Philippe Jaccottet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Philippe Jaccottet

Message par kenavo le Dim 29 Jan - 7:51



Philippe Jaccottet, né le 30 juin 1925 à Moudon, est un écrivain, poète, critique littéraire et traducteur suissevaudois.


source et suite

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 5892
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Philippe Jaccottet

Message par kenavo le Dim 29 Jan - 7:52


Le bol du pèlerin, Morandi
Présentation de l’éditeur
S'étonnant de s'émouvoir sans cesse devant les modestes compositions (bols, pots et vases), les paysages, les bouquets de Morandi, Philippe Jaccottet se remet à quelques autres références familières. Un poème ne résoudra pas l'énigme ("ne pas refaire en mots les oeuvres") mais un lent parcours subjectif la réenvisagera, empruntant à Giacometti, Pascal, Leopardi, Dante et Ungaretti.

Il y a bon nombre d’année, il y a eu une exposition avec les œuvres de Giorgio Morandi au Luxembourg.
Je ne peux pas dire que c’était le grand coup de foudre, mais je me trouvais fascinée et surtout intriguée devant ses images.
En voulant savoir plus de lui, j’ai trouvé ce livre de Philippe Jaccottet.
À ce moment je lisais même les auteurs francophones en traduction, du coup, je l’ai en version allemande sur mes étagères, qui ne va pas m’aider pour ce fil, je ne peux pas donner des extraits.
Mais j’en ai trouvé quelques-uns en ligne.
Je voulais ouvrir un fil pour le peintre et pour moi, l’un ne va pas sans l’autre, du coup, il me fallait aussi parler un peu de ce bol du pèlerin.





Giorgio Morandi, Nature morte, 1946


Il y a là quelquefois des couleurs particulièrement austères, hivernales, de bois et de neige, qui vous font prononcer derechef le beau mot de "patience" /.../ La patience qui signifie avoir vécu, avoir peiné, avoir "tenu": avec modestie, endurance, mais sans révolte, ni indifférence, ni désespoir; comme si, de cette patience, on attendait tout de même un enrichissement; à croire qu'elle permettrait de s'imprégner sourdement de la seule lumière qui compte.
p 57




Giorgio Morandi, Nature morte, 1955

Comme je refeuillette maintenant le catalogue de l’exposition d’aquarelles présentée à Florence, au Palais Medici-Riccardi, en 1991, mon admiration croît, de page en page, jusqu’à une sorte de stupeur ; cet art en sourdine, cet art du presque rien, paradoxalement, me porte à l’acclamation. De page en page, c’est-à-dire, plus ou moins précisément, d’année en année, de mois en mois, on a l’impression de monter de plus en plus haut, vers une cime. Et les premiers mots qui viennent à l’esprit pour qualifier ces feuillets seront « noblesse », « élégance », « altitude » : je n’en peux mais.

À cause de ce mouvement de montée, de ces paliers successifs, j’ai tout naturellement pensé à Dante, aux chants du Purgatoire et du Paradis ; ce qui ne signifie pas, faut-il le dire ? que je compare ces œuvres, encore moins que je veuille hisser Morandi à côté de Dante dans un nouveau Parnasse, ce qui serait absurde.

Mais il s’est tout de même fait dans mon esprit un rapprochement plus précis, sinon plus légitime. À cause d’une phrase qui y flottait du critique Cesare Brandi notant que, dans la peinture de Morandi, les choses semblent venir à nous du fond de l’espace comme les souvenirs remontent du fond du temps et précisant : « Comme ce point au loin sur la mer qui devient peu à peu un vaisseau… » Du coup, je n’ai pas pu ne pas me rappeler le moment prodigieux, au chant II du Purgatoire, de l’arrivée, par mer, de l’ange nocher, dans une accélération fulgurante de la lumière :


        Or comme on voit, saisi par le matin,
        Mars rougeoyer dans les vapeurs épaisses,
        vers le couchant, sur la plaine marine,

        telle m’apparut, et je la vois encore,
        une lumière venant si vite sur la mer
        que nul vol n’est égal à sa course.

        Quand j’eus un peu détourné mes yeux d’elle,
        afin d’interroger mon guide,
        je la revis plus brillante et plus grande.

        Puis j’aperçus, tout autour d’elle,
        je ne sais quoi de blanc, et peu à peu,
        un autre blanc en sortit par-dessous.

        Mon maître encore ne disait rien,
        quand les blancheurs premières apparurent des ailes ;
        mais lorsqu’il reconnut le nautonnier,

        il cria : « Fléchis, fléchis donc les genoux.
        Voici l’ange de Dieu ; joins les mains ;
        tu verras désormais des officiers semblables.


        Il dédaigne, tu vois, les instruments humains ;
        il ne veut pas de rame, ni d’autre voile
        que ses ailes, entre des rives si lointaines.

        Tu vois comme il les dresse vers le ciel,
        frappant l’air avec ses plumes éternelles,
        qui ne changent pas comme poil terrestre. » *


Or, si excessif que cela doive paraître, ces premiers « blancs » qui se révèlent des ailes, je les avais vus dans certaines aquarelles de 1959 où on ne sait plus s’ils sont de hautes bouteilles blanches ou des intervalles, des lacunes qui se dresseraient, précisément, comme une paire d’ailes sans taches…

Accueillons ce rapprochement comme un nuage qui traverserait l’esprit de sa candeur et disparaîtrait en n’y laissant qu’à peine une trace et une indication.

D’une certaine manière, au demeurant, si la lecture de Dante nous exalte, au sens propre du mot, on pourrait dire que cela n’a rien d’extraordinaire ; et que, si elle y manquait, le poète aurait été inférieur à sa tâche.

Or, nulle Béatrice n’aimante le regard et la main de Morandi ; et l’on ne peut sérieusement vouloir retrouver dans son œuvre aucun ange « frappant l’air avec ses plumes éternelles ». N’empêche : cette impression de montée, indéniable quand on observe l’évolution de l’œuvre, si elle ne nous leurre pas, comment la comprendre ? Et n’assiste-t-on pas tout de même, à partir de ces choses presque insignifiantes, de ces sempiternels vases, brocs et bouteilles, à une espèce d’ascension, voire d’assomption qui ne semblerait vraie et ne nous parlerait que, justement, parce que ce ne sont plus des ailes d’ange, ni la danse et le rire d’aucune Mathilde qui l’annoncent et la préparent ?


pp. 69-70-71-72-74.

* Dante, Purgatoire, Chant II, vers 13-36

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 5892
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum