé la nuit suivante) au côté d'une belle inconnue qu'il prénomme Mercédes, rencontrée peu avant sur l'autoroute, devant sa voiture (bien sûr, une Mercedes ;- ) en flammes, avant de se retrouver en orbite dans une fusée chargée de les détecter (les tremblements de terre, pas les belles inconnues hein, vous suivez!)

Il y a aussi le narrateur, De Milo, mais son rôle est en retrait: il est juste le pilote, du livre oui, mais aussi du satellite. Autour d'eux des protagonistes décrits à la manière d'Echenoz, avec le détail qui tue
Vous vous êtes vus? me demanda Pontarlier en extrayant de sa poche une petite main droite molle et moite qu'il versa dans la mienne aussitôt inondée. Trop grandes pour lui ses dents étaient aussi plates et presques transparentes, d'apparence fragile parfois dans le fond elle n'étaient même plus là
Ou encore ce chauve qui a ravi le coeur de sa belle
Il toussa légèrement faisant l'homme lever un grave regard de brancardier pentecôtiste-pas plus de trente ans, pas plus de mille cheveux transparents accrochés en camping sauvage au flanc des temporaux
Mais celle qui importe c'est bien sûr Elle, innacessible et mystérieuse qui ressurgit dans les moments inattendus
Silence dans le coupé citron. Meyer avait essayé de rengager, deux ou trois fois, l'amorce d'une conversation; Mercedes ne le suivrait toujours pas
Juste un acquiescement dissuasif, toujours les deux mêmes syllabes sans issue: le genre de fille qui se tait quand vous sortez du cinéma. Le genre qui trouve un peu vulgaire de commenter les films à chaud, spécialement les films catastrophes qu'elle trouve terriblement vulgaires aussi, de toute façon
En fait l'intrigue toute labyrinthique et décalée qu'elle soit importe peu. Ce qui donne la saveur à ce roman c'est la façon peu académique dont Echenoz bouscule les genres, malmène la syntaxe et nous surprend toujours tout en mêlant le banal à l'extraordinaire. Il s'amuse et nous avec, et on ressort de cette pseudo catastrophe comme les deux héros sortis de leur ascenseur après ce raz de marée. Ebouriffé et avide de la suite.

Je dois dire, j'adore l'humour née du décalage. Ici l'auteur nous gratifie d'une écriture enlevée très pointilleuse pourtant sur les détails. Parfois trop (les explications techniques concernant le fonctionnement de la fusée m'ont plutôt barbée) mais ces précisions contribuent pleinement à nous immerger dans le décor, nous faire croire à cette improbable équipée entre ciel et terre où l'exiguïté forcée d'un ascenseur ou d'un satellite donnent lieu à des scènes irrésistibles de drôlerie.
   Cramponné tête en bas, semble t'il, son torse puis ses jambes flottant obliquement au dessus de lui, Meyer qui réprime de petites nausées n'entend qu'au bout d'un moment Lucie rire doucement, sans doute en le regardant. Connerie de métier. Je me suis mal orienté. Il essaie de se tourner vers elle en se composant un vague sourire comique navré, mais depuis sa posture il ne distingue, à l'envers, que Molino, pas mort du tout
En un mot Nous trois m'a redonné le goût de ce style si particulier à l'auteur: brillant, léger et un peu cynique. Une écriture qui pétille et qui décape, un peu comme des bulles de champagne: J'en redemande!
avatar
Aeriale

Messages : 2263
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean Echenoz

Message par Aeriale le Mer 25 Jan - 9:58

-Je m'en vais-





Ferrer, le personnage principal, est ici un homme dont la vie sentimentale est chaotique. Un ancien sculpteur reconverti dans le commerce de l'art et sujet à des disparitions sans raisons valables. Il fait partie de ces personnes détachées, jamais concernées par les choses qui les entourent, qui se contentent d'observer, totalement libres et souvent seules au final. Une distance qui intrigue mais séduit tout autant. Ses compagnes se succèdent ainsi à l'envie.

J'ai retrouvé dans ce roman ce qui m'a charmée dans le précédent. La dérision, la distance qui permet tant. A travers son héros, Echenoz nous décrit l'insolite sous les traits du quotidien. Il va encore nous balader entre Paris et Biarritz, après une expédition dans le Pôle Nord à bord d'un brise-glace. L'histoire est menée un peu comme un polar, entrecoupée de rebondissements, de changements de plans et de récits parallèles, mais il ne perd jamais de vue le lecteur, bien au contraire. Comme dans Nous trois, l'auteur s'adresse à nous, s'interroge, s'amuse à nous surprendre, créant cette complicité joyeuse dont il a le secret.

Là réside le vrai talent de l'écrivain: Parvenir à nous rendre attachants à la fois ce héros désabusé et un peu bizarre, qui semble éloigné de tout, et cohérent ce récit improbable d'un trésor inuit disparu dont il a perdu la trace. C'est irréaliste, un peu nonchalant et très désinvolte, mais d'un humour ravageur.

J'ai beaucoup ri dans ce roman où chaque description est un pur moment de bonheur. Ses personnages lui ressemblent forcément: pris entre les turbulences d'un monde tour à tour léger et dérisoire, sur lequel il ne veut pas s'appesantir mais qui le ramène toujours à une solitude profonde.

Ferrer nous quitte comme il nous a abordés, par cette phrase laconique: Je m'en vais...
Et puis toujours ce style élégant, subtil qui manie la langue avec bonheur pour cet amoureux des mots qu'est Jean Echenoz. Son but est de nous divertir, et il y parvient amplement: La classe.

Un extrait désopilant lors d'un enterrement
    L'appariteur lui tendant le goupillon, Ferrer s'en empare sans être sûr de le saisir dans le bon sens puis se met à l'agiter inconsidérément. Sans vouloir dessiner de figures particulières dans l'air, pourtant il forme quelques cercles et barres, un triangle, une croix de Saint André, marchant en rond tout autour du cercueil sous les yeux étonnés du monde, sans savoir quand ni comment s'arrêter jusqu'à ce que le monde commence à produire des murmures et que, sobrement mais fermement, l'appariteur l'arrime par une manche pour le rapatrier vers sa chaise du premier rang. Or en cet instant, surpris par la poigne apparitrice, Ferrer brandissant toujours l'aspergès le lâche: l'objet s'en va cogner le cercueil qui sonne creux sous le choc

Et quelques réflexions qui se dégustent  au détour d'une page :-)
Accommodé avec un regard et un sourire appropriés, le silence peut donner d’excellents résultats
Le XVI éme dont la froideur apparente n'est qu'un truc des riches pour qu'on les laisse tranquilles, entre eux.
avatar
Aeriale

Messages : 2263
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean Echenoz

Message par Aeriale le Mer 25 Jan - 10:05

-14-



Je suis un peu à contre courant de l'avis général et je le regrette d'autant que je suis une fervente admiratrice de l'auteur. On retrouve son sens de la description, cette façon si efficace de gérer le temps par le choix d'images fortes (D'emblée ici, avec le son du tocsin au loin et la brusque rupture de ton)  sa vivacité, sa distance. Dire beaucoup en peu de mots, se cantonner à cette manière désinvolte de parler de choses graves avec une apparente légèreté. En général je suis fan.

Mais là il m'a réellement manqué un peu plus. C'était une gageure et il réussit son coup, en partie. Mais je ne m'avancerais pas à dire que tout y est car si l'on mesure parfaitement cette espèce de désinvolture avec laquelle tous ces jeunes combattants se sont lancés dans le conflit, pressés d'en découdre, on reste quand même frustré quant au reste, même si la concision colle à l'ironie de cette guerre aux allures de carnage. Bien sûr cela laisse au lecteur toute liberté pour éprouver lui même le grand écart entre l'insouciance des débuts et la brutalité des faits, il n'empêche, j'aurais aimé un chouia plus.

Disons que je le préfère dans des sujets plus légers, j'avais moins accroché à sa biographie de Ravel d'ailleurs. Une impression en demi teinte donc, qui m'a empêché de ressentir l' enthousiasme général et je le regrette bien!
avatar
Aeriale

Messages : 2263
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean Echenoz

Message par Chrisdusud le Mer 25 Jan - 21:19

J'adore ton enthousisame sur Echenoz! Very Happy  
Comme toi sa finesse d'esprit, son humour décalé, ses jeux de langages, me séduisent completement . C'est dans ces moments là je trouve aussi qu'il tire toute son orignalité de style.
Je fais un commentaire dès que possible sur Envoyée Spéciale.
avatar
Chrisdusud

Messages : 427
Date d'inscription : 04/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean Echenoz

Message par Aeriale le Jeu 26 Jan - 8:48

Chrisdusud a écrit:J'adore ton enthousisame sur Echenoz! Very Happy  
Comme toi sa finesse d'esprit, son humour décalé, ses jeux de langages, me séduisent completement . C'est dans ces moments là je trouve aussi qu'il tire toute son orignalité de style.
Je fais un commentaire dès que possible sur Envoyée Spéciale.
Hé hé oui, je me souviens bien qu'on se retrouvait complètement sur l'auteur, Chris!

Par contre je n'ai pas accroché du tout à Envoyée Spéciale  Sad

Je n'ai même pas osé poster mon com! Mais ce n'était peut être pas le bon mood?
avatar
Aeriale

Messages : 2263
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean Echenoz

Message par Chrisdusud le Jeu 26 Jan - 18:47

Aeriale a écrit:


Par contre je n'ai pas accroché du tout à Envoyée Spéciale  Sad

Je n'ai même pas osé poster mon com! Mais ce n'était peut être pas le bon mood?
Je suis comme toi, tu m'enlèves un peu une épine du pied parce que j'aime beaucoup cet auteur et j'ai réalisé après mon post d'hier que je n'allais pas forcement en dire que du bien (idem pour Gael Faye ). Je n'avais plus lu de livres de lui depuis 2/3 ans. J'étais hyper enthousiaste et en fait j'ai trouvé que les ressorts de son style étaient un peu trop visibles et l'histoire un peu trop compliqué..Alors restons objectifs : oui Echenoz est un grand écrivain mais non, on n'aime pas forcement tous ses livres !
avatar
Chrisdusud

Messages : 427
Date d'inscription : 04/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean Echenoz

Message par Aeriale le Jeu 26 Jan - 19:15

Chrisdusud a écrit:Je suis comme toi, tu m'enlèves un peu une épine du pied parce que j'aime beaucoup cet auteur et j'ai réalisé après mon post d'hier que je n'allais pas forcement en dire que du bien (idem pour Gael Faye ). Je n'avais plus lu de livres de lui depuis 2/3 ans. J'étais hyper enthousiaste et en fait j'ai trouvé que les ressorts de son style étaient un peu trop visibles et l'histoire un peu trop compliqué..Alors restons objectifs : oui Echenoz est un grand écrivain mais non, on n'aime pas forcement tous ses livres !
Oh que tu me fais plaisir aussi, @Chrisdusud

Je suis totalement d'accord, je lui reconnais un talent fou d'ordinaire mais celui ci je l'ai lu laborieusement, sans conviction et me suis assez vite barbée. D'autant plus incompréhensible que d'autres l'ont adoré.

Comme @Darkanny le disait, l'intrigue paraissait trop fabriquée, les ressorts habituels trop placardés, cela rejoint tes impressions donc  Very Happy
avatar
Aeriale

Messages : 2263
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean Echenoz

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum