La bande dessinée au musée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La bande dessinée au musée

Message par kenavo le Sam 28 Jan - 6:31



Le Louvre, Paris

Un autre regard
Par Fabrice Douar, éditeur au musée du Louvre

leur site

Associer le monde des musées à celui de la bande dessinée n’était pas évident à priori tant nous pouvons avoir le sentiment que ces deux mondes aux réalités propres et différentes sont « étanches » ou trop distants l’un de l’autre. Cette collection a pour ambition de créer une passerelle durable entre ces deux mondes permettant ainsi de sensibiliser le lecteur de bande dessinée aux collections du Louvre en utilisant les repères traditionnels de ce support, mais aussi de favoriser et encourager la création contemporaine vivante afin de permettre au public habituel du Louvre de découvrir une autre expression de l’art.

L’intérêt et le principe de cette collection reposent sur le libre échange entre l’auteur, avec ses souhaits et ses envies personnels, et le musée mis à sa disposition. Carte blanche est donnée à la création et à l’imaginaire afin d’instaurer un dialogue, un jeu de regards croisés, entre les œuvres, le musée et l’artiste qui invente son « histoire » en partant, au choix, d’une œuvre, d’une collection ou d’une salle du musée, ou de l’ensemble...

À l’image du musée conservant des œuvres de lieux de création, d’époques et de styles différents, il semble logique d’imaginer une collection de bande dessinée où différentes sensibilités, différents styles d’expression selon les auteurs trouveraient naturellement leur place et toucheraient ainsi un plus large éventail de lecteurs, tout en renouvelant à chaque titre le regard et l’approche du sujet.


A découvrir dans la collection du Louvre:

2005


Nicolas de Crécy, Période glacière


2006


Marc-Antoine Mathieu, Les Sous-sols du Révolu


2008


Eric Liberge, Aux heures impaires


2009


Bernar Yslaire, Le ciel au-dessus du Louvre


2010


Hirohiko Araki, Rohan au Louvre


2011


Christian Durieux, Un Enchantement


2012


David Prudhomme, La traversée du Louvre


2012


Enki Bilal, Les fantômes du Louvre


2013


Etienne Davodeau, Le chien qui louche


2014


Jirô Taniguchi, Les Gardiens du Louvre


2015


Florent Chavouet, L'île Louvre


2016


Olivier Soupiot, Le cheval qui ne voulait plus être une oeuvre d'art


2017


Taiyō Matsumoto, Les chats du Louvre





Le Louvre, Lens




2013


Philippe Dupuy, L'art du chevalement


Dernière édition par kenavo le Dim 12 Nov - 4:55, édité 1 fois

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 6726
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bande dessinée au musée

Message par kenavo le Sam 28 Jan - 6:34



Musée d'Orsay




2014


Catherine Meurisse, Modern Olympia


2015


Manuele Fior, Les variations d'Orsay


2016


Plonk & Replonk, L’Art d’en bas au musée d‘Orsay, La fantastique collection d’Hippolyte de l’Apnée


2017


Stéphane Levallois, Les disparues d’Orsay


Dernière édition par kenavo le Dim 18 Juin - 5:50, édité 1 fois

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 6726
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bande dessinée au musée

Message par kenavo le Sam 28 Jan - 6:35

Plonk & Replonk revisitent le musée d’Orsay ! Le musée d’Orsay fête ses 30 ans le 9 décembre prochain. Plonk & Replonk ont exhumé une part méconnue des collections du prestigieux musée. Grâce à leur travail, le musée révèle enfin au grand jour l’inestimable collection d’Hippolyte de l’Apnée, qui aurait été léguée au musée en 1910.


Plonk & Replonk, L’Art d’en bas au musée d‘Orsay, La fantastique collection d’Hippolyte de l’Apnée

Quand le Musée d’Orsay ouvre ses portes au public le 9 décembre 1986, on n’a encore qu’une image floue de la masse de richesses héritées d’autres institutions. Parmi ces trésors figure la singulière collection Hippolyte de L’Apnée, legs enregistré en 1910 au Musée du Luxembourg et dont il ne fut jamais rien montré. On en perd même toute trace dès 1911. Cette disparition assourdissante ne devait rien au hasard. Une main puissante et anonyme a orchestré l’occultation du fonds sans, fort heureusement, aller jusqu’à le détruire purement et simplement. L’initiative venait assurément du sommet. La collection fut redécouverte en 1982 par Le Rubulfier. Était-ce le bout du tunnel pour ces trésors criminellement effacés de la mémoire de l’art ? Non. Incroyablement, l’extraordinaire découverte fut étouffée ! Dans un contexte politico-culturel plus serein, la collection de L’Apnée aurait dû, après un siècle d’absurde purgatoire, provoquer un véritable séisme. Les toiles en particulier, qui suivent un fil rouge des plus surprenants : signées par des artistes abusivement taxés de mineurs pour avoir malencontreusement passé leur vie à l’ombre de titans, elles n’ont eu pour seul tort que d’avoir marqué un pas de côté. Un tout petit pas qui leur valut l’exclusion du tableau d’honneur. C’est la singularité de cette collection. La majorité de ces artistes négligés étaient des modestes cousins, des compagnons de volée ou de simples admirateurs cherchant à reproduire la manière de leur prestigieux modèle. C’est là une entreprise à la fois grandiose et pathétique dont la vacuité apparente ne diminue toutefois en rien l’intérêt. Objets de dérision aux yeux de la critique institutionnelle de l’époque, ces figures malmenées ont fini par disparaître pour la plupart des écrans radar. C’est au prix de longues recherches menées avec une infinie patience que Plonk & Replonk sont parvenus à faire revivre ces victimes de la pensée unique. Qu’ils en soient ici chaleureusement remerciés. Le moment est venu de nous pencher enfin avec une bienveillante curiosité sur ce cadeau surgi du néant d’un injuste oubli pour le juger avec la nouvelle objectivité qu’il mérite.

Tout comme le Louvre, le Musée d’Orsay ouvre depuis quelques années ses portes à la BD.

Je ne vais pas ouvrir un fil à part pour cet ouvrage, mais je veux bien le présenter sur ce fil.

C’est par moment osé ce qu’ils ont fait à quelques-uns de ces tableaux… mais en même temps, pour certains j’avais du mal à voir leurs changements, tellement c’est bien fait.

Pour bon nombre d’œuvres ils ne sont pas allés de main morte, mais c’est pour le plus grand plaisir du lecteur.

Le terme ‘revisité’ prend ici toute son ampleur.

Si vous n’avez pas peur de découvrir l’art sous un angle très différent, faut tenter cette aventure.

Judicieux !








_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 6726
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bande dessinée au musée

Message par kenavo le Lun 24 Juil - 5:34


Les rêveurs du Louvre
Présentation de l’éditeur
Pour célébrer les 10 ans de la collection de bandes dessinées du Louvre, une série d'expositions internationales a été programmée.
Le Montue Museum de Taipei suivi du Cultural Center de Tainan ont inauguré la partie taïwanaise de cette grande rétrospective en exposant plus de deux cents planches originales, des dessins préparatoires, des installations vidéo. Puis, entre août 2016 et septembre 2017, l'exposition suit une itinérante à travers le japon, en commençant par le Mori Arts Center Gallery de Tokyo.
A chaque étape de l'exposition, des artistes taïwanais puis japonais ont été invités à participer à ce projet. C'est leurs travaux que nous reproduisons ici. Leurs regards personnels, leurs cultures originales et leurs expressions singulières renvoient de nouvelles images du Louvre, de nouveaux prismes dont le lecteur pourra se servir afin d'appréhender le plus grand musée du monde, l'art et, pourquoi pas, lui-même...

Grande amatrice de la série La BD au Louvre, ce livre ne pouvait pas m’échapper.

Sortie déjà depuis un bon moment, je n’en avais pas parlé.

Huit artistes se sont consacrés du sujet… et aussi divers que leurs univers, aussi différents sont les résultats.

Comme pour tout recueil, il y a du bon et du moins convainquant… mais en somme, je suis contente de cette immersion dans le travail de ces artistes moins connus en Europe.


_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 6726
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bande dessinée au musée

Message par kenavo le Dim 12 Nov - 4:56

le cru de 2017:



Taiyō Matsumoto, Les chats du Louvre

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 6726
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bande dessinée au musée

Message par Aeriale le Mer 15 Nov - 13:40

Chouette! 

Mon fils vient de m'offrir ceci


Good choice!!!
avatar
Aeriale

Messages : 2455
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bande dessinée au musée

Message par kenavo le Jeu 16 Nov - 3:36

@Aeriale a écrit:Good choice!!!
very good choice Very Happy

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 6726
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bande dessinée au musée

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum